10/06/2012

Parution du rapport du Comité de prospective 3 défis pour Rio+20 : transition économique, renouveau de l'Agenda 21, dialogue parties prenantes

Nous voici donc vingt ans après la Conférence de Rio de 1992. Cet anniversaire, également avènement des vingt prochaines années, intervient dans un contexte profondément différent de cette conférence initiale. En effet, la Conférence des Nations Unies dite « Rio+20 » devrait être marquée à la fois par la prégnance des BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) qui ont déjà donné le « la » à Copenhague et à Durban, mais aussi par la crise financière, la crise américaine, les révolutions arabes. D’autre part, la population mondiale a augmenté de 5 à presque 7 milliards et le PIB mondial de presque 2% par personne. Les innovations technologiques ont amélioré les moyens d’existence et la santé mais, comme vient de le souligner l’OCDE[1], creusent les inégalités. En 1992, les ONG agissaient comme aiguillon des négociations mais pas encore comme « parties prenantes », et les collectivités locales n’étaient pas organisées autour des questions de développement durable. Les entreprises, elles, avaient adopté une stratégie d’évitement et tenté de limiter au maximum la portée des engagements que le Sommet de la Terre pouvait leur imposer. Aujourd’hui, elles ont pris conscience de leurs responsabilités dans les dégradations environnementales, mises en lumière par un certain nombre d’accidents majeurs, pris des engagements et mis en place des actions correctrices. La Conférence « Rio+20 » sera aussi marquée par une forte intervention de la société civile. Ses acteurs auront la capacité de porter leurs conclusions à la conférence finale, marquant ainsi la reconnaissance de la société civile comme acteur à part entière ainsi que la volonté de l’associer aux prises de décision. La première conférence de Rio de Janeiro, en 1992, préconisait les deux approches globales et locales, c’est l’approche globale qui avait marqué les esprits. Aujourd’hui, les individus se sont approprié la réalité du changement climatique et le besoin d’agir. L’approche locale doit aider à construire le système global. La crise économique du Nord face à l’expansion des pays du Sud symbolise la rupture majeure entre 1992 et 2012. Le comité de prospective du Comité 21 avait estimé, en 2009, que nous nous trouvions, avec une multiplication des crises écologique, financière, économique, sociale, alimentaire, morale, au « carrefour des crises »[2]. Cette multiplication des crises a fait évoluer le contexte et les préoccupations : « Rio+20 » pourrait ainsi constituer une étape importante pour évaluer les avancées du développement durable et pour montrer comment les Nations Unies, les gouvernements et la société civile se situent. Deux thèmes ont été initialement choisis pour la conférence : l’économie verte et le cadre institutionnel du développement durable. Le pays hôte, le Brésil, a décidé que le thème du développement sous l’angle de la lutte contre la pauvreté serait au cœur des discussions. Il nous faut pourtant défendre le développement durable comme le talisman d’une société harmonieuse et équitable. Nous avions, dans le premier rapport de prospective du Comité 21, prôné la thèse de la transformation : « Il ne s’agit pas seulement d’amender notre mode de développement mais de faire un nouveau choix global d’organisation humaine, sociale. Ce n’est pas simplement le capitalisme qu’il faut refonder, mais le fonctionnement entier de nos sociétés. Stimuler et sauvegarder l’économie, comme on l’entend actuellement, revient trop souvent à repousser l’échéance du changement requis, pour être contraint finalement à laisser se produire sans contrôle le nécessaire processus de destruction créatrice. » Cette transformation nécessaire peut se faire sur le mode de la « régulation douce, qui s’apparente à une sorte de laisser faire avec des accommodements » ou sur celui des « conflits inéluctables […] répétition tragique de l’histoire, cette fois-ci à l’échelle de la planète ». Empathie, comme le prône Jeremy Rifkin[3], ou barbarie ? Tim Jackson a esquissé une nouvelle conception de la prospérité[4] et analyse que, dans nos sociétés, l’idée de prospérité renvoie à un imaginaire de l’abondance mais que la finitude des ressources oblige aujourd’hui à revoir cette conception de la prospérité. C’est bien un nouvel imaginaire que le développement durable doit construire : loin d’être une notion technocratique, il doit être une culture nouvelle. Ces propositions des groupes de travail du Comité de prospective du Comité 21 tentent d’apporter un peu d’utopie créatrice et des horizons nouveaux pour ceux qui veulent être acteurs de ce siècle, qui peut, si nous le voulons, marquer une Renaissance.

A télécharger

[1] Comment va la vie ? Mesurer le bien-être, rapport de l’OCDE, octobre 2011.
[2] Temps de crise financière, économique, écologique, sociale : enjeux, contradictions, opportunités, Rapport du Comité de prospective du Comité 21 (2009).
[3] Jeremy Rifkin, Une nouvelle conscience pour un monde en crise – Vers une civilisation de l’empathie, éditions Les Liens qui Libèrent, avril 2011.
[4] Tim Jackson, Prospérité sans croissance – La transition vers une économie durable, éditions de Boeck, avril 2010.