du 28/09/2017
n°181
Spécial ODD 16 Paix, justice et institutions efficaces
FOCUS
ODD16 : Vivre en Paix, première condition d’un développement durable
« Il y a soixante-dix ans, l'ONU est née sur les ruines laissées par la guerre. Les États ont adopté d'un commun accord une charte novatrice dédiée aux peuples des Nations Unies. Le Programme que vous allez adopter aujourd'hui pourrait s'avérer tout aussi capital. L'Agenda 2030 incarne les aspirations des hommes et des femmes du monde entier, qui veulent vivre en paix, en sécurité et dans la dignité sur une planète en bonne santé. »

Cette déclaration de Ban Ki-moon, l'ancien Secrétaire général des Nations Unies, à la veille de l'adoption des ODD en septembre 2015, souligne le prix et la gravité de ce qu'en Europe au moins, on a tendance à oublier, tant cela paraît naturel : la paix, qui est -ou devrait être- à la fois l'aboutissement ultime de l'Agenda 2030, et qui est en même temps la condition indispensable de son implémentation. Ce rappel est d'autant plus nécessaire aujourd'hui au moment où l'équilibre mondial en la matière s'avère être toujours fragile, comme le montrent les tensions et crises internationales actuelles, et les guerres, certes localisées, mais toujours aussi nombreuses aux quatre coins de la planète. C'est d'ailleurs pourquoi António Guterres, le successeur de Ban Ki-moon, a privilégié ce thème de la paix, des droits de l'homme et de la dignité humaine en tant qu'axe principal de la 72ème Assemblée générale des Nations Unies qui s'est tenu ce mois-ci à New-York.

Cet objectif 16 est aussi évidemment poursuivi par de très nombreux réseaux professionnels, civils ou de collectivités locales autour du monde. Ainsi, l'Association Française des Communes, Départements et Régions pour la Paix (AFCDRP- Maires pour la Paix France), branche française du réseau international « Maires pour la Paix », fondé par les maires d'Hiroshima et de Nagasaki, relève du statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations Unies, la structure Onusienne chargée du suivi des ODD. Le Comité 21 remercie vivement Michel Cibot, représentant la ville de Malakoff à ce réseau, pour la contribution qu'il a bien voulu faire à ce numéro d'Infos 21.

La paix dépend aussi de nos rapports avec la nature : les pressions sur les ressources, en particulier sur l'eau, l'épuisement des sols, la raréfaction des terres arables, l'exploitation des forêts, la disparition des espèces faunistiques et floristiques, le changement climatique et les migrations qui l'accompagnent, parmi d'autres faits, ont d'évidentes conséquences sur l'état des relations internes et extérieures des peuples du monde, comme l'ont notamment montré les deux colloques « Guerre-Paix-Climat » organisés par le Comité 21 pendant les COP 21 et 22.

Les politiques et les réglementations mises en place depuis des années participent à atténuer ces impacts et à s'adapter à ces évolutions. Elles sont -et seront- aidées par l'évolution du droit et de la jurisprudence : du concept naissant d' « écocide » ou de nouvelles conventions, comme le projet de « déclaration universelle des droits de l'humanité » initiée par Corinne Lepage ; elle montre que le droit, et les institutions et la justice qui s'ensuivent, peuvent conduire la paix dans la durée, et que, plus largement, les ODD constituent les prémisses d'un nouveau droit du bien commun.

Au moment où les débats entre unilatéralisme et multilatéralisme, marqueur de l'ODD 17, sont au coeur de l'actualité nationale comme internationale, ce n'est donc pas un hasard si nous avons choisi celui dédié à la paix dans le monde pour ce numéro de rentrée.

Georges Ribière, Responsable du Pôle Prospective
ribière@comite21.org
Actualités des adhérents
 
Angers-Bamako : une coopération durable et plurielle La coopération Angers-Bamako
La ville d'Angers est jumelée depuis 1974 avec Bamako (Mali) et 0,5 % de son budget annuel d'investissement sont consacrés à des actions concrètes en faveur du développement. 6 centres de lecture et d'animation (CLAEC), 6 centres de santé communautaires (CSCOM) et des plateaux sportifs ont été ainsi créés. En 1997, Angers s'est également doté de la Maison du Partenariat, un espace de concertation et d'appui aux projets, qui permet d'héberger les acteurs angevins de la coopération et d'accueillir des sessions de formations. Des manifestations culturelles sont également organisées comme les Journées Maliennes qui visent à sensibiliser la population angevine à la culture africaine. Angers accueille par ailleurs une communauté malienne importante et 60 associations angevines sont en lien avec le Mali, en particulier avec Bamako. Depuis 1999, Angers Loire Métropole a engagé des investissements dans le champ de ses compétences. Angers Loire Métropole a par exemple participé à : la construction de châteaux d'eau et de bornes fontaines, la structuration de la collecte de déchets, la recherche de sites d'enfouissement et de transit, la fourniture équipements (tracteurs, camions, petit matériel mis à disposition des habitants). Angers s'engage aujourd'hui dans l'accompagnement à la mise en place d'une filière de revalorisation des déchets électroniques à Bamako. Elle coopère toujours davantage avec les autres villes françaises liées à Bamako par l'intermédiaire de réseaux comme Cités Unies France. La Ville et Angers Loire Métropole mènent également d'autres actions pour opérationnaliser l'ODD 16, notamment à travers sa politique de ressources humaines. A titre d'exemples : plan managérial de lutte contre les discriminations et pour l'égalité ; mise en place d'un congé solidaire pour permettre aux agents de d'accompagner la concrétisation d'un projet associatif en France ou à l'étranger. Julian Creuzé - julian.creuzé@ville.angers.fr
ALCID, un réseau ligérien au service de la solidarité internationale
Le réseau ALCID est un Réseau régional multi-acteurs (RRMA) ligérien, dédié à la coopération internationale et la solidarité. Il est porté par une gouvernance collective assurée par ses propres acteurs, qui définissent eux-mêmes les valeurs du réseau. Dans une volonté de développer des Objectifs de développement durable, ALCID organise un certain nombre de formations. Dans ce cadre-là, le réseau propose d'accompagner divers acteurs dans la construction et le suivi de leur projet de coopération internationale. Deux cycles de quatre journées de formation et de suivi se dérouleront ainsi à Nantes entre novembre 2017 et février 2018. Cette formation sera assurée en partie par un prestataire de la Région des Pays de la Loire, RScop, spécialisée dans le conseil aux entreprises de l'économie sociale et solidaire et l'accompagnement à la mise en oeuvre de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Pour en savoir plus. Nicolas Martin - nicolas.martin@rscop.com
Le 1% déchets pour la solidarité environnementale internationale
Ces 10 prochaines années, la quantité de déchets va augmenter de 2 milliards de tonnes sur la planète. Elle doublera dans les pays en développement ces 20 prochaines années, avec un coût de gestion multiplié par 5. Rarement mise en avant par les actions de solidarité internationale, la gestion des déchets dans les pays à faible revenu est pourtant un domaine d'intervention essentiel au vu du risque environnemental, des enjeux de salubrité publique et des enjeux climatiques des années à venir, avec notamment une augmentation des catastrophes naturelles qui génèrent des quantités importantes de déchets. Le potentiel de développement de l'économie circulaire dans les pays concernés est également énorme et peut générer des sources de revenus et d'activité économique importantes. Dans ce contexte, les collectivités françaises peuvent jouer un rôle majeur en soutenant des actions internationales sur la gestion des déchets grâce au dispositif 1% déchets ou en mobilisant leur budget général. AMORCE, la DAECT, l'AFD et l'ADEME les appellent donc à se mobiliser en faveur de ce dispositif et à l'utiliser davantage. Créé en 2014 et soutenu par AMORCE, le dispositif 1% déchets permet aux collectivités compétentes en matière de déchets d'utiliser jusqu'à 1% de leur budget déchets pour des actions de coopération internationale. Pour en savoir plus. Plaquette de présentation 1% déchets
ATR : des Palmes pour mettre en lumière le tourisme durable
Comme indiqué dans le rapport sur l'appropriation des ODD par les acteurs non étatiques français initié par le Comité 21, 50 ans après la première année internationale du « tourisme passeport pour la paix », l'ONU a décidé de consacrer 2017 année internationale du « tourisme durable pour le développement ». C'est une opportunité pour des institutions internationales de rappeler les vertus du tourisme durable pour la paix, comme le World Travel Tourism Council, et l'Organisation Mondiale du Tourisme, qui vient d'adopter une convention cadre relative à l'éthique du tourisme et lancer une campagne de sensibilisation de touristes (#TravelEnjoyRespect). En France, les Acteurs du Tourisme Durable et les voyagistes réunis autour du label ATR en particulier, se mobilisent pour partager au plus grand nombre les bonnes pratiques en matière de développement durable appliquées à un secteur d'activités décrié pour ses effets sur le changement climatique, la cohésion sociale de villes comme Dubrovnik, Barcelone ou Venise. Alors même que le tourisme et un outil au service du développement durable et de la résilience de destinations aussi diverses que le Népal, la Mauritanie, l'Islande ou la Bretagne ! Les Palmes du Tourisme Durable viendront consacrer les meilleures initiatives le 12 décembre prochain à Paris en clôture de l'année internationale du tourisme durable pour le développement (candidature ouverte jusqu'au 15 octobre). Julien Buot -j.buot@tourisme-responsable.org
Le Global Compact France engagé pour la lutte contre la corruption
Avec l'évolution du paysage législatif français, notamment la loi Sapin 2, le Global Compact France s'est efforcé d'accompagner ses membres sur son 10ème principe portant sur l'anticorruption qui est au coeur de l'ODD 16 « Les entreprises sont invitées à agir contre la corruption sous toutes ses formes, y compris l'extorsion de fonds et de pots-de-vin ». D'abord, l'association a participé à la publication du guide « Refuser la corruption dans les relations d'affaires privé/privé » avec Transparency International France, et l'organisation d'ateliers communs à l'occasion de nos Assemblées générales en juin 2016 et mai 2017. Ce document a pour objectif de sensibiliser et former les collaborateurs d'entreprises et les étudiants à la réalité des mécanismes de corruption dans un certain nombre de situations, pour l'essentiel dans le contexte B to B et dans des entreprises de taille moyenne. Il a été élaboré par des praticiens ayant une expérience avérée du monde des entreprises privées. Le Global Compact France a également apporté son soutien à une récente publication de Transparency International France sur la loi Sapin 2. Afin de répondre aux besoins de ses membres en matière d'anticorruption, un cycle de rencontres destiné à un public averti, « les ateliers anti corruption » est en cours de création avec PwC France et la Chaire Éthique de Cergy- Pontoise. Plusieurs sessions seront organisées en 2017-2018. Pour en savoir plus. Antony Ratier - anthony.ratier@globalcompact-france.org
UICN lance un appel pour une spécialisation des juges et des juridictions en environnement
Afin de renforcer l'application du droit de l'environnement, l'UICN France (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) lance un appel pour une spécialisation des juges et des juridictions en matière d'environnement. Cet appel répond à la recommandation de la communauté internationale de la conservation de la nature qui invitait les États membres de l'UICN à établir, conformément à leurs systèmes juridiques nationaux, leurs propres tribunaux pour l'environnement et de leur conférer une autorité suffisante pour aboutir à une application plus efficace et cohérente du droit de l'environnement. C'est aujourd'hui un mouvement mondial : l'augmentation du nombre de cours et tribunaux pour l'environnement créés de par le monde au cours des dernières années est spectaculaire ; ils sont plus de 1 000 dans 44 pays parmi lesquels l'Inde, la Chine ou encore certains Etats américains. La France doit aujourd'hui aller plus loin pour rendre son application plus efficace. La Commission droit et politiques environnementales de l'UICN France relève les atouts de cette spécialisation : meilleure appréhension des enjeux écologiques, réduction des délais d'instruction, meilleure visibilité du contentieux environnemental, amélioration de la sécurité juridique et de la qualité des décisions rendues par des magistrats mieux formés. Cette spécialisation s'inscrit dans un nécessaire renforcement de l'application du droit de l'environnement pour lequel le Président de la République s'est récemment engagé en annonçant le 24 juin 2017 à La Sorbonne qu'il porterait le projet de Pacte mondial pour l'environnement devant l'Assemblée générale des Nations-Unies, qui vient d'avoir lieu. L'UICN France appelle donc le Gouvernement, en particulier son Ministre de la Justice et son Ministre de la transition écologique et solidaire, à engager une réflexion afin d'assurer une mise en oeuvre éclairée, efficace et cohérente du droit de l'environnement qui garantisse l'accès à la Justice pour tous. Pour signer l'appel. Florence Clap - florence.clap@uicn.fr
Les ambassades passent au vert avec l’ADEME
Le projet « Ambassade verte » est une démarche globale et progressive de réduction de l'empreinte environnementale des représentations diplomatiques françaises à l'étranger. Organisés par le ministère de l'Europe et des affaires étrangères, en collaboration avec l'ADEME, les prix du concours « Ambassade verte » récompensent les meilleures initiatives du réseau diplomatique français en faveur de l'environnement mises en oeuvre entre le 1er janvier 2014 et le 30 avril 2017. 22 ambassades ou consulats français ont participé à ce concours. Dix projets ont été présélectionnés grâce à un vote de 1 400 agents du ministère de l'Europe et des affaires étrangères. Le 7 juin dernier, un jury de personnalités qualifiées a sélectionné les finalistes : le Grand Prix a été attribué à l'ambassade de France en Namibie pour son projet de « Première ambassade verte en Namibie » ; le « Prix du jury » a été attribué à la fois à l'Ambassade de France au Brésil (réaménagement des jardins de l'Ambassade et de la Résidence) et à la représentation diplomatique en Côte d'Ivoire (récupération des déchets de bananiers et des déchets d'équipements électriques et électroniques avec des start-up locales). Le jury a souhaité attribuer un prix spécial « Coup de coeur » au projet de l'ambassade de France au Maroc (meilleure maîtrise de l'énergie sur le campus diplomatique de Rabat et des emprises diplomatiques françaises au Maroc) du fait de la cohérence de la démarche « Ambassade verte » que le réseau français mène dans ce pays depuis plusieurs années. Lancé en 2015 dans la perspective de la COP21, le projet « Ambassade verte » est une démarche globale et progressive de réduction de l'empreinte environnementale des représentations diplomatiques françaises à l'étranger. Sur les 160 ambassades et les 89 consulats du réseau diplomatique, plus d'une soixantaine ont défini en 2017 un plan « Ambassade verte ». Pour en savoir plus
Le Comité 21 en action
AU NATIONAL
Invitation : la première étape du Tour de France des ODD vous attend à Angoulême début novembre !
Alors que les Objectifs de développement durable viennent de fêter leur deuxième anniversaire, leur diffusion et leur déclinaison dans les territoires doivent s'amplifier. C'est pourquoi le Comité 21 a imaginé le Tour de France des ODD, et vous convie les 7 et 8 novembre prochains à la première étape qui s'arrêtera en Nouvelle-Aquitaine. Elle se tiendra à Angoulême, à la Cité internationale de la BD. Ce rendez-vous régional, soutenu par le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, le Commissariat général à l'égalité des territoires, le Commissariat général au développement durable, la DREAL Nouvelle-Aquitaine, la SNCF, et Véolia, sera organisé avec le concours des adhérents du Comité 21, de la mairie d'Angoulême et des acteurs régionaux et nationaux du développement durable et de la solidarité internationale. L'ambition de ce grand événement : promouvoir les ODD dans les territoires et les stratégies, auprès des acteurs locaux, montrer les initiatives déjà à l'oeuvre et promouvoir leur contribution à la réalisation de l'Agenda 2030. Pour en savoirplus. Laurie Ayouaz - ayouaz@comite21.org
ODD : intervention de Bettina Laville à l’Assemblée nationale le 20 septembre
A l‘occasion de l'anniversaire de l'adoption des Objectifs du développement durable en septembre 2015, à New York, la Commission développement durable de l'Assemblée nationale, présidée par Barbara Pompili, a organisé le 20 septembre matin une table ronde sur « les objectifs de développement durable ». Cette table-ronde avait pour objectif de donner un éclairage sur la mise en oeuvre des ODD en France et de quelle façon mieux associer la représentation nationale à la réalisation de ces objectifs. Barbara Pompili rappelle que l'Allemagne dispose de commissions parlementaires dédiées au suivi de ces objectifs. Autre exemple, la Norvège a choisi de structurer l'élaboration et la discussion budgétaire autour des ODD impliquant directement les parlementaires dans le suivi. Chaque ministre responsable d'un objectif doit ainsi présenter les rapports de suivi des cibles rattachées dans sa proposition de budget. Ont participé à cette table-ronde : Laurence de Monnoyer Smith, Commissaire générale au développement durable, Rémy Rioux, directeur général de l'Agence française de développement, Damien Demailly, ‎coordinateur des programmes stratégiques de l'Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI), Bettina Laville, présidente du Comité 21. Elle est intervenue plus particulièrement sur l'ODD 17 « Partenariats pour la réalisation des objectifs », sur l'implication de l'Europe, les ODD comme instrument de prospective, et la prochaine publication de France Stratégie, réalisé par le Comité 21, « Objectifs de développement durable : mise en oeuvre et perspectives ». (Intervention du Comité 21 : 57mn- 1h9). Revoir la séance
Le Comité 21 et les ODD devant la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable au Sénat
Le 12 juillet dernier s'est tenue au Sénat une table ronde sur les Objectifs de développement durables, dans le cadre de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable, avec l'intervention de Bettina Laville, présidente du Comité 21. Après voir rappelé le cadre unique qu'offrent les ODD, et les enjeux forts qu'ils soutiennent, Hervé Maurey, président de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable, a insisté sur l'ampleur des progrès qu'il reste à accomplir et sur l'importance de la consultation de l'ensemble des acteurs de la société civile pour y parvenir. A ce titre, Bettina Laville a rappelé l'importance des ODD et plus particulièrement de l'ODD 17 « Partenariats pour la réalisation des objectifs », qui constitue l'ADN du Comité 21. Elle a également mentionné les lacunes de l'Union Européenne en la matière, puisque les ODD ne sont mentionnés dans aucun des 5 scénarios pour l'Europe présenté par Jean-Claude Juncker, alors même que l'Union Européenne offre un cadre propice à leur appropriation et leur mise en oeuvre. Revoir la séance
Comité de prospective : la Grande transformation, moteurs et leviers
La « Grande transformation, moteurs et leviers », c'est le titre du prochain rapport du Comité de prospective du Comité 21. Ce Comité, présidé par l'économiste Philippe Dessertine, s'est réuni pour la deuxième fois le 7 juillet dernier, pour choisir définitivement les thèmes du rapport qu'il s'est donné pour objectif de réaliser d'ici 2018/2019. Ce rapport sera axé sur les moteurs et les leviers de la transformation socio-économique nécessaire pour atteindre les Objectifs de développement durable. Il rendra compte à la fois de cette perspective culturelle, et en même temps, à l'aide d'entretiens avec les acteurs, analysera les freins à la transformation en s'appuyant sur les expériences les plus innovantes. Il étudiera également pourquoi les leviers habituels (institutionnels, économiques, fiscaux) ne produisent pas la « massification » qui seule peut assurer une vraie transformation. Des pistes et solutions seront proposées. Sa prochaine réunion, le 19 octobre prochain, débattra du plan d'orientation de ce rapport. Georges Ribière - ribiere@comite21.org
Pour tout savoir sur l’appropriation des ODD par les acteurs non-étatiques français ?
La « Grande transformation, moteurs et leviers », c'est le titre du prochain rapport du Comité de prospective du Comité 21. Ce Comité, présidé par l'économiste Philippe Dessertine, s'est réuni pour la deuxième fois le 7 juillet dernier, pour choisir définitivement les thèmes du rapport qu'il s'est donné pour objectif de réaliser d'ici 2018/2019. Ce rapport sera axé sur les moteurs et les leviers de la transformation socio-économique nécessaire pour atteindre les Objectifs de développement durable. Il rendra compte à la fois de cette perspective culturelle, et en même temps, à l'aide d'entretiens avec les acteurs, analysera les freins à la transformation en s'appuyant sur les expériences les plus innovantes. Il étudiera également pourquoi les leviers habituels (institutionnels, économiques, fiscaux) ne produisent pas la « massification » qui seule peut assurer une vraie transformation. Des pistes et solutions seront proposées. Sa prochaine réunion, le 19 octobre prochain, débattra du plan d'orientation de ce rapport. Georges Ribière - ribiere@comite21.org
Adhérent, contribuez à la valorisation des rapports annuels de développement durable
Les adhérents sont invités à nous transmettre leur nouveau rapport annuel de développement durable et de RSE afin de les valoriser et de proposer à l'automne prochain (octobre pour les entreprises et novembre pour les collectivités) une analyse des tendances de reporting. Ils permettront également de préparer l'atelier ODD et reporting qui se tient à la fin du mois de septembre. Retrouvez les Infos 21 et les notes d'analyse dédiées dans votre espace adhérent ! Laurie Ayouaz - ayouaz@comite21.org - Claire Videau - videau@comite21.org
A l’INTERNATIONAL
COP 23 : participez au pavillon France grâce au Comité 21 !
La COP 23 présidée par Fidji aura lieu du 6 au 17 novembre 2017 à Bonn. Le Comité 21 suivra les négociations et sera présent sur le pavillon France commun à tous les acteurs, et coordonné par le ministère de la Transition écologique et solidaire. Le thème « Make our planet great again » sera le fil rouge du pavillon et, outre le climat, les thématiques privilégiées couvrent également les sujets biodiversité, les petites îles, les collectivités locales, le pacte mondial pour l'environnement, ainsi que le plan climat. Le Comité 21 a obtenu une plage de trois heures le jeudi 16 novembre après-midi (15h-18h) pour mettre en valeur l'action climat de ses membres. Les organisations adhérentes du Comité 21 et du Club France qui souhaitent organiser des conférences afin d'utiliser au mieux cette vitrine pour valoriser leurs initiatives dans leur diversité, doivent contacter Sarah Schönfeld, avant le 6 octobre, avec un mail détaillant le thème de l'événement, son format, les intervenants pressentis. Des rapprochements et fusions entre événements pourront être demandés pour valoriser un maximum d'acteurs candidats. Le pavillon français comportera également un espace rencontres où le Comité 21 disposera en permanence d'une table à votre disposition (organiser des rendez-vous, déposer de la documentation...). Attention, le Pavillon France est situé dans la Bonn Zone, accessible sur accréditation. Le Comité 21 l'a rappelé à plusieurs reprises et a proposé à ses membres d'être accrédités avant le 31 aout. Vous pourrez aussi retrouver le Comité 21 à divers side-event. Le 15 novembre, sur le pavillon de l'Union européenne, il interviendra au forum de la Coalition « Gouvernance internationale du climat », co-piloté avec le Conseil économique et social Européen, le Comité des Régions et l'OCDE. Un side-event, en partenariat avec le CNRS, sur l'adaptation au changement climatique devrait avoir lieu sur le pavillon France, à l'occasion de la sortie du livre « l'Adaptation, une question de société », date à confirmer. Quels que soient les événements auxquels vous souhaitez participer, vous pouvez noter que la SNCF manifeste son engagement pour le climat à travers sa filiale Thalys avec un tarif spécial COP 23, accessible jusqu'au 5 octobre. Pour en savoir plus. Sarah Schonfeld - schonfeld@comite21.org
Le Comité 21 était au Sommet Climate Chance 2017
Cette année encore le Comité 21 a participé au rendez-vous des acteurs non étatiques engagés sur le climat, du 11 au 13 septembre à Agadir pour soutenir l'action climat des entreprises, des collectivités territoriales, des associations et réseaux et du monde de l'enseignement supérieur. Il a organisé avec la Fondation Schneider Electric un pavillon pour ses adhérents, qui leur a ainsi permis d'exposer leurs réalisations et échanger avec les participants au sommet. La mobilisation mondiale des acteurs non-étatiques continue de progresser, avec la présence au sommet de Matt Rodriguez, secrétaire à la protection de l'environnement de l'Etat de Californie, et Michèle Sabban, présidente du R20. Le Comité 21 a également participé à la réunion des groupes d'acteurs non-étatiques du Marrakech Partnership avec le Secrétariat de la CCNUCC organisée par Hakima El Haité, championne de Haut Niveau pour le climat. Membre actif du comité d'orientation stratégique de Climate Chance, le Comité 21 a souscrit à la Déclaration d'Agadir « Intensifions ensemble l'action et l'ambition » qui rassemble les positions sur le climat des acteurs non-étatiques qui seront portées à la COP 23 sous présidence de Fidji qui se tiendra à Bonn en novembre prochain. Nous vous invitons à prendre connaissance de cette déclaration sans tarder, la signature étant ouverte jusqu'au 15 octobre. Egalement co-pilote de la coalition sur la gouvernance climat internationale au sein de Climate Chance, le Comité 21 a présenté, lors du forum de cette coalition, l'avancement de ses travaux sur la gouvernance multi-acteurs multi-niveaux. Déclaration d'Agadir à signer. Sarah Schonfeld - schonfeld@comite21.org
Rendez-vous du Comité 21
 
29 septembre : ODD et métiers « Revisiter la fonction reporting au regard des ODD »
Le Comité 21 poursuit son cycle ODD & métiers « Quelles évolutions pour les pratiques dans les entreprises et les collectivités ? ». Les ODD sont un langage commun international qui permettent aux entreprises de revisiter leurs engagements en matière de RSE et en ce sens de dynamiser les liens existants entre les entreprises et les parties prenantes. Au Comité 21, nous encourageons les organisations à intégrer les Objectifs de développement durable dans leurs politiques de développement durable et leur exercice de reporting. Au coeur du reporting, le rapport RSE ou développement durable devient progressivement un support clé pour donner à voir la prise en compte des ODD dans le processus de développement de l'entreprise ou de l'organisation. Les organisations françaises sont aujourd'hui convaincues de la nécessite d'intégrer ce «nouveau cap» dans leur stratégie. Pour y parvenir, le Comité 21 propose d'examiner, avec son cycle d'Ateliers « ODD & métiers », les conditions de prise en compte des ODD dans les différents métiers d'une organisation (management, achats, marketing, reporting, supply-chain, comptabilité, R&D...). Afin de vous aider à vous approprier les ODD et les aligner à vos stratégies, Suez et la Mairie d'Enghien les Bains témoigneront de leur expérience et échangeront avec vous sur les bonnes pratiques à mettre en oeuvre pour une prise en compte efficace des ODD. Réservé aux adhérents. Claire Videau - videau@comite21.org
3 octobre : atelier Grand Ouest « Villes sans diésel : utopie ou futur possible ? »
Le Comité 21 Grand Ouest organise un prochain atelier du cycle « Ville durable » sur « Villes sans diésel : utopie ou futur possible ? » à Nantes de 9h à 12h30. La motorisation diesel est-elle progressivement poussée vers la sortie ? En Norvège, le gouvernement table sur leur interdiction dès 2025, tandis que la capitale Oslo les bannit déjà en cas de pics de pollution. Aux Pays-Bas, une récente loi invite les concessionnaires du pays à ne commercialiser que des véhicules électriques ou hybrides. Même son de cloche en France où Paris interdit les véhicules diesel les plus émetteurs. En parallèle, un récent décret invite les collectivités françaises à s'équiper en « bus propre » (JO 12 janvier 2017). Qu'en est-il en Pays de la Loire ? Où sont les territoires pilotes ? Quelles sont les alternatives crédibles au pétrole ? Quelles sont les leviers techniques et économiques pour accompagner cette transition ? Voici quelques-unes des questions qui seront posées pendant cet atelier, animé par le Comité 21. Pour en savoir plus. Alexandre Pleurdeau - pleurdeau@comite21.org
18 octobre : atelier « Transition énergétique & biomasse : Cordemais explore l'avenir »
Le Comité 21 Grand Ouest organise un prochain atelier du cycle « Transition énergétique et climat» sur « Transition énergétique & biomasse : Cordemais explore l'avenir » à Cordemais de 9h à12h30. Des déchets verts pourraient-ils remplacer tout ou partie du combustible utilisé par la centrale thermique de Cordemais ? Dans l'estuaire de la Loire, EDF pilote un programme expérimental de co-combustion de biomasse, avec l'espoir de faire émerger une véritable filière sur le territoire. Mené dans le cadre d'un programme de recherche international (Center for Energy Advancement Technological Innovation), ce projet associant biomasse et charbon a démarré fin 2015. Un premier test réalisé en février 2016 avec des pellets importés de Norvège (granulés de sciure de bois torréfiés) s'est avéré concluant. En mars 2017, un mini pilote de densification de biomasse est arrivé sur site. Il permet de faire les premiers tests de densification sur un échantillon de biomasse locale. D'ici la fin d'année, les mêmes tests seront réalisés sur un démonstrateur semi-industriel qui permettra de valider la faisabilité technico-économique du process et sa reproductibilité. Si la piste explorée par la Centrale de Cordemais aboutit de façon positive, elle ouvrirait la voie à de nouveaux horizons car les deux tiers de la production d'électricité dans le monde proviennent des énergies fossiles, dont la moitié du charbon. Quelles sont les ressources disponibles sur le territoire ? Quel serait l'impact global du projet sur l'environnement (empreinte écologique) ? Comment anticiper les aspects logistiques, en particulier pour le port de Nantes-Saint-Nazaire par lequel transite le charbon ? Au-delà des aspects techniques, comment mobiliser l'intelligence territoriale (usagers, collectivités locales, entreprises, établissements d'enseignement supérieur, recherche, secteur associatif) autour de ce projet d'avenir de la centrale ? Pour en savoir plus - Antoine Charlot - charlot@comite21.org
La vie de l'association
 
Jean-Christophe Carteron, Kedge Business school, un engagement sans faille au sein du Conseil d’administration
Après 3 mandats, et comme le demande les statuts, j'ai quitté le Conseil d'administration du Comité 21 en juin dernier. C'est toujours émouvant de quitter, de façon toute relative bien sûr, une équipe dont une bonne partie sont devenus des amis. J'avais intégré le CA avec la volonté de participer au renouveau de notre belle association, c'était avant Rio+20, avant la COP21, avant l'antenne des Pays de la Loire et tant d'autres choses... Au-delà des amitiés, Il y a deux choses que j'ai particulièrement appréciées : la première, c'est la capacité du comité 21 à s'ancrer sur son histoire, sur ses valeurs, sans jamais arrêter de se questionner sur son rôle dans une société en perpétuelle mutation. La deuxième, c'est bien sûr le professionnalisme et l'engagement incroyable des équipes. Avoir des administratrices et administrateurs actifs est essentiel, mais ce n'est rien sans les équipes qui font concrètement le travail sur le terrain. Je reste bien sûr membre du Comité 21 au titre de directeur RSE, Kedge Business School et continuerai à m'investir dans le réseau. Bonne continuation au Conseil d'administration, longue vie au Comité 21... Jean-Christophe Carteron est également président du Sulitest.org. jccarteron@kedgebs.com
Michel Giran, artisan d’un monde meilleur
Michel Giran nous a quitté le 19 août dernier. Né en 1950, il a fait des études et a enseigné en mathématiques et sciences physiques. En 1996, il crée l'ADOME (Association pour le Développement des Outils Multimedia appliqués à l'Environnement) qu'il a développé jusqu'à la fin. A cette époque, il fait partie des pionniers. Michel crée ainsi de nombreux outils numériques : CD rom, guide de l'environnement, sites web dont planètécologie, News La Terre... En parallèle, il se lance également dans l'écriture « Internet et environnement : la planète a besoin de vous », « Développement durable... des solutions rien que des solutions », une série de guides « plus de 100 questions sur l'agriculture, le climat, la biodiversité, la maison écologique... », la plupart publiés aux éditions ma-éditions. Il rejoint les collectifs d'associations et participe au Sommet de Johannesburg, de Rio+20, des COP climat et tente de monter un wikipedia du climat et de Climade 21. Il a beaucoup oeuvré à rendre accessible à tous des milliers de films et de sites internet sur e développement durable, notamment avec Ecobase21, son encyclopédie foisonnante. Il était un membre historique du Comité 21 à travers son association ADOME et a contribué largement à la réalisation d'un CD audio «SOS Planet Earth » avec des artistes tels que Peter Gabriel, Sergent Garcia, Johnny Clegg, Youssou N'Dour, Bebel Gilberto, I Muvrini & Sting, Toure Kunda, Bill Laswell and Rokia Traore, à l'occasion du Sommet Rio+10 en septembre 2002, en partenariat avec le Comité 21 et sa directrice, Anne-Marie Sacquet.
Appel à projet
 
Expérimentation de labels RSE sectoriels adaptés aux TPE, PME et ETI
Afin d'apporter une dimension pragmatique à ses travaux sur « RSE et Territoires » en encourageant les plus petites entreprises dans leur démarche RSE, la Plateforme Nationale RSE lance une expérimentation sur la création de labels RSE sectoriels par les fédération professionnelles, adaptés aux TPE, PME et ETI. Cet appel à candidature est ouvert de juillet 2017 au 31 mars 2018. L'expérimentation se déroulera durant 18 mois à compter de la sélection des fédérations participantes. La Plateforme RSE élaborera à la fin de cette expérimentation un diagnostic et des recommandations, destinés aux pouvoirs publics et aux fédérations professionnelles. plateformerse@strategie.gouv.fr. Pour en savoir plus
3 questions à ...
Michel Cibot, délégué général, Association Française des Communes, Départements et Régions pour la Paix
Pouvez-vous nous présenter les missions et les objectifs de l'AFCDRP en tant que chef de file du réseau des Maires pour la Paix en France ?

Nos missions prennent place dans une histoire caractérisée par un adage profondément ancré : Si vis pacem, para bellum... Si tu veux la paix, prépare la guerre. Avec un tel héritage, se consacrer à la paix peut sembler mission impossible. La guerre est omniprésente, mais la diplomatie, les armistices, les traités de paix sont omniprésents aussi dans toute l'histoire humaine ! Se donner pour objectif de cultiver la paix est un défi mais quand l'ODD 16 invite les Etats à « promouvoir l'avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous... » ; nous sommes confortés dans l'idée que ce défi vaut d'être relevé. C'est notre grand objectif en tant qu'autorités locales. Notre réseau mondial appelé « Maires pour la paix » a été créé par les maires de villes symboles : Hiroshima et Nagasaki. Il compte aujourd'hui près de 7 500 collectivités territoriales de 162 pays, soit une moyenne de 46 par pays. En France, nous avons créé l'AFCDRP (Association Française des Communes, Départements et Régions pour la Paix), pour mutualiser l'action avec près de 150 collectivités. Ce réseau permet de travailler sur différents leviers du développement local : l'éducation, la santé, l'environnement, le climat, autant de questions en synergie avec la paix et plus précisément avec la culture de la paix telle que définie par les Nations unies (Résolution A/RES/52 13 et A/53/243). Notre réseau bénéficie du statut Ecosoc au sein des Nations unies. Notre action s'inspire de nombreux textes dont la Charte des Nations unies ou le traité de non-prolifération adopté et ratifié par la quasi-totalité des Etats dont la France. Faire connaître ces références fait aussi partie de la dimension éducative de nos missions.

L'adoption de l'Agenda 2030 et ses 17 Objectifs de développement durable (ODD) ont constitué un tournant majeur pour l'environnement et le développement durable, quels sont les grands enjeux que vous identifiez aujourd'hui et les principaux défis qu'il vous faudra relever concernant les ODD et le respect des droits de l'homme et de la Paix ?


L'ODD 16 nous conduit aussi à poser la question de la nature des armes. Il y a évidemment les armes conventionnelles. Elles partent du caillou lancé pour tuer, puis viennent le bâton, les piques en bois, en fer, les arcs... puis les armes à feu. A travers l'histoire, ces armes ont nourri toutes sortes de violences, haines, rancoeurs, tous les meurtres, tous les génocides, tous les terrorismes. Elles poursuivent aujourd'hui leur sinistre besogne et l'enjeu concernant ces armes est bien d'en faire reculer la fabrication, l'usage, les trafics.
Et puis, en 1945 arrivent les bombes atomiques, véritable rupture dans la nature des armes car elles détruisent le présent et le futur. Elles bouleversent les lois humanitaires. Le Comité international de la Croix rouge souligne régulièrement l'incompatibilité de ces armes avec les principes universels qu'elle a définis. Le TNP en prévoit l'interdiction comme c'est le cas pour les armes chimiques et bactériologiques. Cette question des armes de destruction massive est un enjeu majeur et complexe mais les habitants de nos villes en étant les cibles principales, il est normal qu'ils puissent avoir et donner un avis. Comme la seule solution de s'en préserver passe par la prévention l'information est capitale. Notre réseau développe des recherches avec des spécialistes de nombreux pays. Des synergies existent entre les ODD et les efforts engagés pour résoudre les problèmes rencontrés quotidiennement par les autorités locales, avec leurs habitants, relèvent de la mise en oeuvre de ces ODD (environnement, climat, éducation, alimentation, santé, culture, justice, etc.). Nous pouvons dire que tous les ODD sont importants pour les territoires et pour la paix en général... L'eau, l'alimentation saine, le travail, le logement. Il est donc nécessaire que tous les intervenants locaux se les approprient, les connaissent d'abord, les travaillent et les mettent en pratique sur le terrain. Les huit clefs de la Culture de la paix s'articulent bien avec les compétences des institutions territoriales et avec les ODD, mais il faut trouver des illustrations concrètes... C'est ce à quoi l'AFCRP s'emploie dans sa diversité avec ses PLACP. Nous appelons notamment à développer des études conséquentes sur l'influence des menaces actuelles sur les comportements humains et sur la façon dont les violences de notre monde fragmenté se nourrissent des violences ultimes. L'action contre la violence constitue un enjeu majeur allant au-delà du seul silence des armes.

Quel peut être le rôle des collectivités territoriales et de votre réseau international des Maires pour la Paix pour l'atteinte des cibles définies d'ici 2030 pour cet ODD 16?


L'ODD 16 est clair « promouvoir l'avènement de sociétés pacifiques et ouvertes... » ; c'est l'objet même de notre réseau et de nos PLACP (Programmes Locaux d'Action pour une Culture de la Paix). Depuis la fin de la seconde guerre mondiale les autorités locales ont déjà fait beaucoup pour la paix avec, par exemple, les jumelages (européens dans un premier temps), les coopérations décentralisées, la diplomatie des villes et gouvernements locaux. Elles sont présentes sur le terrain, du local au global, pour l'eau, l'énergie, l'éducation, la santé, le vivre ensemble et donc la paix et la sécurité... Notre réseau encourage le développement de politiques publiques locales contribuant à faire de l'ODD 16 une réalité concrète. Les outils disponibles sont proposés par les survivants d'Hiroshima et de Nagasaki et par les nombreuses expériences des villes du réseau. La formation joue un rôle clef, en particulier pour faire découvrir les textes de base disponibles auprès des Nations unies. Le tourisme est également un domaine sensible pour de nombreuses collectivités territoriales. Nous savons qu'il est tributaire de la paix mais le lien avec l'ODD 16 n'est pas toujours explicite pour les acteurs concernés qui n'ont pas forcément une culture de la prévention. Il reste beaucoup à faire et c'est la raison pour laquelle nous invitons les acteurs territoriaux à ouvrir largement ce dossier !

http://afcdrp.com/
Pour aller plus loin
ONU et ODD : un manuel à l’attention de la jeunesse
A l’occasion du sixième Forum de la jeunesse organisé par le Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), deux hauts responsables des Nations Unies ont encouragé les jeunes à s’impliquer dans la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, en publiant un manuel à l’attention de la jeunesse « UN and SDG’s, a Handbook for Youth ». L’Agenda 2030 pour le Développement durable ainsi que ses 17 objectifs et 169 cibles ont été adoptés afin d’éliminer la pauvreté, de protéger la planète et d’apporter à chaque humain la prospérité à l’horizon 2030.  La jeunesse n’est pas seulement bénéficiaire de ce processus, elle est surtout un acteur essentiel dans la réalisation de ces 17 objectifs, et ce manuel vise à sensibiliser les jeunes générations au fonctionnement des Nations Unies et des ODD, mais surtout à leur mise en œuvre, pour un avenir plus juste et résilient. 70 pages – A lire
Le Bureau Européen pour l’Environnement créé une boite à outils ODD à destination des ONG environnementales
Bon nombre d'ONG environnementales s'intéressent aux Objectifs de développement durable des Nations Unies, qui constituent un nouveau langage commun et un nouvel outil facilitant la une mise en oeuvre effective et transversale du développement durable, de manière pérenne et accessible à tous. En effet, à travers ses 17 objectifs et ses 169 cibles, les ODD mettent les questions environnementales au centre de leur raison d'être, puisque 59 des 169 cibles y sont consacrées. Afin d'encourager les ONG à se saisir encore plus des ODD, à diffuser leur bonne pratique et à s'en inspirer dans le cadre de projets novateurs, le Bureau Européen de l'Environnement a créé une boite à outil ODD en ligne, qui facilite leur compréhension et leur utilisation par les ONG du secteur de l'environnement. Pour en savoir plus
Un nouveau rapport de l'ONU montre comment développer la résilience des villes
D'après un nouveau rapport des Nations Unies « Initiatives dans le secteur des établissements humains et de l'adaptation», l'urbanisation rapide rend la population mondiale plus vulnérable aux effets du changement climatique. Il présente différentes initiatives visant à renforcer la résilience des métropoles, des villes et des villages dans le monde entier. Pour lutter contre ces différentes menaces au développement durable, de nombreuses villes ont pris des mesures pour développer leur résilience et répondre aux risques grandissants liés au climat. Grâce à des initiatives telles que 100 Resilient Cities et la Convention des maires, les dirigeants des villes ont montré leur engagement à travailler ensemble pour faire face aux changements climatiques et à leur impact. Les auteurs du rapport ont compilé un résumé des principales initiatives mondiales et régionales qui apportent leur soutien à l'adaptation et à la résilience face au climat dans les métropoles, les villes et les villages. L'étude s'articule autour de cinq opportunités d'action : apprendre, obtenir un soutien technique, s'engager, financer et se réunir. 29 pages. A lire
Rapport « ODD et reporting integré »
Les Objectifs de développement durable (ODD) ont été adoptés lors de l’assemblée générale des Nations-Unies en 2015. Ils coïncident avec l’émergence, au sein des entreprises, d’une nouvelle approche quant aux questions de développement durable et d’impact sur l’environnement. En effet, les entreprises ont été appelées à contribuer aux ODD car ils ne pourront être réalisés sans les efforts concertés des entreprises, des gouvernements nationaux et des autres organisations. Le rapport « The Sustainable Development Goals, integrated thinking and the integrated report» de Carol A. Adams , soutenu par l’IIRC et l’Icas en partenariat avec la Coalition pour l’économie verte, fournit un cadre pour l’intégration des problèmes de développement durable dans les processus de décision des entreprises en prenant en considération les risques et les opportunités présentés par l'environnement extérieur tout en reconnaissant que la création de valeur exige que l’entreprise prenne en considération les risques et les opportunités associés à la gestion sociale et environnementale. Le rapport présente dans un premier temps comment aligner les ODD à la stratégie de l’entreprise grâce au rapport intégré, puis comment il est possible grâce à cinq étapes de créer un cadre permettant de contribuer aux ODD via le processus de création de valeur, et enfin il présente diverses façons d’aligner un rapport intégré aux ODD du point de vue de consultants, d'organismes représentant ou travaillant avec les entreprises ou encore de celui du réseau des Nations Unies. On trouve en annexe de ce document des exemples de rapports d’entreprises intégrant les ODD. 52 pages - A lire
Les Débats du Comité 21
Revoir le débat sur le Bilan du FPHN des ODD du 7 septembre
Le 7 septembre 2017, le Comité 21 a réuni quatre participants français au Forum politique de haut niveau (FPHN) de juillet 2017 au siège des Nations unies pour un débat sur cet événement et l'avancement de l'Agenda 2030. Sur l'exercice de présentation des rapports des pays, Stéphane Bernaudon, chargé de mission international du Commissariat général au développement durable en charge du rapport français, et Elisabeth Hege, chercheure à l'Iddri, ont partagé leur appréciation et les pistes d'amélioration qu'ils entrevoient. Pierre Victoria, directeur du développement durable de Véolia, et Jean-Christophe Carteron, directeur RSE, Kedge Business School, et président du Sulitest.org, ont livré les aspects prometteurs retenus des événements spécifiques à leurs secteurs respectifs. A peine deux ans après l'adoption de l'Agenda 2030, cette rencontre peut sembler décevante par rapport aux défis matériels et politiques et à la lente diffusion des ODD dans l'opinion publique, d'autant plus que le cadre onusien est peu propice aux débats de fond. Pourtant, les décideurs économiques et politiques et les observateurs partagent une vision commune du caractère indispensable des transformations prévues, de la nécessité de forger de nouvelles alliances et de diffuser amplement cette nouvelle grille de lecture de l'action pour le développement durable. Derrière ces changements, de nouveaux modes d'action émergent, qui reflètent la conviction que « dans un monde où les risques sont globaux, les ODD représentent la globalisation de l'espoir ». Le prochain FPHN abordera le thème «Evolution vers des sociétés durables et résilientes». Le Forum examinera également les ODD 6, 7, 11, 12 et 15, ainsi que l'ODD 17 qui est revu chaque année. Revoir le live tweet de la conférence. Pour en savoir plus avec l'IISD (Institut internationale du développement durable).

Prochains Débats
->27 octobre
: à l'occasion de la publication de l'ouvrage en partenariat avec le CNRS, « l'adaptation aux changements climatiques : une nécessaire mise en débat » (CNRS, Paris 16ème)
->20 novembre
: Quel bilan de la COP23 ? Bpifrance (9h00-10h30)
->7 décembre : Retour sur investissement de la RSE, mythe ou réalité ? en partenariat avec bpifrance (9h00-10h30)
Agenda du Comité 21
3/10 à Paris : intervention du Comité 21 sur le reporting à l'occasion de la nouvelle étude d'Utopie sur les nouvelles tendances du reporting « Make reporting strategic again ! »
3/10
à Nantes : atelier « Ville sans diesel : Utopie ou futur possible ? » organisé par le Comité 21 Grand Ouest
3/10
à Bordeaux : intervention du Comité 21 à l'atelier de l'AFNOR-Nouvelle Aquitaine pour présenter les ODD dans la mise en oeuvre de la norme ISO37101
10/10
à Nantes : participation Comité 21 Grand Ouest aux journées régionales de l'économie circulaire
12/10 à Toulouse : partenaire du Tour de France PME du Global Compact
17/10
à Lille : intervention du Comité 21 à l'atelier collaboratif consacré au rôle des pouvoirs publics (locaux, nationaux et supranationaux) pour encourager la responsabilité sociétale en partenariat avec le Global Compact France au Word Forum de Lille
18/10
à Cordemais : atelier « Transition énergétique & biomasse : Cordemais explore l'avenir » organisé par le Comité 21 Grand Ouest
18/10
: participation à la plénière du Comité français pour l'éducation à l'environnement et au développement durable
19/10
à Paris : 3ème réunion du Comité de prospective du Comité 21
19/10
à Lorient : intervention du Comité 21 Grand Ouest aux journées de Résovilles
24/10
à Paris : groupe de travail RSE et environnement de la plateforme RSE
27/10
au CNRS (Paris 16ème) : débat l'occasion de la sortir de l'ouvrage sur « l'adaptation aux changements climatiques, une nécessaire mise en débat en partenariat ave le CNRS »
Le Comité 21 partenaire
12 octobre : Invitation pour le Tour de France PME du Global Compact à Toulouse !
Le Tour de France PME du Global Compact France se poursuit et fera étape à Toulouse le 12 octobre. Rendez-vous est donné à la Toulouse Business School (Campus Entiore) à l'occasion d'une session faisant la part belle aux témoignages de PME locales. Venez découvrir comment une PME peut, au travers de bonnes pratiques de responsabilité sociétale, contribuer à un développement plus durable mais également à sa propre durabilité. Comme à chaque étape, le Global Compact France souhaite faire écho aux Objectifs de Développement Durable de l'ONU (ODD). Lors de cette session, les témoignages concerneront principalement les ODD suivants : ODD 4 : éducation de qualité ; ODD 8 : travail décent et croissance économique ; ODD 9 : industrie, innovation et infrastructure ; ODD 12 : consommation et production responsables. L'événement sera divisé en deux parties. Une première table ronde d'intervenants d'organismes locaux engagés qui nous partageront leur vision du sujet; et une deuxième constituée de PME qui présenteront les bonnes pratiques de leurs entreprises. Le Comité 21 est partenaire du Tour de France PME du Global compact. Date et lieu : jeudi 12 octobre 2017, de 18h à 20h. Au Campus Antiore de Toulouse Business School. Pour vous inscrire. Florian Burel, chargé de mission RSE&PME - florian.burel@globalcompact-france.fr
17-19 octobre à Lille : le Comité 21 participe au World Forum de Lille
Le Comité 21 est partenaire de cette nouvelle édition du « World Forum for a Responsible Economy », et participera du 17 au 19 octobre 2017 à Lille. À cette occasion, le Comité 21 s'associe au Global Compact France et vous invite à participer à un atelier collaboratif consacré au rôle des pouvoirs publics (locaux, nationaux et supranationaux) pour encourager la responsabilité sociétale et renforcer leurs interactions avec le secteur privé (PME et Grands groupes). L'atelier 13D se tiendra le mardi 17 à 14h30. Pour en savoir plus. Laurie Ayouaz - ayouaz@comite21.org - Claire Videau - videau@comite21.org
Candidatez aux Trophées des campus responsables !
Les candidatures pour l’édition 2017 des Trophées des campus responsables sont ouvertes ! Les campus français, belges, suisses, luxembourgeois et québécois peuvent valoriser leurs actions Développement Durable et Responsabilité Sociale innovantes. Campus francophones, n’hésitez pas à concourir dans l'une ou plusieurs des 8 catégories proposées par les Trophées des campus responsables ! (un dossier par action réalisée). A la clé, une reconnaissance de vos actions DD/RS, une visibilité accrue de votre établissement dans les médias et des dotations en nature ! Vous avez jusqu'au 30 octobre pour télécharger le formulaire d’inscription ici. Le Comité 21 est partenaire de Campus responsables. tropheesdescampusresponsables.com
9 Novembre 2017 : prochain cycle Master Class 21 « Piloter le modèle durable de l'entreprise »
Organisée par CentraleSupélec et dirigée par Patrick D'Humières, consultant international en politique publique de RSE, la formation « piloter le modèle durable de l'entreprise » s'adresse aux cadres de la RSE désireux de mettre à jour leurs fondamentaux théoriques en management et gestion de la performance durable de l'entreprise. Chaque séance débute par une introduction synthétique suivie d'un exposé par un expert reconnu et se termine par un cas pratique d'entreprise. Les Master Class sont un lieu unique d'échanges et de discussions pour comprendre la dynamique du sujet et la croiser avec son expérience métier. Le prochain cycle débutera le 9 novembre 2017. Pour information, la remise des diplômes de la promotion 2017 aura lieu le jeudi 12 octobre à 18h30 dans les locaux parisiens de CentraleSupelec Exed et sera précédée d'exposés sur les enjeux prospectifs et géopolitiques de la RSE. Un partenariat CentraleSupelec EXED & Des Enjeux et des Hommes, avec le soutien du C3D, du Comité 21 et de EY. Pour en savoir plus. Patrick d'Humières - pdh@company21.fr
Production et consommation responsables : retour sur la session du Comité 21 au Forum Convergences
Convergences une table ronde lors de la 10ème édition du Forum, lequel visait à démontrer la force du multi-acteurs et des solutions concrètes innovantes pour un monde plus inclusif et plus durable. Claire Videau, chargée de mission RSO au Comité 21, a animé cette table ronde sur la problématique : « Comment faire de la production durable un levier pour une consommation responsable ? ». Afin de répondre au premier enjeu sur l'identification des atouts pour une agriculture durable et responsable pour le développement, Boris Marcel, co-fondateur de l'entreprise d'innovation sociale Europe Tomorrow, a présenté quelques initiatives en matière d'agriculture urbaine réalisées notamment par la communauté des Cols verts qui développent des solutions simples et efficaces pour permettre aux habitants des quartiers de se nourrir, de protéger la nature qui les entoure et de favoriser les rencontres entre eux. Dans un second temps, Judith Laloupo, CSR Manager chez Elior Group et Karine Viel, responsable du département développement durable de Monoprix sont intervenues sur les outils pour une lutte efficace contre le gaspillage alimentaire. Pour finir, Thierry Touchais, directeur général de la Fondation GoodPlanet et Blaise Desbordes, directeur général de Max Havelaar France, ont apporté des éléments de réflexion pour amener les consommateurs à adopter des comportements responsables. Pour en savoir plus. Claire Videau - videau@comite21.org
On parle du Comité 21
Retrouvez Bettina Laville sur BFM TV : Après Irma et avant José, quel visage pour la planète de demain ?
BFMTV décrypte l'actualité des catastrophes climatiques avec Bettina Laville, présidente du Comité 21. Le cyclone Irma a entièrement dévasté Saint-Martin lors de son passage sur l'île. Il est ensuite passé sur les côtes cubaines et se dirige maintenant vers la Floride. Les dégâts qu'il a laissé derrière lui ne sont pas moindres. Alors que les habitants font de leur mieux pour faire face à la dévastation qu'Irma a engendré, un autre ouragan, José, menace déjà Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Que vont devenir ces îles ? L'actualité décryptée par : Bettina Laville, présidente du Comité 21, ancienne négociatrice climat à Rio et Kyoto, co-auteur de "Quelles solutions pour lutter contre le changement climatique" aux éditions CNRS ; Philippe Testa, cadre technique national opérationnel à La Croix-Rouge française ; Frédéric Decker, prévisionniste et météorologue chez Météonews ; Jean-Louis Caffier, consultant environnement de BFMTV. Et en duplex, Cédric Faiche depuis la Floride. Priorité au décryptage, du samedi 9 septembre 2017, présenté par Philippe Gaudin, sur BFMTV. A regarder
Eco-dates
2/10 à Paris : les trophées de la participation et de la concertation - Décider ensemble - en savoir plus
3/10 à Douai : conférence « Vers des Territoires 100% Energies Renouvelables : une réalité en 2050? » - ADEME et Région Hauts de France - en savoir plus
3-4/10
à Clermont Ferrand : Universités tourisme durable - ATD et association VVF villages - en savoir plus
4/10
à Saint Denis (la Réunion) : conférence internationales sur l'adaptation au changement climatique « Les Iles, terres de solutions innovantes pour tous les territoires » - Réseau de Gouvernements Régionaux pour le Développement Durable (nrg4SD) - en savoir plus
4/10
à Paris : petit-déjeuner « Solidarité climatique : mobilisation citoyenne » - GERES - en savoir plus
4-5/10 à Paris : 4ème édition du salon de la ville et territoires durables, intelligents et connectés « Smart City + Smart Green » - en savoir plus
4-7/10
au Havre : 6ème édition du Positive Economy Forum - en savoir plus
5/10 à Paris : 2ème édition du Prix Entreprises & Salariés aidants - ORSE - team@prix-entreprise-salaries-aidants.fr
5/10
à Issy les Moulineaux : événement « le Grand Paris Circulaire » - Mairie de Paris et Métropole du Grand Paris - en savoir plus
5/10
à Paris : journée pour la recherche sur la Biodiversité - Fondation Biodiversité - en savoir plus
6/10
à Paris : lancement de l'Institut de la transition environnementale Sorbonne Universités - su-ite@outlook.fr
9-10/10
à Paris : rencontre 2017 « l'internalisation des collectivités territoriales » - Cités Unis France -en savoir plus
9-10/10
à Paris : Conclave d'Art of Change 21 - en savoir plus
10/10
à Paris : colloque Patrimoine de l'Eau « les enjeux de l'eau » - en savoir plus
10-12/10
à Marseille : 26e rencontres nationales du transport public - GIE objectif transport public - en savoir plus
10-15/10
à Courbevoie : Festival Atmosphères - Ville de Courbevoie - en savoir plus
12/10 à Toulouse : Tour de France PME - Global Compact - en savoir plus
12/10
à Paris : Conférence grand public « Vivre neutre en carbone, ensemble pour le climat ! » - Mairie de Paris - inscription
12-13/10
à Amsterdam (Pays-bas) : convention sur le reporting intégré - IIRC - en savoir plus
14/10
à Paris : conférence « Comment mettre en oeuvre des achats de transports performants en termes de RSE ? » - OBSAR et TK'Blue - en savoir plus
15-17/10
à Berlin (Allemagne) : 9ème sommet mondial de la santé - en savoir plus
16/10
à Nantes : conférence Transitions en questions « Faut-il (ré)interroger l'héritage ? » - Collège des transitions sociétales - en savoir plus
16/10
à Paris : lancement de l'Institut de la transition environnementale - Sorbonne Universités SU-ITE - en savoir plus
17/10
à Paris : 3ème Forum international des mobilités durables - SNCF - en savoir plus
17-18/10 à Nadj (Fidji) : Pré-COP 23 - en savoir plus
17-19/10
à Lille : 11ème Forum Mondial de l'Economie Responsable - Réseau Alliances - en savoir plus
18/10
à Paris : Forum national des Associations et Fondations - Fonda - en savoir plus
18/10
à Paris : conférence « Biodiversité : vers un urbanisme inventif ? » - Observatoire de l'immobilier urbain - en savoir plus
18-20/10
à Clermont Ferrand : congrès national « Transition énergétique et économie circulaire : un quinquennat pour atteindre les objectifs ! - AMORCE - en savoir plus
19/10
à Lyon : Up conférence « Bienvenue dans la co-économie ! » - Groupe SOS - en savoir plus
19-20/10
à Beaune : 1er forum sur l'Humanisme « Quelles valeurs pour l'entrepreneur ? » - Humaneum - en savoir plus
24-27/10
à Casablanca : 9ème édition de Pollutec Maroc - Reed Expositions - en savoir plus
30/10
à Paris la Défense : colloque « Quels leviers pour une consommation responsable ? L'exemple de l'alimentation » - Ministère de l'écologie et Institut National de la Consommation - en savoir plus