<< Mars 2017 >>
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Archives

Retour

23/12/2016 - A tous et toutes, nous vous souhaitons une année 2017 heureuse, engagée et la plus paisible possible !


Retour

28/11/2016 - Bilan COP 22, le Sommet de Marrakech : la conférence myriade !

Nous avions dit, au milieu de la deuxième semaine de la COP22 (voir dépêche n°3) que nous hésitions, pour apprécier la COP22, entre un vif sentiment de succès et une sourde inquiétude.
Depuis, la COP s’est conclue sur la proclamation de Marrakech, et nous restons sur ces deux impressions :  

Vif sentiment de succès d’abord à cause de la bonne organisation matérielle de cette COP par le Maroc, de la présence d’une quarantaine de chefs d’Etats pour l’ouverture de la plénière certes principalement venus du continent africain, et de l’engagement des investisseurs et des acteurs tant économiques que de la société civile. Ségolène Royal a d’ailleurs abondamment communiqué sur le succès, et pour le Maroc, et pour la présidence française qui vient de s’achever : conférence de presse avant même la clôture, communication en conseil des Ministres, etc. Si nous la suivons sur « le succès pour le Maroc qui a organisé un événement de grande qualité » et le fait que la France « a été un unanimement saluée pour la réussite de la COP21 et pour avoir œuvré efficacement afin d'obtenir en un temps record les ratifications qui ont entraîné l'entrée en vigueur de l'accord de Paris », nous serions plus nuancés sur les résultats concrets de cette COP.  

Nous continuons de regretter la lenteur des négociations formelles ou non qui ont conduit au document final. Nous l’avions dit, cette lenteur est inévitable à cause de la transition entre deux mondes : celui des COP d’avant l’Accord de Paris et celui du « monde d’après », mais cela aurait pu aller plus vite, si cette transition avait été préparée lors des PréCoPs. Certes, la première session de la CMA, soit l’organe des parties à l’Accord de Paris, a été ouverte lors de la COP 22, le 15 novembre 2016 et sera maintenue en 2017 (deuxième partie) et en 2018 (troisième partie). Cette première réunion, débouche sur deux documents, l’un intitulé « décision de la CMA », l’autre « décision de la COP 22 ». Ils appellent à l’accélération des travaux, indiquent une date butoir sur l’adoption des décisions d’application de l’Accord de Paris, soit lors de la 24e session de la conférence des parties, laquelle sera présidée par la Pologne, en 2018.  

Est prévue une étape intermédiaire, en 2017, soit la COP 23, avec une réunion commune SBSTA (organe subsidiaire de la Ccnucc pour le Conseil scientifique et technologique), SBI (organe subsidiaire de mise en œuvre), et  APA (groupe de travail de l’Accord de Paris) ou à d’autres organes constitués. 

Lire la suite et l'ensemble des analyses du Comité 21
Lire la Dépêche complète

Retour

04/11/2016 - Analyse de Bettina Laville : « L’Accord de Paris entre en vigueur dans le but de combattre de multiples alertes climatiques »

L’accord de Paris est entrée en vigueur aujourd’hui même, le 4 novembre 2016 !
Retrouvez l’analyse de Bettina Laville, présidente du Comité 21, dans l’article du 15 octobre*
avant, d’une part, que les pays ayant ratifié l’Accord de Paris passent à 92, avec l’Indonésie et l’Afrique du Sud, et que le PNUE publie son  rapport 2016 consacré à l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions, ou « emissions gap report ». Dans ce dernier, il affirme que les émissions devraient atteindre en 2030 54 à 56 gigatonnes d’équivalent CO2 - soit largement au-dessus du niveau fixé à 42 Gt pour avoir une chance de limiter le réchauffement planétaire à 2°C d’ici la fin du siècle. Il en conclut que la communauté internationale doit de toute urgence et radicalement revoir ses ambitions à la hausse par rapport aux engagements actuels de l’Accord de Paris.
*publié initialement dans le numéro de novembre 2016 de la revue Énergie – Environnement – Infrastructures des Éditions LexisNexis (Énergie – Env. – Infrastr. 2016, étude 19)
Bettina Laville - bettina.laville@comite21.org 

Retour

21/10/2016 - Habitat III J+4 : Déclaration de Quito, et après ? - Dépêche rédigée en partenariat avec ÉNERGIES 2050

Jeudi 20 octobre, le Nouvel agenda mondial urbain est adopté par le concert des nations. A l’issue de ces quatre jours de Sommet, les défis sont bien identifiés, connus et reconnus de tous : l’avenir durable et désirable de l’humanité passe par des villes agréables à vivre, qui replacent l’Homme au cœur de son écosystème, des villes résilientes, sobres en carbone et ne laissant personne de côté.

Bien que pour la première fois, les orientations mondiales pour le logement et le développement urbain durable comportent un chapitre sur leur mise en œuvre et le suivi des progrès réalisés, les propositions concrètes pour ces deux enjeux opérationnels ne sont pas déclinées. La question de la généralisation reste entière tout autant que celle des financements et de leurs diversifications. Ainsi, dans la quasi totalité des évènements parallèles, les pays du sud interpellent sur les moyens pour réussir rapidement les transformations des villes existantes. Leurs spécificités et leurs vulnérabilités particulières nécessitent un traitement différencié par des coopérations internationales soutenues.

De la même manière, alors que l’approche multi-acteurs pour la réalisation des villes durables est au centre des déclarations de clôture, des enceintes de rencontre et de dialogue entre gouverneurs, bâtisseurs, usagers, opérateurs sont encore à inventer. A Habitat III, le PPP laisse place au PPPP, incluant désormais la Population comme partie prenante de la construction de la ville. Il reste désormais à l’éprouver concrètement dans des projets de développement urbain. La participation citoyenne présuppose la bonne information de tous et donc la transparence des données.

Des progrès sont à fournir également pour faire vivre le dialogue entre la ville et son environnement, comme le continuum rural-urbain, pour construire des territoires cohérents, équilibrés, autonomes et offrant une qualité de vie équitable, quelque soit son lieu de résidence. On retiendra également que les trois Agendas du climat, des ODD et de l’habitat servent bien un objectif commun et que leur calendrier converge, mais en pratique, la connexion en termes opérationnels reste encore à construire.

Rafael Correa, le Président de l’Equateur conclut Habitat III en ces termes « Passons maintenant à la mise en œuvre d’un Nouvel Agenda Mondial Urbain en ne laissant personne de côté et en respectant la notion de Droit à la ville, qui est désormais inscrite dans la constitution de notre pays. Le changement prend racine au centre du monde, ici en Equateur ».

Pour aller plus loin
- Communiqué de l'ONU : l'ONU adopte un Nouvel agenda urbain à Quito
- Communiqué du Ministre du logement et de l'habitat durable sur la signature du Nouvel agenda urbain
- Le Nouvel Agenda urbain

Contacts à Habitat III 
Comité 21 : Sarah Schonfeld – schonfeld@comite21.org  Catherine Decaux – decaux@comite21.org
ENERGIES 2050 : Stéphane Pouffary - stephane.pouffary@energies2050.org



Retour

19/10/2016 - Habitat III J+2 : un Sommet placé sous le signe de la solennité, de l’effervescence et de l’urgence à agir - Dépêche rédigée en partenariat avec ENERGIES 2050

Plus de 40 000 personnes venues du monde entier se retrouvent cette semaine à Quito, capitale de l’Equateur, pour Habitat III. Ce moment particulier de notre histoire collective a lieu tous les 20 ans et dessine ce que devront être les villes du futur, à travers le Nouvel Agenda Urbain.  

Moment historique marqué de solennité car plus que jamais les villes concentrent les problèmes mais portent également en elles les solutions. Après la 2ème Assemblée mondiale des élus locaux et régionaux et l’Assemblée du secteur privé tous deux réunies la veille de l’ouverture d’Habitat III, les chefs d’Etats et de gouvernements se sont succédés lundi 17 octobre pour réaffirmer la nécessité d’agir au niveau des territoires. Encore plus qu’à Habitat II, les discours sont centrés sur la nécessité d’une mobilisation multi-acteurs pour relever le défi urbain. Cette approche se retrouve dans chaque plénière, chaque événement parallèle, les pavillons et les couloirs.

A défaut d’une médiatisation importante en France, élus, fonctionnaires, étudiants, associatifs, universitaires, chefs d’entreprises, chercheurs s’emparent d’Habitat III. Il règne ici une énergie très stimulante : embouteillages dans les couloirs, salles pleines, stands bondés, surabondance d’événements de qualité témoignent de l’appétence de toutes les composantes de la société, avec une forte participation des équatoriens en particulier des jeunes.

L’envie d’agir va au delà des 3 à 4 heures de queue quotidiennes qu’il faut affronter pour accéder à la Casa de la Cultura, lieu officiel des débats. On déplore que l’organisation du Sommet ne soit pas à la mesure de l’engouement de chacun à participer. Petit détail pour complexifier encore un peu plus le quotidien du participant lambda : la Casa de la Cultura est dissociée de la zone d’exposition où se trouvent tous les pavillons autres que celui des Nations Unies, ce qui limite l’interaction pourtant nécessaire entre ces deux zones. Habitat III marque le début d’une nouvelle ère où les villes anciennes devront faire la transition et où les villes nouvelles devront se construisent sur de nouveaux paradigmes. Tout le monde ressent ici l’urgence à agir en ce sens pour ne pas prendre trop de retard et hypothéquer le futur. Le Nouvel Agenda Mondial Urbain issu d’Habitat III n’a pas d’autre choix que de se réaliser en articulation avec les ODD et l’Agenda climat.

Contacts à Habitat III

Comité 21 : Sarah Schonfeld – schonfeld@comite21.org  Catherine Decaux – decaux@comite21.org
ENERGIES 2050 : Stéphane Pouffary -  stephane.pouffary@energies2050.org


Retour

14/10/2016 - 17 octobre : c'est la journée d'ouverture des 4e Assises de l'EEDD

Face à la société en pleine mutation et aux besoins d’accompagnement des territoires pour la mise en oeuvre de la transition écologique et l’innovation sociale, l’EEDD est un véritable levier pour y parvenir et favoriser la prise de conscience de tous. L’ouverture des 4e Assises nationales de l’EEDD est l’occasion d’inviter tous les français à entrer dans la réflexion et l’échange pour plus d’éducation à  l’environnement pour tous. Participeront lors de la matinée : Barbara POMPILI, secrétaire d’État chargée de la Biodiversité, Florence de Massol, 1ère adjointe à la mairie du XXe arrondissement de Paris, Roland GÉRARD, coprésident du Collectif Français de l’Éducation Environnement pour un Développement Durable.
Pour en savoir plus
Présentation

Retour

07/10/2016 - Climate Chance : la déclaration de Nantes sur le changement climatique

Les représentants des villes et collectivités du monde entier se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le réchauffement climatique, dans la déclaration de Nantes, signée le 28 septembre, lors du sommet mondial des villes durables Ecocity, à la Cité des Congrès. Des engagements qui constituent une feuille de route pour la conférence des Nations-Unies sur le changement climatique, prévue à Paris en 2015.
Télécharger la déclaration

Retour

07/09/2016 - ODD4 Education 2030 : Appel urgent à donner la priorité à l’éducation pour atteindre les ODD

Le nouveau rapport mondial de suivi sur l'éducation (GEM) lancé le 6 spetembre par l'UNESCO, à Londres, illustre le pouvoir de l'éducation pour aider à progresser dans la réalisation des Objectifs du développement durable à l'horizon 2030, mais alerte sur les défis importants qui devront être relevés pour atteindre les cibles en matière d'apprentissage.
Le Rapport GEM 2016, intitulé « L’éducation pour les peuples et la planète : créer des avenirs durables pour tous », est le premier d’une nouvelle série de rapports qui s’étendra sur 15 ans, et le premier rapport de suivi officiel de l’ODD 4. Il montre que l’éducation ne pourra exploiter sa capacité à stimuler les progrès que si l’ensemble des acteurs s’impliquent davantage, si l’apprentissage a réellement lieu tout au long de la vie et si les systèmes d’éducation tiennent compte pleinement du développement durable. L’éducation elle-même doit évoluer pour apporter une solution holistique aux défis mondiaux, parmi lesquels l’expansion de l’urbanisation et des populations réfugiées.
Pour en savoir plus
Télécharger le rapport

Retour

02/09/2016 - Climat : 30 Maires du G20 s’engagent à atteindre les objectifs de l’Accord de Paris

Trente Maires des plus grandes villes du G20 et membres du C40 - dont Anne Hidalgo - signent vendredi 2 septembre une tribune dans laquelle ils s’engagent à atteindre les objectifs de l’Accord de Paris sur le Climat au niveau local.
A télécharger

Retour

26/07/2016 - ONU : 1er Rapport sur la mise en oeuvre des objectifs de développement durable

En septembre 2015, 193 pays adoptent à l’ONU le programme de développement durable à l’horizon 2030. Fruit d'un travail collaboratif, conduit par un groupe de représentants de plus de 70 pays, les ODD constituent un cadre international pour le développement à venir de tous les pays du monde, un ensemble d'objectifs universels et d'indicateurs pour notamment mettre fin à la pauvreté mondiale, lutter contre le changement climatique et promouvoir les droits de l'homme. Les Etats membres des Nations Unies sont invités à les mettre en œuvre dans leurs agendas politiques au cours des quinze prochaines années. Les ODD sont officiellement adoptés en janvier 2016, et ce jusqu'en 2030. Le suivi des objectifs de développement durable se fait dans le cadre du forum politique de haut niveau de l’ONU. Créé lors de la conférence Rio+20, le dernier forum qui a eu lieu du 11 juillet au 20 juillet 2016, a permis de présenter un premier rapport de mise en oeuvre des ODD. Ce document sera publié chaque année afin de réaliser un suivi de la mise en œuvre et de la progression des ODD. Comme 21 autres pays du monde, la France s’est portée volontaire pour mener un rapport  national en 2016 et le présenter à ce Forum.
- 1er rapport d’étape sur la mise en ouvre des Objectifs de développement durable
-Rapport volontaire de mise en œuvre des ODD de la France
-Synthèse des contributions des 22 pays au Forum politique de Haut niveau de l'ONU

Retour

21/06/2016 - 21 solutions pour demain : découvrez les lauréats !

A l'occasion de son 21ème anniversaire, le Comité 21, 1er réseau d'acteurs du développement durable, a lancé « 21 solutions pour demain », un dispositif pour donner à voir les initiatives et les pionniers qui inventent aujourd'hui le monde d'après. Ce dispositif s'appuie sur les 17 Objectifs de développement durable des Nations Unis qui constituent la nouvelle feuille de route du Comité 21.

Innovantes, duplicables, multiacteurs et pérennes, les solutions lauréates répondent à au moins l'un des 7 enjeux suivants : solidarité, santé et bien-être, éducation, climat/énergie, biodiversité, économie responsable et villes durables.
Les 21 solutions retenues par le jury* sont :
Le Prix du public revient à la solution « 2000 projets pour un monde meilleur » de Good-4you.

Nous félicitons très sincèrement ces acteurs qui se mobilisent en faveur de la transformation de notre société. Le Comité 21 s'engage à porter leur solution au sein de son réseau, à travers ses travaux et ses supports de communication.

Celles-ci seront également présentées lors du 21ème anniversaire du Comité 21, fêté le 30 juin, au Jardin d'Acclimatation (Paris 16e). Cet anniversaire « Ensemble, quelle vision pour notre société?» est l'occasion pour le Comité 21 de réaffirmer son ambition au service du développement durable, en contribuant à accélérer les changements de modèles et l'évolution vers une société durable et désirable. Télécharger le dossier de presse

Retour

15/06/2016 - Cérémonie solennelle de ratification de l’Accord de Paris

Proposée par la Présidente de la COP21, cette cérémonie vise à souligner la volonté de la France de faire son devoir, six mois après avoir accueilli la COP21 au Bourget et après l’adoption de l’Accord sur le climat le 12 décembre 2015.
Rappel : L’Accord de Paris a été accueilli comme un accord ambitieux. Il contient six éléments clefs : 
1.objectif de limitation de l’élévation de la température moyenne mondiale « bien en-deçà de 2°C »- soit une progression par rapport à la limite de « 2°C » fixée
lors de la COP de Cancun ; 
2.mention de l’importance de poursuivre les efforts pour limiter l’augmentation de température moyenne mondiale à 1,5°C ; 
3.objectif  de  neutralité  des  émissions  de  gaz  à  effet
de  serre  (GES)  en  seconde partie du siècle (exprimé de façon indirecte) ;
4.pérennisation du système des contributions national
es (NDC) ; 
5.clause de revue des engagements- notamment les cont
ributions nationales- tous les cinq ans, avec une obligation de progression constante ou à la hausse; 
6.incitation à élaborer des stratégies de développeme
nt bas carbone à l’horizon 2050, d’ici 2020. 
élécharger le dossier sur la cérémonie officielle de ratification de l’Accord de Paris
Télécharger le dossier 6 mois après l’Accord de Paris, la COP en actions

Retour

07/06/2016 - 14 juin : temps fort sur le dialogue avec les parties prenantes « Dialoguer à l'ère numérique »

Á l'occasion du lancement de la Note 21 « De la théorie à la pratique : dialoguons avec nos parties prenantes », le Comité 21 organise son 7ème rendez-vous dédié et animera une table ronde sur « Le dialogue parties prenantes à l'ère numérique ». Aujourd'hui, les démarches de dialogue avec les parties prenantes revêtent des degrés de maturité très variés. De nombreuses entreprises et organisations se sont livrées à l'exercice de l'analyse de leur matérialité. Souvent, elles l'ont fait en interrogeant leur parties prenantes sur leur perception des enjeux pertinents de l'organisation, afin de prévenir certains risques mais aussi pour co-construire avec elles de nouveaux modèles d'affaires, de nouveaux services ou de nouveaux produits. Après un temps de présentation des nouveaux signataires, des exemples de retours d’expériences de signataires qui ont mis en œuvre la méthodologie, la Note 21 sera présentée aux participants. Dans un second temps se tiendra une table-ronde prospective où sera débattu l’apport des nouvelles technologies dans le dialogue avec les parties prenantes, en quoi l’essor des réseaux sociaux, du big data ou du crowdsourcing peuvent alimenter, conforter ou renouveler ce dialogue avec les parties prenantes. Avec la participation Nathalie Devulder, Directrice du Développement Durable de RTE ; Céline Soubranne, Directeur de la Responsabilité d'entreprise d'AXA France, Thomas Fauré, Président-Fondateur de Whaller, et un représentant d'Autolib' (sous réserve). encontre chez RTE (Réseau Transport d'Electricité) à La Défense (16h00-18h30). Pour en savoir plus. Alexis Pasquet-Venzac - pasquet@comite21.org

Retour

19/05/2016 - 8 juin : ne manquez pas la rencontre « Nouvelles régions et développement durable : quelle alliance ? »

Le Comité 21, en partenariat avec l’Association des Régions de France, organise une rencontre-débat autour des nouvelles régions et du développement durable, à l’UNAF. Cette rencontre réunira Estelle Grelier, Secrétaire d'Etat en charge des collectivités territoriales et Benoît Faucheux, Vice-Président délégué à la transition énergétique et à l'environnement de la région Centre-Val de Loire, et président de la Commission développement durable et environnement de l'ARF. Le 1er janvier 2016 a en effet marqué l’entrée en vigueur de la nouvelle carte régionale et des nouvelles compétences issues de la réforme territoriale. Cette évolution institutionnelle majeure va influer sur les politiques territoriales de développement durable, au même titre que le renouvellement des équipes d’élus locaux lors des élections de ces deux dernières années et que l'évolution des moyens financiers des collectivités locales. Cette réforme intervient en même temps que trois actualités nationales et internationales majeures en 2015 qui concernent également les collectivités locales : la promulgation de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, l'adoption par l'ONU des Objectifs de développement durable 2015-2030 et l’Accord de Paris sur le climat. Elles constituent chacune autant d'étapes vers une profonde « transformation » écologique et socio-économique. Lors de cette rencontre-débat, il s’agira de voir si, et comment, la réforme territoriale peut constituer un des leviers de cette « transformation ». Et dans quelle mesure le « changement de modèle territorial » et le « changement de modèle sociétal » nécessaires au développement durable peuvent s’alimenter mutuellement.
Retrouvez la publication du Comité 21
« Développement durable, levier pour la mise en oeuvre de la réforme territoriale ».
Attention
: pré-inscription obligatoire, nombre de places limité : Participation gratuite pour les membres du Comité 21 / Participation de 20 euros pour les non-adhérents.

Retour

12/05/2016 - 21 solutions pour demain : votez pour votre solution favorite !

A l’occasion de son 21ème anniversaire, le Comité 21 lance « 21 solutions pour demain », un dispositif pour donner à voir les initiatives et les pionniers qui inventent aujourd’hui le monde d’après. Parmi les 94 solutions déposées sur le blog www.21solutionspourdemain.org, 20 seront sélectionnées par le Jury, constitué de membres du Conseil d‘administration, du Comité d’experts et de l'équipe du Comité 21. C'est au Grand public de voter pour la 21ème  solution ! Les internautes peuvent donc dès maintenant partager et voter pour leur solution favorite « Prix du Public » jusqu'au 30 mai ICI. Alors à vous de jouer !

Rappel : Cet appel à solutions, gratuit et ouvert  à toute organisation (entreprise, collectivité, association, établissement enseignement supérieur et de recherche, groupement de citoyens…), propose d’identifier et de partager 21 solutions pour demain. Elles doivent répondre à plusieurs critères : innovation, duplicabilité, au moins deux types d’acteurs concernés, et pérennité. Les 17 Objectifs du développement durable (ODD) constituent la grille de lecture des solutions proposées, regroupés en 7 enjeux principaux : solidarité, santé et bien-être, éducation, climat/énergie, biodiversité, économie responsable et villes durables. 20 solutions seront élues par un Jury. Le Comité 21 s’engage à porter les solutions retenues au sein de son réseau, à travers ses travaux et ses supports de communication.

Retour

13/04/2016 - J-1 : candidatez à l'appel à contribution 21 solutions pour demain !

A l’occasion de son 21ème anniversaire, le Comité 21 lance « 21 solutions pour demain », un dispositif pour donner à voir les initiatives et les pionniers qui inventent aujourd’hui le monde d’après. Cet appel à solutions, gratuit et ouvert jusqu’au 10 mai à toute organisation (entreprise, collectivité, association, établissement enseignement supérieur et de recherche, groupement de citoyens…), propose d’identifier et de partager 21 solutions pour demain. Elles doivent répondre à plusieurs critères : innovation, duplicabilité, au moins deux types d’acteurs concernés, et pérennité. Les 17 Objectifs du développement durable (ODD) constituent la grille de lecture des solutions proposées, regroupés en 7 enjeux principaux : solidarité, santé et bien-être, éducation, climat/énergie, biodiversité, économie responsable et villes durables.
20 solutions seront élues par un Jury constitué de membres du Conseil d‘administration et du Comité d’experts du Comité 21. Les internautes pourront partager et voter pour leur solution favorite « Prix du Public » entre le 10 et le 30 mai sur le blog dédié à cet appel à projet : www.21solutionspourdemain.org.
Le Comité 21 s’engage à porter les solutions retenues au sein de son réseau, à travers ses travaux et ses supports de communication.
Candidatez !
Communiqué

Retour

17/03/2016 - Climate Chance, Sommet mondial des acteurs du climat : proposez un atelier !

Du 26 au 28 septembre 2016 se tiendra à Nantes Climate Chance, le Sommet mondial des acteurs du climat. Cet événement préparatoire à la COP22, centré sur la société non étatique comme actrice de la mise en œuvre des décisions de l’Accord de Paris, rassemblera près de 1 000 personnes de toutes organisations confondues (entreprises, collectivités, ONG, syndicats, institutions publiques). Un appel à contributions est actuellement ouvert jusqu’au 7 avril pour proposer au programme l’organisation d’un atelier afin de présenter une bonne pratique. N’hésitez pas à répondre à cet appel à contributions pour partager et valoriser votre expérience et vos activités. Pour en savoir plus - Romain Crouzet - contribution@climatechance2016.com

Retour

10/03/2016 - Collectivités : participez au concours « Capitale française de la biodiversité 2016 » !

Plante & Cité, Centre d’ingénierie de la nature en ville et Natureparif, Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, lancent le concours annuel de « Capitale française de la biodiversité » en coordination avec l’Agence française pour la Biodiversité. Cette 6e édition aura pour thème « Sols et biodiversité. » Du 1er mars au 31 mai, les communes et intercommunalités de plus de 2 000 habitants sont invitées à présenter des actions exemplaires mises en œuvre pour une meilleure gestion des sols : documents d’urbanisme et de planification sur l’occupation des sols, gestion des sols agricoles et forestiers, restauration écologique de milieux naturels, lutte contre l’artificialisation ou l’érosion des sols… Pour sensibiliser les potentiels candidats, des ateliers régionaux d’écologie urbaine seront organisés partout en France d'ici fin mai. L’opération avait permis en 2015 de mettre en lumière une cinquante d’actions de 24 collectivités en faveur de la nature en ville et de la lutte contre le changement climatique.  Pour en savoir plus

Retour

03/03/2016 - 2017-2027 : les enjeux de la prochaine décennie mis en perspective sur francestrategie1727.fr

Dans le cadre de ses missions d’anticipation et de concertation, France Stratégie lance aujourd’hui le projet 2017/2027, qui vise à apporter un éclairage non partisan sur les enjeux de la décennie qui suivra la prochaine élection présidentielle. Afin d’étayer un débat qui se veut exigeant, une douzaine de documents vont être publiés, sur une série de thèmes qui semblent incontournables pour appréhender la période qui s’ouvre.
Première thématique : la croissance mondiale d'une décennie à l'autre.
Télécharger le résumé
Pour en savoir plus

Retour

 23/02/2016 - Etude « La Vie Happy – changer les comportements pour changer le monde »

En matière de développement durable, la question du changement de comportement est à la fois cruciale et nécessaire. Les français sont conscients de la situation et savent qu’il faut agir maintenant mais le discours rationnel ou catastrophique ne suffit pas à déclencher, chez la majorité des citoyens-consommateurs, ce changement de comportement. Comment alors changer d’approche et « embarquer » le plus grand nombre ? Comment déclencher le passage à l’acte ? L’optimisme serait-il une des clés ? L’étude « La Vie Happy » propose des éléments de compréhension et surtout des pistes d’actions pour accélérer la transition vers des modes de vie plus durables. De nombreux exemples concrets d’initiatives innovantes et des interviews d’experts issus de domaines variés (psychologie positive, médecine/santé, monde de l’entreprise et de la prospective, monde associatif, média, sociologie/anthropologie …) illustrent l’étude. L'étude est réalisée par Mes Courses pour la Planète en partenariat avec l’ADEME, IKEA et l’Institut de liaisons et d’études de industries de consommation – Prodimarques. 71 pages. Télécharger l’étude

Retour

05/02/2016 - Les lauréats de l’appel à projets « Ville de demain »

Les Ministères de l’Écologie et du Logement, de l’Égalité des territoires et de la Ruralité, en partenariat avec la Caisse des dépots, ont annoncé les résultats de la seconde tranche de l’appel à projets « Ville de demain » (2015-2017). Le Programme d’Investissements d’Avenir « Ville de demain », géré par la Caisse des Dépôts, favorise l’émergence d’une nouvelle façon de concevoir, de construire et de gérer la ville, dans le cadre de la démarche ÉcoCité. L’État accompagne ainsi les projets urbains intégrés, innovants portés par des acteurs publics et privés, dans des métropoles ou des grandes agglomérations. L’objectif de cette démarche partenariale est de développer des villes attractives et résilientes qui préservent l’environnement, la cohésion sociale et la qualité de vie de leurs habitants. La seconde tranche de l’appel à projets « Ville de demain » est un véritable succès : plus de 150 millions d’euros sont engagés pour soutenir l’innovation urbaine et accélérer la transition énergétique, au travers de projets de territoire ambitieux. Les projets sélectionnés proposent des réponses aux enjeux de résilience des territoires face aux risques (modélisation des nappes phréatiques, systèmes d'alerte des crues) ou de renouvellement urbain, d'attractivité des territoires et de qualité de vie : reconversion industrielle, régénération de friches urbaines, retournement de la ville sur le fleuve, attractivité résidentielle en zone dense, production d'énergie renouvelable en lien avec la construction de bâtiments à énergie positive, rénovation énergétique, gestion de la mobilité ou encore valorisation d'espaces naturels, en lien avec la nature en ville. 31 territoires sont désormais intégrés à la démarche ÉcoCité. Ils bénéficient à ce titre du soutien financier et de l’accompagnement de l’État à la capitalisation et à la valorisation de leurs projets.
Dossier de presse en ligne
Communiqué en ligne

Retour

03/02/2016 - Le Sénat a adopté la proposition de loi relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire

Le Sénat a poursuivi l’examen sur la proposition de loi relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire, adoptée par l’Assemblée nationale le 9 décembre 2015.   Cette proposition de loi vise à renforcer la lutte contre le gaspillage alimentaire, notamment en
  • inscrivant dans la loi la hiérarchie des actions à mettre en place pour récupérer et valoriser les denrées alimentaires et pour éviter leur gaspillage, de la prévention à l’utilisation à des fins énergétiques, en passant par la récupération à des fins de consommation ou pour l’alimentation animale ;
  • rendant obligatoire le recours à une convention pour les dons réalisés entre un distributeur de denrées alimentaires et une association caritative ;
  • prévoyant une sanction pour éviter la destruction volontaire de denrées alimentaires encore consommables par les commerces de détail ;
  • modifiant le régime juridique de la responsabilité des producteurs du fait de produits défectueux, afin de lever le blocage des dons de biens alimentaires sous marques de distributeur par leur fabricant ;
  • intégrant explicitement la lutte contre le gaspillage alimentaire au parcours scolaire, ainsi que dans le champ de la responsabilité sociale des entreprises.
  En séance publique, les sénateurs ont adopté ce texte à l’unanimité, sans modification.Pour en savoir plus

Retour

12/01/2016 - Consultation citoyenne sur le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité

Depuis décembre, la Plateforme collaborative "Parlement et Citoyens" propose à tous les citoyens de contribuer à l’élaboration du projet de loi « reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages » porté par la ministre de l’écologie. Cette plateforme permet à chacun de comprendre les enjeux d’un texte de loi, de donner son avis ou de déposer des propositions. Un classement permet de visualiser en permanence les nouveaux articles et les amendements les plus soutenus. Le ministère de l’écologie s’engage à répondre aux contributions les plus plébiscitées. Ce projet sera examiné en séance publique au Sénat à partir du 19 janvier. Quarante ans après la loi de 1976 relative à la protection de la nature, ce nouveau projet de loi aborde les enjeux contemporains liés à la conservation de la biodiversité. Il pose un cadre juridique à la recherche et développement en France et permet la création de l’Agence Française de la Biodiversité qui deviendra l’unique interlocuteur des acteurs locaux de la biodiversité.

Retour

11/12/2015 - 42 000 visiteurs au Grand Palais : toute la société se mobilise pour le climat avec Solutions COP21 !

Alors qu’un accord est en cours de conclusion, l’Exposition Climat de Solutions COP21 se termine après avoir accueilli plus de 42 000 personnes venues du monde entier. Tous les acteurs de la société se sont rassemblés du 4 au 10 décembre 2015 au Grand Palais pour présenter ou découvrir les solutions de l’ère post carbone. Plus de 350 conférences, de nombreuses œuvres artistiques, des projections de films, des animations pédagogiques, une nuit de l’innovation ou encore un forum pour l’emploi dans l’économie verte ont été proposés. Lire la suite Télécharger le communiqué
  
  
 
  
 
 
 

Retour

16/11/2015 - Message de Solutions COP21 suite aux événements : Paris est debout et reste mobilisé pour la COP21

Face à la barbarie, nous sommes tous en état de choc, mais d'autant plus solidaires. Nos pensées vont aux victimes, aux familles et aux personnes touchées par les attentats.

Cette attaque à la vie, aux plus jeunes et à leur envie de convivialité et de culture, démontre que l'enjeu visé est notre capacité à vivre ensemble. Les messages de soutien et de solidarité entre les peuples exprimés depuis deux jours doivent nous donner plein espoir et confiance dans notre capacité à agir collectivement.

Les événements de Paris ne doivent pas porter atteinte à l'enjeu de l'accord de la COP21 : un enjeu planétaire de Paix, de concorde et de démocratie pour les peuples.

Les autorités ont décidé de maintenir la Conférence mondiale pour le climat des Nations Unies, la COP21, aux dates prévues, pour tenter de régler l'urgence de la situation environnementale pour l'humanité.  De la même façon,  il convient de maintenir l'organisation de Solutions COP21 au Grand Palais du 4 au 10 décembre.

Solutions COP21 initié par le Comité 21 regroupe aujourd'hui près de 500 organisations et répond aux aspirations de tous ceux qui entendent contribuer concrètement à l'évolution de nos sociétés dans une approche positive et équitable, pour la préservation de nos qualités de vie et la prise en compte solidaire des plus démunis. Le climat joue un rôle géopolitique majeur, notamment pour les migrations à venir.

A deux semaines de l'ouverture de la Conférence, nous faisons confiance aux autorités et aux services de sécurité qui mettent tout en œuvre face aux menaces. Nous sommes prêts à accueillir dans les meilleures conditions la mobilisation citoyenne indispensable à la COP21, en renforçant encore la sécurité déjà prévue.

Nous comptons sur la participation de tous pour démontrer que seules l'approche collective et la mobilisation citoyenne sont de nature à préserver les valeurs démocratiques et nos engagements pour le climat.


Le Comité de pilotage de Solutions COP21
Gilles Berhault, Président du Comité 21, Président du Comité de programmation
Sylvianne Villaudière, Dirigeante fondatrice Alliantis, Coordinatrice générale
Benoit Desveaux, Directeur général Hopscotch/Le Public Système, Commissaire général

Retour

 03/11/2015 - Découvrez la vidéo de présentation Solutions COP21 au Grand Palais

Pendant la COP21, porté par le Comité 21 et le Club France Développement durable et réalisé par Alliantis et Hopscoscht, Solutions COP21 sera au Grand Palais, du 4 au 10 décembre 2015, un espace inclusif permettant à chacun d’aborder le climat sous plusieurs formes: des débats, des projections, des conférences, des activités ludiques, des événements, des oeuvres, de la musique, etc. Constamment en mouvement, le Grand Palais sera un lieu d’expériences et d’immersions présentant aux visiteurs des solutions pour changer d’époque. Ces découvertes interpelleront nos comportements individuels face au changement climatique. Avec une tonalité qui fait appel à un imaginaire positif, le film suit un personnage, chacun de nous, en acteur du changement. Le visiteur sera bien l'explorateur d'un monde nouveau, en quête d’inspiration, d’expérimentation, parcourant le Grand Palais tel un petit chercheur pour s’inspirer, se questionner et tester une multitude de solutions pour agir face au dérèglement climatique. A regarder

Retour

28/10/2015 - Participez à la plateforme "réussir avec un marketing responsable"

A travers la plateforme « Réussir avec un marketing responsable », Elizabeth Pastore Reiss (directrice déléguée générale GreenFlex fondatrice d’Ethicity) et David Garbous (directeur marketing stratégique Fleury Michon), tentent depuis 2013 de démontrer aux marketeurs et aux entreprises les bénéfices liés à une démarche de responsabilité sociétale et environnementale pour le consommateur, la société mais également pour la marque elle-même. La plateforme regroupe une sélection de pratiques inspirantes d’entreprises (offres éco-conçues, filières et approvisionnement durables, accompagnement des consommateurs à l’usage, produits partage…) qui ont su convaincre. Ces pratiques et leurs enseignements riches sont également relayés lors d’interventions dans des événements régionaux (CCIs), d’ateliers animés chez les partenaires, et au travers d’articles (La Revue des marques, Stratégies, Décisions durables…) pour inspirer le monde du marketing. Elles ont par ailleurs été regroupées l’année dernière dans un livre blanc diffusé sur les réseaux sociaux et présenté lors de l’Adetem Marketing Factory. En savoir plus. Télécharger le questionnaire des bonnes pratiques.

Retour

20/10/2015 - Soutenez et diffusez la Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité en perspective de la COP21

En juin dernier, le Président de la République a confié à Corinne Lepage, ancienne ministre de l'environnement et présidente du Rassemblement citoyen-Cap21, une mission en vue de formuler des recommandations pour une déclaration universelle qui pourrait compléter la Déclaration des Droits de l'homme adoptée en 1948 aux Nations unies. Cette mission s'est appuyée sur une dizaine d'experts composé de spécialistes du droit, du climat, d'un représentant de l'association des anciens ministres de l'environnement, et de représentants d'ONG, dont Bettina Laville, fondatrice du Comité 21 et conseiller d'Etat, et Nicolas Imbert, directeur exécutif de Green Cross France et Territoires, adhérent du Comité 21. Cette déclaration, qui répond à une demande forte de la société civile, a de fortes chances d'être un événement majeur de ParisClimat2015. Nous anticipons qu’elle sera au cœur des discussions inter-étatiques de ParisClimat2015, la 21ème Conférence des Parties sur la lutte contre le dérèglement climatique, du 30 novembre au 11 décembre à Paris. La déclaration définit l’équité intergénérationnelle et le droit des générations futures,  elle ouvre également aux Etats qui la reconnaîtront de nouveaux champs d’action dans la lutte contre les crimes environnementaux et dans la reconnaissance d’un préjudice écologique. Adhérent, vous pouvez être : parmi les premiers signataires du texte, sur droitshumanite.fr ; être présent au CESE, Place d'Iéna à Pars, le 2 novembre de 14h à 19h pour une grande mobilisation de la société civile internationale sur le sujet (programme et inscription à venir très prochainement), qui sera suivie d'une projection du film Human de Yann Arthus-Bertrand, et propager dans chacun de nos réseaux cet appel à signatures et à participation. Télécharger le rapport - Pour en savoir plusEn juin dernier, le Président de la République a confié à Corinne Lepage, ancienne ministre de l'environnement et présidente du Rassemblement citoyen-Cap21, une mission en vue de formuler des recommandations pour une déclaration universelle qui pourrait compléter la Déclaration des Droits de l'homme adoptée en 1948 aux Nations unies. Cette mission s'est appuyée sur une dizaine d'experts composé de spécialistes du droit, du climat, d'un représentant de l'association des anciens ministres de l'environnement, et de représentants d'ONG, dont Bettina Laville, fondatrice du Comité 21 et conseiller d'Etat, et Nicolas Imbert, directeur exécutif de Green Cross France et Territoires, adhérent du Comité 21. Cette déclaration, qui répond à une demande forte de la société civile, a de fortes chances d'être un événement majeur de ParisClimat2015. Nous anticipons qu’elle sera au cœur des discussions inter-étatiques de ParisClimat2015, la 21ème Conférence des Parties sur la lutte contre le dérèglement climatique, du 30 novembre au 11 décembre à Paris. La déclaration définit l’équité intergénérationnelle et le droit des générations futures,  elle ouvre également aux Etats qui la reconnaîtront de nouveaux champs d’action dans la lutte contre les crimes environnementaux et dans la reconnaissance d’un préjudice écologique. Adhérent, vous pouvez être : parmi les premiers signataires du texte, sur droitshumanite.fr ; être présent au CESE, Place d'Iéna à Pars, le 2 novembre de 14h à 19h pour une grande mobilisation de la société civile internationale sur le sujet (programme et inscription à venir très prochainement), qui sera suivie d'une projection du film Human de Yann Arthus-Bertrand, et propager dans chacun de nos réseaux cet appel à signatures et à participation. Télécharger le rapport - Pour en savoir plus

Retour

07/10/2015 - Etude IFOP pour Solutions COP21 : 86% des Français sont conscients que nos modes de vie doivent changer pour répondre au défi du changement climatique

Si trois Français sur quatre (76%) savent que la COP21 est la prochaine conférence de l’ONU sur le climat, ils sont prêts à engager de profondes mutations quant à leur mode de vie. Mieux, ils sont conscients de leur responsabilité individuelle, ce qui est d’autant plus vrai pour les jeunes générations. L’exposition de Solutions COP21 au Grand Palais, portée par le Comité 21 avec le Club France Développement durable, sera l’occasion pour tous de découvrir de façon inédite de multiples solutions climat concrètes et déjà accessibles, qui feront la société post-carbone de demain. Rendez-vous au Grand Palais du 4 au 10 décembre pour vivre l’expérience climat !
Lire la suite du communiqué
Infographie

Retour

29/09/2015 - Adoption d’un programme ambitieux pour les 15 ans à venir !

Lors du Sommet de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, les 26,27 et 28 septembre, plus de 160 chefs d’État et de gouvernement et de ministres, ont adopté à l’unanimité un « Programme de développement durable à l’horizon 2030 », assorti de 17 objectifs « ambitieux » pour « transformer notre monde ». Ce programme, «  universel, intégré et porteur de transformation qui nous conduira à un monde meilleur », est une « promesse faite par les dirigeants à tous les habitants de la planète », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, qui a appelé, pour le mettre en œuvre, à un « partenariat mondial renouvelé ». Au nombre de 17, contre 8 pour les OMD, les objectifs de développement durable contenus dans ce programme mondial comptent au total 169 cibles. Convenus lors de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable de Rio+20, en juin 2012, ils sont le résultat d’un processus de négociation qui a impliqué les 193 États Membres des Nations Unies et engagé la participation sans précédent de la société civile et d’autres acteurs.  À l’inverse, les OMD, eux, avaient été élaborés par un groupe d’experts à huis clos. Parallèlement, se sont déroulés au cours de la journée deux dialogues interactifs intitulés « Éliminer la pauvreté et la faim » et « Lutter contre les inégalités, autonomiser les femmes et les filles et ne laisser personne en marge ». Pour en savoir plus

Retour

14/09/2015 - Participez aux Trophées Solutions Climat - Entreprises J - 1 mois !

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à s'engager vers des modèles de production, construction, aménagement, exploitation, moins impactants pour les ressources et le climat.
Les solutions novatrices en matière de consommation d'énergie, de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de préservation des ressources existent et doivent plus que jamais être mises en lumière. C'est pourquoi l'ADEME, le C3D, le Crédit Coopératif, ORÉE, Solutions COP21, The Shift Project et World Efficiency, ont souhaité lancer pour 2015, à l'occasion de la COP 21, les Trophées Solutions Climat avec l'objectif de récompenser les meilleures solutions en matière d'atténuation et/ou d'adaptation aux effets du changement climatique. Jusqu’au 15 octobre 2015,
rendez-vous pour candidater et valoriser vos solutions climat sur :
www.oree.org/trophees-solutions-climat.html

Retour

09/09/2015 - Du 10 au 13 septembre, le Ocean Climax Festival se tient à Bordeaux pour sauver les océans et le climat !

Labellisé COP 21, cet évènement constitue l’occasion d’un rassemblement exceptionnel à Bordeaux pour découvrir, s’instruire, s’engager et célébrer. Proposé par l’ONG Surfrider Foundation Europe et l’écosystème Darwin, les organisateurs du festival veulent mobiliser la société civile autour de la protection des océans et en faire reconnaître l’enjeu central dans les négociations climatiques. Ils souhaitent par ailleurs rassembler un million de signatures nécessaires à l’exercice d’une Initiative Citoyenne Européenne pour influencer les politiques communautaires en faveur de l’océan. Parrainé par Tom Curren, triple champion du monde de surf et fondateur de Surfrider Foundation Europe, le festival recevra également plusieurs personnalités et décideurs : Ségolène Royal, Corinne Lepage, Hubert Reeves, Alain Juppé… Et parce que c’est un festival, les trois jours de concert rassemblent sur scène C2C, Tiken Jah Fakoly ou encore Citizens!, et bien d’autres ! Pour consulter la programmation et y participer.

Retour

24/07/2015 - Mobilisation de la société civile pour la COP 21 : lancement de l’appel à projets pour être présent au Bourget

Le Ministère de l'Ecologie informe l’ensemble des organisations de la société civile, en France et à l’étranger, du lancement de la plateforme d’appel à projets pour tous les acteurs non-étatiques qui souhaitent être présents sur le site de la Conférence Paris Climat (COP21), entre le 30 novembre et le 11 décembre 2015.

-Cette plateforme permet aux organisations de pré-réserver en ligne, sur le site cop21.gouv.fr, un stand, une exposition ou une conférence qu'ils pourront ensuite organiser dans un lieu ouvert à tous, au cœur du site du Bourget, où se déroulera la COP21/CMP11.

-Cette présence de la société civile fait l’objet d’un effort particulier de la France, qui met en place des espaces spécifiquement dédiés à la société civile et aux citoyens, à proximité immédiate du centre de Conférence.  Ces espaces, dénommés « Espaces Générations Climat », répondent à l’objectif de faire de la COP21 un événement ouvert aux citoyens, aux territoires, aux entreprises et à tous les acteurs de la lutte contre les dérèglements climatiques.   La plateforme sera ouverte jusqu’au lundi 10 août 2015  à minuit.

Communiqué et plus d'information sur les espaces générations climat

Retour

21/07/2015 - 3ème conférence internationale sur le financement du développement

La troisième Conférence Internationale sur le financement du développement a eu lieu du 14 au 16 juillet à Addis Abeba. Le programme d’action d’Addis-Abeba contient 134 paragraphes dont une centaine de mesures concrètes. Celles-ci couvrent la question des sources de financement, mais aussi la coopération sur la technologie, la science, l’innovation, la protection sociale, le commerce et le renforcement de capacité. Question cruciale, le financement est considéré comme le pivot du succès de la COP21 et du nouvel agenda de développement durable, 17 ODD - objectifs de développement durable – qui devront construire le monde de 2030 et que l'Assemblée Générale des Nations Unies adoptera en septembre prochain. L’accord d’Addis-Abeba est une première base pour l'agenda post-2015 de l'ONU en matière de développement durable. Dans le texte de la déclaration, la distinction entre le financement du changement climatique et celui du développement durable est extrêmement fine. Si la société civile appelle plutôt à ce que ces fonds s’ajoutent et ne substituent pas, les négociateurs ont décidé de renvoyer le sujet du financement du climat à la COP21. Selon l’AFD, il y a un consensus assez robuste sur le fait que le financement du climat doit s’intégrer dans le financement du développement. Le débat a également porté sur le projet de la création d’un organisme fiscal intergouvernemental. Proposé par le G77 (groupe composé de 134 pays en développement ou émergents), cet organisme fiscal intergouvernemental a été retoqué par les pays du Nord qui ont considéré que l’OCDE offrait un cadre suffisant à la discussion sur le financement du développement. L’accord  reconnait de l’importance du rôle des ressources nationales, qui représentent 90 % du financement du développement. Même si l’accord souligne la nécessaire mobilisation des ressources domestiques ainsi que le recours au secteur privé pour couvrir les besoins de financement des pays en voie de développement, les pays ont également réaffirmé leur engagement à l’APD (aide publique au développement), en particulier pour les pays les moins avancés. La déclaration met également en avant une meilleure coopération Sud-Sud. De plus, un alignement entre investissements privés et lignes directrices du développement durable est nécessaire pour que toutes les mesures prises puissent être mises en place avec efficacité.  Avancé majeure, l’accord pointe également la reconnaissance des acteurs locaux, avec pour la un paragraphe innovant sur les collectivités territoriales. Le Quai d'Orsay a salué l’accord trouvé à l’issue de la Conférence et les réponses qu'il apporte aux enjeux actuels du financement du développement. Néanmoins, les ONG le trouvent décevant et soulignent la faible écoute accordée aux pays en développement, le manque d’éléments sur le respect des normes par les entreprises et le refus de créer un organisme fiscale intergouvernemental - occasion manquée de d’aller vers une gouvernance économique internationale plus démocratique. La prochaine conférence de suivi aura lieu en 2019.
Pour en savoir plus

Retour

01/07/2015 - Le Sommet mondial Climat & Territoires commence aujourd'hui

Etape clé dans le calendrier climat 2015, le Sommet mondial Climat & Territoires est le principal rendez-vous des collectivités territoriales et de l’ensemble des acteurs non-étatiques avant la conférence Paris Climat 2015 en décembre (COP21). Il réunit 800 acteurs des territoires les 1er et 2 juillet à Lyon. Les territoires sont en première ligne de la lutte contre le changement climatique, par leur capacité à réduire les émissions de gaz à effet de serre et par leurs actions d’adaptation face aux impacts des dérèglements climatiques. Leur contribution est cruciale pour la réussite de la conférence de Paris en décembre.  A six mois de la COP21, le Sommet mondial Climat & Territoires permettra à l’ensemble des acteurs non-étatiques (collectivités territoriales, ONG, entreprises, syndicats, peuples autochtones, jeunes, femmes, scientifiques) de faire entendre leur voix et de souligner l’importance d’une approche territoriale des enjeux climatiques. Le Sommet fait écho au Plan d’action Lima-Paris annoncé à la COP20 au Pérou en décembre 2014 (Agenda des solutions) pour accélérer l’action dans la lutte contre le dérèglement climatique. L’objectif du Sommet mondial Climat & Territoires de Lyon est double : présenter les engagements concrets pris par l’ensemble des acteurs territoriaux. Les annonces de réduction de gaz à effet de serre faites à Lyon doivent contribuer à crédibiliser le scénario de limitation du réchauffement de la planète à 2°C ; défendre des propositions précises pour que les engagements des acteurs territoriaux  puissent trouver leur place dans un accord ambitieux à Paris. Les engagements et propositions présentés au Sommet de Lyon seront adressés à la Présidence française de la COP21 ainsi qu’à l’ensemble des États parties à la Convention Cadres des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), chargés de conclure un nouvel accord climat ambitieux et universel en décembre à Paris.   Organisé par les grands réseaux internationaux de collectivités territoriales et accueilli par la Région Rhône-Alpes les 1er et 2 juillet à Lyon, le sommet est placé sous le Haut Patronage du Président de la République française. C’est un événement labellisé COP21, organisé en collaboration avec la CCNUCC.
Le Comité 21, le Club France Développement Durable et son dispositif phare Solutions COP21 sont partenaires du Sommet Climat & Territoires. Pendant deux jours, ils y animeront des plateaux et des interviews pour la WebTV. Ces émissions traiteront de l’actualité des discussions du Sommet et mettront en avant les personnalités incontournables qui y seront présentes. La WebTV aura également comme objectif de mettre en avant les solutions climat, les engagements et les messages des participants au Sommet.
www.worldclimatesummit2015.org  -  @WSCT2015  #WSCT

Retour

12/06/2015 - 23 juin : participez à la rencontre-débat sur « Alimentation et changement climatique » !

Le Comité 21 et le Club France Développement durable vous invitent à participer à la prochaine rencontre-débat sur « Alimentation et changement climatique : nourrir le monde durablement », le 23 juin, à partir de 8h30 à AgroParisTech (19 avenue du Maine, Paris 15ème). Marc Dufumier, professeur émérite d’AgroParisTech,  président de la Fondation René Dumont, membre des comités scientifiques de la Fondation Nicolas-Hulot (FNH) et de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et François Pasteau, chef du restaurant L'Epi Dupin, président de l’ONG Bon pour le climat viendront débattre des conséquences du changement climatique pour l’agriculture et l’alimentation et des solutions à mettre en place. Ce sera également l’occasion de revenir sur la place des thèmes de l’alimentation et de l’agriculture lors de la 21ème Conférence des Parties à la Convention Climat (COP21) qui aura lieu à Paris en décembre prochain. En effet, alors que 805 millions de personnes souffrent aujourd’hui de la faim, on estime que si nous maintenons nos émissions mondiales de gaz à effet de serre au niveau actuel, ce sont 600 millions de personnes supplémentaires qui souffriront de la faim d’ici 2080. Un investissement considérable dans l’adaptation de l’agriculture au changement climatique est donc nécessaire pour renforcer la résilience dans les zones les plus vulnérables. A l’inverse, le système alimentaire mondial serait responsable entre 19 et 29 % des émissions de gaz à effet de serre**. A l’heure où s’ouvre l’exposition universelle de Milan « Nourrir la planète, Energies pour la vie », la planète prend conscience que ses décisions de production et de consommation ont un impact direct sur les changements climatiques. ** CGIAR Consulting Group on International Agriculture Research
Inscription gratuite mais obligatoire
Invitation

Retour

06/06/2015 - Nouveau rapport Démocratie environnementale : débattre et décider

Ségolène ROYAL reçoit le rapport de la commission spécialisée du Conseil national de la transition écologique sur la démocratisation du dialogue environnemental. Conformément au mandat donné par le Président de la République en ouverture de la dernière Conférence environnementale, la commission formule des recommandations visant à assurer une participation plus effective et plus transparente des citoyens, sans allonger les délais de réalisation des projets. Les conclusions de la commission seront présentées au Conseil national de la transition écologique le 16 juin 2015. Le Gouvernement formulera ensuite des propositions de mesures de nature à améliorer rapidement la qualité du dialogue environnemental. 74 pages Télécharger le rapport

Retour

03/06/2015 - Journée mondiale de l'environnement : message Message d'Achim Steiner, Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif du PNUE

Nous vivons sur une planète où la mondialisation est de plus en plus importante, habitée par 7 milliards de personnes, il est donc tentant de sous-estimer le pouvoir de l'action individuelle. Chaque année, la Journée mondiale de l'environnement (JME) est là pour nous rappeler que nos choix personnels définissent le monde qui nous entoure.

Nos décisions quotidiennes en tant que consommateur, multipliées par des milliards, ont un impact colossal sur l'environnement - certaines d'entre elles contribuent à l'accélération de l'épuisement des ressources naturelles, d'autres contribuent à la protection des écosystèmes fragiles. Nous avons le choix - tout le temps.

Le thème des célébrations de cette année, "Sept milliards de rêves. Une seule planète. Consommons avec modération." insiste sur la responsabilité individuelle de chacun d'entre nous afin de rendre possible un développement économique durable et accessible à tous, tout en stabilisant puis diminuant le taux d'utilisation des ressources mondiales.

Aujourd'hui, les modèles de consommation et de production non durables sont la cause majeure de la détérioration continue de l'environnement mondial. Il ne fait pas de doute que "l'importante accélération" des 50 dernières années a vu une transformation rapide de la relation de l'homme avec la nature - et cela plus qu'à aucune autre période de l'histoire - due à l'utilisation grandissante des ressources naturelles conduisant à une dégradation environnementale.

Il faut que nous nous interrogions sur les conséquences de l'allure à laquelle nous consommons ainsi que sur la courbe de la croissance démographique - avec une population mondiale qui devrait atteindre neuf milliards d'ici 2050. Selon les tendances actuelles, l'extraction des ressources, à l'échelle mondiale, devrait atteindre 140 milliards de tonnes d'ici 2050, contre environ 7 milliards de tonnes en 1900. Ce qui dépassera sûrement le niveau de disponibilité et d'accessibilité des ressources ainsi que la capacité de la planète à absorber les impacts de ces extractions et de leur usage.

Nous ne pouvons pas nous permettre de gaspiller, alors que les ressources se raréfient et que les prix augmentent. Malgré tout, il est encore possible de s'attaquer au défi de la diminution et la restriction des ressources en créant des opportunités qui déboucheront sur des économies prospères et une planète saine pour les générations à venir.

J'aimerais inviter chacun d'entre vous à imaginer ce que serait le monde si chacune des 7 milliards de personnes qui peuplent cette planète opérait un seul changement dans ses habitudes pour une consommation des ressources plus responsable.

Je voudrais que vous gardiez cette image en tête et que vous vous efforciez d'en faire une réalité - en refusant par exemple l'usage des sacs plastiques jetables ou en vous rendant au travail à vélo.

Pour nous tous, la JME est l'occasion d'assumer notre responsabilité de préserver la planète Terre et de devenir des agents du changement.

Retour

11/05/2015 - Le Comité 21 et le Club France Développement durable soutiennent le Business & Climate Summit

Pour la première fois, les plus grands réseaux d’entreprises organisent ensemble un événement sur le climat les 21 et 22 mai à l'UNESCO : le Business & Climate Summit.Répondant à l’appel du Secrétaire Général des Nations Unies pour que le secteur privé joue un rôle actif dans le processus mondial de décarbonation, le Business & Climate Summit rassemblera un millier de responsables d’entreprises, de négociateurs climatiques et de décideurs politiques internationaux. A l’issue de ce sommet, des recommandations seront présentées aux décideurs politiques pour les aider à conduire le dialogue en vue de la COP21. Ce sommet abordera des questions décisives telles que : comment les entreprises peuvent-elles, en collaboration avec les gouvernements, développer l’économie et poursuivre le développement tout en limitant la hausse mondiale des températures à 2° C ? Comment la tarification du carbone peut-elle doper l'innovation, créer de nouveaux marchés, produits et services, réduire la consommation d'énergie, créer des emplois et orienter l'épargne ? Comment la fixation d’une trajectoire d’émissions, mondiale et de long terme, lors de la COP 21 peut-elle mobiliser les investisseurs et accélérer la transition vers une économie bas carbone ?  
Le premier jour (20 mai, 14h00-20h30) sera consacré à la vision d’une société bas carbone. Il présentera les solutions existantes et à venir pour faire de l’économie bas carbone une réalité. Le deuxième jour (21 mai, 08h00-17h30) traitera de la réalisation de la vision à travers l'accélération des solutions et portera sur les politiques requises pour mettre en œuvre une économie prospère et bas carbone.
Consulter la brochure de présentation
Général: contact@businessclimatesummit.com 
Presse : pressbcs@havasww.com

Retour

29/04/2015 - Consultation citoyenne : quels indicateurs pour évaluer la situation du pays ?

France Stratégie et le Conseil économique, social et environnemental (CESE), en partenariat avec BVA, s'associent pour lancer une consultation publique sur la meilleure manière de mesurer la qualité de la croissance de la France. Bien rendre compte de la manière dont le pays et la société évoluent est important à de multiples égards. Cela permet de guider les choix en matière de politiques publiques et d'éclairer les décisions de tout un chacun. C’est pourquoi une grande phase de consultation du public vient d’être lancée :
  • Une consultation en ligne ouverte à tous : réagissez sur l’intérêt et la pertinence de la démarche en cliquant ici.
  • Une enquête (BVA) via un panel représentatif de la population pour éclairer le choix des thèmes.
  • Des ateliers avec des panels citoyens pour aider au choix entre différents indicateurs.
  • Des échanges avec les parlementaires et les collectivités territoriales
Cette phase de consultation, qui s’achèvera en juin, devrait déboucher sur l’élaboration d’un tableau d’indicateurs. Ce tableau de bord ainsi créé proposera tous les ans des indicateurs disponibles, comparables dans le temps et dans l’espace, conformes au cadre conceptuel international et déclinables au niveau local. A diffuser largement. Date limite : 22 mai 2015

Rappel : Le Comité 21 contribue à la construction des 10 indicateurs complémentaires au PIB
Le Comité 21 se félicite de la parution ce 14 avril au Journal Officiel de la nouvelle loi « visant à la prise en compte des nouveaux indicateurs de richesse dans la définition des politiques publiques », initiée en octobre 2014 par Madame Eva Sas, députée de l'Essonne. Elle contribue ainsi aux actions engagées par les adhérents du Comité 21 pour une meilleure qualification de leurs politiques de développement durable. Afin d'accompagner ce texte et nourrir les débats parlementaires qui s'engageront au moment de la discussion de la loi de finances, le CESE et France Stratégie ont installé dès janvier dernier un groupe de concertation réunissant diverses parties prenantes afin de finaliser une dizaine d'indicateurs complémentaires au PIB. Le Comité 21 a participé à ces réunions et a insisté notamment sur la nécessaire synergie entre les indicateurs nationaux ainsi choisis et les nombreux indicateurs territoriaux existants mis en place par les collectivités locales avec la participation de l'ARF. Afin d'enrichir ces travaux, une « concertation citoyenne » va maintenant s'engager sous l'égide de France Stratégie et du CESE, à laquelle le Comité 21, à travers ses administrateurs et adhérents, apportera son expérience de plateforme multi-acteurs.

Accédez à la Consultation
Pour en savoir plus

Retour

21/04/2015 - Appel à manifestations d'intérêt sur la performance et l’innovation environnementale du renouvellement urbain

Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Myriam El Khomri, secrétaire d’Etat en charge de la politique de la ville et Louis Schweitzer, commissaire général à l’Investissement (CGI), ont lancé un appel à manifestations d’intérêt portant sur la performance et l’innovation environnementale du renouvellement urbain dans les quartiers du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU). Cet appel à manifestation va permettre de sélectionner, dans les 200 quartiers d’intérêt national du NPNRU, une quinzaine de projets de renouvellement urbain innovants du point de vue environnemental, et qui bénéficieront des aides du PIA. L’enjeu majeur consiste à susciter la créativité des porteurs de projets en matière de ville durable (performance des bâtiments, approche énergétique et environnementale, ou encore mobilité) au profit de la qualité de vie des habitants. Ce programme d’investissement d’avenir est doté de 71 millions d’euros de subventions pour soutenir les initiatives les plus innovantes. Les candidatures sont attendues jusqu'au 30 septembre 2015. Pour en savoir plus. Le dossier explicatif est disponible ici.

Retour

14/04/2015 - 7ème Forum Mondial de l’Eau : suivez en direct ce qui se passe en Corée !

Le grand rendez-vous de la communauté internationale de l’eau, 7ème Forum Mondial de l’Eau a commencé ; il se tient du 12 au 17 avril en Corée du Sud. Organisé tous les 3 ans, les Forums mondiaux de l’Eau s'inscrivent dans un processus de collaboration mondiale sur les problématiques liées à l'eau, en offrant aux politiques et aux décideurs concernés un espace international de débat et de contributions d'experts. Pour cette édition, une délégation française multiacteurs de près de 200 personnes est présente ! L’Espace France permet de véhiculer des points de vues collectifs pour les deux grandes négociations onusiennes en cours, notamment sur l’importance d’un Objectif Eau ambitieux dans l’Agenda Post 2015 qui sera arrêté en septembre 2015 par l’Assemblée Générale des Nations Unies, et la prise en compte de l’eau dans les négociations Climat en vue de la COP 21 en novembre-décembre 2015 au Bourget. Grâce au Partenariat Français pour l’Eau (membre du Club France Développement durable), vous pouvez suivre à distance ce qui se passe en Corée ! Suivre les actualités du Forum  - @PFE_FWP #WWF7France

Retour

25/03/2015 - Parution du dernier volume du rapport du GIEC : le climat de la France au XXIème siècle

Le volume 5 du rapport dirigé par Jean Jouzel « Le climat de a France au XXIème siècle », intitulé « Changement climatique et niveau de la mer : de la planète aux côtes françaises » vient d'être lancé lors d'une conférence de presse avec la Ministre de l'Ecologie. Ces travaux apportent les connaissances scientifiques nécessaires pour comprendre les impacts du changement climatique en France, à quelques mois de la Conférence Paris climat 2015. Ce volume 5  présente les plus récentes connaissances sur l’évolution du niveau de la mer, de l’échelle planétaire à celle de la France métropolitaine et d’outre-mer, en phase avec le cinquième rapport d’évaluation du GIEC. Il aborde les principaux phénomènes sur l’évolution du niveau de la mer :
Observations :
- Au niveau mondial le niveau marin s’est élevé au rythme moyen de 0,5 mm/an. Au XXème siècle, le rythme s’est accéléré
: + 18,7 cm entre 1901 et 2011 et + 6,7 cm entre 1993 et 2014, avec des différences d’une région à l’autre.
- En France métropolitaine, aux Antilles et la Réunion, le taux d’élévation le long des côtes est proche de cette moyenne. En Polynésie, la hausse est de 21 cm entre 1950 et 2010, alors qu’en Nouvelle-Calédonie, elle est de 12 cm.
Télécharger le rapport
Communiqué

Retour

19/03/2015 - Lancement du premier appel à projets pour le programme européen « Urbact III »

« Urbact III » est un programme de la Coopération Territoriale Européenne financé par l’Union Européenne et par les Etats membres. Ce programme d’échanges et d’apprentissage vise à promouvoir au sein de l’Union Européenne un développement urbain durable. Les acteurs publics européens concernés par les enjeux urbains durables peuvent proposer en ligne la création d’un réseau fondé sur l’une des thématiques de « Urbact III ». Certaines des 10 thématiques recevront cependant en priorité les financements du programme, notamment la recherche et l’innovation, la transition vers une économie sobre en carbone, protéger l’environnement, promouvoir l’emploi et soutenir la mobilité des travailleurs, promouvoir l’inclusion sociale et lutter contre la pauvreté. Ce premier appel à projet concerne plus particulièrement les initiatives autour des plans d’actions et des stratégies de politique urbaine. Deux autres appels à projets seront lancés ultérieurement et concerneront les réseaux de mise en œuvre et les réseaux de partage. Les propositions pour ce premier appel à projets sont attendues jusqu’au 16 juin, 15 heures. Elles seront accessibles par tous en ligne, afin de permettre la mise en relation des villes européennes intéressées par certains projets, et ainsi permettre de développer et d’améliorer la proposition avant l’examen par le secrétariat technique du programme, confié pour 2014-2020 à la France, via le Commissariat Général à l’Egalité des Territoires. En savoir plus. Le comité 21 peut vous aider à identifier des sujets à proposer et identifier des partenaires: contactez-nous! Elise Gaultier -gaultier@comite21.org.

Retour

17/02/2015 - Vers la COP21 : 1ère phase de négociations intermédiaires achevée

Du 8 au 13 février, les représentants des pays membres de la Convention Cadre des Nations Unies contre le Changement climatique étaient à Genève pour continuer de négocier l’accord qui devrait être adopté à Paris lors de la COP 21. Il s’agissait de la première session de négociations depuis la COP20 de Lima et une nouvelle étape sur le chemin de la COP21 qui se tiendra en décembre prochain à Paris. Pour Bettina Laville, Fondatrice du Comité 21, « un esprit de Genève a été créé, il rétablit a confiance par rapport au mauvais climat de Lima. Mais ceux qui s’étaient donnés comme objectif un texte "concis, gérable et négociable", en espérant que le texte ne s’allonge pas, ont des raisons d’être inquiets ». Découvrez ci-dessous l’analyse formulée par Bettina Laville pour le Comité 21/Club France Développement durable de cette première phase de négociation intermédiaire de la COP20 de Lima. Télécharger l’analyse

Retour

29/01/2015 - L’appel de Bordeaux, un engagement des élus locaux de France pour le climat

Réunis ce jeudi 29 janvier 2015 à Bordeaux à l'occasion des Assises nationales de l'énergie, les représentants des élus locaux et régionaux ont tenu à exprimer la volonté des territoires de répondre à l'urgence du défi lié au dérèglement climatique dont les derniers travaux du GIEC ont montré l'ampleur des impacts sociaux, environnementaux et économiques à craindre.   
Les élus locaux en appellent à la mobilisation de toutes les forces vives du pays. Ils mettent en avant le rôle moteur des territoires pour la réussite de la Conférence de Paris et l'importance de leur donner une place stratégique au titre de l'agenda des solutions qui accompagnera l'accord entre les Parties sur les émissions de gaz à effet de serre :  
"Forts de nos expériences, soucieux de les partager et de les entendre sur nos territoires, nous nous tournons vers les différentes autorités qui se réuniront tout au long de cette année pour préparer le nouvel accord sur le changement climatique et vers les chefs d'Etat qui se réuniront à Paris en fin d'année pour l'adopter.   
Nous les appelons à prendre en considération, dans les décisions de la COP de Paris, le rôle central des territoires, dans l'adaptation comme dans l’atténuation, et de soutenir les mécanismes permettant de renforcer l'action locale et régionale, notamment dans les pays en développement, et les partenariats.  
Nous leur demandons solennellement, à ce moment clé et inédit de l’histoire de notre planète, de prendre leurs responsabilités face aux générations, nées à l’aube du XXIème siècle, qui sont et seront les premières à subir de manière sensible les conséquences du dérèglement climatique. »
Les signataires de "L'appel de Bordeaux" sont François Baroin, Ronan Dantec, Hervé Gillé, Anne Hidalgo, Alain Juppé, Jean-Patrick Masson, Johanna Rolland, Alain Rousset, Jo Spiegel et Patrice Vergriete. Cette initiative a reçu le soutien de Cités unies France, Comité 21  et Club France Développement durable représentés par leur président Gilles Berhault, CGLU (Cités et gouvernements locaux unis) représenté par son porte-parole climat Ronan Dantec, ICLEI gouvernements.
Télécharger l'appel de Bordeaux

Retour

07/01/2015 - Un appel à candidature sur le dérèglement climatique pour l’attribution du label Grande cause nationale 2015

Le label, attribué par le Premier ministre, devra mettre en avant l’engagement en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique, thématique retenue pour la Grande cause 2015. Ce label permet à des organismes à but non lucratif, qui souhaitent organiser des campagnes de communication faisant appel à la générosité publique, d’obtenir des diffusions gratuites auprès des sociétés publiques de radio et de télévision.  Les dossiers de demande d’attribution du label doivent parvenir par voie postale, sur support numérique en deux exemplaires, au plus tard le 26 janvier 2015 – 17h, à l’adresse suivante :
Christian GRAVEL
Directeur du Service d’Information du Gouvernement (SIG)
19, rue de Constantine
75340 PARIS CEDEX 07

Les dossiers devront nécessairement comporter les documents suivants pour être éligibles :
-une présentation des enjeux autour du thème proposé et de leur pertinence au regard de cette priorité qu’est la lutte contre dérèglement climatique ;
-un descriptif de la campagne envisagée (thème, axe créatif, nature des actions,…) ;
-la présentation d’un budget prévisionnel de la campagne publicitaire (coût et mode de financement de la production des spots de publicité envisagés et autres modes de communication prévus dans le cadre de la campagne) ;
-les documents présentant les activités et statuts de l’association ou des différentes associations regroupées dans un collectif, ainsi que le dernier arrêté des comptes.Pour en savoir plus

Retour

08/12/2014 - Rapport 2014 du ministère de l’écologie sur l’environnement en France

La ministre de l’Ecologie a présenté le 5 décembre le rapport 2014 sur l’environnement en France. 6ème édition depuis 1994, ce rapport a pour objectif d’éclairer les Français sur la situation et l’évolution des différentes composantes de l’environnement et sur les pressions que celles-ci subissent. Introduit par les grandes tendances socio-économiques observées en France depuis les années 1990, le rapport est centré, dans  une première partie, sur les problématiques liées à l’état de l’environnement, en traitant successivement de l’état des milieux, de la situation de la biodiversité et des pressions exercées sur les ressources naturelles. Un panorama de l’exposition des personnes et des biens aux risques naturels, technologiques et environnementaux chroniques est proposé. Les questions ayant trait au changement climatique et aux problématiques santé/environnement constituent la toile de fond de cette partie. La seconde partie du rapport aborde les initiatives locales et les actions globales de long terme développées sur les territoires (évolutions dans les modes de vie et de consommation des Français, rapprochement entre les activités économiques et l’environnement, réduction de l’exposition des populations et des territoires aux risques et nuisances). Enfin, elle dresse un panorama des différentes pistes explorées, dans le domaine notamment de la recherche. Cette nouvelle édition confirme que les moyens pour connaitre et  préserver l’environnement et le cadre de vie sont mises en œuvre. Télécharger le rapport 2014Télécharger la synthèse du rapport

Retour

01/12/2014 - Retour sur la Conférence environnementale 2014

A l’occasion de la conférence environnementale des 27 et 28 novembre, le Président de la République a appelé à l'Union nationale dans la lutte contre le changement climatique et la préparation de la Conférence Paris Climat en décembre 2015. François Hollande a également annoncé le lancement d'un grand chantier pour approfondir la démocratie participative dans l'élaboration des projets, l’objectif étant d’améliorer et rendre plus effective la participation des citoyens. Rythmée par trois tables rondes (le climat et la biodiversité, les transports et mobilité durables, et la santé et l'environnement), cette conférence a permis de fixer les 16 grands objectifs de la France. Dans la cadre de la mobilisation nationale vers la COP 21 sur les enjeux du climat et de la Biodiversité, quatre grands objectifs ont été fixés dans la feuille de route : accélérer la transition française vers une économie verte ; renforcer la stratégie d'adaptation nationale ; renforcer l'action internationale de la France face au dérèglement climatique, et mobiliser les citoyens sur les enjeux de la conférence Paris Climat 2015. Pour les transports et la mobilité durable, six objectifs ont été inscrits : maitriser la demande de mobilité et encourager les déplacements écologiques ; mobiliser les acteurs institutionnels pour promouvoir les nouvelles mobilités et l'inter-modalité ; stimuler l'innovation technologique et la croissance verte dans les transports ; promouvoir une logistique durable ; assurer les moyens de financement des transports durables ; et adapter les normes, les savoirs et les compétences pour une stratégie partagée de mobilité durable. Et pour finir, cinq autres ont été identifiés dans le domaine de la santé et de l’environnement : améliorer la prise en compte des enjeux de santé environnement dans les politiques publiques ; mieux prendre en compte les liens entre santé et biodiversité et climat ; améliorer la qualité de l'air ; améliorer l'environnement sonore ; et poursuivre la réduction de l'exposition à certaines substances dont le rejet dans l'environnement peut avoir un impact sanitaire.
Vidéo du discours de François Hollande
Communiqué de presse de Ségolène Royal
Discours de la Ministre de l’écologie
Pour en savoir plus

Retour

12/11/2014 - Chiffres clés du climat : parution de l’édition 2015 du « Repères »

À l’heure où le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte a été adopté en première lecture par l'Assemblée nationale, et dans la perspective de la COP20 à Lima (1er au 12 décembre 2014) pour aboutir à un accord mondial à Paris en décembre 2015 –COP21), le ministère de l'Écologie et CDC Climat Recherche publient l’édition 2015 du « Repères – Chiffres clés du climat – France et Monde ». Cette brochure a été actualisée et enrichie par rapport à l’édition 2014 pour mieux répondre aux attentes des lecteurs et prendre en compte les récentes évolutions. Elle apporte à chacun, sous une forme accessible et pratique, les bases nécessaires à la compréhension du changement climatique, ses mécanismes, causes et effets ainsi que sur les dispositifs internationaux mis en place pour le circonscrire. Ce document s’adresse tant au grand public qui veut en savoir plus, qu’à l’expert qui a besoin d’un mémento à portée de la main. A télécharger

Retour

05/11/2014 - J-5 pour la Conférence mondiale de l'UNESCO de la fin de la Décennie 2005-2014 des Nations Unies pour l’éducation au développement durable (EDD)

La conférence mondiale de l'UNESCO qui marque la fin de la Décennie 2005-2014 des Nations Unies pour l’éducation au développement durable (EDD) se déroulera du 10 au 12 novembre 2014 à Nagoya (Japon). Elle doit réaliser le bilan de 10 années consacrées à l'éducation, à la formation et à la recherche sur le développement durable, mais également définir une stratégie pour la période post-2014. Sur le thème « Apprendre aujourd'hui pour un avenir viable », la conférence est articulée autour de quatre sessions plénières et de quatre groupes de workshops. Elle mettra en lumière les initiatives, les acteurs clés, les réseaux et les idées que la Décennie a stimulés. Par ailleurs, le rapport final d’évaluation sur la Décennie des Nations Unies pour l’EDD sera lancé à l’occasion de cette Conférence mondiale. Il présentera les enseignements et tirera des conclusions quant aux futures actions à mener dans le domaine de l’EDD. Des exemples d’engagement ambitieux seront également annoncés lors de la Conférence mondiale sur l’EDD. Les engagements à l’occasion du lancement du Programme d’action global sont des plans d’activités concrètes destinées à soutenir un ou plusieurs des cinq domaines d’action prioritaires. Il peut s’agir d’activités de projet/programme ciblant certains bénéficiaires et/ou certains acteurs de l’EDD, concernant notamment le plaidoyer et/ou la collecte de fonds. Les résultats de la Conférence mondiale sur l’éducation au développement durable éclaireront les débats du Forum mondial sur l’éducation (19-22 mai 2015, Incheon, République de Corée). La Déclaration d’Aichi-Nagoya et le Programme d’action global sont des contributions majeures dans le débat sur l’élaboration d’un nouvel agenda pour l’éducation pour 2015-2030, ainsi que pour le Cadre mondial d’action qui sera adopté à Incheon afin de soutenir et d’orienter la mise en œuvre du futur agenda.

Retour

16/10/2014 - Projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte adopté par l’Assemblée nationale

Le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte vient tout juste d’être adopté par l’Assemblée nationale, en première lecture, par 314 voix pour et 219 voix contre. Portée par la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, le projet de loi vise à diminuer la consommation d’énergie de la France de 20%, porter à 32% sa production d’énergie renouvelable, plafonner sa  puissance nucléaire à son niveau actuel et réduire de 40 % ses émissions de gaz à effet de serre en 2030. Les domaines concernés par les différents amendements sont : le bâtiment,  la mobilité, l’économie circulaire, les énergies renouvelables, le nucléaire, la gouvernance et la précarité énergétique. Ce texte doit maintenant être examiné par le Sénat à une date non encore définie pour une adoption définitive prévue au printemps 2015. Développé par le bureau d'étude Ecofys accompagné par les associations Réseau Action climat France-RAC et CLER (lien), le transitiomètre qui évalue la capacité de la loi et des plans d'actions associés à atteindre les engagement de la France est resté à 30% en global (en raison de la fiscalité écologique, notamment l'abandon de l'éco-taxe poids lourds). Lire le texte adoptéEn savoir plus       

Retour

18/09/2014 - Paris Climat 2015 / COP21 : les réseaux d’acteurs de la société civile expriment leurs attentes au Président de la République

Paris le 18 septembre 2014 – À quelques jours du « Sommet sur le Climat, accélérer l'action » que tiendra le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki Moon, le 23 septembre 2014 à New York, le Comité 21 et le Club France Développement durable présentent ce matin, une lettre ouverte adressée au Président de la République. Ce courrier rassemble 35 propositions, exprimant l’engagement et les attentes des réseaux d’acteurs de la société civile et des partenaires impliqués dans « Solutions COP21 ». A cette occasion, Gilles Berhault, Président du Comité 21 et du Comité d’orientation du Club France Développement durable, rappelle que les acteurs de tous types (réseaux, institutions, entreprises, collectivités, centres de recherche…) sont déjà en ordre de marche. Le dispositif « Solutions COP21 », a pour objectif de mettre en lumière les solutions concrètes de lutte contre le dérèglement climatique et ses effets.
Lire la suite
Télécharger la lettre ouverte au Président de la République
Liste des membres du Club France Développement durable

Retour

04/09/2014 - L’EDD fait partie des Objectifs de développement durable proposés pour l’après-2015

L’EDD est clairement considérée comme une composante du programme de développement proposé pour l’après-2015. À sa dernière session en juillet 2014, le Groupe de travail ouvert sur les Objectifs de développement durable (GTO) a proposé 17 objectifs visant à réduire la pauvreté, promouvoir la prospérité mondiale et faire progresser l’équité sociale et la protection de l’environnement après 2015. L’objectif 4 proposé (l’objectif pour l’éducation post-2015) cherche à « assurer une éducation inclusive, équitable et de qualité et à promouvoir des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous ». L’objectif 12 proposé vise à « promouvoir des modes de consommation et de production durables », et la proposition d’objectif 13 indique la nécessité de « prendre des mesures urgentes afin de lutter contre le changement climatique et ses conséquences ». Pour en savoir plus

Retour

02/09/2014 - Date de clôture des candidatures pour les Prix Entreprises & Environnement repoussée au 19 septembre !

Vous êtes une entreprise et vous avez la passion de l'innovation ! Concourrez à l'une des 5 catégories des Prix Entreprises & Environnement organisés par le ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, l'ADEME et coordonnés par OREE. Vous avez maintenant jusqu'au 19 septembre pour déposer votre dossier.
Créés en 1987, ces Prix récompensent chaque année des entreprises ayant à leur actif des réalisations remarquables dans les domaines de l'environnement, de la biodiversité et du développement durable, participant ainsi à la transition écologique. Ils seront remis le 2 décembre 2014 en présence du ministre du Développement durable, lors d'une cérémonie sur le salon Pollutec.
Pour en savoir plus

Retour

04/08/2014 - Ségolène Royal lance un appel à projets pour 20 territoires : zéro gaspillage zéro déchet !

Cet appel à projets a pour objectif d'engager 20 territoires volontaires dans une démarche exemplaire et participative de réduction, réutilisation et recyclage de leurs déchets. Les collectivités candidates s’engageront sur des objectifs ambitieux de prévention des gaspillages et de valorisation des déchets qui ne peuvent être évités, dans une perspective d'économie circulaire. En associant tous les acteurs du territoire (citoyens, entreprises, associations), elles s’engageront à mettre en œuvre des solutions concrètes pour aider à faire évoluer les gestes et pratiques du quotidien. Les collectivités retenues feront l’objet d’un accompagnement par l’ADEME, l’agence du ministère de l’Écologie et de l’Énergie, les services du ministère en partenariat avec les Régions, et en particulier d’un soutien financier pour la réalisation d'une étude de faisabilité et la mise en place d’une animation territoriale pour une période de 3 ans, afin de leur permettre de lancer et de porter leur projet. Les projets développés dans ce cadre seront éligibles aux aides du fond déchets. Les collectivités intéressées sont invitées à manifester leur intérêt pour la démarche d’ici le 26 septembre auprès de l’ADEME qui pourra accompagner leurs premières réflexions.  Le cahier des charges détaillé leur sera transmis fin septembre. Il précisera les critères, permettant aux collectivités qui souhaitent confirmer leur candidature d’élaborer un dossier de candidature d’ici le 14 novembre 2014. Un jury composé de représentants de collectivités territoriales, d’associations environnementales, des filières et des pouvoirs publics identifiera les 20 « territoires zéro gaspillage zéro déchet » qui seront dévoilés le 19 décembre 2014 - Pour en savoir plus

Retour

30/07/2014 - Lancement des Trophées des campus responsables, la première édition francophone des Green Gown Awards !

Fort de ses relations avec des réseaux homologues étrangers, Campus Responsables, premier réseau d'universités et grandes écoles française engagées en faveur du développement durable, lance cette année les Trophées des campus responsables, la première édition francophone des Green Gown Awards, en partenariat avec le Comité 21. Cet événement existe depuis 10 ans au Royaume-Uni et depuis 5 ans en Australie et en Nouvelle-Zélande. Son objectif : mettre en valeur les établissements d'enseignement supérieur ayant engagé des démarches DD et RSE pour devenir des campus plus durables. Tous les campus francophones (Français, Belges, Suisses et Luxembourgeois), qu'ils soient des universités, des grandes écoles, des instituts ou encore des établissements spécialisés, peuvent y participer ! Les campus peuvent candidater à l'une ou plusieurs des catégories suivantes :
- Responsabilité sociale et sociétale (engagement avec les parties prenantes autour d'un projet social et sociétal : développement local, ancrage territorial, ouverture sociale et/ou culturelle, amélioration du bien-être des populations locales…
- Engagement durable : Mise en place d'activités et d'efforts durables, dans une logique d'amélioration continue : performance globale, programmes pédagogiques, intégration de l'approche DD/RSE au sein du management de l'établissement…
- Implication des étudiants : Collaboration entre membres du personnel et étudiants dans le cadre d'un projet commun : gestion des réseaux sociaux, achats responsables, rédaction des rapports d'activités et/ou DD , campagne de sensibilisation, etc.
- Innovation technique pour le développement durable : développement et mise en place d'innovation technique qui créent de nouvelles solutions de développement durables et aident à utiliser les ressources de manière plus efficace
Les trois premières catégories de prix permettront aux lauréats français de participer à l'édition internationale des Green Gown awards en novembre 2014, aux côtés des lauréats britanniques, australiens et néo-zélandais de ces mêmes catégories. Télécharger et compléter les dossiers de candidature du 1er août au 5 octobre. Pour plus de renseignements: pauline@grainesdechangement.com

Retour

21/07/2014 - Appel à communication : 6ème séminaire international du Réseau 2DLIS

Les 14 et 15 mai 2015 se déroulera le 6ème Séminaire International  dans le cadre du Réseau Développement Durable et Lien Social (2DLIS), à l’université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal). Co-organisé par l’université Gaston Berger de Saint-Louis, l’université de Haute-Alsace de Mulhouse, l’université de Strasbourg et l’université de Cheikh Anta Diop de Dakar, ce séminaire portera sur le thème « Développement durable, Représentations sociales et Innovations sociales ». Ce colloque s’organisera autour de trois axes : le développement durable : « les mots et les choses » ; « local et global » : développement durable et diffusion des innovations sociales ; épistémologie des innovations sociales dans le développement durable.  Il permettra ainsi aux chercheurs et aux praticiens d’échanger sur les relations entre les représentations sociales et les pratiques sociales innovantes qui produisent de nouvelles formes de développement durable. Les propositions de communication sont attendues avant le 31 octobre 2014, la sélection ayant lieu le 20 décembre 2014. Pour plus de détails et pour connaître les modalités de contribution, cliquez ici.

Retour

16/07/2014 - Le CESE a voté son avis sur le projet de loi de programmation pour un nouveau modèle énergétique français

Le Premier ministre a saisi le Conseil économique, social et environnemental sur le « projet de loi de programmation pour un nouveau modèle énergétique français ». Le Conseil considère ce projet de loi comme une première page d’une nouvelle étape de l’histoire de l’énergie en France. Ce premier volet qui met en avant les économies d’énergies et le développement des énergies renouvelables propose une impulsion pour une réelle transformation. Le CESE, qui avait anticipé le traitement de ces questions, relève avec intérêt la présence dans le projet de loi de plusieurs recommandations de ses avis antérieurs : programmation pluriannuelle de l’énergie, société bas carbone, rénovation énergétique, tiers financement, participation des citoyens aux projets locaux… Cet avis, rapporté au nom des sections de l’environnement et des activités économiques par Mme Laurence Hézard et M. Jean Jouzel, a été soumis au vote de l’assemblée plénière du CESE le 9 juillet. Il a été adopté avec 169 votes pour, 0 vote contre et 14 abstentions. Pour en savoir plus

Retour

07/07/2014 - 5 rapports thématiques pour Quelle France dans 10 ans

Le 25 juin 2014, Jean Pisani-Ferry a remis au président de la République le rapport « Quelle France dans dix ans ? Les chantiers de la décennie ». Cinq rapports thématiques, publiés séparément, précisent pour chaque chantier majeur les analyses et les recommandations soumises au débat social et citoyen, ainsi qu’à la décision politique.
- Batir un monde responsable
- Restaurer le confiance dans le modèle républicain
- Investir dans le redressement économique
- Retrouver une ambition européenne pour la France
- Réconcilier l'économique et le social
Pour en savoir plus

Retour

25/06/2014 - Rapport du CGSP: Quelle France dans 10 ans ?

Jean Pisany-Ferry, Commissaire général à la stratégie et à la prospective, a remis ce matin au Président de la République et au Premier ministre le rapport Quelle France dans dix ans ? Ce document regroupe plusieurs objectifs : restaurer la confiance dans le modèle républicain ; réconcilier l’économie et le social ; bâtir un développement responsable ; investir dans le redressement économique et retrouver une ambition européenne pour la France. La phase de consultation a mobilisé à l’automne 2013 de nombreux acteurs et adopté des formes multiples : débats publics thématiques, auditions et séminaires de travail, consultations des partenaires sociaux, dialogue avec les Assemblées, débats en régions avec les acteurs locaux, ouverture d’un espace contributif en ligne, sondages, etc. (voir méthodologie en annexe). À partir de ces échanges et de ses travaux propres, France Stratégie a élaboré une analyse des enjeux essentiels auxquels la société française doit répondre et de leurs implications et avance pour les dix années à venir une série d’orientations prioritaires. Le présent rapport soumet ces analyses et propositions au débat social et citoyen et à la décision politique. Le rapport: Quelle France dans 10 ans ?

Retour

06/06/2014 - Lancement de COP in my City par Climates

A l’occasion de la Journée mondiale de l’Environnement, l'association Climates, think-and-do tank étudiant à dimension internationale engagé dans la recherche et la mise en oeuvre de solutions innovantes face au changement climatique, lance le projet COP in MyCity 2014. Chaque année, les Nations Unies organisent une conférence sur le changement climatique dans le but d’établir une politique commune pour répondre à ce défi majeur. Cette conférence annuelle est appelée la Conférence des Parties (COP). Après Varsovie en 2013 pour la COP19, la vingtième COP (“COP20”) se tiendra cette année à Lima, au Pérou. C’est une nouvelle opportunité pour le projet COP in MyCity de mobiliser les jeunes autour des enjeux du changement climatique ! En 2014, COP in MyCIty a donc pour objectif de rassembler 10 000 jeunes dans 100 villes dans le monde pour étendre notre communauté internationale de jeunes acteurs du changement capables de : comprendre et communiquer des connaissances sur le changement climatique et les négociations climatiques internationales, et agir dans leur ville pour promouvoir des solutions pour lutter contre le changement climatique. Tous les étudiants et jeunes souhaitant s’engager contre le changement climatique sont invités à organiser leur propre « Lima in MyCity », partout dans le monde.
Télécharger le communiqué
www.studentclimates.org
copinmycity.weebly.com/

Retour

28/05/2014 - Le Sénat a adopté la proposition de loi constitutionnelle visant à modifier la Charte de l’environnement

Dans le cadre d'un ordre du jour réservé au groupe UMP, le Sénat a examiné, en première lecture, sur le rapport de Patrice GÉLARD (UMP - Seine-Maritime), la proposition de loi, présentée par Jean BIZET (UMP - Manche), visant à modifier la Charte de l’environnement pour exprimer plus clairement que le principe de précaution est aussi un principe d’innovation. Cette proposition de loi constitutionnelle a pour but de préciser le sens du principe de précaution pour que celui-ci ne soit pas un frein à l’innovation. Cette proposition de loi vise à modifier l’article 5 de la Charte afin de confier aux autorités publiques la mission de veiller à ce que la mise en œuvre du principe de précaution constitue un encouragement au développement de la connaissance, à la promotion de l'innovation et au progrès technologique. Le Sénat a adopté la proposition de loi par 290 voix contre 44.
Consulter le scrutin public n°186 : http://www.senat.fr/scrutin-public/2013/scr2013-186.html
Pour en savoir plus sur la proposition de loi : http://www.senat.fr/dossier-legislatif/ppl13-183.html
Pour en savoir plus sur la proposition de loi : http://www.senat.fr/dossier-legislatif/ppl13-183.html

Retour

20/05/2014 - Avis du CESE : adaption de la France au changement climatique mondial

Les changements climatiques sont en marche et leurs premiers effets sont déjà constatés. Sécheresses et canicules, précipitations extrêmes, montée du niveau des mers, affaiblissement des écosystèmes, émergence ou réémergence de maladies se font ou se feront sentir en Europe comme dans le reste du monde. Tout en poursuivant leurs efforts d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre, afin de limiter à +2°C le réchauffement global, les sociétés doivent s’adapter aux impacts présents et futurs. La France est particulièrement concernée en raison de sa géographie et de son exposition au risque, sur le continent comme dans ses outre-mer.
Dans son avis, le CESE propose des solutions pour planifier efficacement les réponses aux menaces, identifier les systèmes d’arbitrages, assurer la cohérence entre les différents niveaux de décision et mieux orienter les efforts de recherche.
Télécharger l'avis
Télécharger la fiche synthétique

Retour

07/05/2014 - La Commission européenne ouvre une consultation publique sur sa stratégie RSE 2011-2014

La Commission souhaite obtenir l’avis des parties intéressées sur l’incidence de sa stratégie en matière de responsabilité sociale des entreprises (RSE) au cours des trois dernières années, et sur le rôle qu’elle devrait jouer à l’avenir. La stratégie de la Commission sur la RSE pour la période 2011-2014, qui comprenait un programme ambitieux visant à renforcer sa mise en œuvre au niveau international, a permis de mettre en place une série de modèles sur la manière d'appliquer concrètement ses principes (MEMO/11/730). La consultation lancée par la Commission vise notamment à recueillir des informations concrètes sur les résultats des activités qu'elle a menées pour renforcer l’attrait de la RSE pour les entreprises, accorder davantage d’importance à la RSE dans l’éducation, la formation et la recherche, et rapprocher les conceptions européenne et mondiale de la RSE en évitant les formalités administratives, notamment pour les PME. Un questionnaire a été mis en ligne et sera disponible jusqu'au 15 août.
Consultation
Pour en savoir plus
Site de la RSE

Retour

15/04/2014 - Changement climatique : 5e Rapport d’évaluation du GIEC Volume 3

Les Ministres des Affaires étrangères et du Développement international,  et de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie saluent l’adoption, le 12 avril 2014, à Berlin du troisième volume du rapport d’évaluation du GIEC consacré aux politiques d’atténuation du changement climatique. Le rapport confirme la nécessité d’agir sans tarder et d’aller au-delà des politiques déjà engagées, comme le fera la France avec la future loi de programmation sur la transition énergétique. Il décrit les différentes options permettant de respecter la limite d’un réchauffement global de deux degrés maximum pour contenir les effets du dérèglement climatique.
Pour en savoir plus
www.ipcc.ch/index.htm

Retour

14/04/2014 - Publication du Rapport du GIEC « impacts, adaptation et vulnérabilité »

Le 31 mars dernier, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié le deuxième volume de son cinquième rapport « Changements climatiques 2014 : conséquences, adaptation et vulnérabilité ». C’est un nouvel état des lieux alarmant sur les effets du changement climatique qui se font déjà ressentir sur tous les continents et dans les océans. Le rapport indique qu’il existe des possibilités de réagir à ces risques. Produit par le Groupe de travail II du GIEC, il présente en détail les incidences des changements climatiques à ce jour, les risques à venir dus à l’évolution du climat et les possibilités d’interventions efficaces pour réduire ces risques. Au total, 309 auteurs coordonnateurs principaux, auteurs principaux et réviseurs représentant 70 pays ont été choisis pour produire le rapport. Ils ont bénéficié de l’aide de 436 contributeurs et de 1729 réviseurs experts et gouvernementaux.
Télécharger le rapport

Télécharger le résumé non officiel à l’intention des décideurs en français

Télécharger la vidéo de présentation

Livret « mieux comprendre le GIEC »

Retour

07/04/2014 - Consommation responsable : Retour sur 10 ans d’évolution des comportements et sensibilités des Français

Depuis 10 ans, Ethicity (groupe Greenflex), en partenariat avec Kantar Media Intelligence, mène une enquête annuelle pour mieux comprendre les attentes, sensibilités et comportements des Français en matière de consommation responsable, de responsabilité des marques et des entreprises.
Que retenir de ces 10 dernières années ? Une prise de conscience : de la fin d’un modèle, des solutions existantes
Prise de conscience que l’on est au bout d’un modèle de société. Seuls 6% des Français pensent qu’il faut préserver au maximum le modèle économique et social actuel et attendre que la crise passe (il s’agit surtout des plus de 65 ans) et seulement 51% des Français considèrent que  le confort de vie en général va s’améliorer à l’avenir. Prise de conscience que les solutions existent et que chacun peut agir à son niveau, notamment via sa consommation. Pour 82% des Français, la possibilité d’agir par sa consommation (choisir des produits écologiques, locaux…) s’est améliorée ces 10 dernières années. Et pour 84%, cela continuera dans les 10 prochaines années. L’offre se fait plus accessible, les consommateurs suivent et, contre toute attente, la crise a été aussi un accélérateur.
Télécharger le communiqué
Pour accéder au formulaire de téléchargement du document anniversaire : Révolution Durable - 10 ans de transition vers de nouveaux modes de vie

Retour

04/04/2014 - Lancement en France du premier test international de connaissances en développement durable

La Conférence des grandes écoles (CGE), la Conférence des présidents d'université (CPU), le Réseau français des étudiants pour le développement durable (REFEDD) et leurs partenaires lancent en France le Sustainability Literacy Test, premier test international de connaissances en développement durable. Cette initiative lancée par la France sera déployée dès cette année dans 25 pays. Elle fait suite à la conférence internationale Rio+20 (juin 2012), qui avait mobilisé les universités et les grandes écoles pour qu'elles renforcent les connaissances et les compétences de leurs étudiants et de leur diplômés en matière de développement durable.
Le Sustainability literacy test a été conçu pour être universellement applicable, quels que soient la discipline étudiée, le type ou le lieu de formation en se focalisant uniquement sur les connaissances. Ce test, QCM de 50 questions, peut être passé en 30 minutes. Chaque établissement d'enseignement supérieur qui mettra en oeuvre des sessions de test pourra apprécier le niveau de ses étudiants et le comparer à l'échelle internationale.
Pour passer le test, rendez-vous sur www.sustainabilitytest.org
Télécharger le communiqué
Télécharger la présentation en anglais

Retour

03/04/2014 - Sortie tant attendue du 5ème rapport du Giec

Résultat d'un gigantesque travail de recueil et de relecture d’environ douze mille publications scientifiques, la seconde partie du rapport du Giec fait le bilan des impacts observés et à venir du changement climatique, ainsi que des stratégies d’adaptation à ces bouleversements.
Selon le groupe d'experts intergouvernementaux, les changements climatiques ralentiront immanquablement la croissance économique et la sécurité alimentaire sur l’ensemble des continents. Les inégalités sociales et économiques se feront alors de plus en plus importantes : l’augmentation d'environ 2°C entraînera une perte d'entre 0,2 et 2 % des revenus annuels mondiaux.

Le Giec prévoit aussi une augmentation des conflits dus aux déplacements de population et des rivalités entre les États autour des ressources. Il y aura de moins en moins d'eau disponible pour l'agriculture en Afrique, en Asie et dans le sud de l'Australie. Les inondations et érosions seront aussi de plus en plus fréquentes notamment dans les zones urbaines d'Europe, d'Asie et d'Amérique latine. De même, le Giec prévoit un accroissement des problèmes de santé, en particulier dans les pays en développement (vagues de chaleur, mauvaise nutrition, contamination de l'eau et de la nourriture…). Un nombre considérable d’espèces animales et de plantes souffriront jusqu’à s’éteindre, et la nourriture viendra à manquer, notamment dans les régions tropicales et tempérées. Ce qu’on ne savait pas : l’eau, plus abondante en hautes latitudes, sera de moindre qualité et l’acidification des océans aura un impact dévastateur sur les organismes ayant un squelette ou une coquille calcaire.

L’inaction face au réchauffement climatique coûtera de plus en plus chère à l’Humanité. Le Giec préconise alors des mesures d'adaptation telles que : l’amélioration des stockages d'eau et des techniques d'irrigation, l'installation de systèmes d'alertes, d'abris contre les cyclones et inondations, la création de nouvelles pratiques agricoles, de meilleurs programmes de vaccination et la  création de zones protégées. Pour en savoir plus

Retour

24/03/2014 - Participez à la consultation publique de la Stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable 2014-2020 !

La Stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable 2014-2020 (SNTEDD), qui succède à la Stratégie nationale de développement durable 2010-2013 (SNDD), est en cours d’élaboration. La SNTEDD propose, pour les  six années à venir, des orientations et des priorités pour répondre aux grands enjeux environnementaux et à leurs conséquences économiques et sociales. Cette stratégie interroge ainsi nos façons de consommer, de produire, de travailler et de vivre ensemble.
La transition écologique doit être portée par l’ensemble des acteurs et c’est pour cela que le ministère de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie souhaite recueillir votre avis sur cette stratégie. Une consultation publique est donc ouverte du 20 mars au 20 avril 2014 sur ce lien.
Télécharger le projet de la SNTEDD

Retour

18/03/2014 - Le Réseau français des Etudiants pour le Développement Durable (REFEDD) lance la Consultation Nationale Etudiante 2014

Le REseau Français des Etudiants pour le Développement Durable (REFEDD), qui regroupe plus de 100 associations étudiantes portant des projets liés au développement durable, lance sa deuxième Consultation nationale Etudiante 2014 sur moijaimerais.refedd.org. Il s’agit d’un questionnaire destiné aux étudiants de toutes formations d’enseignement supérieur en France. Il sera accessible pendant trois mois, du 17 mars au 17 juin 2014. Alors que les premiers résultats de l’étude “Génération Quoi” montrent que l’environnement constitue l’une des trois premières préoccupations des étudiants, la Consultation nationale Étudiante permettra d'approfondir la thématique en apportant notamment des données sur la perception des enjeux du développement durable par les étudiants. Le REFEDD organise cette consultation tous les 3 ans depuis 2008, afin de faire état des connaissances des étudiants sur les thématiques de développement durable, mais également de comprendre quels sont leurs positionnements, leur besoins et attentes sur ces sujets. Après analyse des réponses, un rapport contenant les résultats de la Consultation 2014 seront publiés fin septembre sur le site du REFEDD. En 2011, plus de 10000 réponses avaient été obtenues et avaient abouti à la présentation d’un livrable, comportant 14 propositions, présentées à l’UNESCO, aux ministères et institutions académiques.

Retour

17/03/2014 - 10 propositions pour l'Education au Développement Durable

Les 23 et 30 mars 2014, les français désigneront les 36 600 nouveaux conseils municipaux qui auront la mission d'animer le territoire local et le territoire intercommunal pour les 5 prochaines années. Quel est le projet des équipes candidates ? Comment comptent-elle prendre en compte les enjeux globaux qui transforment le monde ? Le Collectif Français pour l'Education à l'Environnement vers un Développement Durable (CFEEDD)* vient de produire un recueil de 10 grandes propositions afin d'aider les candidats à s'emparer de ces enjeux dans leur campagne et dans leur projet municipal. Par l'éducation à l'environnement et au développement durable les élus locaux peuvent contribuer à des projets de vie plus durables. De très nombreux acteurs de notre pays (associations, enseignants, parents, élu(e)s, collectivités territoriales, entreprises, etc.) ont déjà mis en pratique des démarches et des initiatives qui montrent que des solutions sont à portée de main.
*Le Comité 21 est membre du CFEEDD
Télécharger les 10 propositions en faveurs de l'éducation à l'environnement et au développement durable

Retour

19/02/2014 - Publication des lettres de cadrages pour la transition écologique

Depuis 20 mois, le Gouvernement a amplifié l'engagement de la France sur la voie de la transition écologique, en réunissant en septembre 2012 et 2013 deux Conférences environnementales, et en adoptant deux feuilles de route pour la transition écologique qui ont ouvert des chantiers structurants. Les engagements de la feuille de route, issue de la conférence environnementale de septembre 2013, sont déclinés dans des lettres de cadrage que le Premier ministre a adressées à chacun des ministres accompagné d'un bilan de l'année 2013. Ces deuxièmes lettres de cadrage marquent les priorités du Gouvernement pour l'année 2014, notamment la préparation de la COP 21, la finalisation du projet de loi de programmation sur la transition énergétique, l'examen au printemps du projet de loi relatif à la biodiversité, la conférence bancaire et financière, la reconquête de la qualité des eaux et des milieux aquatiques, la mutation de l'agriculture vers l'agro-écologie, l'adoption du 3ème Plan national santé-environnement (PNSE 3), la modernisation du droit de l'environnement dans le cadre du chantier gouvernemental de simplification administrative, la réforme du code minier, la promotion de l'économie circulaire, l'accompagnement des transitions professionnelles, ainsi que le soutien au développement de filières des éco-industries telles que les énergies renouvelables, et un renforcement de l'éducation à l'environnement et au développement durable. Par ailleurs, l'Etat s'attachera aussi au déploiement de la responsabilité sociétale au sein des organisations publiques.
Les lettres de cadrage 2014 pour la transition écologique
Les tableaux de bord de mise en œuvre des lettres de cadrage 2013
Un an de transition écologique : version pdf
Le tableau de bord de mise en œuvre de la feuille de route 2013 pour la transition écologique.

Retour

13/02/2014 - 4èmes trophées du mécénat d’entreprise pour l’environnement et le développement durable : 8 projets exemplaires récompensés

Pour la quatrième édition, le ministère de l’Ecologie, du développement durable et de l’Energie a décerné le 12 février les trophées du concours. Celui-ci est honorifique et récompense des partenariats originaux entre une entreprise et un porteur de projet environnemental (association, ONG, établissement public, collectivité locale, ...). Cette nouvelle édition lancée en juillet 2013 est marquée par la place des projets développés à l'international et l'implication du secteur de la recherche. La préservation de l'environnement est une ambition sans frontières et la recherche liée à l'innovation contribuent au développement durable : sur les 8 projets récompensés, deux sont à l'œuvre au Sénégal, un à Manille, et un autre à Sumatra. Le secteur de la recherche est particulièrement mis en avant cette année avec le CNRS récompensé à travers deux laboratoires et un institut, candidats dans deux catégories différentes. Télécharger le communiqué de presseen savoir plus

Retour

07/02/2014 - L’Union des caisses nationales de Sécurité sociale remet le prix de l’innovation et du développement durable

Le 31 janvier 2014, la Direction de la Sécurité Sociale et l’Union des caisses nationales de Sécurité sociale (Ucanss) ont remis les prix de l’innovation et du développement durable. Ces prix récompensent cinq projets ou expérimentations innovants et aboutis, menés par des organismes de Sécurité sociale avec un résultat porteur au regard de l’innovation ou du développement durable. Les candidats pouvaient proposer leurs candidatures dans quatre catégories. Au titre de l’innovation : amélioration du service à l’usager ; optimisation de la gestion de l’organisme ; au titre du développement durable : responsabilité sociale, responsabilité environnementale. Les organismes ont été invités à venir présenter au jury leurs réalisations le 31 janvier 2014. Les prix ont été remis le jour même, après délibération, lors d’une cérémonie organisée au ministère des Affaires sociales et de la Santé, en présence de Thomas Fatome, directeur de la Sécurité sociale, et des membres du jury : Didier Malric, directeur de l’Ucanss, Julien Rencki, secrétaire général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP), Dominique Libault, directeur de l’École nationale supérieure de sécurité sociale (EN3S) et Catherine Decaux, directrice générale du Comité 21. Découvrir les projets gagnants 

Retour

30/01/2014 - Appel de la Plateforme française d'actions globales pour la RSE en faveur d'un cadre européen pour le reporting extra financier

La Plateforme nationale pour la RSE lance un appel pour un cadre européen de reporting extra financier.  Installée le 17 juin dernier par le Premier ministre, la Plateforme nationale d’actions globales pour la RSE, constituée de 48 organisations représentatives des entreprises, des syndicats, des organisations de la société civile, des assemblées démocratiques, d’institutions de recherche et des administrations concernées, a adopté par consensus un premier document rendu public le 29 janvier 2014 : un « Appel en faveur d’un cadre européen pour le reporting extra financier ». Elaboré par deux co-rapporteurs, MM. Pierre-Yves Chanu (CGT) et Michel Laviale (MEDEF et ORSE), et approuvé par l’ensemble des membres, ce document apporte son soutien au principe d’une directive européenne rendant obligatoire la production d’un rapport annuel sur les données clés relatives aux activités des grandes entreprises et entreprises cotées dans les domaines social, environnemental, des droits de l’Homme et de la loyauté des pratiques, à l’instar de la réglementation existant en France depuis 2001.
Pour en savoir plus
Lire l'appel, cliquez ici
Consulter le site de la Plateforme RSE, cliquez ici

Retour

30/01/2014 - Discours de Philippe MARTIN Ministre de l'Écologie, à l'occasion des voeux à la presse et aux institutionnels

Afin de ne pas oublier ce qui nous réunit prioritairement ce soir, au-delà du plaisir de vous retrouver, je veux commencer par souhaiter à chacune et à chacun d'entre vous, du bonheur et de la réussite personnelle et professionnelle pour l'année qui vient.   L'année 2013 a été riche, et l'année qui vient s'annonce tout aussi exaltante. Nous aurons assurément besoin d'être en forme, cela tombe bien, je le suis moi-même.   La social-écologie que nous voulons promouvoir, ce nouveau modèle auquel nous travaillons tous, est intrinsèquement liée au progrès social.   Et je veux rendre visible, en 2014, le lien entre écologie et progrès, entre développement durable et justice sociale, entre transition énergétique et création de richesse.   C'est la vision qui est la mienne de l'écologie : elle doit être populaire et non confisquée par quelques-uns, susciter l'adhésion et non le rejet, générer l'enthousiasme et non les peurs. Il n'y aura, bien sûr, ni adhésion, ni enthousiasme sans une pédagogie efficace et un dialogue continu.
Télécharger le discours dans son intégralité

Retour

13/01/2014 - Création de 23 pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Cecile Duflot, ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, a annoncé le 10 janvier les 23 lauréats de l’appel à projets lancé pour le développement des pôles territoriaux de coopération économique. Il s’agit d’une forme novatrice de coopération économique regroupant sur un même territoire des entreprises de l’économie sociale et solidaire qui s’associent à d’autres entreprises et parfois à des collectivités locales, des centres de recherche et des organismes de formation. Ces acteurs divers construisent des projets communs et mutualisent leurs compétences. Les PTCE couvrent des secteurs très variés : paysage, bâtiment, recyclage, service aux personnes, activités culturelles, énergies renouvelables, agriculture biologique circuits courts alimentaires, etc. Cet appel à projets fera l’objet d’un suivi quantitatif et qualitatif, ainsi que d’une évaluation au regard des objectifs de cohésion sociale et d’égalité des territoires. Pour en savoir plus

Retour

28/11/2013 - Tribune dans le Cercle les Echos : Une nouvelle diplomatie climatique pour la France !

Ce 22 novembre 2013, la France a « gagné » l’organisation de la Conférence mondiale pour le Climat 2015, la « COP21 ». Il s’agit d’une responsabilité importante sur un sujet particulièrement complexe. C’est également et surtout la reconnaissance des 193 autres pays qui constituent l’ONU de la capacité de la France à parrainer une négociation du multilatéralisme environnemental et c’est la première fois. Le pari est évidemment risqué. La négociation va être tendue, et Varsovie 2013, la COP19 a de nouveau démontré l’immense difficulté à s’entendre autour de contraintes à la hauteur des enjeux, entre pays et avec la société civile. Mais quelle opportunité historique pour la France !

Dans cette perspective, le Club France Développement Durable, piloté par le Comité 21, a publié la tribune "Une nouvelle diplomatie climatique pour la France !" dans le Cercle les Echos. Cette tribune collective appelle les acteurs à se mobiliser et à agir, et les Etats à prendre leurs responsabilités

Lire la Tribune
du 27 novembre cosignée par Gilles Berhault, Jean-Christophe Carteron, Ronan Dantec, Michel Delebarre, Bettina Laville, Patiricia Savin, Hélène Valade,
La tribune a également été reprise par Acteurs Publics.

Retour

19/11/2013 - Présentation de l'expérimentation nationale de l'affichage environnemental au Parlement

Le Gouvernement a transmis au Parlement le bilan de l'expérimentation nationale de l'affichage environnemental. Ce rapport, fruit d'un travail collaboratif avec toutes les parties prenantes (entreprises, fédérations professionnelles et associations de consommateurs et de protection de l'environnement), a associé 168 entreprises de tailles et de secteurs très divers, de juillet 2011 à juillet 2012, sous le pilotage du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie. L'affichage environnemental permet aux consommateurs de connaître les principaux impacts environnementaux des produits mis sur le marché grâce à différents supports (emballage, étiquette, site Internet...). Il a un double objectif : informer les consommateurs pour orienter leur choix mais également inciter les producteurs à développer une démarche d'éco-conception de leurs produits. 60 % des 168 entreprises participantes, toutes volontaires, se sont déclarées satisfaites d'avoir participé à cette expérimentation. Pour 78 % des entreprises ayant pris part ainsi de façon spontanée à l'expérimentation, l'affichage a été un moyen de mieux connaître les performances environnementales de toute la chaîne d'approvisionnement ou de la filière, tandis que 73 % estiment que l'affichage environnemental représente une source de compétitivité potentielle.
Télécharger le rapport

Retour

12/11/2013 - La COP 19 s’est ouverte hier à Varsovie

La COP 19 débutait hier à Varsovie et est l’occasion pour les 195 pays réunis de parvenir à un accord à la fin des 15 jours de réunion afin de faire suite en 2015 au protocole de Kyoto. Au regard des évènements climatiques extrêmes de ces derniers jours, la conférence des Nations Unies sur le climat semble plus pertinente que jamais. Cette conférence devrait être une étape charnière de la négociation internationale vers un accord mondial en 2015, l’objectif étant de stabiliser le réchauffement climatique en fixant des buts ambitieux. Le sommet doit renforcer l’action face aux changements climatiques en matière de financement et de réduction d’émissions de GES notamment. Ce financement passe par la création de fonds verts qui devraient mobiliser 100 milliards de dollars d’ici 2020. La conférence de Varsovie représente un enjeu pour celle qui aura lieu à Paris en 2015. Cette première semaine de la conférence est consacrée aux négociations entre experts ; puis la semaine suivante, les ministres français des Affaires étrangères, de l’Ecologie et en charge du développement, devront faire à Varsovie preuve de leur détermination. Pour en savoir plus

Retour

 07/11/2013 - Adoption de la proposition de loi visant à mieux encadrer l’usage des produits phytosanitaires

Le 6 novembre, la Commission du développement durable a adopté la proposition de loi visant à mieux encadrer l’utilisation de produits phytosanitaires sur le territoire national. Il cible notamment la problématique sanitaire et environnementale de l’usage non agricole des pesticides, par exemple dans les espaces verts, forêts et promenades, mais aussi leur commercialisation pour un usage non professionnel. A l’initiative du rapport Ronan Dantec, la Commission a adopté plusieurs amendements pour préciser et sécuriser le dispositif. Elle a élargi le champ des alternatives aux produits phytopharmaceutiques en y incluant des produits de bio contrôle, prévu une dérogation pour la lutte contre la propagation des organismes nuisibles en cas de danger sanitaire, ou encore restreint l’interdiction aux seuls espaces « ouverts ou accessibles au public ». Cette proposition de loi sera examinée en séance publique par le Sénat le 19 novembre.
En savoir plus

Retour

30/10/2013 - Lancement de l’Institut pour la transition énergétique Efficacity

Les engagements européens et nationaux prévoient, d’ici à 2020, de réduire de 20 % les consommations d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre de la ville. Pour atteindre ces objectifs, des politiques de renouvellement urbain doivent être engagées à différentes échelles, afin d’améliorer l’efficacité énergétique globale des villes, de réduire leur empreinte carbone tout en améliorant la qualité de vie et le confort des citoyens. Le Gouvernement a ainsi décidé de soutenir le programme de recherche sur la performance énergétique des villes de demain « Efficacity ». Financés par l’État dans la cadre du programme Investissements d’avenir à hauteur de 15 millions d’euros, les travaux de recherche d’Efficacity viennent d’être lancés. Ils visent à développer des outils permettant d’améliorer l’efficacité énergétique et l’empreinte carbone de la ville à ses différentes échelles urbaines (bâtiment, quartier, ville).
Ce projet rassemble des compétences interdisciplinaires dans le domaine de la ville :
- 6 industriels leaders dans leur domaine : EDF R&D, GDF Suez, RATP, Veolia Environnement, Vinci Construction France, Compagnie IBM France ;
- 7 sociétés d’ingénierie : ABMI, Arcadis, Assystem, Ingérop, Safege, SETEC et BETEREM Ingénierie ;
- 15 structures académiques d’excellence : ARMINES, Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, Ecole des Ingénieurs de la Ville de Paris, Ecole Nationale des Ponts et Chaussées , Ecole Nationale Supérieure d’Architecture (Paris Belleville, Marne la Vallée, Paris Malaquais), ESIEE, Ecole Spéciale des Travaux Publics, du Bâtiment et de l’Industrie, IFSTTAR, Institut national de l'information géographique et forestière, Institut National de la Recherche en Informatique et Automatique, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne, Université Paris-Est Marne-la-Vallée regroupées autour du Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur de l’Université Paris Est.
Efficacity sera installé au cœur de la Cité Descartes, lieu de l’excellence scientifique et technique et des éco-technologies, situé à Marne-la-Vallée. 
Pour en savoir plus

Retour

23/10/2013 - Agence France locale : la nouvelle Agence de financement de l’investissement des collectivités

Le 22 octobre, onze collectivités se sont réunies pour donner naissance à l’Agence France Locale (AFL), nouvel instrument de financement des investissements locaux, au service exclusif des collectivités. Ce projet, initié par Jacques Pélissard, Gérard Collomb et Michel Destot, est l’aboutissement de plusieurs années de travail et de portage de convictions auprès du président de la République, du gouvernement et du Parlement. Inspirée des agences d’Europe du Nord, l’Agence France Locale a pour objectif de :
- permettre aux collectivités d’être autonomes et de se financer par elles-mêmes,
- sécuriser leur capacité à financer leurs investissements,
- diversifier leurs sources de financement,
- fournir des prêts avantageux aux collectivités.
Pour en savoir plus

Retour

21/10/2013 - Lancement d'une grande campagne d'information en faveur de la rénovation énergétique des logements

Le ministère de l'Égalité des territoires et du Logement et le ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie lancent une grande campagne de communication pour faire connaître aux Français « J'éco-rénove, j'économise », le dispositif d'aide à la rénovation énergétique des logements. Pour inciter les particuliers à engager des travaux de rénovation énergétique de leur logement et les aider dans leurs démarches, le Gouvernement a mis en place le dispositif « J'éco-rénove, j'économise », qui est opérationnel depuis début septembre. Ce dispositif d'accompagnement et de conseil repose sur un numéro de téléphone unique national (0810 140 240), un site Internet (renovation-info-service.gouv.fr) et plus de 450 « points rénovation info service » (Pris) répartis sur l'ensemble du territoire. Il s'inscrit dans le cadre du plan de rénovation énergétique de l'habitat qui répond à l'engagement du président de la République de rénover 500 000 logements par an d'ici à 2017 et ainsi de diminuer de 38 % la consommation d'énergie dans le secteur du bâtiment à horizon 2020. « J'éco-rénove, j'économise » s'appuie sur un partenariat avec l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), l'Anah (Agence nationale de l'habitat) et l'Anil (Agence nationale pour l'information sur le logement), ainsi que sur les actions déjà mises en place dans les territoires par les collectivités locales. La campagne de communication, conçue par les agences Lowe Strateus et CLMBBDO, se déroulera en plusieurs temps : un spot télévisé (30'') qui sera diffusé du 21 octobre au 8 novembre 2013 sur les chaînes hertziennes et TNT . une campagne radio nationale qui se déroulera du 4 au 20 novembre . une importante déclinaison Web jusqu'à la fin de l'année.   Pour visionner le spot, cliquer sur l'écran ou aller en ligne : http://youtu.be/XaHuoJw_h0Q
Pour en savoir plus
Dossier de presse

Retour

01/10/2013 - Seconde feuille de route pour la transition écologique

Le gouvernement vient de sortir sa 2ème feuille de route 10 jours après la deuxième Conférence environnementale* (20 et 21 septembre derniers, au Conseil Economique, Social et Environnemental). Cette feuille de route 2013 propose 50 mesures issues des travaux préparatoires avec les parties prenantes et des débats menés au sein des cinq tables rondes, chacune présidée par plusieurs ministres, assistés d'un facilitateur. Cette nouvelle feuille de route va guider le travail du Gouvernement sur ces thèmes. Le CNTE sera régulièrement informé de la mise en œuvre de cette feuille de route et sera étroitement associé à la préparation de la prochaine Conférence environnementale pour la transition écologique.  
*Ouverte par le président de la République, clôturée par le Premier ministre, elle a rassemblé les parties prenantes de la transition écologique autour de cinq tables rondes, co-présidées par treize ministres pendant deux demi-journées. Ces tables rondes se sont tenues dans le format du nouveau Conseil national de la transition écologique (CNTE), qui comprend désormais un collège de parlementaires, en plus des autres collèges : organisations syndicales, organisations d'employeurs, associations représentant les collectivités locales et associations non gouvernementales environnementales.
Télécharger la 2ème feuille de route
Télécharger le dossier de presse

Retour

30/09/2013 - Nouveau rapport du GIEC : publication du résumé du rapport pour les décideurs

Les membres principaux du GIEC ont présenté ce vendredi 27 septembre le résumé pour les décideurs (summary for policy makers) issu de la première partie du 5éme rapport du groupement d’experts. Le rapport affirme avec 95% de certitude que les humains sont la cause principale du réchauffement climatique actuel. Ce résumé devrait orienter les décisions politiques dans le domaine climatique. Ainsi les modèles climatiques présentés prévoient une élévation comprise entre 0.3 et 4.8 °C pour la période 2081-2100 en fonction des scénarios. En ce qui concerne la fonte des glaces et la hausse du niveau de la mer, le rapport de 2007 avait été critiqué pour ne pas avoir pris en compte la fonte de la calotte glaciaire du Groenland et de l’Antarctique qui aurait nécessité de revoir à la hausse l’augmentation du niveau de la mer. Avec la prise en compte de ces données additionnelles, la mer pourrait être plus haute de 26 à 82 cm en 2081-2100 (par rapport au niveau de 1986-2005). Concernant les évènements climatiques extrêmes, les experts estiment qu’il est très probable que l’influence humaine ait contribué aux épisodes de températures extrêmes, et que ceux-ci vont probablement se produire plus fréquemment. La sécheresse risque de s’accentuer dans les régions où il  pleut le moins, et inversement, il risque de pleuvoir plus dans les régions humides. La mitigation du climat par la géo-ingénierie est aussi une nouveauté sans précédent dans ce rapport, un thème qui amènerait des mesures de modification de climat comme la dispersion de particules dans la stratosphère pour réfléchir une partie du rayonnement solaire.
Pour télécharger le résumé à l’intention des décideurs
Télécharger le livret Mieux comprendre le GIEC

Retour

23/09/2013 - Clôture de la Conférence environnementale 2013

Le Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, a clôturé cette deuxième édition de la Conférence environnementale, le 21 septembre. Il a déclaré dans un premier temps que cette conférence marquait une rupture qui initie le chemin vers la transition écologique. Il souligne que le premier défi auquel il faut faire face est la transition énergétique qui consiste à rompre avec le tout nucléaire et à développer et structurer une filière industrielle des énergies renouvelables. Cette évolution s’articule dans deux directions ; mieux consommer pour moins consommer et rééquilibrer progressivement notre mix énergétique au profit des énergies renouvelables les plus matures. La rénovation du parc immobilier représente également une priorité pour les années à venir et pourrait notamment être à l’origine de dizaines de milliers d’emplois. Pour les transports, l’objectif serait d’avoir  dès l’année prochaine des démonstrateurs de véhicules consommant 2 litres au cent, et d’encourager la Recherche-Développement dans les transports de demain. Cette évolution passera aussi par la mise en place d’une Contribution Climat énergie dans le projet de loi finances 2014. Un autre volet important de la conférence est la valorisation du capital naturel de la France et la préservation de sa biodiversité. Deux projets de loi structurants seront déposés au Parlement début 2014, portés par Philippe Martin. Le premier relatif à la biodiversité et le second relatif au code minier, le gouvernement travaille également à la reconnaissance juridique du « préjudice écologique ». En plus de la prospective de création de l’agence de la biodiversité en 2014, la France a pour la première fois soutenu la mise en œuvre d’une politique communautaire de la pêche durable. Enfin, le nouveau chantier de l’économie circulaire a été ouvert par cette conférence et vise a mieux organiser les filières de recyclage et d’incorporation ainsi qu’à prolonger la durée de vie des objets. Voir le discours
Pour en savoir plus

Retour

20/09/2013 - Ouverture de la Conférence environnementale 2013

Le Président de la République, François Hollande, a ouvert la Conférence environnementale, le 20 septembre, en déclarant que l’  « urgence climatique devait appeler un sursaut » pour faire de la France la nation de l’excellence environnementale, rappelant par la même occasion l’échéance de 2015 avec la Conférence climat qui se tiendra à Paris. La transition énergétique a été en effet au cœur de ce discours d’ouverture avec l’objectif de réduire la consommation d’énergie de 50% d’ici à 2050 et de 30% la consommation d’énergie fossile d’ici à 2030. Il inclut également dans son discours sur l’énergie une dimension sociale en insistant sur l’importance de lutter contre la précarité énergétique. L’annonce de la baisse de la TVA pour les travaux de rénovation des bâtiments est un des éléments importants : actuellement à 7%, elle était censée passer à 10 % en janvier mais sera finalement de 5%. Afin que les ménages n’aient pas à avancer le coût travaux, un « fond national de garantie de la rénovation thermique », géré par la Caisse des Dépôts va être créé. Egalement dans le cadre de la diminution de la consommation d’énergie fossile, le président a défendu le développement d’une nouvelle génération de véhicules hybrides ainsi que l’équipement nécessaire au déploiement de voitures électrique. Pour concrétiser ces mesures, la future loi sur la transition énergétique sera « l’un des textes les plus importants de ce quinquennat » et sera normalement votée avant fin 2014. La transition énergétique doit également passer la diversification des sources de production et d’approvisionnement avec la part du nucléaire dans la production d’électricité qui sera ramenée de 75 à 50% d’ici à 2025 en poursuivant la modernisation des installations existantes. Dans cette optique de modernisation, la centrale de Fessenheim, la plus ancienne du parc, fermera avant la fin de 2016.
Revoir le discours du Président de la République pour l'ouverture de la 2de édition de la Conférence environnementale

Retour

12/09/2013 - Le ministre de l'Ecologie présente la Conférence environnementale 2013

Le 11 septembre, le ministre de l’Ecologie, Philippe Martin, a présenté le Conseil national de transition écologique (CNTE) et la Conférence environnementale. Les 14 et 15 septembre 2012, la première Conférence environnementale réunissait l’ensemble des parties prenantes à la transition écologique : représentants des ONG environnementales, des associations, des organisations syndicales, des employeurs, des collectivités, des parlementaires. Organisée autour de cinq tables rondes, la  conférence a permis d’ouvrir les grands chantiers écologiques de l’année 2013. La feuille de route pour la transition écologique qui en a découlé a fixé le programme de travail du Gouvernement dans chaque thématique : transition énergétique, reconquête de la biodiversité, prévention des risques sanitaires environnementaux, financement de la transition et fiscalité écologique, gouvernance environnementale. Parmi les 84 mesures de la feuille de route, 24 ont été réalisées de façon définitive, et 39, de portée de moyen terme, sont engagées conformément au calendrier de la feuille de route. Ce sont ainsi les trois quarts des mesures qui ont été mises en œuvre selon le calendrier fixé. Une attention particulière sera portée en 2013-2014 aux mesures qui ont pris du retard sur le calendrier prévu et à celles dont la finalisation est en cours. Ces mesures figureront dans une partie « droit de suite » de la feuille de route pour la transition écologique issue de la Conférence environnementale 2013. La Conférence 2013 aura lieu les 20 et 21 septembre au Conseil économique, social et environnemental. Elle donnera lieu au bilan des actions engagées au titre de la feuille de route pour la transition écologique de septembre 2012. Elle permettra également d’avancer sur cinq nouveaux chantiers : l’économie circulaire qui doit conduire à développer le recyclage et la valorisation des déchets mais aussi favoriser les circuits territorialisés en actant «le passage d'une logique de gestion des déchets à une logique de gestion des ressources »  ; les emplois de la transition écologique ; la politique de l’eau ; la biodiversité marine, la mer et les océans dans la perspective de renforcer les connaissances et la protection de l’environnement marin en métropole et en outre-mer ; l’éducation à l’environnement et au développement durable.
Fiche de présentation du Comité national de la transition écologique (CNTE)
D'une conférence environnementale à l'autre...
- Programme provisoire de la conférence environnementale 2013
- Déroulement des débats de la conférence environnementale 2013

Retour

20/08/2013 - Synthèse des travaux du débat national sur la transition énergétique

Le 18 juillet 2013, à l'issue de sa dernière session, le Conseil national du débat a adopté la "synthèse du débat national sur la transition énergétique". C'est lors de la conférence environnementale des 20 et 21 septembre 2013, que ce document qui prend en compte l'ensemble des travaux du Conseil, des débats territoriaux et du débat citoyen, sera officiellement remis au gouvernement. Un projet de loi sur la transition énergétique sera ensuite préparé à l’automne.
Pour en savoir plus
Synthèse des travaux du débat national

Retour

25/07/2013 - Présentation d'un projet de loi-cadre sur l'économie sociale et solidaire

Le projet de loi relatif à l’Économie sociale et solidaire (ESS) a été présenté par Benoît Hamon en Conseil des ministres, le 24 juillet 2013. En France, l’économie sociale et solidaire (ESS) compte 200 000 structures, 2,4 millions de salariés, assure une création d'emplois (en croissance de 23% sur la dernière décennie dans ce secteur), et représente 10% de l’économie française. Alors qu’elle représentait 6 à 7 % du PIB en Europe dans les années 1980, l’ESS représente aujourd’hui plus de 10 % du PIB européen (environ 12 % des emplois) et 10% du PIB mondial. De plus, les 300 plus grosses coopératives du monde représentent un chiffre d’affaires de 1.600 milliards de dollars, soit un chiffre comparable au PIB de la neuvième plus grande économie du monde. En présentant le projet de loi relatif à l'Économie sociale et solidaire (ESS), le Gouvernement a pour objectif d'exploiter l'immense potentiel d'activités et d'emplois du secteur. En inscrivant l’ESS dans le champ de l’activité économique, il a pour ambition de développer une vraie stratégie de développement économique et sociale dans la durée. Pour en savoir plus

Retour

18/07/2013 - La presse s'engage pour le recyclage des journaux et magazines

Les syndicats représentatifs des éditeurs de publications de presse* ont signé, le 17 juillet 2013, une convention d'engagement volontaire avec Eco-Folio, éco-organisme en charge de la gestion des déchets de papier, le ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, et le ministère de la Culture et de la Communication, en vue de renforcer la sensibilisation sur le recyclage des papiers. Concrètement, l'ensemble des familles de presse s'est engagé à la mise en place d'actions de communication auprès de leurs lecteurs pour promouvoir le recyclage des papiers. Les journaux et magazines relaieront dans leurs pages des campagnes nationales d'information réalisées en collaboration avec l'éco-organisme Eco-Folio. Les engagements prévoient également : la mise en place d'un observatoire de la gestion des déchets issus des publications de presse, et l'association du secteur de la presse aux réflexions menées par les acteurs de la filière de gestion des papiers, comme par exemple sur l'éco-conception des papiers graphiques. Augmenter le recyclage entraîne des bénéfices environnementaux majeurs : contribuer à la préservation et à la gestion des ressources (eau, forêts), économiser l'énergie et participer à la lutte contre le changement climatique. Le développement du recyclage des papiers consolide également une activité économique et sociale majeure, créatrice d'emplois pérennes et non délocalisables. Ces mesures, qui s'inscrivent dans la stratégie de développement durable des deux ministères, constituent des étapes pour la mise en œuvre de la transition écologique en matière de gestion de déchets et vers une société de l'économie circulaire, qui sera soutenue lors de la Conférence Environnementale de Septembre 2013. Pour ne savoir plus
La Fédération Nationale de la Presse d'information Spécialisée (FNPS), au nom des sept syndicats de presse qu'elle représente (SPPRO, SPEJP, SNPAR, SPCS, SPMS, SPEPS, SPS) ; le Syndicat des Editeurs la Presse Magazine (SEPM) ; le Syndicat de la Presse Quotidienne Nationale (SPQN) ; le Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale (SPQR) ; le Syndicat de la Presse Quotidienne Départementale (SPQD) ; la Fédération de la Presse Périodique Régionale (FPPR), au nom des quatre syndicats qu'elle représente (SPHR, SNPJ, SPJP, SNPR) ; l'association de la presse gratuite d'information (APGI). 

Retour

09/07/2013 - Edition 2013 des Trophées du mécénat d'entreprise pour l'environnement et le développement durable

Cette année, la loi sur le mécénat d'entreprise fête ses 10 ans. En lançant le 4 juillet la 4ème édition du concours des Trophées du mécénat d'entreprise pour l'environnement et le développement durable, le ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie a conforté la démarche d'engagement des entreprises et de leurs partenaires.    Au-delà de la promotion du mécénat environnemental, les trophées ont pour objectif de rapprocher le monde de l'entreprise et le monde de l'environnement en mobilisant les réseaux d'acteurs et en favorisant la diffusion de savoir-faire et de bonnes pratiques. L'édition 2013 récompensera plus particulièrement les partenariats innovants mis en œuvre avec des porteurs de projets environnementaux au bénéfice de la transition écologique aux niveaux local et national, voire international. Pour en savoir plus www.mecenat.developpement-durable.gouv.fr

Retour

01/07/2013 - Rapport de l’ONU sur les objectifs du Millénaire pour le développement

S’appuyant sur des statistiques officielles très détaillées, le Rapport de 2013 sur les objectifs du Millénaire pour le développement montre que la réalisation des OMD devient une réalité grâce à l’action conjuguée des gouvernements nationaux, de la communauté internationale, de la société civile et du secteur privé. Les objectifs, au nombre de huit, ont été adoptés par tous les pays dans le prolongement du Sommet du Millénaire des Nations Unies tenu en l’an 2000.     Les conditions de vie de millions de personnes se sont déjà améliorées grâce à la réalisation des cibles qui avaient été fixées dans les domaines de la réduction de la pauvreté, de l’accès à l’eau potable, de l’amélioration de la vie des habitants de taudis et de la parité entre les sexes dans l’enseignement primaire. Le rapport indique que les progrès qui ont été accomplis dans d’autres domaines ouvrent la possibilité d’atteindre d’ici à 2015 davantage de cibles fixées dans le cadre des OMD. Aujourd'hui, l’Organisation des Nations Unies s’emploie avec les gouvernements, la société civile et d’autres partenaires à consolider l’élan imprimé par les objectifs du Millénaire pour le développement, de manière à élaborer un programme ambitieux mais réaliste pour la période qui suit la date butoir de la réalisation desdits objectifs à la fin de 2015. Télécharger le rapport

Retour

28/06/2013 - Nouvel arrêté du 13 mai 2013 déterminant les modalités de vérification de données extra-financières par des organismes tiers

Le ministère de la justice a publié le vendredi 14 juin 2013, un nouvel arrêté fixant les modalités de vérification des données extra-financières publiées par les entreprises dans leur rapport annuel dans le cadre du Grenelle 2 de l’environnement. L’arrêté s’applique aux organismes tiers, aux sociétés cotées en bourse et aux sociétés non cotées dont le total du bilan ou le chiffre d'affaires est au minimum de 100 millions d'euros et dont le nombre moyen de salariés permanents est au moins de 500.Les organismes tiers indépendants chargés de vérifier les données extra financières et d’attribuer les attestations aux entreprises doivent être accrédités auprès du Comité Français d’Accréditation (COFRAC) ou d’un organisme reconnu dans le cadre de la coordination européenne des organismes d’accréditation. Les points clés du contenu de l’arrêté reposent sur les éléments de base de la vérification (contrôle interne, vérification du processus de collecte, identification des personnes en charge du reporting…) et  la sincérité des informations fournies. Les organismes tiers pourront délivrer des attestations aux entreprises sans être officiellement accrédités pour l’année 2013 si l’organisme d’accréditation en a reçu la demande et l’a jugé adéquate.
Pour plus d'informations

Retour

18/06/2013 - Lancement de la Plateforme RSE

Lors de la conférence environnementale de septembre 2012, le Gouvernement s’est engagé à créer une plateforme dédiée à la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) ; il répondait au souhait, exprimé collectivement par de nombreuses organisations patronales, syndicales et de la société civile, que soit établi sous le pilotage du Premier ministre une plateforme d’actions pour engager un développement ambitieux de la RSE. Cette plateforme a été aujourd’hui installée au Commissariat général à la stratégie et à la prospective. La plateforme RSE doit permettre aux acteurs concernés de débattre des enjeux de la RSE et de les faire participer, notamment dans le cadre de groupes de travail thématiques, à la mise en œuvre d’une promotion dynamique, cohérente et ambitieuse de la RSE.
Pour en savoir plus

Retour

27/05/2013 - Préparation de la Conférence environnementale

Le Conseil National de Transition Ecologique s'est réuni le 21 mai 2013 en présence de Delphine Batho, dont l’ordre du jour était la préparation de la future Conférence Environnementale, ainsi que le suivi de la mise en oeuvre de la feuille de route pour la transition écologique. La prochaine conférence environnementale se tiendra les 20 et 21 septembre 2013 au CESE. Elle permettra d’avancer sur cinq nouveaux chantiers : l’économie circulaire qui doit conduire à développer le recyclage et la valorisation des déchets mais aussi favoriser les circuits territorialisés ; les emplois de la transition écologique ; la politique de l’eau ; la biodiversité marine, la mer et les océans dans la perspective de renforcer les connaissances et la protection de l’environnement marin en métropole et en outre-mer ; l’éducation à l’environnement et au développement durable.
Télécharger le tableau de bord de la mise en oeuvre de la feuille de route pour la transition écologique ’état d’avancement n°3, mai 2013)

Télécharger le tableau de bord des indicateurs de l’économie verte

Tables rondes de la conférence environnementale 2013


Retour

26/04/2013 - Le Comité 21 organise sa convention sur le Made in territoires le 23 mai

Le Comité 21, premier réseau d’acteurs engagés dans la mise en œuvre du développement durable en France avec plus de 470 membres, vous invite à sa quatrième convention, le 23 mai 2013. Dans le contexte de crise généralisée, le local fait recette. Il est d’ailleurs largement plébiscité par les consommateurs français qui y voient un gage de qualité et de sécurité. A défaut de pouvoir concurrencer les pays émergents en termes de charges salariales ou de coûts de production, la production locale permettrait de miser sur la traçabilité des produits, leur qualité, un impact environnemental plus mesuré et des retombées économiques et sociales au bénéfice d’un territoire connu car de proximité. Cet engouement s’inscrit dans un climat de crise de confiance et de valeurs.   Cette tendance est-elle conjoncturelle ou s’inscrit-elle dans un réel mouvement de fond ? Quels en sont les bénéfices réels au profit de l’environnement, de l’économie et des populations ? Quels sont les mécanismes financiers et de gouvernance qui permettraient de développer les innovations et la compétitivité des territoires ?
La rencontre permettra de débattre ces questions avec les intervenants autour de deux tables rondes animées par Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques.
Télécharger le programme
Bulletin d'inscription

Retour

23/04/2013 - Troisième édition des Trophées du mécénat d’entreprise pour l’environnement et le développement durable

Pour la 3ème édition, le ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie a décerné aujourd'hui les Trophées du mécénat d'entreprise pour l'environnement et le développement durable à 11 projets remarquables. L'objectif est de récompenser les rapprochements inédits et volontaires entre des  partenaires issus du monde de l'entreprise et des porteurs de projets environnementaux - collectivités, associations, institut de recherche, établissements publics - autour de projets de collaboration innovants mis en oeuvre aux niveaux local, national voire international. En valorisant ces initiatives d'envergures très variées, mises en oeuvre par de grandes comme de très petites entreprises, les trophées soulignent que le mécénat environnemental est à la portée de tous. Etre mécène, c'est l'occasion pour l'entreprise de faire vivre ses valeurs sur le terrain, d'impliquer ses équipes et de nouer des relations de confiance et de proximité. Pour en savoir plus. Consulter le  dossier de presse en ligne.

Retour

01/04/2013 - Corinne Lepage au Comité 21 le 23 avril : n'hésitez pas à vous inscrire !

Le Comité 21 vous invite à débattre le 23 avril avec Corinne Lepage, députée européenne, présidente de Cap21, ancienne ministre de l'Environnement, lors d'une rencontre-débat ayant pour thème « L'économie, instrument de la transition écologique ». La désindustrialisation en France entraine le développement de pôles de compétitivité mais leur efficacité n'est pas à la hauteur de celle escomptée ; d'autres pistes doivent être envisagées, et notamment dans le domaine de l'économie verte. Pour autant, l'environnement peut-il réellement amorcer un nouveau chemin de croissance ? Quelles sont les filières porteuses en Europe? Comment les encourager ? Que faire des activités polluantes ? Comment gérer une transition juste et acceptable, entre les secteurs gagnants et les secteurs perdants au regard des nouvelles contraintes écologique? Cette rencontre se tiendra le 23 avril, de 8h00 à 10h00, au Bureau d'information du Parlement européen, 288 Boulevard Saint-Germain à Paris (7e arrondissement). Inscription obligatoire dans la limite des places disponibles : gratuit pour les adhérents / 20 euros pour les non-adhérents. Claire Sehier - sehier@comite21.org Télécharger le bulletin d'inscription. Pour en savoir plus : Antoine Charlot- charlot@comite21.org

Retour

12/03/2013 - Assises EEDD : 11 propositions prioritaires pour l'EEDD

Les Assises nationales de l’EEDD, organisées par le Collectif français pour l’EEDD – CFEEDD - et le GRAINE Rhône-Alpes, réseau régional pour l’EEDD, viennent de se clôturer après deux ans de préparation, 90 assises territoriales organisées dans toute la France et plus de 1300 participants. Le Comité 21 était présent ! =Dès l’ouverture, le 5 mars, le ton était donné avec la Ministre de l’écologie, Delphine Batho, qui a insisté sur l’importance qu’elle souhaite accorder à l’éducation à l’environnement et au développement durable « L’éducation à l’environnement doit une priorité, une grande cause nationale ». Elle a précisé que l’EEDD serait au cœur de la prochaine Conférence environnementale de septembre 2013. Le 9 avril, la ministre recevra le CFEEDD dans ce sens. A l’occasion du Forum « Chantier gouvernance » de l’après-midi, le Comité 21 a présenté en avant-première sa Note 21 « Le Plan vert, une opportunité pour renforcer l’ancrage territorial des acteurs du développement durable », qui sera diffusée à tous fin mars. Le 6 mars, les participants se sont retrouvés dans différents lieux pour se concerter et co-construire ensemble 47 argumentaires ou plans d’actions concernant les 11 chantiers (eau, climat-énergie, biodiversité, santé-environnement, villes et territoires durables, alimentation, consommation et production responsables, place aux jeunes, tous acteurs, gouvernance, valeurs et éthique). Sur la base de ce travail, le 7 mars, 722 participants ont voté pour aboutir à 11 propositions d’actions issues de ces chantiers qui vont permettre l’engagement de chacun. Pour finir, l’appel à candidature est déjà lancé auprès des territoires pour organiser les 4èmes Assises en 2017 !
Pour en savoir plus
Consulter le communiqué de presse
Lire le discours de Delphine Batho
Le discours de Delphine Batho en vidéo
Livret des participants

Retour

07/03/2013 - Débat national sur la transition énergétique – top départ de la participation citoyenne

Le gouvernement a lancé hier un appel aux citoyens : participer au débat national sur la transition énergétique qui se déroule dans toute la France jusqu’en juillet 2013 avec pour objectif d’aboutir à un projet de loi en octobre 2013. Concrètement, le site internet met à disposition un dossier du débat, récapitulant les éléments nécessaires à sa compréhension et un socle de connaissance : état des lieux de l’énergie en France et à l’international. En complément, les contributions des membres du Conseil national sont regroupées dans des cahiers d’acteurs, disponibles en ligne. Le site internet donne également la possibilité aux acteurs de témoigner sur leur démarche de transition énergétique avec des espaces participatifs de contribution. Le débat est relayé sur les réseaux sociaux, via Facebook et Twitter : avis, témoignages, expériences et mobilisation… Top départ !

Consulter le site internet
Accéder au compte Twitter du débat national sur la transition énergétique.
Accéder à la page Facebook du débat national sur la transition énergétique

Retour

27/02/2013 - Le Comité 21 rend hommage à Stéphane Hessel

Le Comité français pour le développement durable rend hommage à Stéphane Hessel dont nous apprenons le décès en ce 27 février 2013. Stéphane Hessel était un homme d’engagements et « d’indignations »  qu’il a fait partager à toutes les générations. Sa disparition est une grande perte, mais son enthousiasme, son exigence et son esprit de tolérance continueront à inspirer le quotidien et les missions de notre association.

Stéphane Hessel*
Né à Berlin en 1917, il est arrêté par la Gestapo durant la Seconde Guerre mondiale et emprisonné dans les camps de concentration de Buchenwald et de Dora. Il a débuté sa carrière aux Nations Unies en travaillant auprès de son compatriote Henri Laugier, premier Sous-Secrétaire général aux affaires sociales (1946-1950). Plus tard, il devient Administrateur adjoint du PNUD en matière de politique et d’évaluation (1970-1972). Entre ces missions, il travaille pour le Ministère français des Affaires étrangères et a été en charge des droits de l’homme et des affaires sociales. De 1976 à 1981, il est Représentant permanent de la France auprès de l'Office des Nations Unies à Genève, capitale économique et sociale de l’ONU. Il a également été membre du Groupe de travail indépendant sur l’avenir des Nations Unies (1994-1995) et Représentant français à la Conférence mondiale de 1993 sur les droits de l’homme à Vienne; il a présidé la Délégation française à la Commission des droits de l’homme à d’autres occasions.
* source du Centre régional d'information des Nations Unies

Retour

04/02/2013 - Lettres de cadrages 2013 du Gouvernement pour une transition écologique

Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, a adressé aux membres de son Gouvernement, les "lettres de cadrage pour la transition écologique en 2013". Ces lettres assignent à chacun des ministres des priorités d’action afin qu’ils contribuent à la réussite de la transition écologique de la société et de l’économie. Elles traduisent l’approche nouvelle du Gouvernement en matière d’environnement : pour répondre efficacement aux défis environnementaux et en limiter les impacts économiques et sociaux potentiellement négatifs, l’ensemble des politiques publiques doivent être profondément modifiées, ce qui implique des capacités de mobilisation interministérielles et de programmation gouvernementales nouvelles ; l’écologie ne doit plus être perçue comme un frein à la croissance ; la transition écologique est un des éléments de la sortie de crise. Il s’agit donc d’un processus de long terme. Les conférences environnementales annuelles permettront de faire évoluer le contenu de la feuille de route du Gouvernement pour la transition écologique. Les lettres de cadrage, également annuelles, en assureront la mise en œuvre. De nouveaux indicateurs suivront l’évolution des chiffres clefs de la transition écologique et de la croissance verte. Télécharger les lettres de cadrage

Retour

29/01/2013 - Plan national RSE : le document préparatoire est transmis à la Commission européenne

Le document préparatoire au Plan national français de développement de la responsabilité sociétale des entreprises a été transmis à la Commission européenne. Il a pour objectif de répondre à la communication de la Commission en date du 25 octobre 2011 : "Responsabilité sociale des entreprises : une nouvelle stratégie de l'UE pour la période 2011-2014". Une consultation nationale avait été organisée autour d'une première version du document le 26 novembre 2012. Pour mémoire, le Comite 21 y avait répondu en son nom propre ainsi qu'au sein de la Plateforme RSE.

Lire le document préparatoire au PNRSE

Lire la contribution du Comité 21 en date du 26 novembre 2012

Retour

21/01/2013 - Publication des actes du 2e colloque PCET

Les actes de la seconde édition du colloque PCET, organisé par l’Ademe en Octobre 2012 et dont le Comité 21 était partenaire, viennent d’être publiés. L’ambition de ce colloque était d’apporter des réponses techniques et opérationnelles aux questions que soulève la réalisation d’un plan climat : Comment traiter de l’adaptation au changement climatique dans un PCET ? Quelles sont les solutions pour évaluer les actions d’un PCET et vérifier que les objectifs assignés sont atteints ? Quels sont les montages financiers pour mettre en œuvre le plan d’actions ? Comment mobiliser les acteurs économiques ou le grand public dans la durée ? Les séances plénières et les ateliers ont permis d’apporter de nombreux témoignages d’élus, de techniciens et d’experts. Vous pouvez à présent retrouver l’intégralité des échanges en vidéo ainsi que les présentations des intervenants et des interviews exclusives. Une recherche par mots-clés, par thèmes et par intervenants facilite la navigation. Une synthèse écrite de 140 pages est aussi téléchargeable format pdf. http://www.colloque-pcet.ademe.actesnumeriques.fr.

Retour

15/01/2013 - Lancement de l’atelier européen sur les Agences de notation et la transition écologique

European Partners of Environment organise le 7 février 2013, en partenariat avec le Comité 21, un atelier européen « PEP 21 » sur le thème : « Agences de notation et transition écologique », avec le soutien de la Commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée Nationale et du ministère de l’Ecologie. L’objectif de cette rencontre est de redéfinir les concepts de performance et de valeur à l’échelle des Etats, des collectivités territoriales et des entreprises. Par là même, l’enjeu sera de penser de nouvelles méthodes d’évaluation, plus innovantes et créatives. Acteurs influents de la vie économique, un focus particulier sera apporté sur le rôle des agences de notation financière et extra-financière. Comment évaluent-elles les entreprises et les collectivités territoriales ? Comment se préparent-elles aux nouvelles attentes des investisseurs ? Quels rôles jouent ces acteurs dans l’accélération de la transition écologique ? 
Bettina Laville, présidente fondatrice du Comité 21, présidera la table ronde sur « Agences de notation financières et transition écologique des territoires », et Gilles Berhault, président du Comité 21, conclura sur « Comment accélérer le processus vers la transition écologique de l'Europe ? Le rôle des acteurs dans le marché financier ».  
Parmi les autres organismes intervenants : PNUE, GRI, Vigeo, ORSE, EthiFinance,
9h30 à 17h30
101 Rue de l’Université 75007 ParisTKBlue,.. www.epe.be/  - Télécharger le programme  - Inscription

Retour

05/12/2012 - Cérémonie de remise du 10ème palmarès des Rubans du développement durable

Ce mardi 4 décembre a eu lieu dans les Salons de Boffrand de la Présidence du Sénat la cérémonie de remise du palmarès 2012 des Rubans du développement durable. Les 19 collectivités lauréates (8 nouvelles et 11 renouvelées) sont venues chercher leur ruban lors de cette soirée animée par Denis Cheissoux. La cérémonie a été introduite par Jean-Pierre Bel président du Sénat et Dominique Bourg, philosophe et président du jury 2012. Tous les partenaires de l’opération des Rubans du développement durable, qui fêtait hier ses 10 ans, étaient présents. C’est  la globalité des démarches de collectivités très diverses (de 600 à plus de 230 000 habitants) qui était récompensée. Plus d’informations sur les lauréats et sur les Rubans. [Photo;Xavier Pierre ]

Retour

28/11/2012 - Doha in Paris, les négociations climatiques de Doha s’invitent à Paris !

S’inspirant de l’initiative "Qatar in Brussels" portée par le European Climate Youth Movement et Young Friends of the Earth Europe, "Doha In Paris" est une plateforme regroupant plusieurs associations de jeunes pour fédérer, à l’occasion de la COP18 de Doha, une dynamique d’échanges autour des enjeux de justice climatique et de négociations internationales, en lien avec les autres mouvements de jeunes à l’étranger et en particulier à Doha. Cette initiative du REFEDD (REseau Français des Etudiants pour le Développement Durable) aura pour but, du 1er au 7 décembre prochains, de permettre aux jeunes restés en France de suivre les négociations. Ouverts au public, des évènements seront organisés à Paris, afin d’informer et de sensibiliser le public sur les enjeux du changement climatique et les négociations climat qui se dérouleront au même moment à Doha. Parmi les temps fort : la conférence “Suivi des négociations”, le lundi 3 décembre de 18h à 21h, et la conférence finale “En Route pour la COP21 de Paris 2015”, le Vendredi 7 décembre de 18h à 21h. Les deux conférences auront lieu à la mairie du deuxième arrondissement.
Pour en savoir plus
Programme et inscriptions

Contact

Retour

27/11/2012 - Ouverture de la Conférence Climat de Doha

A l'occasion de l'ouverture de la 18ème Conférence des Parties à la Conférence des Nations-Unies sur le climat, Delphine BATHO, ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, a souligné l'urgence à agir face au réchauffement climatique. Lors d'une visioconférence qui s'est tenue ce jour, lundi 26 novembre 2012, Rachel KYTE, vice-présidente de la Banque Mondiale en charge du Développement durable, est revenue sur les conclusions du rapport de la Banque Mondiale, indiquant que la température mondiale pourrait augmenter au-delà de 4°C d'ici la fin du siècle, entraînant de graves conséquences pour la planète. L'ouverture de la Conférence sur le climat offre une occasion de progresser vers l'établissement futur d'un cadre universel permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre à l'origine du réchauffement climatique. La France, avec ses partenaires européens, est pleinement déterminée à prendre toute sa part de cet effort :
- en cohérence avec son objectif d'excellence environnementale, la France s'engagera à Doha dans une seconde période du Protocole de Kyoto, qui constitue le seul cadre international existant prévoyant des objectifs contraignants de réduction des émissions de gaz à effet de serre ;
- la France présentera sa stratégie pour contribuer à s'assurer que les financements publics et privés adéquats seront mobilisés au-delà de 2012 pour accompagner dans les pays en développement la lutte contre le changement climatique, en particulier à travers des financements innovants ;
- la France s'attachera à ce que l'ambition ne se relâche pas après Doha et que soient fixés, dans le cadre de la Plateforme de Durban, les jalons vers un accord universel en 2015, qui devra s'appliquer à partir de 2020 ;
- dans cette perspective, la France confirmera sa disponibilité pour assumer la présidence de la Conférence climat en 2015, date où un accord universel devra être conclu.
Lors de la Conférence, qui se tient à Doha du 26 novembre au 7 décembre 2012, la France sera représentée par le ministre des Affaires étrangères et européennes, Laurent FABIUS, la ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, Delphine BATHO, et le ministre délégué au Développement, Pascal CANFIN.
Pour en savoir plus

www.un.org/fr/climatechange/
Note de décryptage pour mieux comprendre les enjeux complexes des négociations par futur facteur 4

Retour

16/11/2012 - Cahier n°6 de l’Observatoire national des agendas 21 : « Agenda 21 et Participation, la voix de tous sur la voie de l’intérêt général » !

Pendant 2 ans, l’Observatoire national des agendas 21 locaux s’est interrogé sur les interactions entre processus participatifs et projets territoriaux de développement durable.  Au terme de cette réflexion, la participation, n’apparait plus uniquement comme un moyen de rationnaliser l’action publique mais comme un enjeu démocratique, de construction commune du projet politique local et de l’intérêt général. Faire participer aux différentes étapes, citoyen, acteurs privés, associations, pouvoirs publics, devient ainsi le socle d’une démocratie inclusive basée sur la réciprocité et la co-responsabilité. Le Cahier publié aujourd’hui, « Agenda 21 et Participation, La voix de tous sur la voie de l’intérêt général », rassemble l’ensemble de cette réflexion, issue notamment de l’Atelier, organisé avec le Conseil général de Gironde et ses partenaires à Bordeaux, en novembre 2011. A travers expériences, analyses d’acteurs, compilations des échanges de l’Atelier, il démontre que pour atteindre cet objectif d’inclusion pour construire l’intérêt général partagé, des ingrédients importants sont à réunir : le travail de prospective, l’appui sur une mobilisation large de l’intelligence collective, le recours à des exigences fortes méthodologique et organisationnelle. Enfin, la pratique de la participation dans les agendas 21 est une occasion forte pour renouveler le rapport à la chose publique et à l’exercice de la démocratie par tout à chacun : c’est un ferment d’une innovation démocratique à travers les expérimentations qui y sont conduites, les modes d’implications nouvelles des acteurs. L'Observatoire des agendas 21 locaux a été créé en 2006 et réunit l’Association 4D, l’Association des Maires de France (AMF), le Comité 21 et le Ministère en charge du développement durable Plus d’informations et téléchargement du cahier.

Retour

08/11/2012 - Des élus mobilisés pour le commerce équitable : 36 Collectivités Territoires de Commerce Equitable en France

La campagne internationale Territoires de Commerce Equitable vient de décerner son titre à 26 collectivités en 2012, pour une durée de deux ans. Un Jury indépendant,  présidé par Elisabeth Laville, fondatrice d’Utopies et co-auteure du rapport « Pour une consommation Durable », a analysé les actions mises en place par les collectivités candidates.  10 collectivités avaient obtenu ce titre en 2011, au total, ce sont donc 36 collectivités qui sont titrées en France. A l’occasion du mois de l’Economie Sociale et Solidaire, ces collectivités démontrent qu’il est possible de promouvoir une consommation plus durable. Afin d’atteindre les  5  objectifs  de la campagne, les collectivités ont, comme la mairie de Paris, habillé leurs agents en coton équitable  (plus de 9000 agents portent des tenues professionnelles en coton équitable). Elles ont également sensibilisé les citoyens au commerce équitable, en créant des rencontres entre les producteurs et les habitants : Un producteur de bananes du Pérou est venu rencontrer les écoliers de Saint-Aubin d’Aubigné et de Rezé. La ville de Lyon a quant à elle développé un label : Lyon ville équitable et durable pour mobiliser Les commerces et entreprises de son territoire sur cette thématique.  La région Pays-de-la Loire  a également  réunit  plus de 200 acteurs  de son territoire (collectivités, entreprises, établissements d’enseignement) en créant son conseil ligérien du commerce équitable.   Partout en France, des événements organisés pour les remises de titres Lors de ces  événements, les collectivités présenteront leurs actions et leurs ambitions.  .  Plus d’informations.

Retour

06/11/2012 - Appel à contribution au sommet Ecocity des villes durables à Nantes en septembre 2013

ECOCITY, le sommet mondial des villes durables, organisé en partenariat avec ECOCITY BUILDERS et ICLEI, a lieu à Nantes les 25-27 septembre 2013 et sera le temps fort de l’année Nantes Capitale Verte Européenne.  La programmation d’ECOCITY 2013 s’organise autour de quatre défis prioritaires pour la ville durable : financer, gouverner, penser, faire. Venez relever le défi de la ville durable  en répondant à l’appel à contribution avant le 30 novembre 2012. Votre proposition de contribution peut revêtir des formes très différentes voire non encore abouties. La plateforme collaborative mise en place début 2013 permettra de créer des liens entre les contributeurs ayant de problématiques proches, et d’enrichir ainsi chacune des contributions.   Télécharger le dossier de présentationTélécharger l’appel à contributionPlus d’informations.

Retour

30/10/2012 - Climat Pratic : le nouvel outil des collectivités !

Climat Pratic est un outil d'aide à l'élaboration et à la mise en place d'une politique « climat énergie » ou d'un Plan Climat Energie Territorial (PCET). Destiné aux communes et intercommunalités de moins de 50 000 habitants, aux pays et aux PNR, il permet de les guider pas à pas pour définir rapidement un programme d'actions « climat énergie » adapté à leur territoire.
Climat Pratic a été réalisé par le Réseau Action Climat-France, l'ADEME, Etd et le CLER et expérimenté pendant 6 mois sur 10 territoires pilotes. Il est inspiré de l'outil « Climate Compass » développé par l'association Climate Alliance.

Plus d'informations

Retour

12/10/2012 - Nouvelle édition de la Semaine de l'Investissement socialement responsable

La troisième édition de la Semaine de l'Investissement Socialement Responsable (ISR : placement financier qui prend en compte des critères liés à l’Environnement, au Social et à la Gouvernance, on parle aussi de critères ESG) a débuté le jeudi 11 octobre en France. Lancée en 2010, la Semaine de l’ISR est placée depuis trois ans sous le Haut Patronage du Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie. Aux côtés des pouvoirs publics de nombreux acteurs s’engagent pour mieux faire connaître cet investissement socialement responsable. Seulement 6% des investisseurs savent précisément ce qu'est l'ISR, et 28% en ont entendu parler mais ne sauraient pas le définir (sondage Ipsos publié ce 10 octobre). Différents événement seront organisés toute cette semaine par des établissements financiers, des agences de notation extra-financière, des gestionnaires d'actifs ou encore des associations, des écoles ou universités.

Plus d'informations

Retour

12/10/2012 - Paris se dote d'un observatoire de la biodiversité

Mecredi 10 octobre, la Ville de Paris inaugurait son observatoire de la biodiversité (square du Capitan, dans le 5e arrondissement). Dans la continuité de l'adoption de son plan biodiversité, ce nouvel outil permettra à la ville d'accompagner les initiatives qui visent à renforcer la place de la biodiversité sur le territoire. L'observatoire assurera un rôle de veille scientifique pour renforcer les connaissances sur l'interaction entre milieu urbain et biodiversité. Il mènera une mission de conseil auprès des professionnels (architectes, urbanistes, paysagistes, syndics, etc.) et des décideurs, et produira des préconisations en termes de matériaux et formes architecturales, de plantations (intérêt des espèces), de types de toitures et de murs végétalisés, de modes de gestion, etc.. Enfin, l’Observatoire aura une mission de sensibilisation auprès du grand public (valoriser les actions engagées, favoriser les projets participatifs...).

Plus d'information

Retour

12/10/2012 - L'Ademe publie une carte de France des bâtiments à énergie positive

En France, 180 bâtiments peuvent être aujourd'hui qualifiés à énergie positive. Depuis 2009, on compte 20 à 30 nouvelles opérations à énergie positive livrées chaque année, qu’il s’agisse de logements individuels ou collectifs, ou de bâtiments tertiaires. Pour accélérer leur déploiement, l’ADEME recense les meilleures pratiques sur le territoire. Ces retours d’expérience permettent d’une part aux Pouvoirs Publics de vérifier sur le terrain la faisabilité de ce type d’opérations et d’autre part aux maîtres d’ouvrage de profiter des renseignements tirés de ces travaux pour la réalisation de leurs bâtiments. Après un premier état des lieux dont la synthèse sera disponible à la fin du mois d'octobre, l’ADEME met en place une Base de données BEPOS qui rassemble l’ensemble des opérations identifiées, en cours ou finalisées, et propose une analyse détaillée des opérations les plus représentatives.
Par ailleurs l’ADEME accompagne le Ministère du Développement Durable pour l’élaboration d’un label « Bâtiment à énergie positive » adossé à la RT 2012 (Réglementation Thermique 2012), qui devrait définir précisément les exigences auxquelles ces bâtiments « à énergie positive » devront répondre.

Plus d'informations

Retour

10/10/2012 - Le Cniid publie un dictionnaire alternatif des déchets

Pourquoi ne parle-t-on plus de « décharge » mais de « centre d’enfouissement technique », d’« incinérateur » mais de « centre de valorisation énergétique » ? Face à des termes sans cesse renouvelés le Centre national d’information indépendante sur les déchets (Cniid) publie le premier dictionnaire sur les déchets « garanti sans greenwashing ». Ce dictionnaire, intitulé "Déchets : les gros mots", présente 30 mots et expressions courants du monde des déchets. Pour chaque terme, le Cniid rappelle son sens réel et ses potentiels enjeux cachés ou peu avouables.

Le dictionnaire est gratuit et disponible en version numérique sur le site du Cniid.

Retour

09/10/2012 - RSE et communication responsable : zoom sur les pratiques des banques et assurances européennes

Novethic a publié en septembre 2012 une étude portant sur la qualité de la communication RSE des principales banques et assurances. 31 groupes financiers européens dont 7 groupes français (AXA, BPCE, BNP Paribas, CNP Assurances, Crédit Agricole, Crédit Mutuel Groupe, et la Société Générale) ont ainsi été audités sur 4 thèmes : environnement, social, gouvernance, produits et services. Si il y a dix ans le secteur financier était considéré comme un "bon élève", la crise financière a changé la donne. Banques et assurances doivent affronter une profonde crise de réputation. Disposer d’une communication responsable semble un élément clef pour retrouver la confiance de la société civile, mise à mal par la crise financière. S’appuyer sur une stratégie RSE, étayée par une communication à la hauteur, semblait un chemin logique pour retrouver une légitimité. Or les 31 groupes dont l’information publique a été examinée dans cette étude sont finalement peu nombreux à avoir fait ce choix. S’appuyant sur les informations publiques (issues des rapports annuels, des rapports de développement durable ou de RSE et des sites Internet des maisons mères et de leurs filiales), Novethic analyse et met en perspective les grands enjeux de la RSE dans le secteur financier et les thématiques de communication RSE des bancassurances.

Consulter le rapport

Retour

08/10/2012 - La Gironde : 1er département français évalué AFAQ 26000 Collectivités

Labellisé par l’Etat « Agenda 21 local France depuis 2007 », trois fois lauréat des « Rubans du développement durable » depuis 2004, le département de la Gironde devient le 1er département français évalué AFAQ 26000 Collectivités par l'AFNOR. L’évaluation réalisée met en évidence une note de 642 points sur 1000 soit un niveau « Confirmé », ce qui est un très bon score et aussi une première en France pour un département. Sur la méthode, les évaluateurs mandatés par AFNOR Certification ont rencontré élus, agents et partenaires du Conseil Général durant une semaine afin d’expérimenter le guide d’évaluation. Ensuite, deux mois ont été consacrés à l’analyse des données (ressources humaines, budget, politiques, management, patrimoine) pour fonder l’évaluation des résultats et des pratiques du Conseil Général de la Gironde. 5 domaines ont été évalués : la cohésion sociale et la solidarité entre les territoires et les générations ; l’épanouissement de tous les êtres humains; la lutte contre le changement climatique et la protection de l’atmosphère; la préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources et enfin la dynamique de développement suivant des modes de consommation et de production responsables.

Plus d'informations

Retour

08/10/2012 - Participez à la 2ème enquête sur l'utilisation de la norme ISO 26000

Labellisé par l’Etat « Agenda 21 local France depuis 2007 », trois fois lauréat des « Rubans du développement durable » depuis 2004, le département de la Gironde devient le 1er département français évalué AFAQ 26000 Collectivités par l'AFNOR. L’évaluation réalisée met en évidence une note de 642 points sur 1000 soit un niveau « Confirmé », ce qui est un très bon score et aussi une première en France pour un département. Sur la méthode, les évaluateurs mandatés par AFNOR Certification ont rencontré élus, agents et partenaires du Conseil Général durant une semaine afin d’expérimenter le guide d’évaluation. Ensuite, deux mois ont été consacrés à l’analyse des données (ressources humaines, budget, politiques, management, patrimoine) pour fonder l’évaluation des résultats et des pratiques du Conseil Général de la Gironde. 5 domaines ont été évalués : la cohésion sociale et la solidarité entre les territoires et les générations ; l’épanouissement de tous les êtres humains; la lutte contre le changement climatique et la protection de l’atmosphère; la préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources et enfin la dynamique de développement suivant des modes de consommation et de production responsables.

Plus d'informations

Retour

21/09/2012 - Une feuille de route pour la transition écologique

La Conférence environnementale pour la transition écologique s’est tenue les 14 et 15 septembre 2012 au Palais d’Iéna. Ouverte par le Président de la République, clôturée par le Premier ministre, elle a réuni 14 ministres, des représentants des organisations non  gouvernementales environnementales, des organisations syndicales, des organisations d’employeurs, des collectivités territoriales et des parlementaires.
Cette conférence traduit l’importance qu’accordent le Président de la République et le Gouvernement aux grands enjeux environnementaux, ceux du changement climatique, de la rareté des ressources et du recul de la biodiversité mondiale, avec la volonté d’engager la transition vers un nouveau modèle de développement durable. Aujourd'hui, le gouvernement vient de publier la "feuille de route pour la transition écologique" qui traduit ses engagements à l'issue des travaux de la Conférence environnementale. Cette feuille de route constitue le résultat de deux jours de débats, structurés autour de cinq tables rondes, qui ont permis de faire dialoguer tous les acteurs de la transition écologique.
Elle fera l'objet de mises en oeuvre concrètes qui seront engagées rapidement.
Discours d'ouverture du Président de la République
Discours de cloture de Jean-Marc Ayrault
Feuille de route du gouvernement pour une transition écologique

Retour

18/09/2012 - Mobilisation des habitants à l’occasion de Nantes capitale verte 2013

A l’occasion de Nantes Capitale verte 2013, et pour y associer les acteurs de la ville, un appel à projet à été lancé le 10 juillet dernier en direction des citoyens et associations de l’agglomération, afin qu’ils proposent des idées en faveur du développement durable. Trente projets seront retenus et bénéficieront d’une aide financière de 5000 euros de Nantes métropole et de la ville de Nantes. Habitants et associations des 24 communes ont ainsi jusqu’au 31 octobre 2012 pour proposer actions de sensibilisation ou réalisations concrètes dans l’ensemble des domaines du développement durable. Les critères de sélection mettent l’accent sur le caractère innovant, l’effet levier auprès de nouveaux publics, la coopération et le partenariat ainsi que la reproductibilité des projets.

Plus d'informations

Retour

18/09/2012 - L’UE lance un partenariat sur les « Smart cities and communities »

L'Union Européenne se trouve aujourd'hui confrontée à l'un de ses plus grands défis : penser et adapter la ville pour l'intégrer à un environnement intelligent et durable. Les technologies intelligentes appliquées au milieu urbain peuvent apporter des réponses efficaces à ces nouveaux défis. C’est pourquoi, la Commission européenne lance un partenariat d'innovation pour « les villes et communautés intelligentes (VCI) ». L’objectif est de stimuler le développement de technologies intelligentes en milieu urbain. L'initiative VCI a été lancée en 2011. Pour la première année (2012), elle a été dotée de 81 millions d'euros, et ne couvre que deux secteurs : les transports et l'énergie. À partir de 2013, le budget passera de 81 à 365 millions d'euros et couvrira les trois domaines: énergie, transports et TIC.

Plus d'informations

Retour

14/09/2012 - Conférence environnementale: le Comité 21 s'invite au débat

Le Comité 21 a présenté, le 10 septembre, devant la presse et ses adhérents, ses propositions dans le cadre de la Conférence environnementale. Le Comité 21 regrette que les enjeux environnementaux ne soient pas appréhendés simultanément avec les enjeux sociaux et économiques actuels. Il insiste sur la nécessité d’adopter une gouvernance écologique et un contrat national d’engagement pour réussir la transition dans une démarche de développement durable. Véritable projet politique, ce contrat doit reposer sur des objectifs ambitieux et mobilisateurs portés par l’ensemble des ministères, décliné à l’échelle locale et co-signé par tous les acteurs (institutionnels, économiques, associatifs, syndicaux, et les représentants des citoyens). Par ailleurs, le Comité 21 s’est associé aux principales associations du développement durable* pour demander au Gouvernement d’élargir le cercle des parties prenantes participantes avec notamment les organisations expertes du développement durable, à la fois transversales, mais également spécialisées ou prospectives. A l’avenir, ces organisations pourraient être réunies au sein d’un 7ème collège d’experts ou au sein d’un comité scientifique constitué aux côtés des collèges existants.
* Association Communication et Information pour le Développement Durable (ACIDD) – Collège des Directeurs du Développement Durable (C3D) – Cercle pour l’Optimodalité en Europe (COE) – Comité 21 – Centre des Jeunes Dirigeants d’entreprise(CJD) – Conférence des Grandes Ecoles (CGE) – Conférence des Présidents d’Universités (CPU) – Institut Français de Formateurs Risques Majeurs et protection de l’Environnement (Iffo-RME) – OREE
Communiqué de presse
Télécharger la contribution du Comité 21

Télécharger la lettre des associations adressée au Premier ministre
Ecoutez Bettina Laville et Gilles Berhault sur Radio Ethic le 10 septembre 2012

Retour

03/09/2012 - La France au 6ème Forum Urbain mondial

Dans un contexte où plus de la moitié de la population mondiale vit désormais en milieu urbain, la question urbaine est un enjeu planétaire majeur qui a des conséquences considérables pour l'équilibre social, économique et environnemental de la planète. Organisé tous les deux ans par ONU Habitat depuis 2002, le Forum urbain mondial est devenu la principale conférence internationale sur les thèmes de la ville et de l'urbanisation. Ce Forum associe l'ensemble des acteurs publics, privés et non-gouvernementaux qui travaillent à l'amélioration des conditions de vie dans les villes. Après Nairobi en 2002, Barcelone en 2004, Vancouver en 2006, Nankin en 2008 et Rio de Janeiro en 2010, le 6e Forum Urbain mondial de Naples dont le thème est « l'avenir urbain » attend 15 000 participants. Les réunions du Forum sont divisées en séances de dialogue traitant des principaux thèmes de débats ouverts à travers des événements, des tables rondes, des séminaires de formation ou encore des expositions et événements culturels. Six dialogues sont prévus : Villes productives : création d'emplois urbains - Villes habitables et qualité de vie - Planification urbaine : institutions et règlements - Equité et prospérité des villes - Culture et prospérité des villes - Environnement, mobilité urbaine et énergie. La délégation française rassemble divers acteurs de la coopération française, réunis au sein du Partenariat français pour la ville et les territoires (PFVT) lancé en juin 2011 : Etat, collectivités territoriales, professionnels de l'urbanisme, entreprises, organismes de recherche et de formation, ONG. Ses membres interviendront dans la plupart des sessions plénières et des tables rondes. Le Forum urbain mondial sera également l'occasion de présenter la nouvelle stratégie de la coopération française en appui à la planification urbaine stratégique, et de valoriser les appuis de la France en faveur de l'accès aux services de base dans les pays en développement, qui constitue le principal axe de coopération entre la France et ONU Habitat. La délégation française sera par ailleurs active au sein d'un Pavillon France.
Présentation
Communiqué de presse la France au Forum
Dossier de presse de la présence de la France
www.unhabitat.org

Retour

30/07/2012 - L’UICN publie son premier panorama des services écologiques en France

L’UICN France (Union nationale pour la conservation de la nature) publie un panorama sur les services écologiques fournis par les écosystèmes en France. L’objectif de cet ouvrage est de renforcer leur connaissance et leur intégration dans les politiques et projets sur tout le territoire français, afin que les services écologiques puissent être préservés à toutes les échelles (locales, nationales et internationales). Ce premier volume fait le point sur le contexte et les enjeux qui entourent le concept de « services écologiques » : comment les définir ? Comment les caractériser et les évaluer aux niveaux international et national ? Quelles sont les grandes catégories de services fournis ? Quelles sont les principales menaces qui pèsent sur les écosystèmes et les services qu’ils nous rendent ? Telles sont les questions auxquels ce panorama, fruit de travaux menés par le Comité français de l’UICN depuis 2008, répond.
Télécharger la brochure

Retour

18/07/2012 - La préparation de la conférence environnementale 14 et 15 septembre

La ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie a présenté la méthode retenue pour la préparation de la conférence environnementale. Le Président de la République a annoncé sa volonté d'ouvrir un dialogue environnemental de même qualité que le dialogue social. Ce dialogue doit permettre à la France d'engager sa mutation vers un nouveau modèle de développement durable. Dans cet esprit, une conférence environnementale sera réunie les 14 et 15 septembre 2012 au CESE. Elle se saisira de deux grandes priorités - la transition énergétique et la préservation de la biodiversité - et ouvrira une concertation sur plusieurs chantiers, notamment sur la fiscalité écologique, le lien entre la santé et l'environnement et la nouvelle gouvernance écologique. La conférence environnementale se tiendra chaque année et associera à la réflexion et aux décisions, aux côtés de l'Etat et dans le respect de leur indépendance, les organisations non gouvernementales, les syndicats de salariés, les syndicats d'employeurs et les représentants des élus locaux. Des parlementaires y participeront également. Un comité de préparation au sein duquel siègent l’ensemble des partenaires préparera l'ordre du jour et les modalités d'organisation de la conférence. Il sera réuni ce jour même. Le 24 juillet, le Premier ministre rencontrera les organisations non gouvernementales engagées dans le suivi du Grenelle de l'environnement. Le 14 septembre, le Président de la République ouvrira la conférence environnementale. Elle permettra de fixer les objectifs dans chacun des domaines abordés, l'agenda et les moyens pour les atteindre. Seront également définis les indicateurs permettant d’évaluer les progrès réalisés et les modalités d’un dialogue décentralisé. La conférence arrêtera aussi la méthode du grand débat national sur la transition énergétique, qui contribuera à l'élaboration en 2013 d’un projet de loi de programmation. De même, elle cadrera la méthode et les objectifs des débats sur la biodiversité qui pourraient déboucher sur une loi-cadre en 2013. La ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie rendra compte de l‘avancée des travaux de la conférence en conseil des ministres.

Retour

11/07/2012 - Eléments méthodologiques pour l’élaboration du rapport durable

La France a confirmé son engagement dans le développement durable à travers sa Constitution, avec la Charte de l’environnement, et de façon opérationnelle par la promulgation des lois « Grenelle » et l’adoption d’une stratégie nationale de développement durable. C’est dans ce cadre que le décret d’application de la loi n°2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement rend désormais obligatoire la rédaction d’un rapport sur la situation en matière de développement durable pour toutes les collectivités territoriales et les EPCI à fiscalité propre de plus de 50000 habitants. Ce guide, élaboré avec des associations de collectivités territoriales (ACUF, ADCF, ADF, AMGVF, AMF, ARF, FVM) et sur la base de l’expérience de collectivités pionnières, vise à donner à l’ensemble des collectivités concernées un premier outil pour améliorer leur rapport et à engager les démarches qu’il sous-tend. 40 pages A télécharger

Retour

09/07/2012 - Messages des villes européennes pour Rio+20

Pour beaucoup, le Sommet Rio+20 est clairement un échec. Même si personne ne s’attendait à une révolution, la déception se fait sentir. Toutefois, le réseau Energy Cities, fort de plus de 1000 membres, tient à rappeler que le changement est déjà en gestation dans de nombreux territoires en Europe. Les autorités locales font preuve de courage et d’initiative pour développer des pratiques aujourd’hui innovantes, demain répandues dans toute l’Europe. Sur la base de ces expériences de terrain, Energy Cities a élaboré 30 propositions pour la transition énergétique des territoires. Ces propositions sont nées grâce aux autorités locales européennes, vivent par elles et doivent devenir leur source d’inspiration mutuelle. Ainsi la transition énergétique a une chance. C’est le message qu’ont porté 30 maires européens à l’occasion du Sommet Rio+20, à travers 30 posters.
Pour en savoir plus

Retour

04/07/2012 - L’ONU appelle à la mise en place d’un partenariat mondial pour atteindre les Objectifs du Millénaire

Certaines « cibles » – qui sont des subdivisions des huit Objectifs du Millénaire convenus en 2000 – ont été atteintes avant l’échéance de 2015 : certaines concernant la pauvreté, les conditions de vie dans les bidonvilles et l’eau. Cependant, les Objectifs en eux-mêmes ne sont pas en passe d’être atteints d’ici là, et ce rapport 2012 de l’ONU souligne que cela ne peut se faire sans la mise en place d’un partenariat mondial. Les projections indiquent en effet qu'en 2015 plus de 600 millions de personnes dans le monde n'auront toujours pas accès à une eau potable améliorée, et près d'un milliard vivront avec moins de 1,25 dollar par jour. Les enjeux de la faim et de l’éducation primaire restent aigus, pour ne citer que ceux-là. L’idée d’un « partenariat mondial pour l’environnement », qui relève de l’Objectif 8, est un facteur clé de réussite selon Ban Ki-Moon, Secrétaire Général de l’ONU. Le Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales, Sha Zukang, explique comment certains facteurs de contexte peuvent œuvrer à la réussite d’une telle entreprise : « Des secteurs tels que les gouvernements, les entreprises, le monde académique et la société civile, connus pour avoir souvent travaillé sur des objectifs croisés, apprennent à collaborer sur ces aspirations partagées. Les statistiques exhaustives et les analyses claires contenues dans le rapport des Objectifs du Millénaire de cette année nous donnent à tous une bonne idée de la direction que nos efforts doivent prendre. » Voir l’aperçu général du rapport Voir le rapport complet

Retour

27/06/2012 - En direct de Rio+20 !

Le Sommet de la Terre Rio+20 se tient du 20 au 22 juin 2012 à Rio de Janeiro au Brésil. Vingt ans après le premier Sommet en 1992 à Rio et dix ans après celui de Johannesburg, ce Sommet est une nouvelle tentative des Nations Unies pour avancer sur l'engagement des États et de la communauté mondiale dans les grandes transitions de ce XXIème siècle. C'est aussi le moyen pour la société civile d'y apporter sa contribution à travers des initiatives de terrain, des technologies innovantes, des messages forts. En juillet 2011, le Comité 21 a lancé le Club France Rio+20 pour faciliter la mobilisation, la contribution et le rayonnement des acteurs français. Dans ce cadre, le Comité 21 anime une délégation de 150 personnes au sein du Club France Rio+20, du 19 au 23 juin. Le programme de cette délégation repose sur une sélection de temps forts, composés à la fois de conférences, de visites et de rencontres avec les acteurs internationaux et locaux du développement durable. De Rio, nous tenterons de faire partager en direct les enjeux de cette grande conférence en diffusant une dépêche régulière pour relayer initiatives, commentaires, analyses...
Dépêche 1

Dépêche 2
Dépêche 3
Dépêche 4
Dépêche 5
Dépêche 6
Dépêche 7

Retour

25/06/2012 - Principes retenus par la société civile française pour le plan d’action à 5 ans Point d’étape sur l’activité du Pavillon France

Les acteurs de la société civile française fédérés au sein du Club France RIO+20 et du Pavillon de la France ont partagé ce 22 juin les premiers enseignements et les orientations à prendre pour rendre applicable et concrète la déclaration finale de la Conférence Rio+20.
Il est relevé plusieurs aspects positifs dans ce texte:
• Le rôle nouveau, reconnu et clairement renforcé de la société civile dans la gouvernance mondiale ;
• La reconnaissance de l’économie verte et équitable comme programme de travail de la communauté internationale ;
• Des objectifs du développement durable clairement affirmés avec des indicateurs qui restent à construire.
La volonté politique est exprimée. C’est aux acteurs de la société civile au coté des gouvernements de passer d’un programme de travail à un réel plan d’action pour les 5 années qui viennent. Ce plan d’action doit reposer sur ces principes :
• La co-création : au coeur des démarches, il s’agit d’une dynamique partenariale entre l’ensemble des acteurs de terrain, engagés au plus près des problématiques et des citoyens qui les vivent ;
• La définition et mise en place d’indicateurs par ces acteurs à l’échelle de leurs territoires, articulés par rapport aux objectifs du développement durable définis dans la déclaration finale
• La reconnaissance de la culture et de la science comme des leviers essentiels du développement durable
« Après Rio+20 il est temps d’engager un déploiement massif et systématique du développement durable sur les territoires et au coeur des stratégies d’entreprises » déclare Gilles Berhault pour le Comité 21 et le Club France RIO+20.
Le Club France RIO +20 et le Pavillon de la France ont accueilli le Président de la République François Hollande accompagné des ministres Laurent Fabius, Nicole Bricq, Benoit Hamon et Pascal Canfin, ainsi que Brice Lalonde, Jean-Pierre Thébault, Serge Lepeltier, Yves Saint-Geours, Janez Potocnik, Staffan Nilsson, Fouad Douiri, Jacques Auxiette, Michel Delebarre, Ronan Dantec, Françoise Vilain, François Loos, Dov Zerah, Rajendra Kumar Pachauri, Jean Jouzel, Muhammad Yunus, Raoni, Bettina Laville, Pierre Radane, Serge Orru, Yann Arthus-Bertrand, Jean-Michel Cousteau, Jean-Pascal Tricoire, Gérard Mestrallet, Bruno Lafont, Jean-Christophe Carteron, Sylviette Pierron, Gilles Boeuf, Cynthia Fleury…
Les chiffres clés du Pavillon France Rio+20 ouvert du 13 au 24 juin à Rio:
• seul pavillon initié et animé dans une logique multi-acteurs pendant Rio+20
• 56 sides events avec 227 intervenants
• plus de 100 films vidéo mis en ligne dont 20 000 visionnés sur la web tv http://www.tvrioplus20france.org
• 500 participants lors de la visite du Président de la République.
.Discours de François Hollande, président de la République - RIO+20 , au Rio Centro, pour l'ouverture de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable, le 20 juin 2012
.Vidéo de ce même discours
.Discours de François Hollande, président de la République au Pavillon France, le 20 juin 2012
.Discours de Gilles Berhault au Pavillon France, le 20 juin 2012
.Video des discours au Pavillon France, le 20 juin 2012
.Document final de la conférence Rio+20 "l'avenir que nous voulons"
.Point sur le texte présenté aux chefs d’Etat le 20 juin 2012 de Jean-Pierre Thébault, ambassadeur pour l’environnement et le développement durable
.Les vidéos du Pavillon France installé au Palais d’Iéna à l’occasion du sommet de la Terre - en partenariat avec Acteurs Publics et le Comité 21
. Programme du Pavillon France

Retour

23/06/2012 - Au lendemain de la clôture du Sommet de la Terre Rio+20, le Fonds de Dotation pour la Biodiversité analyse les avancées parcourues

Au lendemain de la clôture de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, le Fonds de Dotation prend note de quelques avancées. La communauté internationale avait deux objectifs : relancer la dynamique adoptée à l’issue du Sommet de Rio en 1992 et adopter une vision de l’économie verte dans le contexte du développement durable et de l’éradication de la pauvreté. L’accord trouvé finalement par les chefs d’Etat et de gouvernement n’est pas idéal, faisant les frais d’un contexte international difficile, mais exprime tout de même un consensus autour d’une volonté politique et d’éléments d’un programme de travail et de rendez-vous pour les années qui viennent. Parmi les principaux acquis, on notera entre autres, la reconnaissance de l’interaction entre les différents piliers du développement durable, très bien reflétée dans le texte, de l’économie verte et équitable comme programme de travail de la communauté internationale, et l’ambition de financements innovants au service du développement durable. Le rôle nouveau, clairement renforcé, de la société civile dans la gouvernance.
Lire le communiqué

el@fdbiodiversite.org
www.fdbiodiversite.org

Retour

08/06/2012 - Le Club France RIO+20 lance à Paris Rio+20 en présence du Président de la République

Ce matin, à la Grande Halle de la Villette, le Club France Rio+20, initié par le Comité 21, lancait Rio+20 à Paris en présence de plus de 800 acteurs de la société civile impliqués dans le développement durable avant la conférence internationale de l'Onu, qui se tiendra au Brésil du 20 au 22 juin prochain. En ouverture, le Président de la république, François Hollande, a prononcé son premier discours sur l'environnement. Le président, qui se rendra à Rio+20, a déclaré qu’il avait trois objectifs pour cette conférence : un accès plus équitable et plus universel aux énergies renouvelables, la lutte pour la sécurité alimentaire et le soutien à l'économie verte et solidaire. Il a plaidé également en faveur de la création d’une organisation mondiale de l’environnement, proposée de longue date par la France, et qui pourrait être installée à Nairobi, au Kenya, siège du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).
Parallèlement, le Club France RIO+20, en partenariat avec OpinionWay, a présenté devant la presse son étude sur "Les Français et les enjeux du Sommet de la Terre" : 82% des français sont favorables à la création d’une Organisation Mondiale de l’Environnement et 78% d’entre eux considèrent que la société civile est insuffisamment impliquée sur les questions environnementales. Le Club France RIO+20 sera présent avec une délégation multi-acteurs de 150 personnes qui participera activement aux conférences et débats du 19 au 23 juin. Il défendra notamment la gouvernance territoriale durable solidaire et humaine (cf. communiqué).
Discours vidéo du Président de la république
Discours texte du Président de la république
Discours de discours de Nicole Bricq,
ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie
Dossier des participants
Communiqué de presse du Club France RIO+20
Dossier de presse du Club France RIO+20
Programme de la délégation
Communiqué de l'UNRIC
Regardez la vidéo de l'événement

Retour

01/06/2012 - Lancement international de Rio+20 à Paris le 8 juin

Le Club France Rio+20, initié par le Comité 21, organise le lancement international du Sommet de la Terre Rio+20 à Paris, en présence du Président de la République, le 8 juin, à la Grande Halle de la Villette avec : le matin, l'organisation d'un Forum de lancement en compagnie de nombreux artistes et personnalités, de la culture, de l'entreprise, des territoires, des médias, des associations et du monde académique. Ce forum sera suivi d'un déjeuner (35 euros) - Inscription gratuite : contact@clubfrancerioplus20.org. Ce même jour, une soirée exceptionnelle est proposée autour d'un spectacle de Découflé (« 20 ans Découflé ») à la Grande Halle de la Villette (http://www.villette.com/fr/agenda/Philippe-Decoufle-2012.htm) au tarif exceptionnel 24€ à l'occasion de Rio+20 - Réservation : billetterierio20@villette.com

Retour

15/05/2012 - Le site du Club France RIO+20 est en ligne !

J –  36 pour le sommet RIO+20 : le prochain Sommet de la Terre Rio+20 se tiendra du 20 au 22 juin 2012 à Rio de Janeiro au Brésil. Vingt ans après le premier Sommet en 1992 et dix ans après celui de Johannesburg, ce sommet est une nouvelle tentative des Nations Unies pour avancer sur l’engagement des États et de la communauté mondiale dans les grandes transitions de ce XXIème siècle. C’est aussi le moyen pour la société civile d’y apporter sa contribution à travers des initiatives de terrain, des technologies innovantes, des messages forts. En juillet 2011, le Comité 21 a lancé le « Club France RIO+20 » pour faciliter la mobilisation, la contribution et le rayonnement des acteurs français. Aujourd'hui, le site  du Club France RIO+20 www.rioplus20france.org/index.html va permettre de valoriser les initiatives des membres et partenaires du Club, de mutualiser les moyens et informations utiles sur RIO+20 au service de tous les membres du « Club France RIO+20 », et de permettre une présence efficace de la France à l’occasion de RIO+20.

Retour

 04/05/2012 - Le Forum citoyen pour la RSE réagit à la publication du décret d'application de l'article 225

Le Forum citoyen pour la RSE - qui rassemble syndicats, ONG et associations expertes de la RSE - a diffusé le 2 mai 2012 un communiqué de presse concernant la publication du décret d'application de l'article 225 de la loi Grenelle 2. Après deux ans d'attente, le décret sort "en catimini" et malgré deux avis défovorables du Conseil d'Etat puisqu'il confirme une double liste d'indicateurs selon que les entreprises soient cotées ou non. Le Forum citoyen pour la RSE regrette que le gouvernement profite de l'attention médiatique rivée sur les deux candidats lors de l'entre deux tours électoral pour publier ce décret d'application de loi.

Site Internet du Forum citoyen pour la RSE

Lire le communiqué

Contact : Antonio Manganella - a.manganella@ccfd.asso.fr

Retour

02/05/2012 - Succès du Forum RIO+20 : un nouveau souffle pour une transition économique ?

Le Club France RIO+20 a organisé son 2ème forum le 3 avril dernier à l’Association des maires de France, sur le thème « RIO+20 : un nouveau souffle pour une transition économique ?». Devant plus de 150 participants, aux côtés de l’INPI, Sylvie Lemmet, directrice de la Division Technologie, Industrie et Economie du PNUE, a introduit la rencontre en définissant l’économie verte selon le rapport du PNUE Vers une économie verte « une économie qui entraîne une amélioration du bien-être humain et de l’équité sociale, tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie de ressources. ». Deux tables rondes se sont succédées : la première sur la transition écologique de notre économie et les scénarios envisagés avec la participation du Conseil régional des Pays de la Loire, groupe Bouygues, Caisse des dépôts, Emmanuel Flam (auteur de l’ouvrage sur l’économie verte), FNE, EPE et Veolia environnement. La deuxième table ronde a abordé la manière de concilier économie verte et mutation sociale avec Be-Linked, Etablissement public du parc et de la grande halle de la villette, CFDT, groupe SOS, Paris Tech et GDF SUEZ. En conclusion, Ronan Dantec (sénateur), Jean-Pierre Thébault (ministère des Affaires étrangères et européennes) et François Moison (ADEME), ont souligné le poids important de la société civile dans les négociations et son rôle représentatif d’intérêts internationaux et globaux. Présentation du Club France RIO+20
Manifeste pour une meilleure gouvernance du développement durable

Retour

26/04/2012 - Parution du Décret d'application de l'article 225 de la loi Grenelle II

Le Décret n° 2012-557 du 24 avril 2012, « relatif aux obligations de transparence des entreprises en matière sociale et environnementale » a été publié au JO officiel du 26 avril 2012. Longtemps attendu tant par les entreprises que par leurs parties prenantes, celui-ci détermine les informations à caractère social et environnemental que les sociétés soumises à cette obligation doivent inclure dans leur rapport de gestion, ainsi que les conditions de vérification de ces informations par un organisme tiers indépendant. Les publics concernés par ce décret sont dans un premier temps les sociétés cotées, aux exercices ouverts après le 31 décembre 2011, ainsi que les sociétés non cotées, dont le total du bilan (ou le montant net du chiffre d'affaires) dépasse 1 milliard d'euros et dont le nombre moyen de salariés permanents employés au cours de l'exercice est supérieur à 5 000. Puis, celui-ci sera élargi aux sociétés non cotées de plus petite taille et ce par paliers, jusqu’aux exercices ouverts après le 31 décembre 2013 pour certaines PME non cotées (100 millions d'euros, 500 salariés). Le projet de décret détaille également les informations environnementales, sociales et sociétales qui doivent être fournies. Les entreprises cotées en bourse doivent par ailleurs fournir des informations supplémentaires. Chaque société concernée devra justifier, le cas échéant, les raisons pour lesquelles elle s'est trouvée dans l'impossibilité de fournir certaines des informations requises. S'agissant de l'obligation de vérification des informations par un organisme tiers indépendant, le décret est applicable pour les sociétés cotées, à partir de l'exercice ouvert après le 31 décembre 2011 et pour les sociétés non cotées, à partir de l'exercice clos au 31 décembre 2016. Décret d'application

Retour

12/04/2012 - Rio+20 est l'occasion d'envisager l'avenir que nous voulons, selon Brice Lalonde

La Conférence des Nations Unies sur le développement durable « Rio+20 » sera l'occasion d'envisager l'avenir que nous voulons pour le monde dans les vingt prochaines années, affirme Coordonnateur exécutif de cette conférence, Brice Lalonde, dans un entretien accordé à la < la>Radio des Nations Unies. La Conférence se déroulera à Rio de Janeiro au Brésil en juin 2012, vingt ans après le Sommet de la Terre de Rio, en 1992. « Rio+20, il s'agit des 20 prochaines années et pas seulement des 20 années qui nous séparent de 1992. Nous avons besoin périodiquement de faire le point, de savoir si nous avons réalisé les objectifs qui avaient été mis en avant par nos chefs d'Etat, s'il faut les revoir, s'il en faut d'autres et voir si la solidarité collective et les Nations Unies fonctionnent toujours aussi bien et voir si les pays en ces temps de crise ne sont pas tentés par le chacun pour soi », a indiqué M. Lalonde. A cette Conférence, les dirigeants mondiaux, des milliers de participants venus du secteur privé et des organisations non gouvernementales se réuniront pour déterminer comment réduire la pauvreté, promouvoir la justice sociale et assurer la protection de l'environnement alors que la planète est de plus en plus peuplée. « Le concept de la durabilité a été rendu public en 1987, c'est-à-dire quelques années avant le Sommet de la Terre de Rio en 1992, par la Commission de l'ONU dirigée par Mme Brundtland », a rappelé M. Lalonde. « L'économie verte est un chapitre du développement durable, celui qui concerne les liens entre l'économie et l'écologie. Il faut que le développement économique ne se fasse pas au détriment de la nature parce que les pauvres sont ceux qui dépendent le plus de la nature ». Les pêcheurs ont besoin de poissons et les paysans ont besoin de terre fertile, a rappelé M. Lalonde. La nature est donc un capital au même titre que les machines, les usines, ou encore le capital financier. Le capital nature doit être entretenu puisque c'est une infrastructure économique. « A Rio+20, on attend cinq à six résultats différents. On attend la déclaration qui, selon la résolution des Nations Unies qui a créé la conférence, doit être un texte concentré et politique. Il y aura donc deux textes, la déclaration politique et le programme d'action dans les annexes », a expliqué M. Lalonde. Pour le Coordonnateur de la Conférence, il s'agit là d'une occasion historique de dégager des pistes pouvant mener à un avenir durable – un avenir porteur de davantage d'emplois, de sources d'énergie non polluantes, d'une plus grande sécurité et d'un niveau de vie convenable pour tous. « Rio+20 sera l'une des plus importantes réunions mondiales sur le développement durable de notre temps », a-t-il souligné.

Retour

02/04/2012 - Nouvelle newsletter des Assises nationales de l'EEDD

Initiées par le Collectif français pour l'éducation à l'environnement et au développement durable, et coordonnées par le Graine Rhône-Alpes, les prochaines Assises nationales de l'EEDD se dérouleront du 5 au 7 mars 2013 à Lyon. D'ici là, différentes assises territoriales s'organisent. Pour suivre l'élaboration des Assises, une nouvelle newsletter est lancée et présente les actualités des Assises de l'EEDD et notamment les dernières publications mises en ligne sur le site par la "communauté des contributeurs" (plus de 70 à ce jour). N'hésitez pas à la diffuser à vos contacts et à réagir aux différentes informations qui sont présentées. Pour en savoir plus www.assises-eedd.org


Retour

13/03/2012 - 3ème Forum du Club France RIO+20

Le Club France RIO+20 a été créé en septembre 2011 à l’initiative du Comité 21 et rassemble une quarantaine de réseaux territoriaux, socio-professionnels, associatifs et académiques. Il ouvre un espace indépendant de dialogue entre les différents acteurs, permet de mutualiser les moyens et informations pertinentes sur la conférence RIO+20, d’assurer une représentation de la société civile française à l’occasion de RIO+20 et d’apporter un message innovant et fort en s’appuyant sur la réflexion, les réalisations territoriales et les technologies françaises. Le prochain Forum du « Club France Rio+20 » se déroule le 3 avril 2012 sur le thème « RIO+20 : un nouveau souffle pour une transition économique ?».
Programme
Présentation du Club France RIO+20
Manifeste pour une meilleure gouvernance du développement durable
Télécharger le communiqué de presse

Retour

08/03/2012 - Lancement de l’appel à projets pour la reconnaissance des projets locaux de développement durable et Agenda 21 locaux

La 7e session de reconnaissance des projets locaux de développement durable et des Agenda 21 locaux du Ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement sera lancée le 16 avril, avec l’ouverture de la plateforme de dépôt des dossiers. Les projets candidats devront notamment répondre aux cinq finalités du développement durable définies par le cadre de référence et prendre en compte les étapes essentielles de la démarche (stratégie d’amélioration continue, participation des acteurs, organisation du pilotage, transversalité des approches, évaluation partagée). Faisabilité, cohérence et globalité de la démarche sont les maîtres mots des projets de développement territorial aspirant à cette validation du Ministère. L’annonce de la reconnaissance aura lieu fin décembre 2012, et sera valable pour une période de trois ans, qui pourra être prolongée de deux ans supplémentaires. Depuis la première session d’appel à reconnaissance en 2007, ce sont 193 territoires qui ont été récompensés. Alors n’hésitez plus et déposez votre candidature ! Attention, la date limite de candidature est le 21 mai 2012.   Pour en savoir plus

Retour

16/02/2012 - Appel de la société civile en vue de RIO+20

A l'occasion de la conférence de RIO+20, la société civile (ONG, associations, syndicats, entreprises, scientifiques et académiques, collectivités territoriales) lance un appel pour une refonte de la gouvernance mondiale de l'environnement. Il s’agit de convaincre les gouvernements participant à RIO+20 de peser pour que les conclusions de la conférence impulsent concrètement le tournant indispensable vers une société de développement durable et pour la création d’une OME, organisation mondiale de l’environnement. Celle-ci permettra une large gouvernance, reliant les nombreux accords multilatéraux pour l'environnement, dont elle favorisera la coordination, la cohérence, la mise en oeuvre et l'efficacité. Elle pourra prendre en charge l’élaboration de nouvelles conventions. Cet appel a été rédigé par des organisations de la société civile (réseaux de collectivités et d'entreprises, associations environnementales du Grenelle, membres du Club France Rio+20). Il est parrainé par Edgar Morin et Jacques Perrin. Les premiers signataires en leur nom propre sont Gilles Berhault (président du Comité 21), Jean Jouzel (climatologue), Bettina Laville (avocate, présidente fondatrice du Comité 21) et Pierre Radanne (président de 4D). Pour signer l’appel de Société civile pour RIO+20

Retour

15/02/2012 - Premiers résultats de l’enquête relative aux attentes des parties prenantes françaises pour une gouvernance mondiale

A l’occasion de la conférence « Vers une nouvelle gouvernance mondiale de l’environnement », du 31 janvier 2012 au CESE organisée par les ministères des Affaires étrangères et de l’Ecologie, le Club France RIO+20 a présenté une enquête relative aux attentes des parties prenantes françaises en matière de gouvernance globale et territoriale du développement durable. Pilotée par le Comité de coordination du « Club France RIO+20 » et réalisée avec le soutien du ministère de l'Ecologie, cette enquête menée par PwC et Opinion Way indique que les collectivités, les entreprises et les syndicats sont considérés comme les plus représentatifs de la société civile au niveau international, ce qui en revanche n’est pas le cas des médias. Les ONG sont quant à elles considérées comme les plus efficaces en terme de promotion de l’environnement, contrairement aux entreprises. Selon l'enquête, pour la société civile, la priorité est de fixer un calendrier tangible et une méthode de travail commune pour les années à venir. L’idée qu’il y aura sûrement peu d'accords sur le fond est très présente. L’enquête révèle cependant un certain optimisme de la société civile quant aux avancées qui pourraient être faites sur le thème de l'économie verte, tandis que les résultats sont mitigés concernant le thème de la gouvernance. Faut-il renforcer le PNUE ou créer une OME (Organisation Mondiale de l’Environnement) ? La question reste encore en suspens… N’hésitez pas à donner votre avis avant le 3 avril prochain. Présentation des premiers résultats Répondre à l’enquête

Retour

01/02/2012 - Préparation RIO+20 : le consensus sur la création d'une Organisation Mondiale de l'Environnement progresse

A 100 jours du sommet de la Terre, le 31 janvier, Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, a réuni à Paris plus de 500 acteurs de la société civile française et internationale (ONGs, entreprises, collectivités, scientifiques...) ainsi que des acteurs clés des négociations de RIO+20 , pour réfléchir à la modernisation de la gouvernance mondiale en matière d'environnement. Partant d'un constat partagé sur les limites du système actuel, cette journée a permis de faire émerger grâce à des débats vivants et constructifs, un consensus autour de l'idée portée par la France de la création d'une Organisation Mondiale de l'Environnement (OME) dans le cadre d'une réforme de la gouvernance du développement durable. Intégrant les experts scientifique et ouverte à la société civile, une telle organisation permettrait de mieux répondre aux défis de la raréfaction des ressources naturelles, du changement climatique, du déclin de la biodiversité ou encore de la préservation des océans.
Les conclusions de cette conférence seront mises en ligne à partir du 2 février sur le site du ministère www.developpement-durable.gouv.fr
Préparation Rio+20 Consensus création OME
Dossier de presse
Présentation étude gouvernance Club France RIO +20



Retour

19/12/2011 - 13 décembre : nouvelle étape du Club France RIO+20 !

Le 13 décembre, le Club France RIO+20 - groupement d’acteurs français engagés pour RIO+20 à l’initiative du Comité 21 - a organisé une après-midi d’échange sur le thème de la gouvernance, l’un des deux grands thèmes à l’agenda de la conférence des Nations Unies, qui aura lieu du 20 au 22 juin 2012, à Rio de Janeiro (Brésil). Ce forum d’échange fait suite à la rencontre organisée par le Comité 21 au Palais Brogniart le 4 juillet 2011, qui avait permis d’expliciter les enjeux de la conférence en présence de Brice Lalonde, coordinateur exécutif du Sommet RIO+20 aux Nations Unies. En présence de près de 200 participants, ce Forum du 13 décembre a donné la parole à de nombreuses personnalités, notamment politiques, parmi lesquelles Leila Aichi, sénatrice de Paris ; Sandrine Bélier, députée européenne, rapporteure au Parlement européen sur la résolution Rio+20 ; Bertrand Pancher, député de la Meuse et co-rapporteur à l’Assemblée nationale de la loi dite Grenelle 2 et Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier Ministre, 1er vice-président du Sénat et président de la Fondation prospective et innovation. Outre un débat sur la proposition française en matière de gouvernance, cette rencontre a été l’occasion de présenter les premiers résultats des travaux du Comité de prospective du Comité 21, présidé par Bettina Laville, et de mettre  en avant les contributions des acteurs français –entreprises, associations, collectivités locales, syndicats – dans la perspective du Sommet RIO+20. A vos Agendas : prochain forum le 3 avril 2012. contact@clubrioplus20.org
Dossier des participants
Manifeste du Club France RIO+20
Album photos du 13 décembre
Dates Clés

Retour

24/11/2011 - Première contribution du Club France RIO+20 : Pour une Gouvernance territoriale durable et multi-parties prenantes

C’est au travers d’un « Manifeste pour une gouvernance territoriale durable, solidaire et humaine », déposé comme contribution sur le site officiel des Nations Unies, que le Club France RIO+20 a exprimé sa première position collégiale. Il souhaite que la réforme à venir de la gouvernance de l’environnement et du développement durable reconnaisse l’expérience des acteurs territoriaux et leur capacité à agir et à innover efficacement. Rappelons que le Club France RIO+20 regroupe pour la première fois en France un grand nombre d’acteurs de la société civile d’horizons divers (associations, réseaux de régions, départements et communes, réseaux d’entreprises, organismes professionnels, écoles et établissements publics engagés dans le développement durable) et a l’ambition de porter des recommandations qui posent les jalons d’un nouveau monde de gouvernance, au niveau mondial et territorial.
Retrouvez le Manifeste
Communiqué de presse
présentation du Club France RIO+20

Retour

07/11/2011 - Lancement du « Club France RIO+20 »

A moins d’un an de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (RIO+20) qui se déroulera à Rio de Janeiro du 4 au 6 juin 2012, le Comité 21 propose le lancement du « Club France RIO+20 » pour faciliter la mobilisation, la contribution et le rayonnement des acteurs français. Composé à la fois d’élus territoriaux, de responsables d’entreprises et de dirigeants associatifs, ce Club permettra : d’ouvrir un espace indépendant de dialogue nécessaire au progrès en croisant les regards entre les dirigeants d’entreprises, de collectivités, de syndicats, d’associations et des pouvoirs publics nationaux et européens ; de mutualiser les moyens et informations utiles sur RIO+20 au service de tous les membres du « Club France RIO+20 », et de permettre une présence efficace de la France à l’occasion de RIO+20 en apportant sur la scène internationale un nouveau souffle au concept du développement durable s’appuyant sur la réflexion, les réalisations territoriales et les technologies françaises. Le Comité 21 propose à toutes les entités publiques et privées de rejoindre le « Club France Rio+20 », comme l’ont déjà fait   l’Association des maires de France (AMF), la Fédération des Maires des villes moyennes (FMVM), l’Association des maires des grandes villes de France (AMGVF), l’Association des communautés urbaines de France (ACUF), l’Assemblée des communautés de France (AdCF), l’Association française du conseil des communes et régions d’Europe (AFCCRE), la Fédération des parcs naturels régionaux de France, la Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises (CGPME), le Centre des jeunes dirigeants d'entreprise (CJD), le Forum des amis du global compact, le Comité français de la chambre de commerce internationale (ICC France), European partners for the environnement (EPE), la Conférence des grandes écoles (CGE), la Conférence des présidents d’universités (CPU), le Collège des directeurs du développement durable (C3D), le Collège des hautes études en développement durable (CHEDD),  Energy Cities, l’Association OREE, l’ORSE, le Club Cap’Com, l’Association communication et information pour le développement durable (ACIDD), Entreprendre vert, le Cercle pour l’optimodalité en Europe (COE), et Décider ensemble. Le club bénéficie du soutien de la région Pays de la Loire. D’autres réseaux et partenaires participent à ces travaux et rendront prochainement public leur partenariat. Ce Club disposera d’un site web dédié et publiera régulièrement l’agenda de ses travaux et réflexions en cours. 
Présentation du Club France RIO+20
Adhérer au Club France RIO+20

Télécharger le communiqué
Discours de Gilles Berhault au Séminaire Alliantis, 10 octobre
Antoine Charlot – charlot@comite21.org

Retour

 21/07/2011 - Voir ou revoir la journée Rio+20 du Comité 21 du 4 juillet sur la web TV d'Eyedo



Retour

05/07/2011 - Rio+20 : le Comité 21 a engagé les discussions le 4 juillet au Palais Brongniart

Le 4 juillet au Palais Brongniart, Brice Lalonde, invité par le Comité 21 - Comité français pour le développement durable - a conclu une journée très riche d'échanges, engageant les participants à contribuer au prochain Sommet de la terre. Celui-ci aura lieu du 4 au 6 juin 2012 à Rio au Brésil, vingt ans après le premier.  

Le monde a considérablement évolué en vingt ans : 2 milliards de personnes supplémentaires surtout dans les villes ; des modes de vie et de travail en évolution, du fait de l'arrivée d'internet ; l’implication nouvelle des pays émergents.
 
La notion de développement durable, balbutiante en 1992, s’est ancrée comme vision du monde, tant dans les groupes locaux que dans les négociations internationales. Le Grenelle de l'environnement a permis de franchir une étape, proposant une « école française du développement durable », fondée sur la négociation, préfigurant une nouvelle gouvernance des territoires, portée par une démocratie contributive. 

« Un sommet des Nations Unies ne peut plus se faire aujourd'hui sans une participation de l'ensemble de la société civile », selon Gilles Berhault, président du Comité 21, qui a demandé à « l'ensemble des membres du premier réseau français de s'impliquer et de mettre en œuvre visions et projets, pour entrer dans une phase de généralisation à l’échelle de la planète».  

C’est pourquoi, le Comité 21, qui le premier a porté en France, avec l’ensemble des parties prenantes, la mise en œuvre du développement durable :
- fera des propositions d’action sur les sujets de la transition économique, du dialogue avec les parties prenantes et des Agenda 21, à travers son Comité de prospective, des forums réguliers, des publications…
- organisera une délégation multi-acteurs pour le Sommet de Rio+20. Pour cela, un club Comité 21 Rio+20 va réunir une vingtaine d’acteurs publics et privés, et piloter l’ensemble de ces actions.  

La journée, organisée par le Comité 21, a réuni, pour la première fois sur le thème de Rio+20, l'ensemble des acteurs (entreprises, collectivités territoriales, associations et institutions), en présence des ambassadeurs français, Jean-Pierre Thébault, pour l’environnement, et Laurent Stéfanini, secrétaire général de la Présidence française du G8-G20, de représentants du MEDEF, de la Chambre internationale de commerce, de réseaux internationaux de collectivités territoriales, de collectifs d'associations, etc.

Les 200 participants ont affirmé leur intention de collaborer, confirmant cette valeur fondatrice du Comité 21, rappelée par Brice Lalonde, coordinateur exécutif du Sommet Rio +20 à l'ONU : « Rio+20 est une bataille à engager pour un avenir meilleur. C’est collectivement, que nous l’emporterons ! »  
*« Rio+20, c’est vous ! » a conclu Brice Lalonde le 4 juillet 2011.
>> Communiqué
>> Compte-rendu synthétique
>> Fiche Repère
>> La tribune des Echos de Gilles Berhault (26 août 2011)
>> La tribune de Gilles Berhault sur le Monde.fr
>> Le focus de Bettina Laville : Rio+20 et plus encore
>> 3 questions à Brice Lalonde
>>
Lettre Options Futurs n°4-Gaïa network page 8 et 9 sur le 4 juillet
>> Retrouvez l'événement sur le site de Radio Ethique et écoutez les interviews en continu dans la rubrique « Protection de la Nature » de la radio.

Retour

14/06/2011 - Pour une contribution française au Sommet de la terre 2012 « Rio + 20 »

Le Comité 21 organise, le 4 juillet au Palais Brongniart, un forum sur les enjeux des différentes échéances nationales et internationales qui abordent le thème du développement durable en 2011 : la préparation du sommet de la terre de Rio de 2012 « Rio + 20 », vingt ans après le Sommet de la terre de 1992, considéré comme le début de la généralisation des démarches de développement durable. Le Comité 21 est engagé dans la préparation de Rio+20 : il collabore avec les associations spécialisées sur les droits de l’homme et l’environnement, siège au Comité officiel mis en place par les ministères de l’Ecologie et du Développement durable et des Affaires étrangères, et participe à des groupes de travail français et européens. Cet événement sera l’occasion pour le Comité 21 de se questionner en termes de stratégie générale et d’engager avec ses adhérents une réflexion sur les axes prioritaires de son action : quels modèles nouveaux modèles économiques pour la green économie dans le XXIe siècle ? Quel renouveau de l’Agenda 21 ? Quelle évolution de la concertation avec les parties prenantes ? Avec de nombreuses personnalités parmi lesquelles Brice Lalonde, ancien ministre, coordinateur exécutif du Sommet Rio + 20, ONU ; Khalida Bouzar, directrice adjointe de la Division technologies, industrie et économie, Programme des Nations unies pour l’environnement ; Jean-Pierre Thébault, ambassadeur pour l’environnement, ministère des Affaires étrangères et européennes Laurent Stéfanini, ambassadeur, chef du protocole de la République française, secrétaire général de la Présidence française du G8–G20 ; Pierre Radanne, président de 4D et coordinateur du collectif des ONG Rio+20...
Avec le parrainage de la ministre de l’Ecologie, du Développement durable des Transports et du Logement, et le soutien du ministère des Affaires étrangères et européennes et du Palais Brongniart.
Programme
Fiche Repère Rio + 20
Pour suivre les débats en direct, connectez vous !

Pour en savoir plus
. Site du Sommet Rio + 20
. Site des Nations Unies Rio + 20
. Site de la FAO pour Rio + 20
. Commission européenne : Rio+20 - vers une économie verte et une meilleure gouvernance
. Le blog du collectif Rio + 20

Retour

08/06/2011 - Un nouveau site web pour comprendre le changement climatique

Un nouveau site web, réalisé par l’établissement public Universcience, qui répertorie toutes les données sur le changement climatique à travers le monde et les actualise pour suivre ce phénomène "en temps réel" est en ligne. Le site www.climobs.fr propose des données validées par les revues scientifiques les plus sérieuses ou par le groupe d’experts de l’ONU, le Giec, sur les grands marqueurs du changement climatique : la hausse des températures, la montée du niveau des océans, la fonte des glaciers.... Chaque thème est contrôlé par un scientifique référent, spécialiste du sujet. C’est un concept unique au monde qui permettra de suivre le changement climatique à travers le monde en temps réel. Le site a été réalisé en partenariat avec le CNRS, l’INRA et Meteo-France.

Retour

29/04/2011 - La Commission européenne veut améliorer le cadre de la gouvernance des entreprises

Une consultation publique a été lancée par l'Europe, le 5 avril dernier, sur le thème de la gouvernance des entreprises. La gouvernance d’entreprise est classiquement définie comme le système de gestion et de contrôle des entreprises mais la crise financière a dévoilé de vraies lacunes en termes de gouvernance. Michel Barnier, membre de la Commission chargé du marché intérieur et des services, a déclaré à ce propos: « Dans le contexte économique actuel, nous avons plus que jamais besoin d'entreprises bien gérées, c'est-à-dire responsables et durables. L’excès de court-termisme a eu des conséquences désastreuses. Ce dont nous avons surtout besoin, c’est que les conseils d’administration soient plus efficaces et que les actionnaires assument pleinement leurs responsabilités ». La diversification de la composition des conseils d'administration, l'amélioration de leur fonctionnement et l’implication plus forte de la part des actionnaires font donc partie des thèmes qui seront abordés pendant cette consultation. Elle doit aussi apporter un éclairage sur les solutions qui permettraient d'améliorer le suivi et l'application des codes de gouvernance d'entreprise existant au niveau national. La date limite de réponse a été fixée au 22 juillet 2011. Télécharger le livre vert

Retour

11/04/2011 - L’Atlas du développement durable et responsable se trouve en Librairie !

Dans cet atlas publié en février 2011 sous la direction de Gilles Pennequin et Antoine-Tristan Mocilnikar et préfacé par Nathalie Kosciusko-Morizet et Yann Arthus-Bertrand, près de 100 auteurs, experts dans leur domaine (dont Bettina Laville, présidente d’honneur et présidente du Comité prospective du Comité 21 et Gilles Berhault, président du Comité 21), abordent, à travers 85 dossiers, les grands enjeux planétaires, nationaux, régionaux et locaux, ainsi que les problématiques durables des politiques publiques et d'entreprise. En pariant sur la confrontation positive des idées, cet atlas contribue à la perception des enjeux et pistes d’actions pour la reconstruction d’une société humaine, soumise pour la première fois de son existence à la question même de sa survie. Un ouvrage indispensable pour comprendre comment les décisions d'aujourd'hui dessinent la France et le monde de demain. 500 pages – 32 euros. Editions Eyrolles. Pour en savoir plus.

Retour

31/03/2011 - Semaine du DD et résultats du baromètre annuel Ethicity. « Les Français et la consommation durable »

Le thème de la Semaine du Développement Durable souligne cette année  la nécessité d’un changement de comportement dans notre manière de consommer. Dans un contexte de défiance vis-à-vis d’un système économique mondialisé et de l’utilisation des arguments environnementaux, où en sont les Français en matière de consommation durable ? C’est l’objet du baromètre annuel « Les Français et la consommation durable », élaboré par Ethicity, cabinet de conseil en développement & marketing durable, en partenariat avec l'ADEME. Pour Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, ministre de l'Écologie, du Développement durable, du Logement et des Transports : « Cette étude conforte la nécessité d’apporter aux consommateurs des informations complètes, claires et lisibles sur l’impact environnemental des produits. C’est tout l’enjeu de l’affichage environnemental qui sera expérimenté dès juillet prochain ».
Communiqué
Pour en savoir plus

Retour

15/03/2011 - PNUE : Vers une économie verte - Pour un développement durable et une éradication de la pauvreté

Le PNUE (Programme des Nations Unies pour l'environnement) a publié le 21 février dernier son rapport Vers une économie verte : pour un développement durable et une éradication de la pauvreté, dans lequel il affirme que la croissance économique peut être synonyme de développement social et de respect de l'environnement. Il faut simplement que cette croissance soit « verte », c'est-à-dire que les investissements réalisés aient un impact environnemental le plus faible possible et aident à la création de revenus et d'emplois. D'après l'étude, investir 2% du PIB mondial (soit près de 950 milliards d'euros chaque année) suffirait à constituer une économie respectueuse de l'environnement, entraînant bien-être humain et équité sociale. Ce montant permettrait d'investir massivement entre 2010 et 2050 dans 10 secteurs clés, que sont l'agriculture, le bâtiment, l'énergie, la pêche, la forêt, l'industrie, le tourisme, le transport, les déchets et l'eau. Une allocation intelligente des investissements permet d'augmenter les bénéfices à la fois sociaux, environnementaux et économiques. Afin de parvenir à ce scénario idéal, les Etats sont encouragés à cesser de financer des activités néfastes pour l'environnement. Aujourd'hui, 1 à 2 % du PIB mondial sont actuellement consacrés à ce type de subventions, que ça soit en faveur de la pêche intensive (20 milliards d'euros par an) ou des carburants fossiles (470 milliards d'euros par an). Les gouvernements sont donc appelés à prendre des mesures incitatives dans ce sens, par le biais de législations fortes, d'une fiscalité adaptée ou encore de lourds investissements dans les domaines clés.
Synthèse à l’attention des décideurs
Conclusions

Rapport complet (en anglais)

Retour

25/02/2011 - 47 Agenda 21 nouvellement reconnus par l'Etat

A l’issue de la cinquième session de reconnaissance des « projets territoriaux de développement durable et agendas 21 locaux », le ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement a distingué 47 nouveaux territoires. Depuis 2007, 188 territoires ont ainsi été reconnus « Agenda 21 local France », soit 13 parcs naturels régionaux, 100 communes, 23 communautés d’agglomération ou urbaines, 14 communautés de communes, 13 pays, 19 départements et 6 régions. Cette distinction récompense une démarche conduite en concertation avec la population et les acteurs locaux, afin de faire du développement durable le nouveau modèle de développement du territoire. L’agenda 21 se caractérise par un diagnostic partagé, une stratégie et un plan d’action pluriannuel. Il est porteur d'actions concrètes adaptées au besoin de chaque territoire : projets de déplacements doux, multiplication des zones piétonnes, mise en place de jardins familiaux, développement d'une agriculture plus économe en ressources et respectueuse de la biodiversité, construction de maisons passives, création d’espaces culturels et sportifs à haute qualité environnementale, formation de tous les enseignants du primaire au développement durable… Consulter la liste des 47 territoires labellisés

Retour

14/02/2011 - Centre d’analyse stratégique Pour une consommation durable – 25 propositions pour une politique concrète

Commandé par le Gouvernement, ce rapport du groupe de travail, présidé par Elisabeth Laville, fondatrice et directrice d’Utopies, et auquel le Comité 21 a participé, présente 25 recommandations pour diffuser pleinement les réflexes de consommation durable au sein de la société française. Si nous sommes désormais nombreux à vouloir diminuer l’impact environnemental et social de nos pratiques de consommation, seule une minorité d’entre nous parvient à transformer ces intentions en actes concrets dans la vie quotidienne. Une politique dédiée, prenant désormais en compte l’évolution des comportements des consommateurs, se devra d’être ambitieuse face au rôle central de la consommation dans la société. Comment les politiques publiques peuvent-elles orienter les modes de consommation à l’horizon 2030 ? Où situer l’équilibre entre le « consommer mieux » et le « consommer moins » ? Ce rapport tente d’y répondre en insistant sur la prise en compte de plusieurs facteurs pour assurer l’efficacité de ces politiques publiques : reconnaître la consommation durable comme un sujet à part entière ; considérer l’ensemble du cycle de vie des produits et services ; instituer une gouvernance mêlant l’approche descendante traditionnelle (réglementation, contrôle, information, incitation, etc.) à une approche plus ascendante, volontaire, participative, à l’écoute des initiatives innovantes, en soutien des groupes sociaux pionniers et déjà convaincus, qui peuvent avoir un effet d’entraînement ; faire évoluer notre modèle de consommation en s’appuyant sur des relais culturels ; adapter la stratégie aux évolutions sociales et technologiques ; viser la réorientation des comportements des producteurs et des consommateurs à long terme. 185 pages. Télécharger la note de synthèse et le rapport

Retour

18/01/2011 - Lancement de l’appel à manifestations d’intérêt « mobilité »

Dans le cadre des Investissements d’Avenir, le ministère de l’écologie, le secrétaire d’Etat chargé des transports et le commissaire général à l’investissement annoncent, en lien avec l’ADEME, le lancement de l’appel à manifestations d’intérêt « mobilité ». Il est destiné à faire émerger des projets innovants permettant le développement de la mobilité de demain grâce à l’essor de services complets de mobilité. L’appel à manifestations d’intérêt « Mobilité » se concentre sur les déplacements quotidiens des personnes et sur le transport des marchandises.  Il s’adresse à de nombreux acteurs (constructeurs, fournisseurs d’énergie, opérateurs de transports, entreprises des technologies de l’information, laboratoires de recherche, collectivités) pour développer des expérimentations destinées à : 
- Faciliter, pour un trajet, le passage d’un mode de transport à l’autre, grâce à la création d’un système de mobilité plus simple et plus rapide pour l’usager et l’entreprise. Autrement dit, un système permettant d’optimiser et de mieux exploiter les modes de transport actuels, publics et privés, collectifs et individuels (en développant par exemple des applications sur téléphones mobiles proposant à l’usager différents modes de transports en fonction de l’endroit où il se trouve, ou encore, en développant un véhicule guidé capable de transférer les marchandises d’un moyen de transport à un autre).
-  Développer la mobilité dite « en partage »  pour réaliser des trajets ponctuels ou quotidiens sans être propriétaire ou dépendant de son véhicule (en proposant par exemple des dispositifs de covoiturage ou d’autopartage entre particuliers, ou en fusionnant les flottes de véhicules de livraison de deux sociétés…).
Au-delà des objectifs de réduction de consommation d’énergie, cet appel à manifestations d’intérêt doit contribuer au développement de nouvelles filières technologiques génératrices de croissance et d’emplois. Le montant définitif consacré à cet appel à manifestations d’intérêt sera décidé en fonction de l’excellence des projets présentés. La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 20 mai 2011. Pour en savoir plus

Retour

20/12/2010 - AEE : publication d’un rapport qui sonde l’état de l’environnement en Europe

L’Agence européenne pour l’environnement (AEE) a publié son quatrième rapport quinquennal sur l’état et les perspectives de l’environnement européen. Ce rapport 2010 conclut qu’une approche véritablement intégrée pour la transformation de l’Europe en une économie verte utilisant efficacement les ressources se traduira non seulement par un environnement sain mais également par une croissance des richesses et de la cohésion sociale. La nouvelle étude de l’AEE montre que l’augmentation de la demande mondiale en ressources naturelles pour nourrir, vêtir, loger et transporter les populations s’accélère. Cette demande croissante qui pèse sur le capital naturel exerce une pression accrue sur les écosystèmes, les économies et la cohésion sociale en Europe et dans d’autres parties du monde. Le rapport confirme cependant que des politiques environnementales bien conçues continuent d’améliorer l’environnement de l’Europe sans pour autant entamer son potentiel de croissance. Il met également en évidence notre meilleure compréhension des relations entre le changement climatique, la biodiversité, l’utilisation des ressources et la santé publique, et insiste sur la manière dont des instruments tels que l’aménagement du territoire, les réformes fiscales écologiques, la prévention de la pollution, le principe de précaution et la comptabilité des ressources peuvent renforcer une approche de la gestion de tous ces facteurs, fondée sur le capital naturel. Télécharger la synthèse du rapport
Pour en savoir plus

Retour

13/12/2010 - Une étape majeure a été franchie cette nuit à Cancun dans la lutte contre le réchauffement climatique

Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement se félicite de l'accord trouvé lors de la 16ème conférence sur le climat organisée sous l'égide des Nations Unies. Il représente une avancée très importante pour la poursuite de la coopération internationale pour lutter contre le changement climatique et rétablit la confiance dans le système multilatéral apres une periode où il était apparu fragilisé. Cet accord consolide les principales avancées de l’accord de Copenhague et permet d’enclencher sa mise en oeuvre. Il confirme l’objectif de limiter l’augmentation de la température de plus de 2°C et va au-delà en ouvrant la perspective d’un objectif mondial et partagé de réduction des émissions à l’horizon 2050. Il marque un engagement des pays développés à poursuivre leur effort de réduction des émissions sans interruption dans le cadre du protocole de Kyoto. Le système de suivi et de vérification des engagements est précisé. L’accord rend également effectives certaines annonces de Copenhague à travers notamment la mise en place du mécanisme de transfert technologique, du dispositif d’aide à la lutte contre la déforestation et la dégradation de la forêt (REDD +) et du fonds vert. Pour en savoir plus

Retour

23/11/2010 - Plan national d’adaptation aux changements climatiques pour 2011

Le rapport 2010 de l’ONERC « Villes et adaptation au changement climatique » a été officiellement remis le 23 novembre à Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement. Ce rapport est axé sur l’analyse des vulnérabilités actuelles et futures des villes au changement climatique et les pistes d’adaptation nécessaires, d’ores et déjà engagées ou à engager, pour les réduire et les maîtriser.  Une vaste concertation autour du plan national d’adaptation aux changements climatiques, prévue par la loi dite « Grenelle 1 » et coordonnée par l’ONERC, s’est déroulée en 3 phases :
-
 La phase nationale de la concertation, sur la base des collèges du Grenelle Environnement. Le rapport des groupes nationaux et ses 202 recommandations, déjà rendu public en juin 2010, a insisté sur le besoin, notamment, d’améliorer nos connaissances, de renforcer la collecte de données sur le long terme et leur mise à disposition, de mettre en place des dispositifs pour tirer tous les enseignements des épisodes passés qui pourraient préfigurer les évolutions climatiques futures, et d’informer et faire participer les citoyens à l’élaboration de la décision et de sa mise en œuvre.
- La 2ème phase de consultation organisée en régions métropolitaines et ultramarines. Les rapports des régions d’Outre-mer remis en juillet dernier, intègrent une dizaine de recommandations complémentaires qui recouvrent des besoins d’adaptation en Outre-mer. 150 personnes ont pris part à ces travaux (d’avril à juin 2010).
- La 3ème phase, la consultation électronique publique. Le rapport de la consultation publique a montré un fort intérêt pour la lutte contre le changement climatique. Globalement, la plupart des répondants s’inquiètent avant tout de l’impact du changement climatique sur leur quotidien, en particulier sur leurs modes de vie et leur santé. Paris et les départements de montagne et du littoral ou proches du littoral, se sont le plus mobilisés. Près de 4 000 internautes ont pris part à cette enquête (du 13 septembre au 15 octobre 2010).
Pour en savoir plus

Retour

22/11/2010 - Atelier de l’Observatoire national des Agenda 21 locaux sur les Agenda 21 et les questions sociales

L’Atelier de l’Observatoire national des Agenda 21 locaux s’est déroulé à Lille les 3 et 4 novembre 2010 sur le thème "Société en transition, nouvelles formes d’inégalités, quelle cohésion sociale dans les territoires demain ?". De nombreux acteurs sont venus partager leur expérience et leur expertise : sociologues, syndicalistes, acteurs de l’économie sociale et solidaire, associations locales, et bien sûr représentants de collectivités locales : les élus de Bordeaux, Lille, Nord-Pas-de-Calais sont ainsi venus témoigner. La culture, la santé, l’emploi, le développement de l’économie sociale et solidaire, le lien intergénérationnel ont notamment été abordés sous l’angle de leur articulation et leur intégration dans les Agenda 21 locaux. Gilles Berhault, président du Comité 21, a clôturé ces deux journées d’atelier en rappelant que les Agenda 21 sont des démarches sociales et humaines avant d’être environnementales, et qu’ils ne peuvent perdurer que s’ils montrent leur capacité à améliorer le bien vivre et le mieux vivre ensemble. Pour cela, ils doivent être innovants dans les sujets qu’ils abordent, en les rapprochant au plus près des préoccupations des acteurs et en favorisant la participation du plus grand nombre. Les comptes-rendus de ces Ateliers seront prochainement disponibles sur le site officiel de l’Observatoire. Créé en 2006, l’Observatoire national des Agenda 21 locaux réunit le MEEDDM, l’Association des Maires de France, 4D et le Comité 21. Il constitue une plateforme nationale d’information et d’échanges sur les pratiques territoriales de développement durable.. gaultier@comite21.org

Retour

08/11/2010 - Publication du rapport indépendant d’évaluation du Grenelle de l'environnement

Le rapport indépendant d’évaluation du Grenelle environnement a été officiellement remis le  2 novembre 2010. En effet, lors de l’installation du Comité national du développement durable et du Grenelle Environnement (CNDDGE) le 21 mai dernier, les parties prenantes ont souhaité disposer d’une évaluation complète, précise et indépendante des résultats obtenus, trois ans après la tenue des tables-rondes finales d’octobre 2007, et quelques semaines seulement après l’adoption définitive de la loi Grenelle 2. Ce rapport élaboré par les comités d’évaluation du Grenelle Environnement (Jean Jouzel, Alain Grimfeld, Jean-François Le Grand, Nicole Notat...) et par le cabinet Ernst & Young fait le point, thématique par thématique, sur les 268 décisions négociées en octobre 2007 ces trois dernières années en matière de gouvernance, d’énergie et de climat, de politique des déchets, de gestion des risques… Les auteurs considèrent que "18% des engagements sont réalisés" et que 60% sont "en cours de réalisation, sans difficulté particulière à ce jour". Cette évaluation, plus qu’un bilan, marque le début d’une étape qui se traduira notamment par l’adoption de nouvelles priorités d’actions.
Synthèse du rapport
Pour en savoir plus

Retour

01/11/2010 - 750 millions d'euros pour les 13 projets Écocité

La démarche Ecocité, lancée dans le cadre du Plan ville durable, a fait concourir en 2009 les grandes agglomérations (plus de 100 000 habitants) proposant une démarche résolument novatrice en matière d'ambition de croissance (plus de 30 %) et avec un objectif d'accueil de 50 000 habitants supplémentaires en une génération. 13 agglomérations* ont été sélectionnées dans le cadre du Plan ville durable, plan destiné à promouvoir un urbanisme qui tient compte des enjeux environnementaux tout en étant compatible avec le dynamisme économique et social. L'État a choisi de s'appuyer tout d'abord sur ces 13 projets Ecocité lauréats du Plan ville durable en leur allouant spécifiquement 750 millions d'euros. Le 15 mars 2011 est la date butoir à laquelle les agglomérations choisies devront rendre leurs projets pouvant démarrer sous deux ans. La réalisation des projets permettra de disposer de véritables laboratoires et vitrines de la ville durable française : îlots urbains servant de test à l’adaptation au changement climatique ; quartiers « zéro énergie » grâce à l’utilisation de sources d’énergie renouvelable (panneaux photovoltaïques…) ; développement de transports collectifs (TCSP) autour de véritables noeuds multimodaux ; accompagnement du développement de la voiture électrique ou encore dispositifs d’assainissement ou de dépollution innovants,…
*Bordeaux (plaine de Garonne), Rennes (quadrant Nord-Est), Strasbourg/Kehl (métropole des Deux-Rives), Plaine Commune (Seine-Saint-Denis/Terre de partage et d'innovation urbaine), Montpellier (de Montpellier à la mer), Nantes/Saint-Nazaire (Construire la ville autour du fleuve), Metz Métropole, Clermont-Ferrand, Grenoble, Marseille (Marseille Euroméditerranée), Nice, La Réunion (Ecocité insulaire et tropicale), Pays Haut Val d'Alzette (Moselle).

Pour en savoir plus

Retour

18/10/2010 - Nagoya, c'est parti !

La 10e Conférence des parties de la Convention sur la biodiversité (CBD) se tient du 18 au 29 octobre à Nagoya (Japon). 193 pays participent à la Conférence qui se déroule pendant 10 jours à Nagoya. Les objectifs sont : l’adoption d’un protocole sur l’accès aux ressources génétiques et le partage des avantages issus de leur utilisation (APA) ;  l'évaluation de la réalisation de l'objectif 2010 de réduire de manière significative le taux actuel d'érosion de biodiversité, ainsi que la définition de nouveaux objectifs globaux en faveur de la préservation de la biodiversité. L’Union européenne et la France souhaitent y obtenir des résultats visibles et concrets qui structureront les grandes lignes de l’action internationale en faveur de la biodiversité pour les prochaines années. Parmi les différentes activités organisées dans les jours à venir, figurent notamment l'organisation d'un dialogue autour de la question de la protection de la biodiversité dans le secteur privé, qui rassemblera les dirigeants de 500 entreprises venus de 13 pays et des responsables politiques ou d'organisations internationales. Une réunion ministérielle sera également organisée à l'initiative du Japon pour préparer la Conférence sur le climat qui se déroulera le mois prochain à Cancun, au Mexique, sur les questions liées au changement climatique et à la gestion durable des forêts et de la biodiversité. A Nagoya, les maires de 200 villes du monde entier se réuniront également dans le cadre d'une « Initiative des villes pour la biodiversité » qui tentera d'adopter un plan d'action pour la protection de la biodiversité dans les agglomérations, notamment via la création d'un « indice de biodiversité urbaine ». Enfin, le 27 octobre, après ces échanges, débats, forums et tables rondes, les ministres des Etats parties à la Convention se réuniront pour concrétiser un nouveau plan d'action pour la défense de la biodiversité jusqu'en 2020. La Convention sur la diversité biologique (CDB), sous l’égide des Nations Unies, a été adoptée le 5 juin 1992 à l’issue du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro.

Retour

 10/10/2010 - 10 octobre 2010 : journée d’action mondiale pour le climat

À l’occasion de la journée d’action mondiale pour le climat, organisée sous le haut patronage du Secrétaire Général de l’ONU dans près de 152 pays,le  ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le Climat, appelle les opinions publiques à se mobiliser en faveur de l’application des engagements pris dans le cadre de l’accord de Copenhague. Avec une baisse historique de ses émissions de CO2 de 10,3 % entre 1990 et la fin de l’année 2009, la France est l’un des seuls pays au monde à respecter voire à dépasser le Protocole de Kyoto. L’objectif, avec le Grenelle Environnement, est de faire de la France la 1ère économie occidentale « zéro carbone ».
Pour en savoir plus

Retour

 21/09/2010 - Signature d’un accord-cadre de coopération coopération pour l’éducation au développement durable

Le Directeur général de l’enseignement scolaire, Jean- Michel Blanquer, et la Déléguée interministérielle et commissaire générale au développement durable, Michèle Pappalardo, ont signé aujourd’hui au Lycée des métiers Vauquelin (Paris 13 ème) un accord-cadre de coopération pour l’éducation au développement durable. Cet accord-cadre formalise un processus dynamique d’accompagnement de la communauté éducative et de ses partenaires. Il facilite la mise en oeuvre des engagements du Grenelle Environnement, repris dans la Stratégie nationale de Développement durable 2010-2013 qui dessine plus globalement les voies vers une économie verte et équitable.


>> Télécharger le communiqué

Retour

27/08/2010 - Le ministère de l'écologie lance les 1ers Trophées du mécénat d'entreprise pour l'environnement et le développement durable

Pour la première fois, le ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer propose aux entreprises et aux porteurs de projets d'intérêt général de participer aux "Trophées du mécénat d'entreprise pour l'environnement et le développement durable". Le concours est ouvert à tous les couples "entreprise/porteur de projet" qui auront mis en place chacun une stratégie de mécénat et développé en commun un projet éligible au mécénat et validé par une convention.   Vous trouverez toutes les informations concernant ce concours ainsi que le dossier de participation en cliquant sur les liens  :  
http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-trophees-du-mecenat-d.html
  ou   www.mecenat.developpement-durable.gouv.fr 
puis rubrique "Trophées du mécénat 2010"
Télécharger le dossier de presse

Retour

28/07/2010 - Adoption de la Stratégie nationale de développement durable 2010-2013 : Vers une économie verte et équitable

Le Comité interministériel pour le développement durable (CIDD), réunissant les membres du Gouvernement et la Déléguée interministérielle au développement durable, a adopté le 27 juillet 2010 la nouvelle Stratégie nationale de développement durable pour la période 2010-2013 (SNDD). La SNDD pose les bases d’un mode de développement durable organisé autour d’une économie verte et équitable, à la fois sobre en ressources naturelles (énergie, matières premières, eau, espace, biodiversité...) et décarbonnée mais intégrant aussi les dimensions humaines et sociales. La SNDD 2010-2013 se présente sous la forme d’un document volontairement synthétique, structuré en neuf défis clés, chacun décrit en termes d’objectifs, de choix stratégiques et de leviers d’action. C’est le cadre de référence et d'orientation pour l'ensemble des acteurs de la Nation, publics et privés, pour les aider à structurer leurs propres projets et politiques autour de choix stratégiques et d’indicateurs de développement durable. Elle a également vocation à assurer la cohérence et la complémentarité des engagements de la France au plan national, européen et international. La SNDD fera l’objet d’un rapport annuel au Parlement rendant compte de sa mise en œuvre dans les politiques publiques nationales, conformément à l’article premier de la loi de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement (Grenelle 1).
Télécharger le dossier de presse
Télécharger le texte de la SNDD

Les indicateurs de la SNDD

Retour

12/07/2010 - Bilan énergétique de la France 2009

Jean-Louis Borloo, ministre d'État, ministre de l'Écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer, a présenté le bilan énergétique 2009 de la France, marqué par des évolutions très favorables, d'une ampleur sans précédent, qui traduisent la mise en œuvre du Grenelle Environnement. La consommation d'énergie primaire diminue de 5,2 % en 2009, une baisse d'une ampleur jamais enregistrée depuis 1975. Avec, 259 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep), elle retrouve à peu près son niveau d'il y a 10 ans. La production d'énergie renouvelable poursuit sa progression, grâce aux mesures du Grenelle environnement (tarifs d'achat, Fonds chaleur renouvelable, appels d'offres, simplifications administratives et fiscales, réduction des délais de raccordement,...). La France connaît depuis deux ans un véritable bond en matière d'énergies renouvelables, avec une croissance de la production d'environ 16 % qui succède à plus de 30 ans de stagnation, et ce malgré la baisse de l'hydraulique en raison des conditions climatiques. Les énergies renouvelables hors hydraulique augmentent de 23 %.La production d'énergie renouvelable a augmenté de près de 3 millions de tonnes équivalent pétrole en deux ans, ce qui est considérable. La barre des 20 Mtep est, pour la première fois, quasiment atteinte. Pour en savoir plus

Retour

30/06/2010 - Adoption définitive du projet de loi portant engagement national pour l’environnement dit « Grenelle 2 »

Après le Sénat le 28 juin,  l'Assemblée nationale vient d'adopter de manière définitive le projet de loi portant engagement national pour l'environnement dit « Grenelle 2 ». Le grenelle  engagée depuis 2007 a pour but d'élaborer une stratégie de développement durable pour les décennies à venir. Le Grenelle Environnement, processus démocratique innovant à cinq collèges - élus, entreprises, syndicats, associations et Etat- se fonde sur la consultation de l'ensemble des acteurs concernés, et sur l'étroite collaboration entre l'État et les parlementaires. En votant à la quasi-unanimité la loi de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle Environnement (dite « Grenelle 1 »), le Parlement avait déjà choisi la responsabilité face à l'avenir de notre planète et de l'humanité. Par ailleurs, la loi de finances pour 2009, la loi pluriannuelle de finances publiques, le plan de relance (dont 35 % des moyens ont été consacrés à l'accélération des chantiers du grenelle Environnement), ont fourni 70 mesures vertes. Il s'agit d'un texte pour l'application et la territorialisation du Grenelle et de la loi Grenelle 1. Cette loi est un outil de simplification, d'accélération, et d'anticipation.  Le volet législatif se décline avec la mise en oeuvre de six chantiers majeurs : la lutte contre le réchauffement climatique (dans les secteurs du bâtiment, de l'urbanisme, des transports, de la maîtrise de l'énergie...), la préservation de la biodiversité, le développement d'une agriculture durable, la prévention des risques et la protection de la santé, la mise en oeuvre d'une gestion durable des déchets, l'instauration d'une gouvernance adaptée à cette mutation écologique de notre société et de notre économie.

>> Consulter le document

Retour

24/06/2010 - Un nouveau dispositif : l’atlas de la biodiversité dans les communes

Dans le cadre de l'année de la biodiversité, un dispositif a été proposé aux communes pour élaborer un atlas de la biodiversité. Objectif : proposer aux communes volontaires un projet pour les aider à connaître, protéger et valoriser leur biodiversité. La connaissance de la biodiversité locale est essentielle pour aménager un territoire et organiser des politiques publiques durables. À partir d'un inventaire précis et cartographié des habitats, de la faune et de la flore, l'atlas, élaboré avec l'appui d'une équipe d'experts pluridisciplinaires, a pour objectif de sensibiliser et mobiliser durablement les élus locaux, les acteurs socio-économiques et les citoyens à la préservation de la biodiversité. Il fournira également les informations nécessaires à la mise en œuvre de politiques locales et nationales adaptées. Dans ce cadre, le ministère de la Jeunesse et des Solidarités actives souhaite que le service civique et les jeunes qui s’y engageront puissent constituer à la fois un outil et un atout pour appuyer cette initiative, et sensibiliser la population et les acteurs locaux à la biodiversité. Chaque commune pourra ainsi accueillir un ou deux jeunes en service civique afin de les aider dans la constitution des atlas. Sept communes testent actuellement ce dispositif et l’État se fixe comme objectif la participation d’au moins 1000 communes en 3 ans et 260 dès cette année. Pour en savoir plus

Retour

 07/06/2010 - 82% des Français inquiets des risques potentiels liés à l’environnement

Pour le 2ème volet de son baromètre développement durable, En Ligne Pour ta Planète, OpinionWay et Futura-Sciences ont souhaité savoir qui selon les Français était le plus engagé en faveur du développement durable. Les résultats dégagent que les français sont inquiets : pour 52% des sondés, la dimension environnementale du développement durable est celle qui leur tient le plus à cœur. Ils sont 82% à déclarer être inquiets des risques potentiels, on constate une baisse de confiance dans la capacité des acteurs publics et privés à faire face à ces risques potentiels (27% contre 39% en juin 2009). Autre constat, le développement durable est l'affaire de tous : pour 47% des personnes interrogées, le développement durable est avant tout et très largement l’affaire des citoyens. Néanmoins, ils considèrent à 84% que les responsables d’entreprises sont des acteurs majeurs dans le domaine du développement durable, contre 81% pour les scientifiques, 77% pour les élus et 65% pour les responsables associatifs. Les résultats complets sont disponibles sur le site www.enlignepourtaplanete.com  

>> Consulter le document

Retour

 31/05/2010 - Signature d'un accord de coopération entre les ministères de l'écologie et de l'Education nationale pour l'éducation au développement durable

La stratégie nationale de développement durable 2009-2013, les Grenelle de l'environnement et de la mer, le plan de mobilisation des métiers et des formations de la croissance verte, le plan national d'adaptation au changement climatique... mettent en évidence l'importance de la contribution apportée par tous les systèmes et dispositifs d'éducation et de formation des citoyens et des futurs citoyens. Il faut aujourd'hui éduquer, former et soutenir l'intégration de ces nouvelles connaissances, compétences et aptitudes et faciliter leur diffusion dans toute la société.
Le 12 mars 2010, un accord-cadre de coopération a été signé entre Michèle Pappalardo (CGDD/MEEDDM) et Jean-Michel Blanquer (DGESCO/MEN) afin de faciliter au niveau national comme territorial la mise en œuvre d'actions concertées pour l'éducation au développement durable. Il s'agit de mutualiser des compétences et des ressources diverses, et de développer des partenariats avec tous les acteurs concernés. Ces travaux donneront lieu à évaluation et valorisation conjointes largement partagées, en particulier au sein de l'espace national de concertation.

>> Accord de coopération

Retour

10/05/2010 - Lancement des atlas de la biodiversité dans les communes

La connaissance de la biodiversité locale est  essentielle pour aménager un territoire et organiser des politiques publiques durables. Le MEEDDM propose aux communes volontaires un projet pour les aider à connaître, protéger et valoriser leur biodiversité : l'atlas de la biodiversité dans les communes (ABC).  À partir d'un inventaire précis et cartographié des habitats, de la faune et de la flore, cet atlas poursuit plusieurs objectifs : sensibiliser et mobiliser durablement les élus locaux, les acteurs socio-économiques et les citoyens à la préservation de la biodiversité ; fournir des informations relatives à la biodiversité qui éclaireront les choix de politique publique à différentes échelles, du local au national. À terme, la démarche permettra de mieux définir les enjeux de biodiversité des communes et facilitera notamment son intégration dans les décisions locales.  Chaque commune pourra accueillir un ou deux jeunes en service civique afin de les aider dans la constitution des atlas. Sept communes testent actuellement ce dispositif et l'Etat se fixe comme objectif la participation d'au moins 1 000 communes en 3 ans et 260 dès cette année. www.biodiversite2010.fr

Retour

28/04/2010 - Projet de loi portant engagement national pour l’environnement dit « Grenelle 2 »

Les grands enjeux du projet de loi portant engagement national pour l'environnement dit « Grenelle 2 » ont été présentés à la presse hier. Il s'agit de poursuivre et d'approfondir cette mutation grâce à l'examen du projet de loi portant engagement national pour l'environnement, dit « Grenelle 2 », qui décline chantier par chantier, secteur par secteur, les objectifs entérinés par le premier volet législatif du Grenelle Environnement. Le Grenelle II est un texte d'application et de territorialisation du Grenelle Environnement et de la loi Grenelle I. Il permet d'enraciner la mutation écologique à la fois dans les habitudes et dans la durée. Ce projet de loi, adopté par le Sénat le 8 octobre dernier et examiné en séance publique par l'Assemblée nationale à partir du 4 mai prochain, est un outil de simplification, d'accélération, et de prévention. Il constitue en somme le logiciel du Grenelle Environnement, qui en garantit à la fois la crédibilité, l'efficacité et l'irréversibilité. Ce volet législatif se décline avec la mise en œuvre de six chantiers majeurs. Il présente des mesures liées à la lutte contre le réchauffement climatique (dans les secteurs du bâtiment, de l'urbanisme, des transports, de la maîtrise de l'énergie, etc.), à la préservation de la biodiversité, au développement d'une agriculture durable, à la prévention des risques et la protection de la santé, à la mise en œuvre d'une gestion durable des déchets ou encore à l'instauration d'une gouvernance adaptée à cette mutation écologique.
Brochure "un combat continu"Projet de loi
 

Retour

28/04/2010 - toutsurlenvironnement.fr, le portail des informations environnementales des services publics!

toutsurlenvironnement.fr a été créé dans le respect de la Convention d'Aarhus, qui stipule que toute personne a le droit d'être informée, de s'impliquer dans les décisions et d'exercer des recours en matière d'environnement, et suite au Grenelle de l'environnement. Ce site oriente les internautes vers les informations, documents et données portant sur l'environnement, disponibles gratuitement sur les sites et portails publics existants. toutsurlenvironnement.fr est donc la porte d'entrée sur de nombreuses informations environnementales publiques, disponibles sur Internet. Il possède aujourd'hui plus de 19 600 ressources et 150 adhérents dont l'ADEME, l'AFNOR, le MEEDDM ... Les collectivités territoriales sont invitées à publier leurs informations. portail-environnement@developpement-durable.gouv.fr 

Retour

15/04/2010 - L’ONU lance le calculateur mondial des émissions de gaz à effet de serre

Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), le Programme des Nations Unies pour les établissements humains (UN-HABITAT) et la Banque mondiale ont lancé conjointement « Global Greenhouse Gas Standard for cities », le premier système commun destiné à calculer la quantité de gaz à effet de serre produite dans une ville donnée et par secteur ou heure, permettant aux villes de comparer leur fonctionnement et d'analyser les différences. Ce système calcule les quantités émises par tête d'habitant. Par exemple, les émissions de gaz à effet de serre sont de 4,20 tonnes de dioxyde de carbone par personne à Barcelone (Espagne), 10,6 à Bangkok (Thaïlande) et 17,8 à Calgary (Canada). Il prend également en compte les principales sources d'énergie des villes, le climat, les moyens de transport et la forme urbaine. En conséquence, une ville à forte densité comme New York produit 10,4 tonnes par personne, tandis qu'une autre ville des États-Unis, Denver, émet 21,3 tonnes par personne. Ce calculateur permet aussi aux villes de comparer l'évolution de leurs émissions dans le temps, entre plusieurs villes et dans des secteurs spécifiques comme l'énergie, le transport ou le traitement des déchets.  www.unep.org/urban_environment  (sous publications)

Retour

22/03/2010 - Journée mondiale de l’eau : une politique de l’eau ancrée dans le développement durable

Le Grenelle Environnement fait de la protection de l'eau un axe d'action majeur et a fixé comme objectif d'atteindre ou de conserver d'ici 2015 le bon état écologique de l'eau en France, conformément aux exigences de la directive cadre européenne sur l'eau.   Afin d'évaluer la mise en œuvre de la directive, la France a transmis aujourd'hui à la commission européenne des données précises de rapportage sur l'état de ses masses d'eau : concentration de substances chimiques dans l'eau, état des eaux souterraines, descriptif des programmes de mesure de la qualité de l'eau... Coordonné techniquement par l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (ONEMA), ce rapportage s'appuie sur des données issues des bassins hydrographiques de métropole et d'outre-mer. Le ministère s'est ainsi doté d'un outil de suivi performant. L'analyse de ces informations est consultable sur le site www.eaufrance.fr

>> Consulter le document

Retour

09/03/2010 - Seconde phase pour la loi handicap du 11 février 2005

La loi du 11 février 2005 pour "l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées" fête ses cinq ans. Deux principes la sous-tendent : permettre aux personnes souffrant d'un handicap d'être les acteurs d'un projet de vie et d'un projet social ; susciter une prise de conscience de la société à l'égard du handicap pour modifier la conception et la mise en œuvre des politiques publiques. Le Premier ministre a installé le Comité interministériel du handicap (CIH) le 9 février, afin de coordonner plus efficacement les politiques publiques en faveur du handicap. Objectif : garantir auprès des ministères et des entreprises l'application effective des mesures. Pour en savoir plus

Retour

01/03/2010 - Le ministère du Développement durable se mobilise pour sensibiliser le grand public à la biodiversité

A l'occasion de l'année internationale de la Biodiversité 2010, le MEEDDM engage plusieurs actions pour promouvoir les bonnes pratiques et valoriser les initiatives mises en oeuvre par des milliers d'acteurs locaux qui contribuent à maintenir en bon état le patrimoine naturel de la France.
Un portail Internet www.biodiversite2010.fr
Le ministère et l'ensemble des partenaires de l'année
internationale de la biodiversité lancent le portail français www.biodiversite2010.fr. Ce nouveau portail a vocation à réunir les contributions de tous les acteurs qui oeuvrent en faveur de la protection de la biodiversité et de constituer ainsi pour le grand public une source d'informations.
Un appel à projets
Le ministère ouvre également un appel à projets à destination des collectivités, associations, établissement publics, entreprises, administrations, services déconcentrés pour que tous se mobilisent aux moyens d'événements pour initier un grand mouvement national autour de la biodiversité. Journées portes ouvertes, expositions, cycles de conférences, projections de films, actions pédagogiques, balades-découvertes, animations, manifestations sportives... Pour participer à l'appel à projets, il faut organiser un événement en relation avec la biodiversité et l'inscrire sur le portail www.biodiversite2010.fr pour demander sa labellisation. Une fois le label obtenu, le projet est relayé sur le portail avec l'ensemble des initiatives françaises labellisées organisées dans toute la France. D'ores et déjà, plus de 200 manifestations locale.
« Les Héros de la Biodiversité »
Depuis le 4 janvier et tout au long de l’année, le grand public peut découvrir « Les Héros de la Biodiversité » : 266 programmes courts, produits par llain BOUGRAIN-DUBOURG en partenariat avec le ministère, Suez Environnement et Océanopolis Brest. ces programmes courts retracent l’action exemplaire d’un individu, d’une collectivité, d’un chercheur ou d’une association en faveur de la protection de la biodiversité. http://www.dailymotion.com/group/biodiversite2010

Retour

 22/02/2010 - Construire une nouvelle société à responsabilité sociale et environnementale à horizon 2020

Le MEEDDM a mobilisé l'ensemble des acteurs de l'environnement et de la solidarité autour de 5 thèmes : croissance verte et emploi, lutte contre la précarité énergétique dans le logement, modes de vie, territoires, et citoyenneté. Le 17 février, le ministère a présenté les trois derniers rapports, remis à Valérie Létard et les 10 objectifs pour tracer les contours d'une nouvelle société à responsabilité sociale et environnementale à horizon 2020, une société solidaire, libre et citoyenne qu'il est proposé de construire ensemble.
 

Retour

10/02/2010 - Le ministère du développement durable lance son nouveau site Internet

Le ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer lance aujourd'hui son nouveau site Internet, fruit d'une année de travail pour la refonte du site. Plus qu'un simple site institutionnel, www.developpement-durable.gouv.fr est un outil de travail conçu pour répondre à la nouvelle organisation du ministère et offrir une arborescence en adéquation avec tous ses champs de compétence.   Le ministère réunit tous les leviers - écologie, énergie, habitat, transports, prévention des risques, biodiversité, mer, sécurité routière ... - pour mener une politique de développement durable cohérente et unifiée. Miroir de cette organisation unique en Europe, le nouveau site Internet est structuré en 7 pôles thématiques transversaux représentant l'ensemble des missions du ministère : « Energie et climat », « Logement, aménagement durable et ressources naturelles », « Prévention des risques », « Développement durable », « Transports et sécurité routière », « Mer et littoral » et « Europe et international ».  

Retour

 27/01/2010 - La DATAR met en ligne une première série d’indicateurs territorialisés

La conférence nationale sur les indicateurs de développement durable s'est tenue le 20 janvier 2010 au Conseil économique, social et environnemental. Elle a pour objectif de mettre en débat des indicateurs en phase avec les orientations de la Stratégie nationale de développement durable. Elle sera aussi l'occasion de présenter les référentiels d'indicateurs territoriaux.  La DATAR, en copilotage avec le Commissariat général au développement durable(CGDD), contribue à ces travaux, en mettant à la disposition du grand public des indicateurs territoriaux de développement durable conçus pour appuyer les stratégies locales.  L'article « Indicateurs de développement durable pour les territoires », d'Odile Bovar, DATAR, et Françoise Nirascou, SOeS, issu du numéro de janvier 2010 de la revue du Commissariat général au développement durable, précise la démarche retenue et présente la liste des indicateurs de développement durable territorialisés, proposés par la DATAR.
Site de l’Observatoire des territoires www.territoires.gouv.fr et  www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr
communiqué et le dossier de presse sur le site du ministère de l'écologie 

Retour

20/01/2010 - Lancement de l'année internationale de la biodiversité à l'UNESCO (Paris)

L'UNESCO est l'un des acteurs principaux de la mise en œuvre de cette année internationale de la biodiversité (AIB). Elle marque l'Objectif-biodiversité 2010 lequel tend à réduire de manière significative le taux de perte de biodiversité. L'UNESCO se joint à la convention sur la diversité biologique, qui assure la coordination de l'année aux sein des Nations Unies, ainsi qu'aux autres agences onusiennes, et aux partenaires internationaux et nationaux afin de faire de l'AIB un instrument efficace pour faire avancer la cause de la conservation de la biodiversité, de combler les lacunes dans nos connaissances sur ce sujet et de favoriser de nouvelles mesures internationales quant à son utilisation durable.

Retour

13/01/2010 - Le développement durable est la priorité de Ban Ki-moon pour 2010

Le développement durable est la priorité des priorités des Nations Unies pour 2010, a déclaré le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui a appelé à la mobilisation pour réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement. En septembre 2000, les dirigeants de la planète réunis à New York avaient adopté la Déclaration du millénaire dans laquelle ils avaient prévu la réalisation de huit grands objectifs d'ici 2015. Il s'agit notamment de réduire de moitié l'extrême pauvreté, d'assurer une éducation primaire pour tous, de promouvoir l'égalité des sexes, de réduire la mortalité infantile, de combattre des maladies telles que le VIH/sida et le paludisme et d'assurer un environnement durable. « Nous sommes désormais entrés dans notre dixième année avec une vision claire pour réussir », a dit lundi M. Ban lors d'une réunion informelle de l'Assemblée générale de l'ONU. « Il y a seulement un an, il semblait que cette noble cause devrait attendre. L'économie mondiale était en chute libre. Aujourd'hui la situation est très différente. Les marchés ont rebondi. La croissance économique est repartie, notamment dans le monde en développement », a-t-il ajouté. Selon le Secrétaire général, « une reprise véritable et durable exige des solutions à nos problèmes les plus profonds - la pauvreté extrême, la crise alimentaire, le besoin d'une énergie fiable, propre et verte ». « C'est pourquoi je demande que nous nous unissions pour faire de 2010 l'année du développement durable », a-t-il ajouté. Il a rappelé qu'un sommet spécial sur les Objectifs du Millénaire pour le développement était prévu en septembre en marge du débat général annuel à l'ONU. « Nous devons mobiliser la famille des Nations Unies, et au-delà », a dit M. Ban. « Il ne nous reste plus que six ans ». Le Secrétaire général a également détaillé ses autres priorités pour 2010 : la négociation d'un accord juridiquement contraignant sur le changement climatique, la lutte contre la violence faite aux femmes, les efforts pour un monde sans armes nucléaires, la prévention et la résolution des conflits meurtriers à travers le monde, les droits de l'homme et l'état de droit, le renforcement du système des Nations Unies. M. Ban a notamment précisé que dans les mois à venir, il avait l'intention de nommer un Représentant spécial sur la prévention de la violence sexuelle dans les conflits armés. 

Retour

 06/01/2010 - Remise du rapport sur la précarité énergétique

Le rapport relatif à la précarité énergétique rédigé  par Philippe Pelletier, Président du comité stratégique du Plan Bâtiment Grenelle, Alain De Quero (Agence Nationale de l’Habitat) et Bertrand Lapostolet (Fondation Abbé Pierre pour le Logement des Défavorisés) a été présenté aujourd'hui. Il rassemble près de 80 contributions issues des acteurs de la solidarité, du logement, de la maîtrise de l’énergie (Ademe), des fournisseurs d’énergie, des financeurs et des élus. Le rapport propose :
-  pour la première fois, une définition partagée de la précarité énergétique, spirale complexe et multiforme résultant de la combinaison de 3 facteurs principaux : la faiblesse des revenus, la mauvaise qualité thermique des logements occupés et la difficulté de s’acquitter des factures énergie. 
-  des données quantitatives indiquant que contrairement aux idées reçues, les personnes en précarité énergétique sont le plus souvent dans le parc privé. De même, le plus souvent ce sont des propriétaires avec de faibles ressources qui sont les victimes de cet engrenage.
Le rapport présente également neuf propositions articulées pour lutter contre la précarité énergétique.

Retour

 15/12/2009 - Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie : « l’emprunt national, un investissement pour le développement durable de notre pays »

A l'issue de la présentation par le Président de la République des priorités retenues dans le cadre de l'emprunt national, Chantal Jouanno se félicite de la place faite aux enjeux du développement durable dans les dépenses d'avenir qui seront financées par cet emprunt. En effet, un certain nombre des priorités annoncées par le Président de la République s'inscrivent directement dans le champ d'action du Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer. Il s'agit des priorités suivantes :
- Recherche dans le domaine des « sciences du vivant » : 2,5 Mds €
- Développement des véhicules du futur (transports terrestres et maritimes) : 1 Md€
- Aéronautique et Espace (avion du futur, observation par satellite des émissions de gaz à effets de serre...) : 2 Md€
- Recherche dans le domaine des énergies renouvelables et décarbonées : 2,5 Mds€
- Recherche sur le nucléaire de demain (réduction des déchets, recherche à finalité médicale, gestion des déchets) : 1 Md€
- Transports et urbanisme durables : 1Md €
- Rénovation thermique des logements privés : 0,5 Md€
Ainsi, sur les 35 milliards mobilisés par le Président de la République pour l'emprunt national, ce sont un peu plus de 10 milliards d'euros qui sont prévus pour permettre à notre pays de relever les défis du développement durable.

Retour

 07/12/2009 - Lancement d'une concertation sur le plan national d’adaptation au changement climatique

Le changement climatique est en cours, nous en constatons déjà certains effets et cela s'amplifiera dans l'avenir. Afin d'améliorer la capacité de notre pays à résister aux dommages causés par les modifications potentielles du climat, Chantal JOUANNO, secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie, lance les travaux de concertation sur le plan national d'adaptation au changement climatique prévu pour 2011. Conformément aux engagements du Grenelle Environnement, ce plan aura vocation à mettre en oeuvre des mesures ambitieuses sur des sujets aussi divers que la lutte contre les inondations et l'adaptation des zones littorales, l'évolution des forêts, la question de l'eau, la préservation de la biodiversité, l'adaptation de l'économie... Afin d'élaborer au mieux ce plan national, le MEEDDM lance une vaste concertation réunissant les cinq collèges du Grenelle Environnement. Trois groupes de travail présidés par Michel Havard, député du Rhône, Jean Jouzel, climatologue et membre du GIEC, et Martial Saddier, député de Haute Savoie recueilleront ainsi les avis et les recommandations de l'ensemble des pouvoirs publics, des acteurs privés et de la société civile pour la définition du plan national d'adaptation au changement climatique. Des réunions de concertation seront également organisées en régions métropolitaines et ultramarines. Par ailleurs, l'avis du public sera recueilli par une consultation sur internet. Parallèlement les recommandations des groupes de travail seront présentées aux parlementaires. Pour en savoir plus

Retour

 12/11/2009 - 2010 : un plan d'action pour la biodiversité

Le 4 novembre, Chantal Jouanno a présenté une communication sur le plan d'action national biodiversité pour 2010. L'année 2010 a été déclarée "année internationale de la biodiversité" par l'Onu, et la France plaidera activement pour la création d'une autorité scientifique mondiale sur le sujet, à l'instar du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. Près des deux tiers des écosystèmes sont actuellement exploités au-delà de leurs capacités, et la moitié des espèces vivantes connues pourrait disparaître d'ici un siècle. 2010, déclarée "Année internationale de la biodiversité" par l'Organisation des Nations Unies, sera l'année où l'ensemble des pays signataires de la Convention pour la diversité biologique, signée à Rio de Janeiro en 1992, feront le bilan de leurs actions et constateront que les objectifs qu'ils s'étaient fixés n'ont pas été atteints. Au-delà du constat, ce rendez-vous doit être l'opportunité d'accroître nos connaissances en matière de biodiversité, d'engager chacun à participer à la protection de cette dernière et de positionner la France sur la scène internationale pour bâtir une plateforme d'experts. Le plan d'action national, construit avec l'aide d'un comité de pilotage rassemblant tous les acteurs, contribuera au renforcement de nos connaissances, notamment par un inventaire du patrimoine naturel de l'Etat mais aussi par un inventaire communal lancé dans toutes les collectivités volontaires, associant les élus, les scientifiques, les associations et les citoyens. Le grand public sera aussi incité à participer à des recueils de données utiles pour la recherche sur la biodiversité. Pour en savoir plus

Retour

03/11/2009 - Prix européen eTwinning 2010

L'action eTwinning est une initiative de l'Union européenne qui incite les écoles à constituer des partenariats en réseau par Internet. eTwinning offre aux écoles d'Europe un moyen de communiquer, d'échanger des idées et de gérer des projets de collaboration en ligne. Grâce à une plateforme en ligne qui utilise des outils Web 2.0 pour faciliter la communication, l'action eTwinning est devenue une véritable communauté (50 000 utilisateurs inscrits dans toute l'Europe) fondée sur la collaboration, dans laquelle les enseignants présentent des manières créatives de renforcer leur travail en classe. Les Prix eTwinning européens veulent souligner les meilleures pratiques des projets scolaires coopératifs ayant recours aux Technologies de l'information et de la communication (TIC). Du 15 octobre au 27 novembre 2009, les enseignants peuvent soumettre des candidatures en ligne pour l'édition 2010. Les finalistes seront annoncés en janvier 2010 et invités à assister à la cérémonie de remise des prix, qui se tiendra cette année à Séville le 5 février 2010. Nouveauté cette année : les établissements doivent être titulaire d'un Label de qualité européen pour participer aux Prix eTwinning européens 2010. Le Label de qualité européen constitue un gage de qualité et est remis automatiquement par le Bureau d'assistance européen aux établissements scolaires impliqués dans un projet où deux partenaires au moins ont déjà reçu le Label de qualité national.
Pour en savoir plus 

Retour

21/10/2009 - L’ultimatum climatique lancé par les associations

Si nous ne faisons rien, le réchauffement de la planète pourrait atteindre 4 °C d'ici à 2100. La conférence de l'ONU sur le climat de Copenhague en décembre prochain réunira les chefs d'Etat et de gouvernement de 192 pays pour une occasion historique de changer la donne. Ils devront répondre à l'urgence de la situation et aux nouvelles données scientifiques, avec comme ultime priorité de maintenir l'augmentation de la température mondiale, en s'accordant sur des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) résultant de l'activité humaine. La France doit peser de tout son poids au sein de l'UE, acteur clé de cette négociation, pour que celle-ci tire le futur accord climatique vers le haut. C'est pourquoi CARE, Fondation Nicolas Hulot, Les Amis de la terre, Secours Catholique, WWF-France et 6 autres organisations françaises* (Action contre la Faim, FIDH, Greenpeace France, Médecins du Monde, Oxfam France Agir Ici, Réseau Action Climat) lancent un appel au président français : le compte à rebours climatique est lancé !
* Ces 11 ONG se réunissent sous la forme de l'Ultimatum Climatique à travers diverses actions de mobilisation. L'action phare de la coalition est le lancement de l'appel « L'ultimatum climatique » pour un million de signatures pour le climat. Plusieurs collectivités territoriales françaises et de nombreuses personnalités ont signé la pétition, rejoignant 220 000 citoyens français. Faites comme eux ! Rendez-vous sur www.copenhague-2009.com et signez l'appel !

Retour

19/10/2009 - Deuxième plan national santé environnement 2009 - 2013

Un document sur le deuxième plan national santé environnement vient d'être édité. Il décline les engagements du Grenelle de l'environnement, en matière de santé environnement. Il a pour ambition de donner une vue globale des principaux enjeux et de hiérarchiser les actions à mener pour la période 2009-2013. Porté par deux axes clés principaux, la réduction des expositions responsables de pathologies à fort impact sur la santé et la réduction des inégalités environnementales, il définit 58 mesures concrètes dotées, pour chacune d'entre elles, d'un pilote identifié, de partenaires associés, de moyens et d'indicateurs de suivi. Le plan se fonde sur le rapport d'un groupe de travail composé d'élus, de représentants associatifs, de représentants de salariés et d'entreprises, d'experts et des parties prenantes de l'État. Il est le fruit d'une réelle concertation avec les associations de protection de l'environnement, les associations de malades et de victimes, les partenaires sociaux, de nombreux ministères (Écologie, Santé, Travail, Agriculture, Économie) et des équipes de recherche. 75 pages - Pour en savoir plus

>> Dossier de presse

Retour

 12/10/2009 - Le Sénat fait une place à l'Agenda 21 dans le projet de loi Grenelle 2

En première lecture de la deuxième loi Grenelle le 28 septembre 2009, le Sénat a apporté un chapitre nouveau "Projets territoriaux de développement durable" et deux articles additionnels à l'article 100 qui reconnaît et encourage les projets territoriaux de développement durable et les Agenda 21 locaux portés par les collectivités territoriales ou leur groupement et élaborés sur la base du cadre de référence. L'article 100 (quinquies) a été adopté à partir d'un amendement qui reprend les conclusions des travaux du COMOP 28 "Collectivités exemplaires" et l'article 51 de la loi de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l'environnement : « L'État favorisera la généralisation (...) des plans climat énergie territoriaux des collectivités territoriales et de leurs groupements en cohérence avec les Agenda 21 locaux. Il pourra utiliser les Agenda 21 locaux comme outil de contractualisation avec les collectivités territoriales. » Cet amendement préconise la mise au point d'outils méthodologiques partagés sur l'élaboration, la mise en œuvre et l'évaluation de ces projets, adossés au cadre de référence national. Il vise aussi à une convergence des enjeux territoriaux de l'Etat avec ceux exprimés à travers des projets territoriaux de développement durable et Agenda 21 locaux et ce, sur la base du cadre de référence national. Cet article ouvre également la possibilité de la participation technique et financière des services de l'Etat dans l'élaboration (diagnostic, stratégie et plan d'actions) du projet territorial de développement durable ou de l'Agenda 21 local (participation aux groupes de travail, porter à connaissance...) et la mobilisation des crédits de l'Etat pour la réalisation de certaines actions contenues dans le plan d'action de l'Agenda 21 local qui s'inscrivent en cohérence avec les objectifs du Grenelle. Enfin, le Sénat précise que les PLans Climat territoriaux constituent le volet Climat de l'Agenda 21 lorsque celui-ci pré-existe. L'article adopté est également en cohérence avec la Stratégie nationale de développement durable réactualisée en 2009 : alors que plus de 600 Agenda 21 locaux existent déjà en France, la stratégie prévoit d'atteindre les 800 Agenda 21 locaux en 2012.
Lire l'amendement

Retour

 08/10/2009 - Installation d’un observatoire national de la précarité énergétique en janvier 2010

Un foyer qui consacre plus de 10% de ses revenus à ses factures énergétiques peut être considéré en situation de précarité énergétique selon la définition anglaise. En Europe, on estime qu'il pourrait y avoir jusqu'à 125 millions de personnes dans cette situation. En France, c'est le cas de près d'un foyer sur 5. Ces réalités sont inacceptables. C'est pourquoi, après avoir créé un groupe spécifique sur la précarité énergétique au sein du plan bâtiment du Grenelle, l'ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) doit lancer dès janvier prochain un observatoire national de la précarité énergétique. Cet observatoire tiendra compte des échanges et des informations réalisés ce jour dans le cadre du premier colloque européen « Précarité énergétique en Europe » organisé par les partenaires du projet EPEE (Etude de la Précarité Energétique en Europe). La mise en place d'un observatoire national de la précarité énergétique devra répondre à deux objectifs :
  • Mesurer les phénomènes de précarité énergétique dans le temps et les territoires afin d'en identifier le nombre, les causes, les facteurs et les conséquences
  • Assurer le suivi des aides publiques et privées apportées aux ménages en impayés d'énergie et plus globalement aux ménages précaires
Les observations et résultats permettront également de suivre les impacts des politiques publiques mises en place et mobiliser les acteurs concernés.

Retour

 22/09/2009 - Un indicateur de "bien-être" pour mesurer la croissance

La Commission du prix Nobel Joseph Stiglitz sur la mesure de la performance économique et du progrès social vient de remettre son rapport. Ce travail avait été commandé début 2008 par le président de la République, avec pour objectif de compléter le produit intérieur brut (PIB) pour mesurer la richesse nationale créée. A travers douze recommandations, il préconise le développement d'une série d'indicateurs évaluant la mesure du "bien-être" plutôt que la production. Pour évaluer la richesse, il propose de tenir compte de la production de biens publics ainsi que des activités non-marchandes. Pour évaluer le bien-être, il recommande de mesurer le ressenti des individus sur des dimensions telles que les conditions de vie matérielle, l'éducation, la santé, l'ensemble des activités personnelles, l'environnement, les rapports sociaux, l'insécurité. La Commission souhaite que ce rapport ouvre un débat de fond tant au niveau national qu'au niveau international. Bruxelles a annoncé, le 8 septembre dernier, son intention de publier un indice de pression environnementale devant refléter la pollution et toute autre atteinte à l'environnement. Une version pilote de cet indice sera lancée dès l'an prochain. Pour en savoir plus

Retour

11/09/2009 - Hors-série Grenelle : la premiere loi du Grenelle

Le Ministère de l'écologie vient d'actualiser un hors série sur la première loi du Grenelle avec ses 13 domaines d'action. Ce document synthétise la loi du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l'environnement. Biodiversité, urbanisation, transport... 13 fiches pour tout comprendre. A télécharger

Retour

28/08/2009 - Copenhague J-100 : lancement d'un site

100 jours du début de la Conférence de Copenhague, le ministère d'État, ministre de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer lance un site Internet pour sensibiliser les Français aux enjeux de ce rendez-vous international sur le climat qui se déroulera du 5 au 18 décembre. Ce site Internet proposera chaque jour aux internautes de retrouver des interviews d'experts, des informations sur les bonnes pratiques en France et en Europe, sur la coopération internationale française, des chiffres clés sur le climat, un agenda des prochaines étapes et des informations sur l'avancée des négociations d'ici Copenhague... Pour en savoir plus

Retour

29/07/2009 - Contribution climat-énergie : Michel Rocard remet son rapport

Le 28 juillet, Michel ROCARD, ancien Premier Ministre, a remis le rapport sur la contribution climat-énergie au gouvernement. Cet contribution s'inscrit dans l'objectif de division par quatre des émissions de gaz à effet de serre de la France entre 1990 et 2050 et répond à une demande de la loi de programme relative à la mise en œuvre du Grenelle Environnement. La  contribution "climat-énergie" s'appliquerait aux ménages et aux entreprises, dont elle devrait encourager les comportements sobres en carbone et en énergie. Cette contribution devrait être strictement compensée par une baisse des prélèvements obligatoires de façon à préserver le pouvoir d'achat des ménages et la compétitivité des entreprises. Pour contribuer à cette étude, une conférence de consensus réunissant à la fois experts et représentants de consommateurs, d'élus et de chefs d'entreprises s'est tenue les 2 et 3 juillet. L'intérêt d'une contribution climat-énergie, les modalités de mise en œuvre éventuelle de cette contribution et ses différents effets ont été examinés. Enfin, une table ronde de personnalités de haut niveau, présidée par Michel ROCARD, s'est réunie le 9 juillet afin de faire la synthèse des travaux de cette conférence. Le rapport prévoit que le prix de la tonne de carbone devrait être fixéeà 32 euros aujourd'hui, pour atteindre 100 euros en 2050. Les ménages modestes bénéficieraient d'une compensation dsous forme d'allocation forfaitaire ou d'une baisse des prélèvements obligatoires, tandis que les entreprises pourraient voir leurs charges baisser le temps d'adapter leurs modes de production. Le gouvernement doit désormais étudier la faisabilité de cette contribution climat énergie telle qu'elle est présentée dans le rapport, avant la décision du chef de l'Etat à l'automne.

Retour

 21/07/2009 - Publication du rapport Bravo sur le développement de la société et de l’économie numérique

Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'Etat chargée de la prospective et du développement de l'économie numérique, a présenté mercredi 8 juillet le rapport Bravo sur le développement de la société et de l'économie numérique. Ce rapport s'inscrit dans la dynamique du Plan de développement de l’économie numérique, France numérique 2012, et du volet numérique du plan de relance. Six pistes de réflexion à long terme, 25 recommandations à court terme, ont été avancées. Le rapport du centre d'analyse stratégique souligne les obstacles au développement du numérique et insiste sur la manière de réduire la fracture numérique. Pour en savoir plus

Retour

 10/07/2009 - Lancement du Cercle de Grenelle : Les 50 plus grandes entreprises du service public s’engagent au service de la croissance verte

Les dirigeants des grandes entreprises françaises, opérateurs de services publics, membres fondateurs de l'Institut de la Gestion Déléguée, créent « Le Cercle de Grenelle », espace de débat et d'initiative pour l'amélioration de la gouvernance et de la performance des services publics, à l'initiative de Claude Martinand, Président de l'Institut. Dans une déclaration commune, les membres du Cercle de Grenelle, qui représentent les cinquante premières entreprises françaises de service public, s'engagent conjointement et pour la première fois vis-à-vis de la société toute entière : client, citoyens, personnes morales, collectivités publiques... Ils démontrent ainsi leur volonté de concourir de façon concrète au plan de relance de l'économie française et à la mise en oeuvre du Grenelle Environnement. Pour en savoir plus

Retour

07/07/2009 - L'OMC et le PNUE étudient les liens entre le commerce et le changement climatique

le 26 juin, l'OMC et le PNUE ont présenté un rapport intitulé "Commerce et changement climatique" qui examine le lien entre commerce et changement climatique sous quatre angles : la science du changement climatique, la théorie économique, l'action multilatérale visant à lutter contre le changement climatique, les politiques climatiques nationales et leur effet sur le commerce. Le document souligne notamment que les effets du changement climatique devraient toucher la plupart des secteurs de l’économie mondiale avec des répercussions sur le commerce. Une partie du rapport passe en revue les politiques et mesures nationales qui ont été adoptées par plusieurs pays pour réduire les émissions de gaz à effet et de serre et accroître l’efficacité énergétique. Il examine par ailleurs deux types de mécanismes de prix utilisés pour réduire les émissions de GES: les taxes et les systèmes d'échange de droits d'émission et évoque les mesures envisagées visant à empêcher les fuites de carbone et à protéger la compétitivité, en particulier les mesures à la frontière. Le rapport montre qu'il est possible, dans le cadre des règles de l'OMC, de lutter contre le changement climatique au niveau national. Toutefois, selon l’OMC, la pertinence des règles de l'OMC au regard des politiques d'atténuation du changement climatique, les répercussions de ces mesures sur le commerce et leur efficacité environnementale dépendront en grande partie de la manière dont les politiques sont conçues et des conditions spécifiques de leur application. Pour en savoir plus  A télécharger

Retour

 30/06/2009 - Les villes jouent un rôle catalyseur dans la gestion du changement climatique

Le 5ème Symposium de recherche urbaine de la Banque mondiale s'est ouvert le 28 juin, réunissant plus de 700 experts ayant pour mandat d'aider les villes à mieux répondre à l'agenda de la recherche sur le changement climatique. Soutenu par plus de 25 agences et sociétés, le symposium est organisé par la Banque mondiale, le Ministère français de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer et l'Agence Française de Développement. Des chercheurs, de hauts responsables des municipalités et des spécialistes des zones urbaines se réunissent pour échanger leurs connaissances et leurs expériences afin de fournir des orientations clés visant à atténuer et à s'adapter aux impacts du changement climatique, tout en s'attachant à trouver des réponses pragmatiques adaptées aux villes des pays en développement. Dans un monde où la population mondiale devrait atteindre les 9 milliards d'habitants d'ici à 2050, dont 70% devraient vivre en zones urbaines, il est primordial que les villes fassent preuve d'efficacité, qu'elles soient bien gérées et qu'elles protègent davantage leurs populations les plus vulnérables. Aujourd'hui, les villes sont déjà bien souvent dépassées par l'ampleur de la tâche, leurs services n'arrivent pas à répondre à la demande, surtout dans les pays en développement. Plus de 50% de la population urbaine d'Afrique subsaharienne et 40% de la population urbaine d'Asie du Sud n'a toujours pas accès, par exemple, au système d'assainissement de base. Outre ce fardeau, les villes doivent désormais s'adapter à ce nouveau contexte, et se développer dans un monde contraint par le monoxyde de carbone tout en faisant face à des impacts sur l'environnement toujours plus graves et fréquents. Dans la plupart des pays en développement, la capacité des villes à s'adapter au changement climatique pose un très grave problème pour les tranches les plus pauvres, plus d'un milliard d'entre eux vivant dans des bidonvilles. Pour en savoir plus

Retour

 29/06/2009 - Le CESE prône 12 indicateurs de croissance durable

Chargé d'une réflexion sur le sujet par le gouvernement, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) suggère la définition d'une douzaine d'indicateurs prenant en compte les évolutions sociales et environnementales, le PIB négligeant trop la qualité de la vie, la répartition des richesses ou les atteintes portées à la biodiversité. Le rapport «  Les indicateurs du développement durable et l’empreinte  écologique » entend associer la société civile à l'élaboration des nouveaux instruments de mesure plutôt que de livrer des indicateurs « clefs en main ». Le « tableau de bord » de 12 indicateurs permettrait par exemple de suivre l'évolution des inégalités de revenus, des émissions de CO2 et celle de la biodiversité. Le Conseil préconise aussi de privilégier le bilan carbone plutôt que le calcul de l'empreinte écologique, « apparue trop restreinte ». Pour en savoir plus

Retour

 17/06/2009 - La Loi Grenelle 1 vient d'être adoptée

Le projet de loi de mise en œuvre du Grenelle de l'environnement dit « Grenelle 1 » vient d'être adopté par l'Assemblée nationale en seconde lecture avec un vote quasi-unanime des députés. Parmi les grands principes résolument engagés par le projet de loi figurent, entres autres, pour les secteurs du Bâtiment et de l'Energie : le Facteur 4 (division par 4 des émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2050) ; 23 % d'énergies renouvelables dans le cadre du « 3x20 » européen ; l'intégralité du Plan Bâtiment, avec notamment la confirmation de la norme de 50 kWhEP/m2/an exprimée en énergie primaire. Pour le secteur des Transport : la confirmation de l'objectif de transfert modal pour tout le fret routier de transit et celle des programmes accélérés de transport collectif urbain et de lignes à grande vitesse. Pour la Biodiversité, l'Agriculture, la Forêt et la Mer : la confirmation de toutes les dispositions, échéances et chiffrages issus de la première lecture, notamment la trame verte et bleue, les agricultures économes et productives, la dynamisation forestière et la gestion intégrée de la mer et du littoral ; La volonté de stopper la perte de biodiversité est réaffirmée dans tous ces secteurs. Pour le secteur Santé-environnement : la confirmation de la mise en place d'un carnet de santé du salarié retraçant les expositions aux substances dangereuses durant sa vie professionnelle, et l'ajout d'un principe de séparation entre le financement et la mise en place d'un dispositif de surveillance et de mesure des ondes électromagnétiques. Le projet de loi de programmation du Grenelle reviendra en seconde lecture les 1er et 2 juillet prochains au Sénat . Pour en savoir plus

Retour

08/06/2009 - Consultation publique : Trame verte et bleue

Le gouvernement a confié au sénateur Paul Raoult la tâche de porter les engagements issus du Grenelle Environnement en le nommant président du Comité opérationnel Trame verte et bleue en décembre 2007. Il soumet aujourd'hui les analyses et réflexions du Comop à l'avis des Français. La Trame verte et bleue est une mesure phare du Grenelle environnement qui porte l'ambition d'enrayer le déclin de la biodiversité. Cet outil d'aménagement du territoire vise en effet à (re)constituer un réseau d'échanges cohérent à l'échelle du territoire national pour que les espèces animales et végétales puissent, à l'instar de l'homme, communiquer, circuler, s'alimenter, se reproduire, se reposer,... en d'autres termes assurer leur survie. Cette consultation a pour objectif de vérifier la solidité des options qui ont été privilégiées et recueillir de nouvelles propositions sur le contenu de deux projets de guides à l'attention des décideurs, des régions et des services de l'Etat : Guide 1 : Enjeux et principes de la Trame verte et bleue et Guide 2 : Appui méthodologique à l'élaboration régionale d'une Trame verte et bleue. Les remarques et suggestions permettront d'améliorer les deux guides dont la version finale est attendue à la fin de l'année 2009. Consultation jusqu'au 15 juillet 2009

Retour

 12/05/2009 - UNIS lance un premier concours national pour les copropriétés sur le développement durable

L'Union des Syndicats de l'Immobilier (UNIS) lance un concours national appelé « UNIS 21 » afin de sensibiliser les copropriétaires aux enjeux environnementaux, les aider dans leur démarche pour les amener à fixer eux-mêmes, pour leur immeuble, leurs propres objectifs de développement durable et par conséquent anticiper les contraintes de demain. Aujourd'hui, on compte en France 500.000 copropriétés, soit 7,5 millions de logements. Le concours UNIS 21 s'adresse à toutes les copropriétés gérées par un syndic membre d'UNIS, soit 3 millions de copropriétaires qui vivent dans les 200.000 copropriétés gérées par les professionnels membres de l'Union des Syndicats de l'Immobilier. Pour ce premier concours, les syndics membres d'UNIS vont présenter le concours UNIS 21 aux copropriétaires et leur expliquer la démarche à suivre pour y répondre. Cette démarche permettra d'encourager le changement des mentalités, mais aussi de mutualiser les « bonnes pratiques » des copropriétés pour mieux les multiplier. Après réception et étude des dossiers, le jury, composé d'un comité d'experts, décernera fin 2010 des labels d'or et d'argent pour les « éco-copropriétés » les plus exemplaires dans la réalisation d'actions de développement durable. Chaque copropriété devra sélectionner une ou plusieurs des thématiques suivantes, puis réaliser une ou plusieurs actions d'optimisation (eau, énergie, confort de vie, propreté sanitaire, déchets, circulation, liens sociaux et solidarité). Lancé en mai 2009, ce concours se tiendra chaque année. La remise des dossiers pour l'année en cours sera clôturée au 30 juin 2010. Pour en savoir plus

>> Consulter le document

Retour

 07/04/2009 - Le MEEDDAT lance une consultation sur son site internet www.developpement-durable.gouv.fr

Définie pour une première période 2003-2008, la Stratégie Nationale du Développement Durable (SNDD) doit être renouvelée pour la période 2009-2012 et intégrer notamment les engagements du Grenelle Environnement et l'évolution de la situation économique, sociale et environnementale. Il s'agit en effet de définir le cadre et les orientations les plus favorables à la réalisation d'un modèle de développement durable. Elle concerne tous les Français et s'articule autour de « 9 défis » essentiels. Changement climatique, consommation d'énergie, santé publique, biodiversité, gestion des risques, mobilité et transport durables... Pour chaque «défi», une dizaine de choix stratégiques et de mesures concrètes à mettre en oeuvre sont proposées. Faisant suite à la concertation du Grenelle Environnement, le ministère invite les internautes à prendre connaissance de ce projet et à donner leur avis jusqu'au 30 avril 2009 par le biais d'un questionnaire consultable sur son site internet. Cette consultation en ligne complètera la concertation engagée avec les représentants des élus nationaux et locaux, des employeurs, des salariés et des associations. Enrichie par ce processus démocratique, la Stratégie Nationale de Développement Durable sera proposée au niveau interministériel pour une adoption avant l'été 2009, en pleine cohérence avec la loi de programmation des engagements du Grenelle Environnement dont l'adoption définitive sera proposée au Parlement avant l'été. Pour en savoir plus

Retour

25/03/2009 - Une campagne internationale Save your logo pour la Biodiversité

Le 25 mars, le ministère de l'écologie a présenté « Save your logo » une campagne internationale (http://fr.saveyourlogo.org) qui invite les marques dont le logo est un animal à verser des financements en faveur d'un fonds géré par la banque mondiale dont la vocation et de financer des actions de sauvegarde des animaux menacés. Cette campagne est lancée par le Fonds pour l'environnement mondial (FEM), la Banque mondiale et l'Union internationale pour la conservation pour la nature (UICN). Il s'agit d'une première mondiale impliquant les marques à participer au financement d'actions de préservation d'espèces menacées. "Les entreprises qui ont pu profiter de l'image positive de ces animaux ont ainsi l'occasion de leur manifester leur reconnaissance", a expliqué le ministre du Développement durable. Dans le monde, des centaines d'entreprises sont potentiellement concernées par cette opération : les constructeurs automobiles Jaguar, et Peugeot pour le lion, Esso pour le tigre, chocolat côte d'or pour l'éléphant, l'équipementier sportif Puma, Shell pour le coquillage, Mika pour la vache, le sel la Baleine... Les entreprises sont appelées à verser 1,5 M€ sur trois ans au fonds « Save your logo » géré par la Banque mondiale qui apporte un tiers du financement. En contrepartie de leur participation, les entreprises peuvent bénéficier d'une réduction de l'impôt sur les sociétés à hauteur de 60% du don, plafonnée à 0,5% de leur chiffre d'affaires annuel. Les particuliers peuvent eux aussi participer à cette opération en faveur de la sauvegarde de la biodiversité. Pour en savoir plus

Retour

 13/03/2009 - Agendas 21 locaux : 101 projets reconnus par l'Etat

Le 12 mars, Chantal Jouanno, secrétaire d'État chargée de l'Écologie, a distingué les représentants des 101 premiers territoires et collectivités, dont la démarche globale de développement durable a été reconnue ''Agenda 21 local'', suite aux trois sessions de l''appel à reconnaissance des projets territoriaux de développement durable et Agendas 21 locaux. En novembre dernier, le Comité 21 a identifié 521 Agenda 21 engagés en France. Les projets territoriaux récompensés intègrent la lutte contre le changement climatique, la préservation de la biodiversité, la protection des milieux et des ressources, le développement de modes de production et de consommation responsables, les principes de gouvernance basés sur la participation et les partenariats. La reconnaissance des 101 projets s'est faite au terme de trois sessions : 64 ont été distingués au cours des deux premières en février et novembre 2007. 32 projets ont été reconnus lors de la troisième session en décembre 2008, auxquels s'ajoutent 5 parcs naturels régionaux (PNR) dont la charte a été reconnue dans le cadre d'un dispositif spécifique : les PNR du Morvan. La quatrième session de l'appel à reconnaissance ''Agendas 21 local'' est d'ores et déjà ouverte et les collectivités candidates sont invitées à déposer leurs dossiers auprès des services du Commissariat général au développement durable avant le 18 juin prochain. Pour en savoir plus

Retour

 03/03/2009 - L'Observatoire de la parentalité publie son premier baromètre

Créé en avril 2008, l'Observatoire de la parentalité en entreprise a mis en place le premier baromètre sur la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille (DIF) et l'Union nationale des associations familiales (UNAF). Il a pour objectif d'évaluer les pratiques des employeurs en faveur de leurs salariés-parents. Ce baromètre a été réalisé par l'institut Viavoice à partir d'un sondage effectué en ligne du 26 au 30 janvier 2009, auprès d'un échantillon de 1005 salariés ayant des enfants de moins de 25 ans au foyer. 97% d'entre eux affirment que l'équilibre entre vie professionnelle et vie familiale constitue un sujet de préoccupation important, et 72% considèrent que leur employeur ne fait pas beaucoup de choses pour les aider, pas plus que leur encadrement hiérarchique proche (62%). En outre, 47% des sondés ne s'estiment pas écoutés sur ce sujet par l'entreprise ou l'organisme dans lequel ils travaillent. Les salariés-parents interrogés jugent insuffisante l'implication des aides au financement de la scolarité et des études ; des mutuelles avantageuses pour les familles et des participations aux frais de garde des enfants. Pour en savoir plus

Retour

 13/02/2009 - L'Alliance pour la planète lance l'Observatoire Indépendant de la Publicité

L’Alliance pour la Planète vient de mettre en ligne un Observatoire Indépendant de la Publicité. Cet observatoire se veut être un lieu d’alerte et d’expertise citoyenne dans le domaine de la publicité mais aussi un espace de sensibilisation et de formation du grand public. Pour son fonctinnement, l’Observatoire est saisi par un internaute suspectant une publicité de contrevenir au cadre de régulation actuellement en application (codes de la consommation et de l’environnement, recommandation de l’ARPP). Il réunit dans un délais très court les experts associatifs mais aussi des professionnels de la communication pour faire une évaluation de la publicité pointée. Parallèlement, les internautes ont la possibilité de donner eux aussi leur avis à l’aide d’une documentation et d’une grille de diagnostic disponibles. Au bout d’un mois, L’OIP rend public l’évaluation de ses experts ainsi que la note attribuée par les internautes. Pour en savoir plus

Retour

 10/02/2009 - Congrès mondial de l'ICLEI à Edmonton du 14 au 18 juin 2009

Du 14 au 18 juin 2009, la ville d’Edmonton (Canada) accueillera le Congrès Mondial 2009 d’ICLEI. Plus de 700 participants venant de 60 pays, maires, dirigeants politiques et chercheurs internationaux, représentants de gouvernements nationaux et locaux, d’agences internationales et d’entrepreneurs, viendront échanger leurs idées sur les défis, les bonnes pratiques, et élaboreront des stratégies d’avenir. Leurs échanges permettront d'identifier les bonnes pratiques et des opportunités pour renforcer et améliorer les objectifs des gouvernements locaux dans le domaine du développement durable. Un grand nombre de sessions, ateliers, et débats seront centrés sur le développement durable urbain : Comment les gouvernements locaux peuvent-ils traiter de manière efficace le changement climatique, la gestion de l’eau et la biodiversité? Que peuvent faire les gouvernements pour favoriser la durabilité en vue des difficultés économiques du futur? Quels sont les critères d’une administration efficace et durable dans les secteurs de la construction, du transport, et de l’énergie? Quels modèles existent-ils pour une administration intégrée où les services municipaux assurent une qualité de vie décente pour ses concitoyens tout en employant, de façon responsable, ses ressources naturelles et financières? Ce congrès renforcera la coopération entre les villes et les gouvernements locaux à travers le monde, et sera une plateforme interactive entre les gouvernements locaux membres d’ICLEI et les agences des Nations Unies, les gouvernements nationaux, les institutions financières, les bailleurs de fonds, les entreprises, les ONGs et les autres partenaires qui oeuvrent pour la durabilité locale. Télécharger le programme

Retour

 05/02/2009 - La Commission européenne présente ses propositions en vue d'un pacte mondial sur le changement climatique à Copenhague

Le 28 janvier, la Commission européenne a présenté ses propositions en vue d'un nouvel accord mondial global et ambitieux pour lutter contre le changement climatique, ainsi que les modalités envisageables pour son financement. Le nouveau pacte doit être conclu lors de la conférence des Nations unies qui se tiendra à Copenhague en décembre prochain. Pour que la hausse des températures puisse être maintenue en dessous de 2 °C, il faudra que les pays industrialisés et les institutions multilatérales accordent aux pays en développement un soutien financier bien plus important afin de les aider à apporter leur contribution dans la lutte contre le changement climatique. Les propositions de la Commission comprennent la création d'un marché du carbone au niveau de l'OCDE d'ici 2015 et de sources innovantes de financement international fondées sur les émissions des pays et leur capacité contributive. Pour en savoir plus

Retour

 29/01/2009 - Charte communication responsable : état des lieux fin 2008, plans d'actions 2009

Le 5 décembre 2008, l'Union des annonceurs (UDA) a rendu public le bilan des actions réalisées par les 34 signataires à fin 2008 et leurs plans d'actions 2009. En 2007, UDA rendait publique sa Charte de 5 engagements des annonceurs pour une communication responsable, qui avait alors 22 signataires. Tout au long de l'année 2008, l'UDA - en collaboration avec Ethicity - a accompagné les signataires dans leur mise en œuvre de la Charte : réunions d'échanges, ateliers de formation, mise à disposition d'un outil d'autodiagnostic interne, élaboration du cadre de restitution des actions de chaque signataire... Pour illustrer la réalité de leur démarche, les signataires ont présenté une sélection de 509 de leurs actions les plus pertinentes et emblématiques. Des liens permettent d'accéder à des sites ou à des documents complémentaires. Ce bilan des actions constate que l'incitation à des comportements responsables recueille le plus d'initiatives (26 % du total des actions), que ce soit lors d'événements, en magasin, sur les packagings, dans les publicités ou à travers des campagnes de prévention... La prise en compte de l'impact environnemental des actions de communication est importante (22 % du total des actions), mais est essentiellement due aux efforts sur le print (marketing direct, PLV, packaging, édition...) et à l'utilisation grandissante de papier/carton recyclé ou certifié. Les médias restent le parent pauvre de cet engagement. Chez 80 % des signataires, une charte de communication/marketing responsable est en cours ou existe déjà (21 % du total des actions). L'implication des prestataires est encore très en retrait. Concernant l'utilisation des données personnelles, les principales actions (16 % du total) portent sur la sensibilisation des équipes marketing et communication et la moitié des signataires déclarent l'existence d'un correspondant Cnil au sein de l'entreprise. La très grande majorité des signataires font état de processus de validation des communications relativement formalisés (15 % du total des actions) : désignation en interne d'une ou plusieurs personnes chargées de vérifier les communications, mise en place d'un processus de validation avant diffusion, réalisation d'études sur les réactions des clients aux communications... Pour en savoir plus

Retour

 09/01/2009 - Semaine du Développement Durable 2009 : l'appel à projets est lancé

La semaine du développement durable se tiendra du 1er au 7 avril 2009 et aura pour thème dans la continuité de 2008 '' Consommation durable''. Cette semaine se déroule chaque année et mobilise tous les acteurs pour informer et sensibiliser le grand public. Entreprises, collectivités, associations ou particuliers sont invités à organiser des actions de sensibilisation. Pour être sélectionnée dans le cadre de l'appel à projets, une action doit prendre en compte le thème défini et mettre en avant au moins 2 des 3 composantes du développement durable : développement économique, évolution sociale et protection de l'environnement. Ainsi, les participants devront organiser leurs actions se rapportant au thème : ''consommation durable'', quel que soit l'angle choisi (transports, habitat, tourisme, loisirs, biodiversité, qualité de l'eau, de l'air, déchets, énergie, commerce équitable, restauration collective, santé, écolabels...). Chaque participant dont l'action aura été retenue recevra gratuitement, par voie postale, des outils de communication (affiches, guide et kit de communication téléchargeables). En 2008, la 6ème édition de la semaine du développement durable avait rassemblé plus de 2700 actions organisées sur l'ensemble du territoire pour sensibiliser et encourager les citoyens à ''consommer durable'' (contre 1600 en 2007). Inscription jusqu'au 30 mars 2009. Pour en savoir plus

Retour

07/01/2009 - Nouvel annuaire du PNUE 2008 Vue d'ensemble de notre environnement en mutation

L'Annuaire PNUE 2008 (auparavant Annuaire GEO) est le cinquième rapport annuel sur le changement climatique produit par le PNUE (Programme des Nations unies pour l'environnement) en collaboration avec de nombreux experts de l'environnement dans le monde. Il souligne les interconnections complexes entre le changement climatique, l'intégrité de l'écosystème, le bien-être des populations et le développement économique. L'annuaire se concentre sur les récents événements et résultats scientifiques concernant l'environnement. Il examine la façon dont les mécanismes financiers et les marchés ont été conçus et mis à l'épreuve tout au long de la dernière décennie par des initiatives répondant à la crise du changement climatique menées par l'ONU, la société civile et les secteurs des affaires et se penche notamment sur l'évolution du marché du carbone. Il fixe également les prochaines étapes importantes facilitant la transition vers une économie respectueuse de l'environnement. En conclusion, le chapitre sur les nouveaux défis analyse les derniers résultats des recherches scientifiques sur le rôle du climat arctique dans le changement climatique. Il conclut sur l'urgence d'augmenter les investissements dans la recherche climatique et énergétique, les partenariats du savoir et les réponses politiques mondiales répondant à ces graves défis. 60 pages. A télécharger

Retour

 29/12/2008 - La mise en oeuvre du plan de relance de l'économie pour la commande publique

Le Conseil des ministres s'est réuni le 19 décembre afin d'adopter les mesures prévues dans le plan de relance de l'économie de 26 milliards d'euros. Le plan de relance doit produire les trois-quarts de ses effets en 2009. Pour cela, il est nécessaire de simplifier les procédures pour accélérer les réalisations d'investissements publics et privés. C'est l'objet du projet de loi pour l'accélération des programmes de construction et d'investissements publics et privés et de plusieurs décrets, dont deux modifiant le code des marchés publics, qui viennent d'être publiés au Journal officiel. Les procédures du code des marchés publics sont simplifiées, en adaptant les seuils et les formalités requises, pour accélérer la commande publique et faciliter l'accès des petites et moyennes entreprises, tout en préservant pleinement les principes d'accès à la commande publique, d'égalité de traitement et de transparence des procédures. Fiche de présentation des dispositions des décrets de mise en oeuvre du plan de relance de l'économie dans les marchés publics

Retour

 16/12/2008 - La contribution du ministère du développement durable à la Présidence française à l'Union européenne

La présidence française de l'Union européenne s'est fixée un programme ambitieux afin de faire de l'Europe un modèle de développement écologique et économique durable. Le ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du Territoire présente un dossier sur les avancées essentielles de l'Europe : un accord sur le paquet Energie-Climat ; des avancées concrètes en faveur de transports plus ; le renforcement de l'efficacité et de la sécurité énergétique et un aménagement du territoire équilibré. Télécharger le dossier

Retour

 08/12/2008 - L'UDA dresse un premier bilan de sa charte « communication responsable »

Le 5 décembre, l'Union des annonceurs (UDA) a présenté un bilan des actions réalisées par les signataires de sa Charte d'engagements des annonceurs pour une communication responsable à fin 2008 et leurs actions en cours ou envisagées pour 2009-2008. Cette charte, rendue publique il y a un an, compte 35 entreprises et groupes signataires cette année. Elle comprend 5 engagements. Tout au long de l'année 2008, l'UDA - en collaboration avec Ethicity - a accompagné les signataires dans leur mise en œuvre de la Charte : réunions d'échanges, ateliers de formation, mise à disposition d'outils d'autodiagnostic interne et de restitution, session-dialogue avec les parties prenantes... Pour illustrer la réalité de leur démarche, les signataires ont présenté une sélection de 509 de leurs actions les plus pertinentes et emblématiques. C'est l'engagement 2 "incitation à des comportements responsables" qui recueille le plus d'initiatives (26 % du total des actions), que ce soit lors d'événements, en magasin, sur les packagings, dans les publicités ou à travers des campagnes de prévention... L'UDA prévoit de continuer le déploiement de sa charte à travers plusieurs actions dont une étude sur les clés de succès et les process permettant de mettre en place une communication responsable. Pour en savoir plus

Retour

 01/12/2008 - L'Agence nationale de recherche lance un appel à projet "Villes durables"

L'appel à projet "Villes Durables" de l'Agence nationale de recherche vise à mobiliser conjointement les praticiens et la communauté scientifique pour produire des outils et des techniques qui permettront aux villes de mieux intégrer les exigences du développement durable. Ce programme cherche à privilégier les approches systémiques des villes (mobilité, habitat, risques, formes urbaines, activités économiques, métabolisme urbain...). Les projets réellement pluridisciplinaires seront également privilégiés dès lors que la question abordée nécessite les regards croisés de plusieurs disciplines scientifiques. Cet appel à projets s'articule autour de quatre axes complémentaires : nouveaux services, agencement des espaces et gouvernance ; dynamiques spatiales et mobilités ; environnement et vulnérabilités", et "infrastructures, réseaux et constructions". Cet appel à projets prend en compte les résultats du Grenelle de l'environnement, et notamment des conclusions des COMOP recherche et urbanisme. Dans cette perspective, il se focalise sur les villes européennes, sans toutefois exclure les études de cas et les comparaisons internationales, lorsqu'elles apportent des idées pertinentes pour ces villes. Date limite de l'appel : 24 février 2009. Pour en savoir plus

Retour

 20/11/2008 - Un plan national de développement des énergies renouvelables de la France

A l'occasion de la Semaine des Energies Renouvelables, du 17 au 22 novembre, Jean-Louis Borloo a présenté, le plan national de développement des énergies renouvelables de la France. Dans le cadre du « volet énergie » du Grenelle Environnement, l'objectif de ce programme est de porter à au moins 23% la part des énergies renouvelables dans la consommation d'énergie à l'horizon 2020. Il comprend 50 mesures opérationnelles concernant l'ensemble des filières : bioénergies, éolien, géothermie, hydroélectricité, solaire, énergies de la mer... Ces mesures trouveront leur traduction dans différents projets de loi : loi de transition environnementale (Grenelle 2), projet de loi de finances... Pour en savoir plus

Retour

 17/11/2008 - Rapport World Energy Outlook par l'Agence Internationale de l'Energie

À la demande des chefs d'Etat et de gouvernement des huit pays les plus industrialisés (G8), l'Agence Internationale de l'Energie (AIE) publie chaque année son rapport intitulé World Energy Outlook. Cette étude compare ce que sera la situation énergétique d'ici 2030, si rien n'est fait, à un scénario alternatif basé sur une demande d'énergie réduite et sur l'utilisation de sources d'énergie autres que fossiles. D'après le scénario de référence, la demande mondiale en énergie primaire augmentera d'1,6 % par an en moyenne d'ici à 2030 tirées par la Chine et l'Inde. Toutefois, l'AIE estime que les énergies renouvelables se développeront rapidement et deviendront la deuxième plus grande source d'électricité peu après 2010. Selon l'AIE, pour inverser la tendance, la part des énergies à faible teneur en carbone comme l'hydroélectricité, le nucléaire, la biomasse et les centrales à combustible fossile équipées de la capture et du stockage du carbone (CCS) dans le mix énergétique mondial va devoir passer de 19 % en 2006 à 26 % de 2030. Pour en savoir plus

Retour

 12/11/2008 - Sondage LH2 : La crise environnementale inquiète davantage les Français que la crise financière

L'institut LH2 vient de réaliser un sondage intitulé Les Français et leur inquiétude face à la crise financière et à la crise environnementale, les 25 et 26 octobre. Il révèle que 61% des Français se déclarent autant préoccuper par les risques liés au changement climatique et à la dégradation de l'environnement que par les conséquences de la crise financière. 22% sont même plus inquiets par la crise écologique. A travers ce sondage, l'opinion publique semble être du même avis que José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, qui a affirmé : « Ce n'est pas parce qu'il y a une crise financière que la menace du changement climatique disparaît », lors de la conférence de presse à l'issue du 7ème sommet Asie-Europe, les 24 et 25 octobre à Pékin. Pour en savoir plus

Retour

 07/11/2008 - Lancement d'un plan "villes durables"

Le plan « villes durables » a été présenté par Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire, fin octobre. Ce plan vise à répondre aux engagements du Grenelle pris en termes d'urbanisme et d'aménagement du territoire. Il a pour vocation de mettre en valeur les opérations exemplaires d'aménagement déjà initiées, et de susciter, de la part des collectivités et de l'ensemble des acteurs de la ville, la réalisation de nouvelles opérations d'aménagement durable. Trois initiatives en particulier ont été décidées. A l'échelle du quartier, le gouvernement lance le concours EcoQuartiers afin de regrouper les projets de qualité au sein d'un « club opérationnel », de les valoriser et de permettre la diffusion de bonnes pratiques. Des distinctions « ÉcoQuartiers exemplaires » seront décernées aux projets les plus performants sur l'une des sept dimensions suivantes : eau, déchets, biodiversité, mobilité, sobriété énergétique et énergies renouvelables, densité et formes urbaines et éco-construction. Enfin, un grand prix national sera décerné au projet d'écoquartier répondant le mieux aux sept enjeux. A l'échelle de la ville, le gouvernement met en place la démarche EcoCités. Cette démarche vise à sélectionner en 2009, dans un premier temps, 5 à 7 projets initiés et mis en oeuvre par des collectivités locales en partenariat avec les acteurs de la ville Ces projets doivent concerner une aire urbaine significative, dont la population avoisine ou excède les 100.000 habitants et dont l'accroissement de la population prévu est de 30 % ou 50.000 habitants dans un horizon maximal de 20 à 25 ans. Et enfin, un appel à projets " transports collectifs " permettra d'aider les collectivités locales à accélérer le développement de transports collectifs en site propre. Pour en savoir plus

Retour

 27/10/2008 - Adoption de la « Déclaration de Québec » au XIIème Sommet de la Francophonie

A l’occasion du XIIème Sommet de la Francophonie, les Chefs d'Etats et de gouvernement des pays ayant le français en partage, se sont réunis du 17 au 19 octobre à Québec, et ont adopté la « Déclaration de Québec ». Elle porte sur les quatre thèmes du Sommet : la langue française ; la paix, la gouvernance démocratique et l'état de droit ; la gouvernance et la solidarité économiques ; l'environnement, le développement durable et les changements climatiques. Sur ce dernier thème, les Chefs d'Etats et de gouvernement ont réaffirmé leur « détermination à aboutir, fin 2009, à un accord international sur le régime applicable en matière de lutte contre les changements climatiques après 2012 ». Et ils se sont également engagés à « coopérer pour que tous nos pays [pays ayant le français en partage] puissent mettre au point des politiques nationales en vue de réaliser l’objectif commun de réduire d’au moins 50 % les émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici 2050 ». Pour le XIIIème Sommet de la Francophonie, en 2010, son président, M. Marc Ravalomanana, a proposé le thème : « Biodiversité et diversité culturelle pour un développement durable au service des communautés ». Lire la « Déclaration de Québec »

Retour

 17/10/2008 - Campagne ALIMENTERRE 2008 : «Le monde a faim, nos choix sont vitaux »

Le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) organise la campagne ALIMENTERRE 2008 intitulée « Le monde a faim, nos choix sont vitaux», pour interpeller les décideurs sur la nécessité de mettre en oeuvre des politiques agricoles durables, informer l'opinion publique sur les exemples d'initiatives qui changent la donne, et encourager les changements de comportements individuels et collectifs. La campagne aura lieu du 10 octobre au 30 novembre 2008 avec un relais auprès de plus de 200 organisations. La CFSI établit un constat « comme pour la crise financière, le manque de régulation a fortement contribué à la catastrophe de la faim. » Pour en savoir plus

Retour

 10/10/2008 - L'éducation nationale s'engage dans le développement durable !

Le 8 octobre, Xavier Darcos, ministre de l'éducation nationale, a reçu les lauréats de l'opération « L'École agit ! Le Grenelle environnement à l'École ». A cette occasion, le ministre a déclaré qu'"il souhaitait que le développement durable soit non seulement une réalité pour tous les élèves mais également un projet partagé par la communauté éducative tout entière ». Afin de "faire comprendre à nos élèves les enjeux du développement durable et leur offrir la possibilité d'en être partie prenante", le ministre de l'Éducation nationale veut "travailler simultanément dans cinq directions":- faire en sorte que le développement durable entre dans toutes les disciplines, et plus particulièrement dans le cadre de la réforme du lycée ; - développer dans le cadre de la valorisation de l'enseignement professionnel, des filières de formation qui intègrent les principes de l'EDD (Éducation au développement durable) ;
- promouvoir le concept d'établissement exemplaire en élaborant avant la fin de l'année scolaire une charte nationale pour favoriser les pratiques durables, qu'il s'agisse des achats, de la restauration ou encore des déplacements des enseignants ;
- renforcer la formation des enseignants en matière d'éducation au développement durable y compris en mobilisant toutes les ressources de formation en ligne ;
- favoriser la création d'une fondation pour l'éducation au développement durable.
"Il s'agirait de disposer d'une structure qui pourrait regrouper des mécènes, entreprises et collectivités, tournés vers un objectif commun: la promotion du développement durable à l'école. Les fonds ainsi recueillis permettraient d'engager des actions concrètes dans les établissements, dans le respect des principes de l'éducation au développement durable définis par le ministère."
Ces propositions s'appuient sur le rapport du Comop 26 du Grenelle de l'environnement, présidé par Jacques Bregeon, auquel de nombreux acteurs ont participé dont le Comité 21. Il a été publié en janvier 2008.

Retour

 10/10/2008 - Des communes s'engagent dans le programme Display

Débutée en 2003 par Energie-Cités (association des autorités locales européennes pour une politique énergétique locale durable), la campagne européenne Diplay a pour objectif d'aider les collectivités territoriales à améliorer les performances énergétiques et environnementales de leurs bâtiments, en utilisant le modèle de l'étiquette des appareils electroménagers. Plus de 300 autorités locales de 26 pays sont actives dans l'affichage des performances énergétique et environnementale de leurs bâtiments publics. Au total, ils ont labellisé plus de 8 000 bâtiments. La campagne apporte conceils, outils et méthodologie aux collectivités pour contribuer significativement à la lutte contre le changement climatique. Toute collectivité peut rejoindre la campagne, quelque soit sa taille et le nombre de bâtiments publics. Pour en savoir plus

Retour

 06/10/2008 - La France annonce un nouvel accord cadre avec l’UICN

Le 4e Congrès mondial de la nature, organisé à Barcelone par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) accueille du 5 au 14 octobre près de 8000 scientifiques, hommes politiques et militants écologistes. Objectif : faire le point sur les espèces menacées et encourager les décideurs à prendre des mesures de conservation de la biodiversité. Dans ce cadre, Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'Etat, vient d'annoncer en avant-première l'engagement de la France dans un second accord cadre avec l'Union Mondiale pour la Nature (UICN). Ce nouvel accord, d'un montant d'environ 7 millions d'Euros pour la partie française, sera très prochainement signé par l'Agence Française de Développement (AFD), le ministère des Affaires étrangères, le secrétariat d'Etat à l'Outre-mer et le ministère de l'Energie, de l'Ecologie, du Développement durable et de d'Aménagement du territoire. Sur la période 2009-2012, cette somme sera allouée en priorité au développement des capacités techniques des pays du sud pour la gestion durable de leur biodiversité. Il comporte également un volet de coopération régionale en faveur des patrimoines naturels exceptionnels de l'outre-mer européen. Il reprend ainsi les engagements de la France de renforcer sa contribution à la protection de la biodiversité mondiale. Pour en savoir plus

Retour

 22/09/2008 - Création d’un label diversité pour les entreprises

L’association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH) et le Ministère du travail ont lancé, jeudi 11 septembre, le label diversité. Cette certification sera décernée aux entreprises qui intègrent une politique ressources humaines favorisant la diversité de leurs employés. La démarche s’inscrit dans la continuité de la Charte de la diversité, lancée en 2004. L’objectif de ce label n’est pas de recenser les minorités présentes dans les sociétés, la loi interdit en effet tout établissement de statistiques ethniques, mais uniquement de certifier la présence et le bon fonctionnement d’un dispositif limitant les risques de discrimination. Plus visible que la Charte de la diversité, les 400 entreprises déjà candidates disent espérer que le label Diversité les rendra plus attractives auprès des postulants. L’Afnor Certification, qui a développé le cahier des charges, est en charge d’auditer les entreprises candidates. Pour en savoir plus

Retour

 16/09/2008 - Rapport sur la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement

Le rapport à mi-parcours sur les Résultats du Partenariat mondial pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement vient de sortir. En septembre 2000, lors du sommet du Millénaire des Nations Unies, tous les Etats membres se sont engagés sur huit objectifs précis pour combattre la pauvreté, la faim, la maladie, l’analphabétisme, la dégradation de l’environnement, la discrimination à l’égard des femmes… Ces objectifs devant être atteints en 2015, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a donc créé en 2007 un groupe de réflexion pour surveiller la réalisation de ces engagements. Ce rapport constate d’importants progrès dans l’allègement de la dette des pays les plus pauvres. Mais les objectifs anti-pauvreté sont encore loin d’être réalisés, notamment au niveau de l’aide publique et pour le développement du commerce. De plus, les progrès réalisés sont menacés par la récente augmentation des prix alimentaires, des carburants et par le ralentissement économique mondial. Il est estimé que les donateurs devront augmenter leur contribution à l’aide au développement de 18 milliards de dollars par an d’ici à 2010 s’ils veulent honorer leurs engagements. Le secrétaire général de l'ONU a convoqué une réunion de haut niveau sur la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement au siège des Nations Unies à New York, le 25 septembre (150 pays seront représentés et 20 des plus grandes organisations philanthropiques mondiales). Pour en savoir plus

Retour

 04/09/2008 - La Commission lance une consultation publique sur l'après-2012 sur les changements climatiques

La Commission européenne a lancé début août une consultation publique afin de recueillir les vues et opinions sur un certain nombre de questions essentielles en vue d’un accord global post-2012 (l'après Kyoto) sur le changement climatique. En décembre 2007, lors de la conférence des Nations unies sur les changements climatiques de Bali (Indonésie), les pays participants ont établi un plan d'action dans la perspective d'un accord définissant un cadre pour l'après-2012, qui devrait être adopté fin 2009 lors de la Conférence des Parties de Copenhague. Les parties prenantes et le grand public sont donc invités à exprimer leur point de vue sur des enjeux essentiels comme les objectifs de réduction d’émissions à assigner aux pays développés, les mesures de réduction des émissions à prendre dans les pays en développement, l'adaptation au changement climatique, la coopération technologique et les questions de financement... Les résultats de l'enquête seront utilisés afin de définir la position de l'Union européenne quant à cet accord international pour l'après-2012 à l'occasion d'une conférence des parties prenantes prévue cet automne. Date limite de la consultation : 10 octobre 2008. Pour en savoir plus

Retour

 28/08/2008 - Le nouveau seuil de pauvreté fixé à 1,25 dollar par jour

Le nouveau seuil de pauvreté est fixé désormais à 1,25 dollar par jour et 1,4 milliard de personnes en 2005 vivaient avec une somme inférieure, selon un document de la Banque mondiale publié mercredi qui s'appuie sur de nouvelles estimations du coût de la vie dans les pays en développement. Ces estimations reposent sur les résultats publiés au début de l'année dans l'édition 2005 du Programme de comparaison internationale (PCI). Un nouveau document de la Banque mondiale intitulé « Les pays en développement sont plus pauvres qu'on ne le croyait, mais le combat qu'ils mènent contre la pauvreté n'en porte pas moins ses fruits, » constate que 1,4 milliard de personnes (soit une personne sur quatre) dans le monde en développement vivent avec moins de 1,25 dollar par jour en 2005, contre 1,9 milliard en 1981 (soit une personne sur deux). Les estimations antérieures selon lesquelles 985 millions de personnes vivaient en 2004 au-dessous de l'ancien seuil de pauvreté international fixé à un dollar par jour étaient basées sur ce qui constituait (alors) les meilleures données disponibles sur le coût de la vie en 1993. Ces anciennes données indiquaient aussi qu'environ 1,5 milliard de personnes vivaient dans la pauvreté en 1981. Les nouveaux chiffres sur les prix dans les pays en développement publiés par le PCI révèlent cependant que ces estimations étaient trop faibles. Pour en savoir plus

Retour

 19/08/2008 - La Global Commerce Initiative (GCI) donne sa vision de la chaine logistique en 2016

La Global Commerce Initiative (GCI), plateforme d’échange et de travail commune aux acteurs de la chaine logistique (producteurs et distributeurs), a publié "2016 Future Supply Chain", une étude qui brosse un tableau de la chaine logistique du future. Réalisée par le cabinet Capgemini, elle présente le fruit des réflexions d’un groupe composé de 24 sociétés membres de la plate-forme: « Au travers de cette étude du GCI, c’est une industrie tout entière (avec un poids considérable sur le PIB mondial) qui s’exprime», indique Roland Dachs (Crown et Président de l’Association française pour la Logistique de 2004 à 2007, et co-chairman avec Xavier Deryck (Carrefour) du groupe de travail).
Les chaines logistiques mondiales sont inévitablement appelées à évoluer au travers de nouvelles réflexions et approches, intégrant les nouveaux impacts : congestion, gestion de l'information, magasinage et...enjeux liés au développement durable. Le rapport cite sept domaines d’innovation et dans les annexes figurent différents cas concrets décrivant ces pratiques logistiques courantes. Un exemple parmi d'autres avec le détaillant néerlandais Schuitema, qui a étendu le déploiement de la technologie RFID (radio frequency identification) au suivi de bacs récupérables en plastique renfermant des légumes prêts à cuire.
Télécharger le rapport
Télécharger les annexes

Retour

 18/08/2008 - 16 au 22 septembre 2008 : Semaine européenne de la mobilité

Si vous souhaitez participer à la Semaine européenne de la mobilité, coordonnée en France par le ministère du Développement durable et intitulée « Bougez autrement, la meilleure énergie c’est la vôtre !», la date limite d’inscription est le vendredi 5 septembre. A l’initiative de la Commission européenne, la Semaine européenne de la mobilité vise, depuis 7 ans, à modifier les habitudes de déplacements des Français dans le but de : réduire les émissions de gaz à effet de serre dues aux transports, en France et en Europe et influer de façon positive sur la santé et la qualité de vie de chacun. Tous les acteurs français de la mobilité sont appelés à participer en organisant des manifestations de sensibilisation à la mobilité durable, ou en prenant des mesures concrètes à cette occasion. Pour en savoir plus

Retour

 12/08/2008 - Le centre de séminaires Les Fontaines reçoit l'écolabel européen

Le Campus Capgemini Les Fontaines, qui accueille chaque année 50.000 visiteurs près de Chantilly, est le premier centre de séminaires à recevoir cette distinction en France. Déjà en 1998 lors de la création du site des efforts avaient été accomplis avec l'enfouissement des parkings sous les villas et la réalisation d'une étude de la faune et de la flore. La démarche se traduit aujourd'hui par l'utilisation d'électricité produite à partir d'énergies renouvelables, d'ampoules basse consommation, la suppression des doses individuelles pour les produits d'accueil et la restauration, le tri et compactage des déchets, utilisation de peintures et vernis éco-certifiés, la formation du personnel, etc. Au-delà du label, d'autres actions environnementales sont déployées : petits déjeuners bios et équitables, réalisation d'un Bilan carbone, projet de géothermie pour la climatisation et le chauffage des chambres et réalisation d'une étude pour le compostage des déchets alimentaires. Pour plus d'information

Retour

 11/08/2008 - Lancement de la campagne européenne : Bonne pour la nature, bonne pour l'Europe

La Commission européenne lance une nouvelle campagne de promotion de l'agriculture biologique. Sous le slogan « Le bio. Bon pour la nature, bon pour nous. », cette campagne promotionnelle implique des acteurs issus du secteur de l'agriculture biologique et vise à informer le grand public, et plus particulièrement les jeunes, de la signification et des avantages de l'agriculture et de la production alimentaire biologiques. Un concours pour la création d'un nouveau logo pour l'agriculture biologique et le nouveau site Internet multilingue consacré à l'agriculture biologique complètent le dispositif. Le site www.organic-farming.europa.eu comprend une boîte à outils électronique qui fournit gratuitement des supports marketing en 22 langues aux professionnels de l'ensemble du secteur. Au cours des récentes années, l'application des principes de l'agriculture et de la production biologiques n'a cessé de s'étendre parmi les agriculteurs, les producteurs, les entreprises de transformation et les importateurs. En 2005, ces entreprises représentaient un total de 182 305 intervenants dans l'Union européenne des 25, ce qui correspond à une augmentation de 13,4 % par rapport à 2004. Ces dernières années, le marché européen de la vente au détail de produits biologiques a connu une forte croissance (entre 5 et 30 %) dans la plupart des pays, y compris les nouveaux États membres. L'augmentation de la demande des consommateurs renforce le marché des produits biologiques et offre de nouvelles opportunités aux agriculteurs et aux entreprises de transformation. Quant à la France, elle s'est engagée à 15% de produits Bio en 2010 et de 20% en 2012 en restauration scolaire et entreprise. Pour la production, l'objectif de 6% de la surface agricole en Agriculture Biologique est confirmé pour 2013 (20% en 20020 contre 2% aujourd'hui). Pour en savoir plus

Retour

 03/08/2008 - Une étude du PNUE montre que les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique attirent de plus en plus d'intérêt

Le 1er juillet, le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) a publié son rapport "Tendances mondiales des investissements dans l'énergie durable au niveau mondial 2008". Le changement climatique, le soutien croissant des gouvernements à travers le monde, la hausse des prix du pétrole et les problèmes de sécurité énergétique ont mené à une nouvelle année record pour l'investissement dans l'énergie renouvelable et l'efficacité énergétique en 2007. 148 milliards de dollars ont été investis dans les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique en 2007, soit une hausse de 60% par rapport à 2006. La croissance continue en 2008, selon le PNUE. L'énergie éolienne a de nouveau attiré le plus d'investissement (50,2 milliards de dollars en 2007), mais l'énergie solaire a augmenté le plus rapidement : attirant 28,6 milliards de dollar en nouvel capital et augmentant à un taux annuel moyen de 254% depuis 2004. Si l'Europe et les Etats-Unis concentrent la majorité des investissements, la Chine, l'Inde et le Brésil ont tout de même drainé plus de 20% des fonds. Au final, les énergies renouvelables représentent 23% de la capacité énergétique mondiale ajoutée en 2007, avec une participation croissante des fonds privés. Pour en savoir plus

Retour

 28/07/2008 - Plan d'action pour une production, une consommation et une politique industrielle durables

La Commission européenne a publié le 16 juillet son plan d'Action pour une production, une consommation et une politique industrielle durables. Ce Plan d'Action comprend une proposition de directive sur l'éco-conception applicable aux produits liés à l'énergie, une révision de la directive sur l'étiquetage énergétique, une communication sur le ''verdissement'' des marchés publics et deux propositions de règlement sur la révision de l'Ecolabel et sur le système communautaire de gestion environnementale et d'audit (EMAS). Pour en savoir plus

Retour

 22/07/2008 - Rapport de la CNUCED 2008 sur les pays les moins avancés : un taux de croissance élevé pour une faible réduction de la pauvreté

La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) vient de publier son rapport 2008 sur les pays les moins avancés (PMA)*. Le rapport constate une forte croissance économique des PMA mais accompagnée d'une faible réduction de la pauvreté. En 2004-2006, les PMA ont connu une croissance moyenne supérieure à 7%, soit la plus élevée depuis trente ans. Mais leur dépendance est importante par rapport à des exportations de produits de base (essentiellement pétrole, articles manufacturés à faible intensité technologique, minéraux, minerais, métaux et produits agricoles) ce qui les rend vulnérables en cas de retournement de la conjoncture. Un nouvel angle d’approche est préconisé pour aider ces Etats : une aide au développement axée sur les secteurs de production plutôt que sur les secteurs de la santé et de l’éducation.
*"Pays les moins avancés" (PMA), actuellement 49 pays : Afrique (33) : Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Comores, Djibouti, Érythrée, Éthiopie, Gambie, Guinée, Guinée Bissau, Guinée équatoriale, Lesotho, Libéria, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritanie, Mozambique, Niger, Ouganda, République centrafricaine, République démocratique du Congo, République-Unie de Tanzanie, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, Sénégal, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Tchad, Togo et Zambie ; Asie (10) : Afghanistan, Bangladesh, Bhoutan, Cambodge, Maldives, Myanmar, Népal, République démocratique populaire lao, Timor-Leste et Yémen ; Pacifique (5) : Îles Salomon, Kiribati, Samoa, Tuvalu et Vanuatu ; Caraïbes (1 ): Haïti. Pour en savoir plus

Retour

 15/07/2008 - 33 Mds€ et 220 000 emplois directs dans les activités liées à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables, selon l'ADEME

L'ADEME a publié, en juillet 2008, sa première étude annuelle d'impact sur l'emploi et l'économie des principales activités, liées à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables en France. Elle estime à 220 000 le nombre d'emplois total des activités liées d'une part à l’efficacité énergétique (efficacité énergétique dans les logements existants, transports collectifs, véhicules classe A et B), et d'autre part, aux énergies renouvelables (équipements en vue de produire des énergies renouvelables et ventes d’énergies renouvelables). Représentant un marché total de 30 Mds€ en 2007, ces activités ont connu une croissance globale de 17% par rapport à 2006. La croissance est portée en majorité par les activités liées à l’amélioration de l’efficacité énergétique des transports et du résidentiel. Les EnR représentent quant à elles 9,4 Mds€ répartis entre trois filières principales : les équipements de chauffage au bois; les éoliennes et les ventes de biocarburants. Ces secteurs sont soutenus par la demande multiples des ménages, des entreprises, des collectivités et de l'exportation. Les ménages représentent à eux seuls 70% de cette demande, qui porte sur l'isolation du logement, l'acquisition de systèmes de chauffage, d’équipements électroménagers et de véhicules particuliers énergétiquement performants. D'ici 2012, le niveau de croissance global de ces activités devrait augmenter jusqu'à près de 20% par an, pour atteindre un marché de 70 Mds€, générant 440 000 emplois. Télécharger l'étude

Retour

 07/07/2008 - Loi SRU : bilan par commune de la période 2005 à 2007

Le 2 juillet, la ministre du logement et de la ville, Christine Boutin, a présenté le bilan de trois ans de l'application de l'article 55 de la loi SRU, qui impose aux communes de plus de 3 500 habitants (plus de 1 500 habitants en Ile-de-France) un nombre de logements locatifs sociaux supérieur à 20 % du total des résidences principales. Près de 400 communes, sur un total de 730, ont respecté leur engagement, pour la période 2005/2007, et même dépassé leur engagement, qui consistait à accroître de 15% leur parc de logements sociaux. 93 000 ont été créés (logements construits, logements privés, acquisitions par les organismes HLM d’appartements privés). Parmi les bons élèves, on trouve, pour les grandes les villes : Marseille, Aix-en-Provence, Lyon, Bordeaux, Toulouse, et loin devant, Montpellier, qui dépasse désormais les 20% de logements sociaux. Néanmoins, 391 communes n’ont pas atteint leur objectif et pour 291 d’entre elles la procédure de "constat de carence" est engagée. Les causes : manque de foncier disponible, prix du foncier, zones inondables et développement des recours contentieux qui retardent la construction de projets décidés par les villes. Pour en savoir plus

Retour

 07/07/2008 - Bilan des émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne

L'Agence européenne pour l'environnement vient de publier un rapport dressant le bilan des émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne entre 1990 et 2006 par Etats membres et par secteurs économiques. D'après le rapport, les Etats membres ont réalisé des progrès quant à la réduction des émissions et se trouvent sur la bonne voie pour atteindre leurs objectifs de Kyoto. En effet, les émissions ont chuté de 7,7% par rapport aux données de 1990. Les principales raisons de cette réduction, selon la Commission, sont le réchauffement, la baisse de la production d'acide nitrique, la diminution de la production de produits chimiques en France et Hongrie, et celle de l'utilisation de gaz et de liquide par les ménages. La Commission reste cependant inquiète de la hausse des émissions dans les nouveaux Etats membres. Pour en savoir plus

Retour

 02/07/2008 - Des maires européens s'engagent en matière de changement climatique

Des municipalités européennes se sont engagées à aller au-delà des objectifs de l'Union européenne visant à réduire les changements climatiques. Les maires de Grenoble (France), Delft (Pays-Bas) et Växjo (Suède), avec le soutien de leurs homologues de Kaunas (Lituanie), Miskolc (Hongrie) et Vastseliina (Estonie) ont signé la déclaration de Grenoble, le 22 mai 2008. Dans la déclaration, ils s'engagent au minimum à atteindre les objectifs de l'UE d'ici à 2020 tels qu'une réduction de 20% d'émissions de gaz à effet de serre ; faire en sorte que 20% de la consommation énergétique provienne de sources d'énergie durables, et une réduction de 20% de la consommation d'énergie. La déclaration appelle aussi l'UE à promouvoir et investir dans les énergies renouvelables, à soutenir le principe d'une taxe énergétique, et à appuyer les efforts des collectivités locales et de leur associations en faveur de l'énergie durable et de la protection du climat. La déclaration de Grenoble sur les changements climatiques au niveau local

Retour

17/06/2008 - Une exposition «Huit Fois Oui» sur les Objectifs du Millénaire

Le ministère des Affaires étrangères et européennes vient de lancer une campagne de sensibilisation «Huit Fois Oui» pour faire connaître auprès du grand public les 8 Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), peu médiatisé en France. L'exposition «Huit fois Oui» est proposée aux établissements scolaires et aux entreprises sous la forme de 17 affiches (1 affiche générique d’annonce de l’exposition, 8 affiches annonçant le thème spécifique de chaque OMD et 8 panneaux d’information, chacun complétant une affiche, détaillant pour chaque OMD les enjeux, le ou les indicateur(s) de référence et leur évolution) et d'un film. Elle permet de sensibiliser les jeunes et le grand public aux 8 Objectifs du Millénaire pour le Développement. En effet, malgré une mobilisation internationale importante et des progrès considérables dans les domaines de l’éducation primaire, de la santé des enfants (vaccinations) ou de l’accès à l’eau potable, les objectifs seront difficile à atteindre. On constate des retards dans les secteurs de la santé des mères, de l’égalité des chances pour les femmes, de la lutte contre le paludisme ou encore de la réduction de la malnutrition. Enfin, la communauté internationale peine à respecter ses engagements en terme d’aide publique au développement. D’où la nécessité de maintenir l’engagement de tous en faveur des OMD. Pour en savoir plus

Retour

 12/06/2008 - La grande distribution s’engage pour le développement durable

Le 29 janvier dernier, le MEEDDAT, la Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution (FCD) et les enseignes du commerce et de la distribution ont signé une convention d’engagements sur 5 ans en matière de développement durable. Un des engagements est sur l’affichage du bilan carbone de 300 familles de produits chez l’ensemble des distributeurs avant la fin de l’année. Après l’initiative, lancée début juin par plusieurs supermarchés Leclerc d’indiquer le bilan carbone des courses sur les tickets de caisse, le groupe Casino a annoncé le 11 juin la mise en place progressive d’un étiquetage environnemental complet sur ses biens de consommation courante. 3 000 produits vendus sous la marque Casino seront concernés à terme. Dès ce mois-ci, plusieurs d’entre eux (yaourts, sodas, pâtes à pizza…) afficheront sur leur emballage un « indice carbone » qui indiquera la quantité de gaz à effet de serre (en équivalent CO2) émise pour obtenir 100 g de produit fini. Ainsi, l’indice carbone « 551g de CO2 » figurant sur l’emballage d’une pizza signifiera que 551g de CO2 auront été émis pour 100 g de pizza. Mis au point par Casino et le cabinet d’études Bio Intelligence Service, sur la base de la méthode Bilan Carbone développée par l’ADEME, l’indice carbone Casino est calculé à partir des émissions de CO2 de chacune des étapes suivantes : la production des matières premières, la fabrication du produit, son transport jusqu’aux entrepôts Casino, son emballage (de l’extraction des matières premières jusqu’au recyclage), et sa distribution (du supermarché au domicile du consommateur). Pour en savoir plus

Retour

 10/06/2008 - Reach : l'agence européenne est opérationnelle

L’Agence européenne des produits chimiques, créée par la réglementation européenne Reach (enRegistrement, Évaluation et Autorisation des produits chimiques) a été inaugurée, le 3 juin dernier, à Helsinki par José Manuel Barroso, président de la Commission européenne. L’agence est chargée de la mise en œuvre de Reach : suivi administratif, scientifique et technique des procédures d’enregistrement des substances chimiques produites ou importées par les industriels européens. Le pré-enregistrement est possible depuis le 1er juin 2008 et jusqu'au 1er décembre 2008. L’agence compte pour l’heure environ 200 employés. A terme, en 2010, elle en aura 450. Indépendante dans son fonctionnement des institutions européennes, ses fonds proviendront essentiellement des frais payés par les industriels pour enregistrer les produits. 180 000 pré-dossiers sont attendus d’ici à la fin de l’année. Site de l’Agence européenne des produits chimiques

Retour

 05/06/2008 - Campagne nationale « Economies d’énergie, Faisons vite, ça chauffe », c'est repartie !

Le ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire a confié à l’ADEME le pilotage d’une nouvelle campagne de mobilisation nationale en faveur des actions de maîtrise de l’énergie et de sensibilisation au changement climatique. Ce programme d’information s’inscrit dans la continuité de la précédente campagne triennale « Economies d’énergie, Faisons vite, ça chauffe » lancée en 2004. Cette nouvelle campagne souhaite inciter les Français, à la fois les particuliers mais également les professionnels (entreprises et collectivités), au passage à l’acte par des comportements systématiques et engageants visant à économiser l’énergie. Le dispositif de la campagne propose : des films de sensibilisation sur le diagnostic de performance énergétique (DPE), des spots radio, un site internet www.faisonsvite.fr, la mobilisation des Espaces Info-Energie. Pour en savoir plus

Retour

 29/05/2008 - L'Union européenne (UE) va sanctionner pénalement les atteintes à l'environnement

La directive, votée le 22 mai par le Parlement européen, va permettre une homogénéisation des règles concernant les atteintes à l'environnement, dans les 27 pays de l’UE. Jusqu'ici, la législation variait d'un Etat membre à l'autre, permettant aux pollueurs d'être moins sévèrement sanctionnés, voire impunis, selon le pays européen où ils commettaient leur forfait. Les eurodéputés ont entériné à Strasbourg un compromis selon lequel les atteintes sérieuses aux directives européennes de protection de l'environnement (par exemple, la gestion de matières nucléaires ou de déchets portant atteinte à la qualité de l'air, du sol ou de l'eau, ou encore tout acte causant une dégradation importante dans un site protégé) devront désormais être considérées comme des infractions pénales, passibles par exemple de prison, dans tous les pays de l'UE.
En savoir plus

En France, les sénateurs ont adopté, mercredi 28 mai, en première lecture, le projet de loi sur la responsabilité environnementale. Ce texte est la traduction en droit national de la directive européenne 2004/35/CE, qui établit un cadre commun de responsabilité en cas d’atteintes graves à l’environnement. Il s’impose comme une avancée majeure dans le domaine de la protection de l’environnement en instaurant un régime nouveau de police administrative dédié à la prévention et à la réparation des dommages graves causés aux espèces et aux habitats naturels protégés, à la qualité des eaux et à l’état des sols.
En savoir plus

Retour

 20/05/2008 - Economie solidaire : des initiatives pour faire la promotion des entreprises d’insertion auprès des acteurs publics et des entreprises

Le 19 mai, à l’Usine, le site évènementiel dédié à l’économie solidaire du Groupe SOS, Martin Hirsch, Haut Commissaire aux Solidarités Actives, a rappelé que la restitution des contributions des groupes de travail du Grenelle de l’insertion aura lieu vendredi 23 mai. Une présentation de deux outils de l'économie solifaire a été faite lors de cette rencontre : un site internet et un vademecum pour favoriser les collaborations. Le site www.socialementresponsable.org de l’Avise (Agence valorisation des initiatives socio-économiques) se présente sous la forme d’un annuaire des structures de l’insertion par l’activité économique qui répertorie environ 3 800 structures avec leurs références. Le site permet aux acheteurs publics de trouver un prestataire susceptible de répondre à la clause sociale des marchés publics, aujourd’hui mal appliquée car méconnue pour certains et obscures pour d’autres. Le guide pratique « Entreprises et insertion » initié par le MEDEF, le CNEI et le CNCE GEIQ a quant à lui pour objectif d’organiser des partenariats entre entreprises classiques et entreprise d’insertions en valorisant des initiatives existantes.

Retour

 16/05/2008 - Lancement de la consultation du public : L’eau c’est la vie. Donnez-nous votre avis !

Le Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de l'Aménagement du Territoire lance une grande consultation nationale sur l'eau, en partenariat avec les 7 Comités de bassin des agences de l'eau. Cette consultation nationale sur la future politique de l'eau est organisée par les agences de l'eau du 19 mai au 15 octobre 2008. L'objectif : recueillir l'avis du public sur les projets de Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE), qui définissent les politiques de l'eau dans chaque grand bassin hydrographique, ainsi que sur les objectifs de reconquête de la qualité de l'eau et des milieux aquatiques. En France, la gestion de l'eau est organisée depuis 1964 selon les 6 grands bassins hydrographiques métropolitains. Sur chacun d'entre eux a été mis en place, suite à la loi sur l’eau de 1992, et à partir de 1996, un outil de gestion des eaux : le SDAGE, dont le but est de fixer les orientations fondamentales d'une gestion équilibrée de la ressource en eau. La Directive Cadre sur l'Eau (DCE), de 2000, exige une révision de ces textes, afin d'atteindre l'objectif de "bon état des eaux pour 2015". Il s'agit donc aujourd'hui de consulter sur ce projet de SDAGE à travers un questionnaire qui sera distribué dans tous les foyers par les Agences de l'eau. Le public trouvera une information exhaustive dans le domaine de l’eau sur le site portail Internet www.eaufrance.fr et pourra télécharger le questionnaire de son bassin par insertion de son code postal. Le Grenelle Environnement a placé au coeur de ses conclusions ces préoccupations : son ambition est de permettre à plus de 2/3 des masses d’eau d’atteindre le « bon état » en 2015 et plus de 90% en 2021. Pour en savoir plus

Retour

 15/05/2008 - Salon de l’Environnement et des Métiers durables (SEMD) du 12 au 14 juin

Placé sous le haut patronage du Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du Territoire, du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche ainsi que de la Commission française pour l’UNESCO, le Salon de l’Environnement et des Métiers durables (SEMD) se tiendra du 12 au 14 juin 2008, au Palais Brongniart. 3 journées réservées aux professionnels des secteurs privés et publics seront l’occasion pour les exposants de promouvoir leurs technologies, innovations et conseils en matière d’environnement et de développement durable, et d’autre part, grâce aux « parcours experts », d’échanger leurs bonnes pratiques et expertises complémentaires avec des industriels, des chefs d’entreprises, des élus, des décideurs locaux. Pour en savoir plus

Retour

 13/05/2008 - Une plate-forme d'échanges au service des achats publics durables

Depuis le 28 avril, le groupe de travail "Commande publique et développement durable" a mis en ligne une plate-forme nationale d'échanges afin de partager les expériences dans ce domaine et de faciliter les achats publics durables. Elle permet le recueil et la recherche de contacts et de documents. Les acheteurs publics peuvent effectuer leurs recherches en fonction du type d'achats, des considérations environnementales (eau, énergie, déchets, toxicité, labels) ou sociales (insertion professionnelle, commerce équitable...), de la nature des documents archivés (retours d'expérience, guides méthodologiques, appels d'offre, cahier des charges, etc.) ou encore des structures publiques à l'origine de ces initiatives. La base de données repose sur le principe d'auto saisie des informations par les internautes.
Pour en savoir plus

Retour

02/05/2008 - La Biennale de l'habitat durable à Grenoble

Du 22 mai au 19 juin, la ville de Grenoble organise la Biennale de l'habitat durable. Réunissant les acteurs de l'urbanisme, du BTP, de l'industrie, de l'innovation, de l'enseignement, de la recherche et de l'environnement, cet événement a pour objectif la promotion d'un habitat durable adapté au territoire alpin (Allemagne, Autriche, Italie, Suisse…). La Biennale est un espace de réflexion et de débat sur les grandes questions que pose le développement durable de nos cités ; elle privilégie la rencontre et les échanges entre les professionnels de l’habitat et de la construction et les entreprises et les institutions. Au programme : des installations sur l'espace publics (sept pavillons mettant en scène des matériaux isolants écologiques, un espace jeux, une maison éco-responsable, un aménagement expérimental sur le recyclage), des expositions, des rencontres et des visites. Le Comité 21 s'est associé à cet événement en tant que partenaire. Télécharger le programme - www.biennalehabitatdurable.fr

Retour

 30/04/2008 - Construire la durabilité sociale dans les quartiers historiques

Le Secteur Sciences Humaines et Sociales de l’UNESCO publie une brochure destinée aux autorités locales afin de mettre en valeur les pratiques et les politiques municipales, qui permettent de construire la durabilité sociale dans les quartiers historiques. Elle identifie les indicateurs et paramètres majeurs au renforcement de la cohésion sociale au sein des quartiers historiques et les meilleures pratiques de l’ONU-HABITAT. Lors du prochain Forum Urbain Mondial IV de Nanjing (Chine), en octobre 2008, cette brochure, couplée avec le guide pour les professionnels de la ville (en projet), sera officiellement lancée pour aider les municipalités à prendre conscience du rôle de la volonté politique, de la mise en valeur de la diversité culturelle, mais surtout, à mieux appréhender l’importance de la construction des nouvelles formes de la cohésion sociale dans les villes où l ’homme est replacé au centre du projet urbain. Télécharger la brochure "Des quartiers historiques pour tous " - Télécharger le projet du guide à destination des professionnels de la ville

Retour

 29/04/2008 - Consultation sur la performance énergétique des bâtiments

La Commission européenne a lancé une consultation publique sur la refonte de la directive relative à la performance énergétique des bâtiments de 2002. Grâce à cette consultation, qui s'effectue au moyen d'un questionnaire en ligne, la Commission va rassembler les contributions des parties intéressées sur la directive susmentionnée et pourra ainsi élaborer la nouvelle proposition dans de meilleures conditions. Le secteur des bâtiments est un élément clé de la réussite de la politique énergétique communautaire, car il représente une part considérable de la consommation d'énergie dans l'UE (40%). Il peut aider à résoudre le problème de la dépendance énergétique croissante de l'UE et de l'augmentation des émissions de CO2, tout en offrant de nouvelles possibilités d'emplois et perspectives commerciales, une meilleure qualité de vie pour les citoyens et une diminution des factures d'énergie. Cependant, une part importante des possibilités d'augmentation du rendement énergétique au meilleur coût offertes par ce secteur - estimée à 28% d'ici 2020 - ne se concrétise pas. Il est donc urgent d'agir. Pour répondre au questionnaire avant le 20 juin

Retour

 24/04/2008 - Prix pour la capitale verte européenne: "Devenez la ville de l'année!"

Le 22 mai prochain, la direction générale Environnement de la Commission européenne lance le prix de la capitale verte. Ce prix récompense une ville qui améliore la qualité de vie.de ses citoyens et contribue à la réduction des problèmes environnementaux globaux. Le prix sera décerné chaque année à une ville européenne qui : a amélioré l'état de l'environnement et promu le développement durable pendant les cinq à dix dernières années ; a travaillé en coopération et partenariat avec ses citoyens, entreprises, organisations non gouvernementales et autres parties prenantes ; s'est engagée à développer un programme continu d'amélioration qui permettra d'assurer des effets à long terme des mesures prises pour un environnement urbain de qualité ; a la volonté de jouer un rôle déterminant dans la promotion d'un plus grand échange d'expériences et de bonnes pratiques sur la gestion environnementale entre les villes. Les villes sont invitées à s'inscrire en ligne à partir du 22 mai. La ville gagnante sera désignée d'ici fin 2008. L'initiative vient de 15 villes européennes et de l'association des villes estoniennes. A ce jour, 36 grandes villes européennes, dont 20 capitales, en font partie. Pour en savoir plus

Retour

 22/04/2008 - Un nouveau site sur les Objectifs du Millénaire

www.mdgmonitor.org est un nouveau site Internet du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD), qui permet de suivre la situation de chaque pays par rapport aux Objectifs du Millénaire. Basées sur des chiffres récents de l'ONU, des cartes interactives offrent une information visuelle par pays sur le nombre d'habitants devant vivre avec moins d'un dollar par jour, le taux de mortalité infantile, etc.

Retour

 16/04/2008 - Pour une agriculture mondiale durable

Dans ce contexte de crise alimentaire, le rapport international par la FAO, le PNUD, l’OMS, l’Unesco et le PNUE, évaluant les sciences et technologies agricoles en faveur du développement, vient d'être rendu public à l'Unesco le 15 avril et incite les pouvoirs publics à changer de paradigme en agriculture. Ce rapport examine les défis de l’agriculture, des biocarburants aux OGM, en passant par les savoirs agricoles et le changement climatique. Il est issu de l'opération de prospective "International Agriculture Assessment of Science and Technologies for Developpment (IAASTD)", lancée par la Banque mondiale et les Nations-Unies (FAO, OMS, PNUD, PNUE et UNESCO), qui a mobilisé près de 400 scientifiques, de gouvernements et de « porteurs d’enjeux », soit les représentants de la société civile et du secteur privé. L’ambition du projet a été d’évaluer les connaissances scientifiques et technologiques agricoles en vue de définir les options d’une agriculture durable et de faire émerger des programmes de recherche. Il a été examiné par les représentants de 64 gouvernements au cours d’une séance plénière à Johannesburg la semaine dernière. Protection des ressources naturelles, développement des pratiques dites « agro-écologiques » (engrais naturels, semences traditionnelles, relocalisation de l’agriculture), définition et règles de la propriété intellectuelle dans le contexte agricole, accès des plus pauvres aux marchés mondiaux, renforcement de la recherche publique, rémunération des services environnementaux, révision des politiques de gouvernance (pour l’eau notamment) et des accords internationaux (règles de douanes, notamment), sont quelques unes des bases avancées pour un changement de paradigme en agriculture. A télécharger en anglais

Retour

 11/04/2008 - Nouvelle charte pour une publicité éco-responsable

Le 11 avril 2008, Jean-Louis BORLOO, ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, et Luc CHATEL, secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie et de la Consommation, ont signé avec Jean-Pierre TEYSSIER, président du bureau de vérification de la publicité (BVP) et les représentants de l’interprofession publicitaire, la charte d’engagement et d’objectifs pour une publicité eco-responsable. Associés aux représentants des cinq collèges du Grenelle, le BVP et les professionnels de la publicité ont fait émerger des engagements concrets permettant de faire évoluer le dispositif de régulation de la publicité. Cette charte met en avant plusieurs décisions :
- la création d'un Conseil paritaire de la publicité, composée de 18 membres, représentants des professionnels de la publicité, des associations de protection de l'environnement et de défense des consommateurs ;
- l'actualisation des règles déontologiques en matière de développement durable ;
- l'élargissement des modalité de contrôle de la publicité avant diffusion et a posteriori des campagnes de publicité.
Télécharger la charte

Retour

09/04/2008 - Salon Planète Durable® du 10 au 13 avril 2007 à Paris

Du 10 au 13 avril prochain, le salon Planète Durable®, avec le soutien du Comité 21 et bien d'autres partenaires, propose de présenter aux consommateurs les produits, les initiatives, le savoir-faire en matière de consommation durable des entreprises et acteurs du développement durable. Le salon sera organisé en 4 univers pour échanger, dialoguer, mais surtout découvrir tous les produits et services, les innovations technologiques, c’est-à-dire toute l’offre éthique, bio, équitable, recyclable, verte, durable et responsable … (fabricants de vélos électriques, constructeurs de voitures hybrides, professionnels des énergies renouvelables, de l’habitat …). L’intégralité des secteurs économiques est représentée, de l’industrie automobile au tourisme, de la beauté et santé à l’alimentaire, du textile à la distribution. Une Charte et un Comité d’Ethique seront les garants d’une juste sélection des produits et animations en conformité avec la thématique du Salon. Un bilan carbone sera réalisé permettant d’évaluer les bénéfices environnementaux des actions engagées. Planète Durable® reversera également 1 euro sur chaque entrée payante à une ONG prochainement choisie par les organisateurs. www.planete-durable.com

Retour

 20/03/2008 - Premier appel à projet pour le bio du Ministère de l'Agriculture

Le ministère de l'Agriculture et de la Pêche lance le 1er appel à projets dans le cadre du fonds de structuration des filières biologiques en France « avenir bio ». Mis en place auprès de l'Agence BIO, ce fonds sera doté de 3 millions d'euros par an pendant 5 ans. Les objectifs sont de soutenir des initiatives pour : développer une offre de produits biologiques dans tous les circuits de distribution ainsi que dans la restauration collective (conversions à l'agriculture biologique, diversification des produits et des débouchés, élévation durable du taux de valorisation des produits de base en bio) ; créer des économies d’échelle et optimiser les circuits de collecte ou de transformation pour permettre une maîtrise de prix favorable au comportement d’achat des consommateurs et des collectivités ainsi qu’une juste rémunération des producteurs ; amener un développement le plus harmonieux possible de l'offre et de la demande de produits biologiques en France avec des engagements réciproques, sur plusieurs années, des opérateurs pour sécuriser à la fois les débouchés pour les producteurs et les approvisionnements pour les transformateurs et les distributeurs. Pour en savoir plus

Retour

07/03/2008 - PRODURABLE, le salon des Acteurs et Métiers du Développement Durable

Les 2 et 3 avril 2008, à l’Espace Grande Arche (Paris-La-Défense) aura lieu le salon Produrable. Objectif : promouvoir et valoriser les actions, les bilans, les meilleures pratiques, les innovations, les nouveaux métiers liés aux enjeux du développement durable. Ces deux jours seront consacrés à des rencontres et débats : 3 pleinières sur le "Développement Durable et Emploi : une chance à saisir !", "la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) : comment mesurer sa performance"et "Développement durable et Responsabilité Sociétale des Entreprises: de nouvelles responsabilités pour de nouvelles fonctions ?": 9 conférences "secteurs", 8 conférences "Métiers", 1 table-ronde PME et 1 table-ronde diversité. Un Forum Emploi « Talents Durables pour cadres et ingénieurs » proposera de découvrir les 400 000 emplois directs en France concernés par l’écologie et le 1 million de plus d ’ici à 2020, dans tous les secteurs concernés et pour tous les métiers « revisités » par le développement durable et la responsabilité sociale de l'entreprise.Le Comité 21 est partenaire du salon. www.produrable.com

Retour

05/03/2008 - Publication du rapport AGORA 2020

Le Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (MEDAD) vient de publier le rapport AGORA 2020. Fruit de trois ans de travail, AGORA 2020 est une consultation prospective sur la demande et les priorités de recherche dans les champs des transports, de la ville, du logement, de la construction, de l'aménagement du territoire. Son objectif est de contribuer à la définition de stratégies de recherche plus efficaces et plus adaptées, en s'appuyant sur une analyse des besoins, des attentes et des enjeux à l'horizon 2020-2030. Associant à la fois les chercheurs, l'ensemble des parties prenantes (entreprises, collectivités locales, administrations, associations) et le grand public, cette consultation répond à la préoccupations de mieux articuler les priorités scientifiques et les besoins de la société.
Télécharger AGORA 2020

Retour

 04/03/2008 - Le PNUE sensibilise les jeunes au changement climatique à travers… leur jean !

Le Programme des Nations Unies pour l'environnement a souhaité s'adresser directement aux jeunes avec un spot télévisé qui touche un de leurs points sensibles : la mode en général et le jean en particulier « Eco-conseils pour le jean ». En effet, le secteur de la mode est concerné comme tous les autres par ses impacts sur l'environnement, dus à l'exploitation des matières premières, l'ennoblissement, la confection, le transport et les déchets. Mais à la lumière de l'analyse du cycle de vie d'un jean, il apparaît que le principal impact environnemental intervient lors de l'utilisation même du jean. Le nombre de fois qu'il sera porté avant d'être lavé, la température de lavage, l'utilisation de détergents, le séchage en machine et le repassage sont autant d'étapes déterminantes. La Division Technologie, Industrie et Economie du PNUE (PNUE DTIE) a décidé de réaliser un spot original par son message et son approche. Des conseils se succèdent : porte ton jean au moins 3 fois, lave-le à froid, sèche-le à l’air, oublie le fer, c’est 5 fois moins d'énergie consommée ! Car l'avenir de tous est entre les mains de chacun, et comme le signe le PNUE : « La planète, c’est votre "chez vous". Préservez-la. ». Pour en savoir plus

Retour

 22/02/2008 - Appel à reconnaissance des Agenda 21 territoriaux

Depuis 2006, le ministère de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables a mis en place un dispositif national de reconnaissance des projets territoriaux de développement durable et Agendas 21 locaux. 64 projets ont déjà été reconnus dans ce cadre. Une nouvelle session vient d'être annoncée pour l'automne 2008. Les collectivités locales et territoires sont invités à présenter leurs projets avant le 1er juin prochain. Pour participer au dispositif de reconnaissance, chaque projet de développement territorial ou Agenda 21 local doit répondre à quatre exigences : être adopté officiellement par la collectivité et parvenu au stade de mise en œuvre du programme d'action ; être porté par le responsable de la collectivité (président du conseil régional ou général, maire, président d'un syndicat mixte ou d'un établissement public de coopération intercommunale...) ; avoir pour objectif d'engager toutes les politiques du territoire dans le développement durable ; concerner l'ensemble du territoire. L'expertise des projets se déroulera entre juin et octobre et l'annonce des résultats est prévue en novembre. Pour en savoir plus 

Retour

 14/02/2008 - Un site internet consacré à l'éco-quartier

Suite au Grenelle de l'environnement, le Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durable vient de mettre en ligne un site internet sur l'éco-quartier proposant capitalisation d’expériences et outils méthodologiques aux acteurs locaux. L’éco-quartier s’inscrit dans une démarche de développement urbain durable à l’échelle de l’agglomération. Il intègre la croissance urbaine dans une perspective locale de développement économique, de qualité de vie, et d’intégration sociale. Ce site s’articule autour de 10 principes d’un éco-quartier et met en lumière un certain nombre d’initiatives intéressantes, en France comme à l’étranger (sites pilotes d’agglomérations françaises : Auxerre, Chalon-sur-Saône, Grenoble, Lyon, Narbonne et Rennes ; européens : Royaume-Uni, Allemagne, Danemark, Pays-Bas, Finlande et Suède et dans le monde : Brésil, Chine, USA, etc.). Il a pour vocation de constituer une « boîte à outils » aussi opérationnelle et actualisée que possible. www.ecoquartiers.developpement-durable.gouv.fr

Retour

 23/01/2008 - Guide pratique des aides locales au développement durable

Les changements climatiques ou encore la raréfaction des ressources naturelles rendent aujourd’hui incontournable la prise en compte de l’environnement dans le développement économique et social des territoires. Les collectivités territoriales sont de plus en plus mobilisées en faveur du développement durable, et les récents contrats de projets Etats-Region, ainsi que les programmes opérationnels soutenus par l’Union européenne, positionnent le développement durable comme une priorité transversale majeure pour la période 2007-2013. Face à la multitude des initiatives, Secteur Public, avec le soutien de La Gazette des communes, a souhaité réaliser un guide permettant d’identifier rapidement les principales aides locales en faveur du développement durable. Ce guide se veut pratique. Il présente des dispositifs opérationnels et répond à 4 questions simples : Quels dispositifs pour quels types d’actions ? A qui s’adressent ces dispositifs ? Quels sont les financements mobilisables ? Quelle est la procédure et qui contacter ? Il se veut exhaustif (26 régions), lisible, complet par le nombre de dispositifs présentés et pratique à utiliser. www.secteurpublic.fr/public/rubrique.tpl?id=11215

Retour

 11/01/2008 - Publication du Bilan et proposition du Comité français de la Décennie des Nations Unies de l'Education pour un Développement durable

Le Comité français de la Décennie des Nations Unies de l'Education pour un Développement durable vient de publier un premier rapport qui fait le bilan des actions ministérielles et interministérielles réalisées depuis 2002 en matière d'éducation, de formation et d'information à l'environnement et au développement durable. Il présente également la stratégie du Comité français de la Décennie prenant en compte les propositions des divers ministères membres du comité (Education nationale; Enseignement supérieur et Recherche; Agriculture et Pêche; Ecologie, développement et Aménagement durables; Affaires étrangères et européennes; Culture et Communication; Santé, Jeunesse et Sports; Economie, Finances et Emploi) pour les années 2008-2009. Le Comité 21 participe au Comité français de la Décennie et a travaillé plus particulièrement sur la fiche action "Initiatives territoriales et développement durable" dans le cadre du plan national d'éducation au développement durable. www.decennie-france.org

>> Consulter le document

Retour

 28/12/2007 - Lettre d'information de l'ONU (UNRIC) - Décembre 2007 n°38

Retour

 06/12/2007 - Lettre d'information de l'ONU (UNRIC) - Novembre 2007 n°37

Retour

 27/11/2007 - Lancement du Grenelle de l’insertion

Martin Hirsch, Haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, a présenté le 21 novembre le schéma du Grenelle de l’insertion, lancé à Grenoble les 23 et 24 novembre, pour une durée de six mois. Trois objectifs ont été retenus dans le cadre de cette nouvelle concertation : replacer l’insertion au cœur des débats de société ; améliorer la performance globale des politiques d’insertion ; engager des réformes pour parvenir à une unification de tous les contrats aidés afin d’aboutir à un contrat unique d’insertion, à l’évolution du financement de l’insertion par l’activité économique, et à l’accès à la formation professionnelle pour les personnes les plus éloignées de l’emploi. Trois groupes de travail seront mis en place en décembre : sur les objectifs de la politique d’insertion et sa gouvernance ; sur les trajectoires et les parcours d’insertion ; sur le rôle des employeurs et leur implication dans les politiques d’insertion.
www.experimentationsociales.fr

Retour

 13/11/2007 - Lancement de la Semaine du développement durable 2008

Cette nouvelle édition est le premier grand rendez-vous citoyen qui intervient à la suite du « Grenelle Environnement ». Elle aura lieu du 1er au 7 avril 2008 sur le thème « Production et consommation durable ». Au moment de l'achat dans un magasin, il s'agit pour le citoyen de privilégier des produits plus respectueux de l’environnement (quantité d’emballage, mode de production, provenance géographique…), des produits fabriqués dans des conditions sociales acceptables (rémunération au juste prix, conditions de travail…). Pour être sélectionnée dans le cadre de l’appel à projets, une action doit prendre en compte le thème défini et mettre en avant au moins 2 des 3 composantes du développement durable : développement économique, évolution sociale et protection de l’environnement.
Dans le cadre de cette Semaine, le MEDAD lance la 3e édition du concours « Le développement durable vu par les talents de demain » qui s’adresse aux jeunes de 18 à 25 ans.
Pour participer :www.semainedudeveloppementdurable.gouv.fr

Retour

 16/10/2007 - Appel du Pavillon français « Expo Zaragoza 08 »

La prochaine Exposition Internationale "Expo Zaragoza 08" aura lieu à Zaragosse (Espagne), du 14 juin au 14 septembre 2008, sur le thème de l'eau et du développement durable. Pour son pavillon, la France a choisi de parler de l'eau et du développement humain et plus particulièrement de l'accès à l'eau potable et aux dispositifs d'assainissement. A partir du 15 septembre jusqu'au 15 janvier 2008, est lancée une grande collecte mondiale des images de gestes, d'objets, des usages et des plaisirs de l'eau via le net. Ces images seront placardées sur les 4 faces du Pavillon français (on attend plus de 12 millions de visiteurs) pendant 3 mois pour constituer une grande fresque collective avec pour slogan "Water is life, sanitation is dignity". Pour participer à cette opération : www.waterimagescollection.com


Comment mettre en place une démarche RSE dans son organisation, un guide à destination des TPE/PME
Parution de l'étude consacrée aux initiatives territoriales des acteurs publics en faveur de la RSE
Entreprises, dialoguons avec nos parties prenantes ! Une nouvelle publication du Comité 21