<< Avril 2017 >>
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Retour

21/04/2017 - Le Printemps Solidaire interpelle les candidats et citoyens sur la question de l’aide internationale au développement

Après le succès de la manifestation-concert pour la solidarité qui a réuni de 500 000 jeunes en ce dimanche 16 Avril, Printemps Solidaire poursuit son action d’interpellation des candidats à l’élection présidentielle avec une campagne innovante et citoyenne. Cette campagne, conçue par M&C Saatchi.GAD, s’articule autour d’affiches-portraits de 6 des candidats aux élections présidentielles (Nathalie Arthaud, François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon), sur lesquelles est inscrit un numéro de téléphone, ainsi que le message suivant : « C’est le moment de lui laisser un message. » L’objectif ? Interpeller un maximum de citoyens en affichant un message fort dans l’espace public et inciter la France à tenir sa promesse d’allouer 0,7% de sa richesse nationale au développement des pays les plus pauvres. Aujourd’hui, nous en sommes péniblement à 0,38%. En appelant ces numéros, avant le 1er tour de l’élection, les citoyens pourront entendre un message vocal rappelant l’engagement du 0,7% et incitant à taper 7 pour signer l’appel. Yves Lecoq, Sandrine Alexi, Mathieu Schalk et Marc-Antoine Le Bret ont prêté leurs voix pour cet appel citoyen de grande envergure, dont le Comité 21 est signataire. Printemps Solidaire s’engage à poursuivre la mobilisation jusqu’à ce que la solidarité sans frontières soit inscrite dans les actes politiques, pas seulement dans les discours, et le Comité 21 le soutient largement dans cette démarche. Pour en savoir plus



Retour

13/04/2017 - Communiqué : les principaux candidats à l'élection présidentielle déclinent les Objectifs de développement durable (ODD) sans le savoir… !

A l'occasion des élections présidentielles 2017, le Comité 21 publie une note d'analyse « La présidentielle 2017 et les Objectifs de développement durable». Les ODD, adoptés par les Nations Unies en septembre 2015, proposent en effet un cadre universel pour une société plus juste et résiliente. Contribuer à leur mise en œuvre à l'échelle française constitue désormais le fil rouge de l'action du Comité 21.
A travers les programmes des candidats, chaque élection présidentielle est l'occasion de faire état des lieux et propositions quant aux enjeux qui se posent au pays pour les 5 années à venir, et au-delà.   Le Comité 21, après avoir interrogé les candidats à l'élection présidentielle sur leur vision du développement durable en 1995, 2002 et 2007, a pris le parti d'analyser lui-même les programmes des cinq principaux candidats en 2017 (le critère de choix étant les candidats qui sont crédités aujourd'hui de plus de 5% dans les sondages), au prisme de la novation que constituent les Objectifs de développement durable (ODD). Cette analyse n'est en rien une prise de position partisane, mais un examen des programmes liés au développement durable à l'aune d'un classement international que la France approuve, et dont elle doit rendre compte...
Lire la suite
Lire la Note d'analyse



Retour

12/04/2017 - Le Printemps Solidaire mobilise la jeunesse à l’occasion des présidentielles

Lancé le 1er février dernier au Zénith par Solidarité Sida, association qui organise chaque année le festival Solidays, le Printemps Solidaire a pour but la sensibilisation du public aux problèmes sociétaux actuels, mais aussi la sollicitation de la jeunesse à défendre des valeurs telles que la solidarité, l'humanisme et la fraternité. Le Printemps Solidaire vise également à promouvoir l’aide publique au développement en appelant les Etats à participer à ce domaine à hauteur de 0,7% de leur RNB d’ici à 2022, initiative soutenue par le Comité 21, partenaire de l’évènement. Dimanche 16 avril dès 14h, à une semaine du premier tour des élections présidentielles, le Printemps Solidaire s'illustrera dans une grande «manifestation-concerts» sur les Champs-Élysées. Au programme, une série de concerts gratuits orchestrés par différents artistes, français et internationaux, qui se produiront sur 10 scènes mobiles pour un total de 30 concerts en plein air. Cette manifestation concert sera suivie d’une conférence le vendredi 21 Avril à la Maison de la Mutualité, avec la participation exceptionnelle de Melinda & Bill Gates. Y seront présents des acteurs de la société civile, penseurs, leaders d’opinion, entrepreneurs et artistes, qui viendront témoigner d’initiatives altruistes et partager des expériences inspirantes. Pour en savoir plus



Retour

30/03/2017 - 30 mars : retour sur le débat « Devoir de vigilance, préjudice écologique…de nouvelles obligations pour la RSE »

Le Comité 21 a organisé le 30 mars 2017 un débat consacré aux dernières dispositions juridiques en matière de RSE : « Devoir de vigilance, préjudice écologique, actions de groupe, lanceurs d’alerte…de nouvelles obligations pour la RSE ». Animé par Bettina Laville, Présidente du Comité 21, le panel d’experts était composé d’Olivier Chabrol, coprésident du Forum Citoyen pour la RSE, Laurent Corbier, directeurs des affaires publiques à Eramet et représentant du MEDEF, François Garreau, responsable mission RSE auprès du Comex à Generali et Violaine du Pontavice, avocate-directeur associé à Ernst and Young. Le débat a permis de faire le point sur un corpus de textes législatifs qui modifient profondément  la RSE ainsi que le rapport entre les entreprises et les citoyens. Dans ce contexte, Violaine du Pontavice a rappelé que ces textes et nouvelles obligations sont « une grande avancée en France par rapport à l’international » avec notamment la loi Sapin 2 sur les agissements anti-corruption et les lanceurs d’alerte. D’ailleurs, l’avocate a précisé que la loi sur le devoir de vigilance, adoptée courant mars 2017 à l’Assemblée Nationale, contient également une disposition sur les lanceurs d’alerte puisque c’est une des mesures prévues  dans le plan de vigilance que les entreprises doivent élaborer.  D’après l’ONG Forum Citoyen pour la RSE et son coprésident Olivier Chabrol, ces nouvelles obligations ne doivent pas être perçues comme des contraintes mais plutôt « des mesures de prudence que l’immense majorité des entreprises font déjà » et voit ce corpus comme «un garde-fou plutôt qu’une contrainte.» Néanmoins, Laurent Corbier a soulevé qu’aujourd’hui les entreprises sont soumises à « une avalanche de d’obligations. On s’attache à des problématiques complexes qui créent parfois des incertitudes quant à leur interprétation et leur mise en œuvre ».  Bien qu’il y ait une convergence notable vers la notion de vigilance, cela n’en reste pas moins une notion complexe que l’entreprise doit intégrer et adapter au contexte de son activité. Le monde des assurances est également impacté par ces nouvelles mesures, qui ont fait émerger la notion d’assurabilité des comportements  à risques. « Aujourd’hui, il n’y a pas d’assurance lorsqu’il y a des comportements anormaux, frauduleux ou portant atteinte à certains droits car en assurance, si  je ne sais pas évaluer le risque, je n’assure pas » a expliqué François Garreau. Tous les acteurs se sont tout de même accordés pour saluer les avancées de la France en matière de RSE et son rôle moteur tant en Europe qu’au niveau international. Pour voir ou revoir la vidéo du débat, cliquer ici - Compte-rendu réservé aux adhérents - A venir – Claire Videau - videau@comite21.org



Retour

23/03/2017 - L'Infos 21 spécial ODD6 vient tout juste de sortir !

Chaque année, le 22 mars, la Journée mondiale de l'eau appelle à agir et met en lumière un aspect spécifique de l'eau douce.  A cette occasion, le Comité 21 publie un spécial ODD6 sur "Eau propre et assainissement" avec deux interviews : Jean Launay, Président du Partenariat français pour l'eau, et Bertrand Camus, Président de FP2E.
A lire



Retour

13/03/2017 - Les master Class 21, un cycle de conférences opérationnelles sur la durabilité des entreprises

Organisée par CentraleSupélec et dirigée par Patrick D'Humières, consultant international en politique publique de RSE, la formation « piloter le modèle durable de l'entreprise » s'adresse aux cadres de la RSE désireux de mettre à jour leurs fondamentaux théoriques en management et gestion de la performance durable de l'entreprise. Chaque séance débute par une introduction synthétique suivie d'un exposé par un expert reconnu et se termine par un cas pratique d'entreprise. Les Master Class sont un lieu unique d'échanges et de discussions pour comprendre la dynamique du sujet et la croiser avec son expérience métier. Un partenariat CentraleSupelec EXED & Des Enjeux et des Hommes, avec le soutien du C3D, du Comité 21 et de EY. Information et inscription - Patrick d'Humières - pdh@company21.fr



Retour

28/02/2017 - Pour tout savoir sur les nouvelles intercommunalité et développement durable

Le Comité 21 a organisé le 1er février 2017 un débat consacré aux « Nouvelles intercommunalités et développement durable ». Animé par Bettina Laville, Présidente du Comité 21, il proposait d’aborder avec Estelle Grelier, Secrétaire d’Etat en charge des Collectivités locales, la place du développement durable dans les intercommunalités, qui font actuellement l’objet d’importantes restructurations. Leur rôle est désormais de diffuser le développement durable, et de mettre en œuvre la transition énergétique. L’action durable est au cœur de dernières réformes, qui viennent conforter la dynamique internationale impulsée par la COP 21, le Sommet Habitat III, et l’avènement des ODD. Dans ce contexte, le développement durable peut trouver un nouvel élan mondial et local. Les intercommunalités donnent la possibilité de traduire à l’échelle des bassins de vie ces objectifs planétaires. Pour ce faire, des outils plus adaptés sont désormais à leur disposition, à l’instar des PCAET. Longtemps élue de la Communauté de communes de Fécamp, Estelle Grelier est convaincue du rôle majeur que peuvent jouer les intercommunalités dans les territoires, et avance la nécessaire organisation des politiques stratégiques à cet échelon. Pour la Ministre, la montée en puissance de la décentralisation (loi MAPTAM, loi de délimitation des régions et loi NOTRe) a permis de développer une approche innovante du rôle des régions et des intercommunalités. Pour Estelle Grelier, « le développement durable peut constituer le ciment d’un projet de territoire » : l’Agenda 21, par exemple, est un puissant facteur de fédération entre société civile et élus. L’implantation des démarches de développement durable reste cependant inégale entre les territoires : certains portent un projet territorial de développement durable innovant depuis de nombreuses années, tandis que d’autres ne l’ont pas élaboré. Pour faire progresser les démarches, la société civile est très importante, notamment pour le législateur. La vision pilote et innovante du Comité 21 a permis de sensibiliser et faire monter en compétence les territoires sur ces différentes méthodologies territoriales. Compte-rendu réservé aux adhérents sur demande - Laurie Ayouaz - ayouaz@comite21.org



Retour

28/02/2017 - Découvrez la newsletter du Comité 21 spécial ODD4 - Education

Avec 3 questions à ...
Bernard Combes
, Chargé de l’information, section EDD et Margarete Sachs-Israel, Division pour l'appui et la coordination de l'agenda Éducation 2030, UNESCO
Pouvez-vous nous présenter les missions et travaux de l'Unesco et plus précisément de la section Education au développement durable, dans le cadre de l'Agenda mondial 2030 ?

L'UNESCO coordonne le Programme d'action global[1] pour l'EDD à travers 5 domaines d'action prioritaire : renforcer les politiques; transformer l'environnement d'apprentissage et d'enseignement ; renforcer les capacités des éducateurs et formateurs; mobiliser les jeunes ; accélérer les solutions durables au niveau local. L'UNESCO a lancé une série de colloques[2] sur l'avenir de l'EDD, et contribue à l'évaluation des progrès accomplis pour la cible 4.7[3]. Elle veillera ainsi à ce que l'EDD reste au premier rang des efforts pour assurer un développement durable dans le monde. En effet, l'EDD, c'est nous permettre de relever les défis mondiaux actuels et futurs de façon constructive et créative et de bâtir des sociétés plus durables et plus résistantes.

Quels sont les grands enjeux que vous identifiez pour atteindre les objectifs du l'ODD4 ? Quels sont les partenariats sur lesquels l'UNESCO s'appuie pour faciliter la mise en oeuvre de cet ODD ?


Le Rapport mondial de suivi de l'éducation 2016[4] démontre clairement que si les choses continuent comme actuellement, nous n'atteindrons pas l'ODD4 d'ici à 2030. Le véritable enjeu est au niveau des pays. Les gouvernements ont la responsabilité première de la réussite de l'Agenda 2030. Les principaux défis à relever sont la nécessité de renforcer les capacités, le manque de données et d'informations et la nécessité d'un financement accru, plus efficace et équitable pour l'éducation.

L'UNESCO a aligné son programme[5] pour aider les pays à réaliser l'ODD 4[6], et suivre leurs efforts, par le biais de partenariats multipartites, d'alliances stratégiques et d'une harmonisation des activités des partenaires. À cette fin, l'UNESCO s'appuie sur divers mécanismes : le Comité directeur de l'Éducation 2030[7], des mécanismes régionaux et sous-régionaux, et la Consultation collective des ONG pour l'EPT[8]. D'autres partenaires comme le monde universitaire, le secteur privé, les organismes de jeunesse et les médias sont également appelés à apporter leur contribution.

Quels vont être les grands défis par rapport à cet ODD4 pour atteindre les cibles définies d'ici 2030, et plus particulièrement la cible 4.7 concernant l'éducation au développement durable ?

Mesurer l'impact des actions est un des enjeux de l'Agenda 2030. L'indicateur mondial[9] pour la cible 4.7 évalue dans quelle mesure l'EDD et l'éducation à la citoyenneté mondiale sont intégrées dans les politiques nationales d'éducation, les programmes scolaires, la formation des enseignants et les évaluations des élèves. Généraliser l'EDD notamment les pratiques et les actions innovantes pour apprendre à vivre ensemble de manière durable en est un autre. Le programme Éducation 2030 exige un engagement et une action soutenus et accrus des gouvernements et de tous les partenaires si l'on veut que la promesse mondiale d'assurer une éducation de qualité inclusive et équitable se réalise. Lire Infos 21 ODD4



Retour

25/10/2016 - Etude : pour tout connaitre des initiatives territoriales des acteurs publics en faveur de la RSE

Le Comité 21 a été appuyé par le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) pour réaliser un recensement et une analyse sur « Les initiatives territoriales des acteurs publics en faveur de la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE)». Quels sont les dispositifs mis en œuvre dans chaque région? Quelles politiques publiques régionales en faveur de la RSE ? Quels sont les acteurs publics en région, porteurs d’initiatives en faveur de la RSE ?  Les leviers, les freins ? Quelles recommandations ? 
A travers interviews, retours d’expériences et analyses, l’étude tente de répondre à ces questions avec un double objectif : identifier les principaux dispositifs mis en œuvre par les régions françaises pour développer la RSE dans les entreprises ; déterminer les caractéristiques d’une politique publique régionale de la RSE, mais aussi les leviers pour y parvenir. On y découvre des prémices encourageantes d’actions régionales en faveur de l’engagement des entreprises locales dans la RSE ; elles sont nombreuses et multiples. Les acteurs publics et associatifs sont capables de s’engager et ont démontré leur capacité d’appropriation, de pédagogie et d’accompagnement autour du sujet. Ce document propose à la fois un benchmark des dispositifs d’appui à la RSE identifiés dans les territoires et un bilan des attentes de ces acteurs locaux pour développer la RSE. Elles prennent la forme de recommandations à la fin de l’étude.
A télécharger
Pour en savoir plus : Laurie Ayouaz - ayouaz@comite21.org



Retour

05/08/2016 - Rejoignez les 1ères journées nationales : J'agis pour mon patrimoine naturel

Vous êtes une association, une collectivité, un gestionnaire d’espaces naturels ? N'hésitez pas à inscrire votre action aux journées «J’agis pour mon patrimoine naturel», organisées par FNH en partenariat avec Comité 21, les Conservatoires des Espaces naturels, la LPO, la Maison des Potes, RNF, l’UNCPIE, la FFESSM, etc., qui auront lieu les 17 et 18 septembre au moment des Journées Européennes du Patrimoine.  L’objectif de ces journées : avoir des centaines d'actions partout en France pour porter le bénévolat nature, son utilité et ses avantages, à la connaissance d’un très large public en mettant ces journées emblématiques au service de la biodiversité.Attention, seules les actions qui auront été saisies avant le 22 août pourront être valorisées dans les communiqués de presse régionaux qui seront adressés à partir du 30 août aux médias proches de l’action. Cette valorisation dans la presse locale permettra de garantir une bonne présence des bénévoles, mais pas seulement! En effet, elle permettra aussi de rappeler à tous la valeur de votre investissement quotidien, indispensable pour la sauvegarde de la biodiversité, l’appropriation et la mobilisation citoyenne en faveur du patrimoine, et plus largement, pour la dynamique territoriale. Cela est d’autant plus important en ces périodes de baisses des subventions… Ensemble, nous avons la possibilité d’incarner le volet «patrimoine naturel » qui manque aux Journées Européennes du Patrimoine. Audrey Azoulay, Ministre de la Culture et de la Communication, a d’ailleurs répondu favorablement à notre sollicitation d’intégrer nos journées dans la programmation nationale. 
 Nous espérons pouvoir compter sur votre participation!
En savoir plus sur l'événement >
Arnaud Lefevre - a.lefevre@fnh.org



Retour

24/05/2016 - Parution de la Note 21 « Bien-être et développement durable : deux notions à rapprocher dans l’évaluation et dans l’action »

Le bien-être est omniprésent dans les problématiques sociétales ainsi que dans les démarches et les discours liés au développement durable. Face à ce constat, le Comité 21 a souhaité faire un état des lieux des réflexions et des pratiques sur le bien-être et valoriser dans cette note des pratiques intégratrices entre bien-être, développement durable et performance des politiques publiques et des organisations. Organisée en trois parties et agrémentée de nombreuses initiatives concrètes, cette note s’intéresse tout d’abord à définir le bien-être comme boussole d’évaluation des politiques publiques de l’échelle globale à l’échelle locale. Elle se concentre ensuite sur la place centrale du bien être dans la responsabilité sociétale des organisations pour enfin l’établir comme une finalité des politiques publiques pour la mise en œuvre du développement durable. 42 pages.
A télécharger



Retour

09/05/2016 - Collectivités, participez au 3e baromètre du Comité 21

Pour la troisième année consécutive, le Comité 21 s’associe à l’association Empreintes Citoyennes pour interroger les collectivités sur leurs pratiques de développement durable. En 2016, cet observatoire portera sur le dialogue local avec les parties prenantes et plus généralement sur l’appropriation par les collectivités de la responsabilité sociétale des organisations. En plus d’une photographie actualisée des pratiques, les réponses des participants permettront de dresser les principaux enjeux de ce dialogue local, les éventuels freins et d’identifier les pistes d’amélioration afin d’outiller les collectivités pour un dialogue constructif avec leurs parties prenantes. La participation au questionnaire ne prend que quelques minutes, en cliquant ici. Retrouvez par ailleurs les précédentes éditions du baromètre ici : 2015, 2014.



Retour

05/02/2016 - Analyse de l'Accord de Paris par Bettina Laville dans la revue Énergie-Environnement-Infrastructures

Bettina Laville, fondatrice du Comité 21 et présidente du Comité d’orientation scientifique du Club France Développement durable, vient de publier sa dernière analyse de l'Accord Paris Climat "Contraindre les États et les éléments? le pari... de l’Accord de Paris" dans la revue Énergie-Environnement-Infrastructures des Éditions LexisNexis. Cette revue permet d’appréhender les informations juridiques clés dans ces trois domaines. Pour rappel, Bettina Laville a réalisé plusieurs notes d'éclairage sur l'Etat des négoiciations dde la COP21 en 2015.
Télécharger l'article "Contraindre les Etats et les éléments ? le pari... de l'Accord de Paris"
Télécharger le Cahier de Notes d'éclairage des négociations COP21



Retour

 06/07/2015 - « Collectivités, que faites-vous avec les entreprises de votre territoire en faveur du Développement Durable?» découvrez les résultats de l'enquête Comité 21 / Proxité !

En mars et avril, 108 représentants de collectivités territoriales françaises ont répondu à la deuxième enquête lancée conjointement par le Comité 21 et Proxité sur les collaborations entre collectivités et entreprises autour du développement durable. Les résultats mettent en lumière la perception des collectivités sur leur capacité à impliquer les entreprises dans leur projet territorial de Développement Durable, et à accompagner celles-ci dans leur propre démarche RSE. Ils apportent aussi des éléments de perception des collectivités sur la motivation et la réalité de l'implication des entreprises dans le Développement Durable. L'enquête montre que les coopérations existantes se font surtout avec les PME, et portent principalement sur des actions relevant des piliers environnementaux et économiques. Les collectivités sont encore peu nombreuses à structurer une politique de soutien à la RSE, par manque de connaissance sur le sujet, de volonté politique fléchée ou de moyens à y consacrer. Dans la suite de ces travaux, le Comité 21 poursuivra ses actions de pédagogie, de recensement des bonnes pratiques et de mise en réseau pour favoriser les partenariats entre collectivités et entreprises. Cette enquête est complémentaire à une première enquête conduite en 2014. Celle-ci visait à mieux connaître les motivations des Collectivités Territoriales à l'égard du Développement Durable et à identifier les perspectives de rapprochement entre acteurs publics et partenaires privés. Téléchargez l'enquête 2015 ici. Elise Gaultier - gaultier@comite21.org - Isabelle Boudard - Isabelle Boudard - boudard@comite21.org - Julien Goupil - contact@proxite.fr



Retour

20/11/2009 - Le Comité 21 lance l'Observatoire des crises : sommes-nous sur la voie d'une sortie de crise ?

Malgré un frémissement de l'économie, la volonté d'éradiquer les causes profondes des crises n'est pas manifeste. Le décalage entre le système économique global et les individus s'en trouve ainsi approfondi. Telles sont les conclusions de la première note de l'Observatoire des crises du Comité 21. Afin de suivre l'évolution des crises en regard des enjeux du développement durable, le Comité 21 annonçait lors de la parution de ce rapport (ci-joint présentation du Comité de prospective, 26 juin) la création d'un « Observatoire des crises ». Il s'agit pour ce réseau de mesurer, au fil des crises, l'évolution sur les court et le moyen termes de leurs manifestations et la manière dont elles sont traitées. Six mois après la publication du rapport, cette première « Note cadre », réalisée par Bettina Laville, présidente du Comité de prospective et présidente d'honneur du Comité 21, et Guillaume Cantillon, juriste, rapporteur du Comité de prospective, examine une série de points clefs concernant l'origine et les conséquences des crises. Elle sera complétée par des « Notes thématiques » plus précises et des « Flash d'actualité », notamment dans la perspective du sommet de Copenhague.

>> Télécharger le communiqué
>> Télécharger la note de l'Observatoire des crises



Consulter les archives

Comment mettre en place une démarche RSE dans son organisation, un guide à destination des TPE/PME
Parution de l'étude consacrée aux initiatives territoriales des acteurs publics en faveur de la RSE
Entreprises, dialoguons avec nos parties prenantes ! Une nouvelle publication du Comité 21