du 27/04/2017
n°178
Spécial ODD 7 et 13 Climat
FOCUS
La transition énergétique et le climat au coeur des débats
Un an et demi après l'adoption des ODD et la COP 21, la transition énergétique et le climat sont plus que jamais au coeur des débats internationaux, européens, nationaux et citoyens. C'est pourquoi ce numéro 178 d'Infos 21 est consacré aux ODD 7 « Garantir l'accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable » et 13 « Prendre d'urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions », deux objectifs intimement liés, l'atténuation des émissions de GES et les mesures d'adaptation étant inenvisageables sans une meilleure efficacité énergétique et un mix plus équilibré.

Au niveau international, alors que le président Donald Trump vient de signer le 28 mars un décret pro-charbon mettant potentiellement fin au « Clean Power Plan » de Barack Obama, l'application des objectifs de l'Accord de Paris est soudain devenue incertaine, même si certains États et villes américains, et d'autres grands pays, comme la Chine, n'entendent pas suivre le même chemin.

Au niveau européen, malgré l'adoption en 2014 du « Cadre d'action en matière de climat et d'énergie à l'horizon 2030 », force est de constater que le « Livre Blanc sur l'avenir de l'Europe », établi par la Commission européenne et soumis au débat en vue du Conseil européen de décembre prochain, est relativement discret, à la fois sur les ODD et sur la transition énergétique. C'est d'ailleurs pourquoi plusieurs réseaux européens engagés sur le développement durable, dont le Comité 21, vont tenter de convaincre les institutions européennes et les États membres de placer l'Agenda 2030 au coeur d'un projet politique renouvelé pour l'Union.
Au niveau national, si l'adoption de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (TECV) en août 2015 et l'organisation de la COP 21 en décembre ont démontré l'engagement de la France en la matière, certains considèrent que les outils et les moyens engagés pour la mise en oeuvre de la loi ne sont pas à la hauteur des enjeux. Le débat se poursuit à l'occasion de la campagne présidentielle : dans une note récente sur « La présidentielle 2017 et les ODD », le Comité 21 observe que, malgré les divergences politiques des candidats, ceux-ci reconnaissent tous l'urgence d'un développement plus durable, notamment pour ce qui concerne la transition énergétique. C'est d'autant plus important que le prochain Président de la République aura à incarner une vision de cette transition pour notre société lors du prochain « Forum politique de haut niveau » de l'ONU de juillet prochain qui réunira, comme chaque année, les différents pays pour évaluer leurs progrès dans la mise en oeuvre des ODD.

Ceci dans un contexte de réchauffement climatique qui s'aggrave. Citons la dernière étude de la NASA, qui a mesuré, qu'en dépit de la nuit polaire, la banquise se rétractait lentement mais surement depuis la mi-octobre, ou celle de l'Organisation météorologique mondiale, qui constate qu'au-delà du cercle polaire une augmentation moyenne des températures est deux à trois fois supérieure à ce qu'elle est sur la plupart des continents et conclut disant que « La température moyenne de chacune des 16 années postérieures à 2000 a dépassé d'au moins 0,4° la normale de la période 1961-1990 ».

Devant ces incertitudes institutionnelles et budgétaires et ces interrogations politiques, la société civile a plus que jamais son mot à dire, chaque partie devant être acteur de la nécessaire transformation vers une économie décarbonée. Les nombreux projets citoyens et participatifs d'énergies renouvelables sur le terrain, favorisés par la loi TECV, le « crowdfunding » et les plate-formes numériques, ressortent autant de participations volontaires à ce mouvement global que de compléments, sinon de substitutions, aux actions et/ou insuffisances des États.

Les initiatives des adhérents du Comité 21 présentées ici montrent bien que l'engagement des acteurs est réel, et demande à être soutenu, par l'Union Européenne qui doit retrouver son rôle de leadership dans les politiques climatiques, et par les instances onusiennes. Ces efforts, ces initiatives devront, pour s'amplifier, être mesurés à leur valeur juste dans les Instances internationales du Traité de Paris. Et il faut espérer que les travaux s'accélèrent pour que soit reconnu un cadre comparatif, et que la Conférence de Bonn (COP 23) soit une vraie étape décisive pour ce faire.

Au-delà de ces initiatives locales, il convient de souligner le rôle déterminant du monde de la finance pour accompagner la transition énergétique, comme le soulignent, avec d'autres, depuis plusieurs années Pierre Ducret et le think tank I4CE. La « redirection » des investissements actuels « marrons » en faveur d'investissements plus « verts » est, avec la mobilisation des collectivités locales, l'une des clés d'un avenir plus sobre et plus durable.

Bettina Laville Présidente du Comité 21
bettina.laville@comite21.org
Actualités des adhérents
TRANSITION ENERGETIQUE
CCI Pays de la Loire : mettez du PEPS dans vos entreprises et gagnez en efficacité énergétique !
Toutes les entreprises, quel que soit leur secteur d'activité (agricole, industrielle, artisanale ou tertiaire) et quelle que soit leur taille, consomment de l'énergie. En Pays de la Loire, la consommation d'énergie, tous acteurs confondus, représente 65% des émissions du gaz à effet de serre (GES) ! Un dispositif unique en France a été lancé par le réseau des trois Chambres consulaires des Pays de la Loire (Chambres de métiers et de l'artisanat, de commerce et d'industrie et d'agriculture) : Le PEPS ou Parcours des entreprises à énergies positives. Sur une durée de 1 à 3 ans maximum et à partir d'un flash diag numérique (10 questions simples), les entreprises peuvent diminuer leur consommation énergétique de 5 à 30 % en 3 étapes : parcours 1, PACK ENERGIE pour former un référent énergie dans l'entreprise et identifier les 1ers postes d'économies ; parcours 2, ACTI'V ENERGIE pour entrer dans le management de l'énergie ; parcours 3, HAUTE PERFORMANCE ENERGIE pour aller vers l'autonomie énergétique. Ce dispositif a le soutien financier de la Région des Pays de la Loire et de l'ADEME et répond aux exigences de la transition énergétique, un des enjeux de la Troisième révolution industrielle et agricole (TRIA). Pour cela, le PEPS Il s'appuie sur l'expertise des conseillers consulaires avec le concours d'ORACE (plateforme régionale d'innovation dédiée à l'énergie) mais également sur des réseaux de partenaires institutionnels et privés. Pour en savoir plus - Eliane Leclercq-Meneust - eliane.leclercq@paysdelaloire.cci.fr
Enedis, partenaire du projet SMILE (SMart Ideas to Link Energies)
Enedis (ex ERDF) est une entreprise de service public nouvelle génération qui développe, exploite, modernise le réseau électrique et gère les données associées. Elle est connue pour ses actions de raccordements de clients, de dépannage ou de relevés de compteurs. Au-delà, elle accompagne un grand nombre d'acteurs dans leurs démarches de transition énergétique (collectivités locales, entreprises, start-up, bailleurs sociaux, syndics de propriété, etc.). Enedis met à disposition des données d'énergie (produite ou consommée) et accompagne également des projets de mobilité électrique, d'EnR et d'autoconsommation. L'entreprise est aujourd'hui partenaire du dispositif SMILE porté par les régions Bretagne et Pays de la Loire. Il a pour ambition de mettre en place un grand réseau électrique pour l'Ouest de la France. L'entreprise s'engage dans l'accompagnement de projets locaux EnR (plus de 300 projets identifiés sur le périmètre SMILE). Enedis investit également 21 M€ sur le réseau et numérise ses postes sources afin de gérer dynamiquement le réseau électrique. Deux Agences de conduite régionale seront aussi créées dans cet objectif. Emmanuel Heurtebise - emmanuel.heurtebise@enedis.fr
La Poste Pays de la Loire accompagne les collectivités dans leur politique de rénovation énergétique
La Poste intervient sur la rénovation énergétique des logements, un secteur qui représente 44% de la facture énergétique de la France. Forte de l’expérience acquise avec son propre parc immobilier (7 millions de m2), La Poste aide les collectivités à relever le défi.  « Action habitat » leur permet de renforcer leur politique d’efficacité énergétique auprès des particuliers. Cette action se découpe en trois axes : un repérage des logements prioritaires et une visite de sensibilisation à domicile grâce aux facteurs présents sur tout le territoire ; un diagnostic énergétique par un postier expert qui fournit des conseils personnalisés pour les éventuels travaux à mener, et un accompagnement des particuliers pour la réalisation de ces travaux. Des projets pilotes, menés notamment avec le Conseil départemental de Vendée et les EPCI de la CARENE, et territoires de Challans et Fontenay-le-Comte, ont permis à La Poste de calibrer cette offre, avec pour ambition de contribuer à l’objectif de la loi sur la Transition Énergétique, à savoir 500 000 logements rénovés par an à partir de 2017. Pour en savoir plus - Yohann Boileau - yohann.boileau@laposte.fr
Séché environnement s’engage pour l’ODD7 grâce à son activité de valorisation des déchets
La raison d'être de Séché Environnement repose sur l'intégration de ses activités dans l'économie circulaire, en faisant des déchets des uns, les ressources des autres. Cela se traduit notamment par la valorisation énergétique (récupération de chaleur et production d'électricité) des ordures ménagères (biogaz issu du stockage, ou incinération) ou de déchets industriels (en particulier dangereux), qui permet une ultime extraction de ressources des déchets, lorsque ceux-ci ne sont plus d'une qualité suffisante pour être réutilisés comme matières. Ils viennent alors dans le mix énergétique en substitution d'autres combustibles, en général d'origine fossile et donc émetteurs de gaz à effet de serre. C'est ainsi qu'en 2016, le Groupe a été à 216% autosuffisant en énergie, une production suffisante pour couvrir les besoins électriques (hors chauffage et eau chaude) d'un million de personnes. Une partie de l'énergie qui est produite est issue de la fraction organique des déchets et peut être qualifiée de renouvelable (100% de l'énergie issue de la valorisation du biogaz et 50% de l'énergie issue de l'incinération des ordures ménagères, Ademe). En 2016, cette fraction a représenté 35,5% de l'énergie produite par le Groupe. Audrey Mejdoubi - a.mejdoubi@groupe-seche.com
Ayen, un territoire énergie positive pour la croissance verte
Quelques habitants de la commune d’Ayen ont souhaité se regrouper pour construire un projet de centrale villageoise photovoltaïque afin de montrer que les énergies renouvelables peuvent être aussi des projets citoyens locaux, mais aussi qu’un territoire peut progressivement tendre vers l’autonomie énergétique durable. Pour ce faire, l’association « Soleil d’Ayen » a été créée pour fédérer cette initiative locale. Elle vient en complément de la Société d’actionnariat simplifié « soleil de l’Yssandonnais » qui porte la réalisation de 7 toits photovoltaïques de 9 KWc qui rayonnent sur Ayen et les communes limitrophes. A ce jour, un toit public et 6 toits de particuliers sont concernés, et les retombées économiques de ce projet bénéficient à ses participants. Ce projet, accompagné par l’ADEME et la Nouvelle Aquitaine dans le cadre du réseau sur les énergies renouvelables mis en place depuis peu, est un bel exemple de gouvernance locale de l’énergie. En parallèle, le collectif « Le durable a son village » d’Ayen anime, dans le cadre du « territoire à énergie positive pour la croissance verte » de l’Agglomération du Bassin de Brive, deux opérations d’éducation aux éco-gestes envers les particuliers et les écoles, afin de démontrer qu’il est possible de participer à une action concrète, mesurable, massive et conviviale de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre et de permettre de surcroît de réduire la facture énergétique. Pour en savoir plus - soleildayen@laposte.net - Marylène Vales – ayendurable21@gmail.com
STRATEGIES DE LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE
Veolia : renforcer l’efficacité énergétique des bâtiments pour lutter contre le dérèglement climatique
Acteur engagé dans la lutte contre le dérèglement climatique, Veolia s'est doté, après la signature de l'Accord de Paris, d'une Task Force interne « Stratégie & Climat » placée sous la responsabilité d'un membre du Comité Exécutif, pour définir ses ambitions en matière de gaz à effet de serre (GES) et d'adaptation. Le Groupe a notamment déterminé un prix interne du CO2, proche de 30 € par tonne à horizon 2030. Ce dispositif est d'ores et déjà utilisé dans les critères d'évaluation des nouveaux projets, permettant un arbitrage entre les investissements. Les différentes actions prises par le Groupe lui ont valu d'intégrer la « A-list » du CDP, et de figurer parmi les entreprises mondiales les plus investies dans la lutte contre le réchauffement climatique. Veolia propose notamment à ses clients des solutions comme Hubgrade, un service d'hypervision et de pilotage de l'efficacité énergétique des bâtiments et des infrastructures qui permet de réaliser jusqu'à 15% d'économies d'énergie supplémentaires : un dispositif qui contribue à garantir l'accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable. Armelle Perrin-Guinot - armelle.perrin-guinot@veolia.com
L’Essonne enclenche sa transition énergétique par l’innovation
Le 27 mars dernier, l’Assemblée départementale de l’Essonne a adopté son schéma cadre 2017-2021 pour la transition énergie-climat. Structuré autour de 5 plans sectoriels (énergie dans les bâtiments, éco mobilité, lutte contre la précarité énergétique, politiques environnementales, éco responsabilité de l’administration), il articule les interventions du Département en faveur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de l’adaptation aux conséquences des dérèglements climatiques. Il affirme également le rôle d’incitateur et de facilitateur du Département dans la transition énergie-climat du territoire essonnien, facteur clé de la dynamique « Essonne, terre d’avenirs ». Ce schéma s’accompagne d’un fonds pour l’innovation en faveur de la transition énergie-climat, destiné à financer les projets innovants des acteurs du développement durable. Doté d’une enveloppe d’un million d’euros par an sur la période 2018-2021, le financement pourra atteindre une prise en charge maximale de 30% de l’investissement total, qui doit être d’au moins 150 000 ¤.  Les projets doivent être portés par une organisation à but non lucratif (association, bailleur social, commune, ou intercommunalité), et devront s’inscrire dans l’un des cinq thèmes identifiés par le département : la production locale d’énergie renouvelable ou de récupération, l’économie circulaire, la mobilité décarbonée, la construction ou rénovation énergétique de bâtiments, et le recyclage d’espaces publics ou bâtis intégrant des solutions basées sur la nature et les solidarités. Ces thèmes s’inscrivent dans les compétences du Conseil départemental en matière de développement durable et de transition énergétique, conférées par les lois MAPTAM et NOTRe. Afin de bénéficier de ce fonds, les projets doivent être reconnus comme non finançables par les dispositifs départementaux existants. L’appel à candidature est ouvert dès à présent, et jusqu’au 21 juillet. Pour en savoir plus - Laurence Caille – Lcaille@cd-essonne.fr
OUTILS, SOLUTIONS ET INNOVATIONS
GRTgaz et RTE co-construisent le système énergétique global de demain
Les deux gestionnaires de transport d’électricité et de gaz, GRTgaz et RTE, associent leur expertise au service d’un système énergétique global et intelligent. Cela s’est traduit par le lancement d’une plateforme opendata.reseaux-energies.fr, qui permet de consulter à tout moment les données de consommation et de production de France, aux niveaux local et national. Leur exploitation doit faciliter l’élaboration des politiques énergétiques pour les collectivités et l’efficacité des acteurs territoriaux en la matière. Par ailleurs, GRTgaz pilote le projet Jupiter 1000, pour l’intégration des énergies renouvelables. Réalisé avec 8 partenaires industriels, l’objectif est de tester la technologie « power to gas », pour convertir les excédents d’énergie électrique renouvelable en méthane, avant de les réinjecter et les stocker dans les réseaux de gaz. Dans la lignée de l’ODD 17, ces partenariats illustrent tout l’intérêt de mettre en commun des compétences d’ingénierie, d’expertise technique et d’analyse prospective entre opérateurs, au profit de systèmes plus globaux. GRTgaz a également signé avec RTE deux protocoles de coopération : l’un pour valoriser les couplages entre gaz et électricité, et l’autre pour répondre en commun à de possibles appels d’offres internationaux. la complémentarité des réseaux de transport électrique et gazier ouvre ainsi de nouvelles perspectives, tournées vers l’innovation en faveur du climat et la résilience des systèmes énergétiques. Pour en savoir plus - Bertrand Seurret – bertrand.seurret@grtgaz.com
L’ADEME accompagne les PME et ETI dans leur stratégie bas-carbone
A quelques mois de la COP 23 organisée à Bonn, et dans la continuité des accords de Paris, l'ADEME et le CDP lancent un appel à candidature « PME et ETI anticipez le monde bas carbone de demain en évaluant votre stratégie ». Cet appel propose à une trentaine de PME et d'ETI, dans les secteurs de la production d'électricité, construction automobile, commerce de détail, agroalimentaire et construction, d'appliquer la méthodologie ACT (Assessing Low Carbon Transition) en leur sein, afin d'évaluer leur stratégie bas carbone au regard de 3 critères cumulatifs : la performance, la cohérence et la tendance. Les candidats retenus obtiendront gratuitement une évaluation de leur stratégie carbone grâce à un diagnostic et un suivi personnel. Les PME et ETI intéressés peuvent déposer leur dossier de candidature jusqu'au fin avril.
Le Global Compact accompagne les entreprises dans leur stratégie de réduction des GES
Issue d’un partenariat entre le Global Compact des Nations Unies, le WWF, le CDP, et le World Resources Institute, l'initiative Science Based Targets (iSBT) vise à accompagner les entreprises dans la définition d’objectifs de réduction des émissions de GES alignés sur les préconisations scientifiques. Plus précisément, il s’agit de promouvoir des stratégies alignées sur le niveau de décarbonisation requis pour maintenir l’augmentation des températures mondiales en deçà de 2°C par rapport aux températures pré-industrielles, conformément aux recommandations du GIEC. Le 19 avril 2017, le Global Compact France et Compta Durable se sont associés pour publier le premier guide en français sur ce sujet : le « Guide pratique pour la définition d'objectifs carbone alignés sur les connaissances scientifiques ». Cette publication originale offre un décryptage des méthodologies proposées par l’iSBT et de nombreux témoignages d’entreprises engagées en faveur de l’ODD 13. Le Global Compact France et Compta Durable souhaitent ainsi impliquer largement les entreprises francophones dans cette initiative, pour leur permettre de réellement contribuer au succès de l’Accord de Paris et à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD). Alise Guillermier - contact@globalcompact-france.org
Le Partenariat Français pour l’Eau s’engage pour la résilience et l’adaptation climatique
Le Partenariat Français pour l’Eau plaide activement à l’international pour l’atteinte de l’ODD 13, notamment la cible 1 qui vise à renforcer, dans tous les pays, la résilience et les capacités d’adaptation face aux aléas climatiques et aux catastrophes naturelles liées au climat. Depuis 2016, il insiste en particulier sur le caractère essentiel de la connaissance des enjeux liés aux impacts du changement climatique sur les ressources naturelles. Il a ainsi publié un document « Eau, climat et développement : mieux connaître pour mieux gérer » en partenariat avec l’IRD, l’OIEau, le BRGM et l’IRSTEA qui présente les enjeux et les solutions liés à l’acquisition et le partage de données hydrologiques et météorologiques, la mise en place de Systèmes d’Information fonctionnels et le développement de modèles climatiques qui nous aideront à mieux faire face aux enjeux à venir. De nombreux side-events à venir sur ce sujet dans les prochains grands évènements internationaux. Pour en savoir plus  - Solène Fabrèges - solene.fabreges@partenariat-francais-eau.fr
SENSIBILISATION, FORMATION ET EDUCATION
Le Train du Climat repart en tournée et cherche ses partenaires !
Après le succès rencontré par le Train du Climat en 2015, une nouvelle exposition itinérante dédiée au climat circulera dans les régions françaises entre 2017 et 2019. Avant la COP, 23 000 visiteurs avaient visité le Train, véritable « accélérateur de conscience » comme le soulignait Nicolas Hulot. La SNCF et l'association Météo et climat, soutenus par le Ministère de l'Environnement et celui de la Recherche et l'institut Pierre Simon Laplace, ont relancé un projet pour une nouvelle tournée en 2017/2019. L'objectif cette fois est d'aller plus loin pour fédérer les porteurs des solutions et valoriser les initiatives tant collectives qu'individuelles. Plus de 50 villes étapes sont prévues pour cette nouvelle tournée avec des escales de plusieurs jours dans les gares de villes grandes ou moyennes. Les scientifiques du collectif « Messagers du Climat » seront à bord et des animations organisées autour du train, selon les enjeux locaux. Le nouveau Train du Climat a été présenté en gare de Paris-Austerlitz les 21, 22 et 23 mars derniers aux partenaires potentiels : entreprises, collectivités et associations. Pour en savoir plus - Florence Cousin -florence.cousin@sncf.fr
Communauté de Communes d’Erdre&Gevres : des efforts partagés pour économiser l’énergie
Les collectivités d'Erdre & Gesvres ont décidé de se saisir de la question de la maîtrise de l'énergie sur leur patrimoine et de créer un service commun de « Conseil en Energie Partagé ». Le principe fondateur : mutualiser une compétence énergie pour les communes qui n'ont pas les ressources suffisantes pour se structurer dans ce domaine (<10 000habitants). Sur Erdre & Gesvres cela concerne 10 communes et la Communauté de communes. Le contenu de la mission est triple : bilan énergétique, l'accompagnement des projets et la sensibilisation des usagers. A noter : une action spécifique envers les écoles, où le conseiller en énergie partagée a pu co-construire avec les enseignants un programme de sensibilisation des enfants de cycle 2. Les résultats après un an de projet sont un réel intérêt de la part des enfants, déjà très instruits, le développement de nouvelles compétences pour eux, un partenariat enrichissant pour la commune, un retour positif des enseignants qui disent avoir appris beaucoup eux-mêmes. La prochaine étape est bien la pérennisation de ce projet d'économie d'énergie dans une logique globale de lutte contre le changement climatique. Maximilien Aspeele - maximilien.aspeele@cceg.fr
CoachCopro ® : accélérer la rénovation en copro et mettre en synergie l’offre et la demande
La plateforme gratuite CoachCopro® a été lancée en 2013 par l'Agence Parisienne du Climat, en partenariat avec la Mairie de Paris, la Direction régionale Ile-de-France de l'ADEME, Nexity et Ericsson. Elle accompagne les copropriétaires et les syndics à travers les 3 étapes clefs d'un projet de rénovation (préparation du projet et audit, consolidation du programme des travaux, et réalisation des travaux). Déployée au lancement sur Paris, Est-Ensemble et Grand-Paris-Seine-Ouest, elle est aujourd'hui disponible sur 17 territoires en France. Depuis 2015, l'APC a ouvert CoachCopro ® aux professionnels pour booster le marché (bureaux d'études, architectes, artisans, entreprises de travaux...). L'Agence propose un système d'affiliation au dispositif, qui implique la signature d'une série d'engagements. Les professionnels peuvent alors bénéficier de différents services d'accompagnement (mise en visibilité, formations, participation au Forum annuel de l'Eco-rénovation). Les résultats sont là : 1 170 copropriétés (environ 83 000 logements), ont impulsé un projet d'eco-rénovation sur CoachCopro® Paris et 235 professionnels sont affiliés Enfin cet outil innovant collaboratif et gratuit a été conçu pour s'adapter à différents territoires. Il a séduit l'Europe et servira de modèle pour accompagner les villes européennes à développer leur propre plateforme d'accompagnement. Pour en savoir plus - contact : pro.coachcopro@apc-paris.com
Alisée : catalyseur de solutions pour la transition énergétique en Pays de la Loire L’Association Ligérienne d’Information
L'Association Ligérienne d'Information et de Sensibilisation à l'Énergie et l'Environnement (Alisée) promeut en toute indépendance les avantages économiques, environnementaux et sociaux de la maîtrise de l'énergie et des énergies renouvelables sur le territoire des Pays de la Loire et plus précisément, sur le Maine-et-Loire et la Loire-Atlantique. Elle développe ses activités d'information autour de trois domaines : sensibilisation, éducation et accompagnement. Signalons quelques-unes des actions illustrant son expertise technique et ses savoir-faire en animation de publics à titre d'exemple. Le défi des familles à énergie positive (FAEP) bien connu pour sa capacité à mobiliser les citoyens est décliné aujourd'hui pour les entreprises. Alisée porte également le projet CoWatt qui vise à créer une coopérative citoyenne pour le développement et l'exploitation d'installations solaires photovoltaïques. Des groupes de citoyens pourront se saisir de la coopérative pour sécuriser leur projet sur le plan technique et administratif. Cette dernière mutualisera également l'épargne citoyenne nécessaire pour le financement des projets. Julien Bouron - jb@alisee.org
Arts de Vivre sensibilise les jeunes aux conséquences du changement climatique
Compte tenu des multiples enjeux du réchauffement climatique à l'échelle de la Provence, l'axe éducatif est l'une des priorités afin de former et d'accompagner les jeunes vers de nouveaux modèles de comportements en phase avec les conséquences du changement climatique. Ainsi, en partenariat avec la Région PACA, l'association Arts de Vivre intervient tout au long de l'année auprès du public lycéen afin de l'éclairer, le questionner et le rendre acteur face aux défis climatiques. Pour ce, elle leur propose un atelier collaboratif visant à comprendre le processus du réchauffement climatique en mettant en lumière notre contribution collective et individuelle à travers le calcul de l'empreinte écologique. Elle invite les lycéens à réfléchir à des actions concrètes en fonction des caractéristiques du territoire. Suivant les engagements à prendre, elle aide à construire un plan d'actions annuel ou pluri-annuel pour l'établissement, et impliquant activement les élèves. Cette animation vient en soutien des « Démarches de Développement Durable » en oeuvre dans les établissements (label E3D, Agenda 21 scolaire...). Pour en savoir plus - Rachel Beret - a2v@voluance.org
L’Université de Nantes lutte contre le changement climatique
Au regard de sa stratégie Qualité et Développement Durable, l'Université de Nantes, en tant qu'établissement d'enseignement supérieur et de recherche, a un rôle à jouer dans la sensibilisation et la mobilisation autour de ce sujet aux enjeux majeurs. L'Université est investie dans cette démarche de lutte contre les changements climatiques et développe plusieurs axes d'action, dont celui de l'énergie (elle s'engage également sur la thématique des déchets). Elle prépare sa transition énergétique en travaillant sur deux axes complémentaires : les bâtiments et les usages. Pour ce faire, l'Université a initié deux études en parallèle afin d'élaborer un Programme Energie-Fluides et travailler sur les comportements des usagers de l'établissement en matière d'énergie. Elle fait le postulat que toute amélioration technique d'un bâtiment ne pourra être pleinement efficace si elle n'est pas doublée d'un travail d'accompagnement des usagers sur les nouveaux comportements à adopter en matière d'économie d'énergie. Bien sûr, l'Université axe également ses actions sur l'offre de formation, le domaine de la recherche et le soutien aux initiatives étudiantes. Pour en savoir plus - Gaelle Mourier Bouchon - gaelle.mourier-bouchon@univ-nantes.fr
L’UVED organise la session 2 de son MOOC « Les causes et enjeux du changement climatique»
La session 2 du MOOC « Causes et enjeux du changement climatique » organisée par l'UVED débutera le 15 mai 2017 sur la plateforme FUN-MOOC. L'introduction entièrement nouvelle de cette session 2 propose de revenir sur l'Accord de Paris, entré en vigueur le 4 novembre 2016, et sur les objectifs, les acteurs et les mécanismes de cette négociation internationale. L'ensemble du cours s'appuie principalement sur les éléments de la session 1 (proposée à l'automne 2015 et très appréciée), pour explorer 3 thèmes, répartis sur 6 semaines, sur la base de données fiables et actualisées : Le climat et ses évolutions - La transition bas carbone - L'adaptation des sociétés au changement climatique. Ce MOOC est francophone mais pourra être suivi par des anglophones car toutes les vidéos diffusées sont traduites en anglais. Ce MOOC, qui a mobilisé plus d'une quarantaine d'experts scientifiques issus d'établissements et de disciplines variés, tous experts des sujets qu'ils présentent, est sous la responsabilité scientifique d'Hervé Le Treut, professeur à l'Université Pierre et Marie Curie et à l'École Polytechnique et directeur de l'Institut Pierre-Simon Laplace, et sous le parrainage de Jean Jouzel, directeur de recherche au CEA. Inscription - Pour voir toutes les vidéos de l'UVED sur cette thématique, cliquer ici - Delphine Pommeray - delphine.pommeray@fondation-uved.fr
Le Comité 21 en action
AU NATIONAL
Le Comité 21 souhaite la bienvenue à ses nouveaux adhérents 2017 !
Depuis janvier 2017, le Comité 21 a le plaisir d'accueillir de nouveaux adhérents agrandissant un peu plus le plus grand réseau français des acteurs du développement durable. Dans le cadre de la feuille de route 2017 du Comité 21, ces nouvelles collaborations constituent de belles opportunités de placer les ODD au coeur de la stratégie des acteurs de la société civile. Ces adhérents proviennent des 4 différents collèges présents au sein du Comité 21:
Pour le Collège « entreprises » : BPI, Enedis Pays de la Loire, Epiceum, Biotope - Agence Pays de la Loire*, Carbone Consulting*, CERFrance Mayenne-Sarthe*, e-RSE.net, Interactions durables, Les Entreprises pour la cité - Ouest-Atlantique*
Pour le collège « associations » : La Voute Nubienne
Pour le collège « collectivités » : Agglomération de la Roche-sur-Yon*, March'étic
*Adhérents Comité 21 Grand Ouest

Collectivités territoriales : participez à une enquête européenne sur l’adaptation aux changements climatiques
En partenariat avec la coordination italienne des Agenda 21 locaux, le Comité 21 mène une enquête portant sur les démarches d'adaptation au changement climatique en Europe, qui s'inscrit dans le cadre du programme de recherche européen MASTER ADAPT. L'ambition de ce programme est d'aboutir à la publication d'un guide d'action opérationnel à destination des collectivités, énonçant les lignes directrices pour l'adaptation des territoires aux conséquences des changements climatiques. Les réponses au questionnaire contribueront également à alimenter le CeRReSCE (Centre de ressources sur la responsabilité sociale climatique et énergétique), qui est une initiative du Comité 21. Si vous représentez une collectivité territoriale ayant élaboré une stratégie d'adaptation (prévention des risques d'inondation et de sécheresse, îlots de chaleur urbains, adaptation à la récurrence des épisodes de canicule, etc.), et souhaitez contribuer à cette enquête, contactez Pierre Boivin - boivin@comite21.org afin de récupérer le questionnaire.
GRAND OUEST
Double-contribution du Comité 21 au Grand Débat de Nantes Métropole sur la Transition Energétique !
Implanté à Nantes, le Comité 21 Grand Ouest a pleinement contribué au Grand Débat Transition Energétique de Nantes Métropole, qui se déroulait de septembre 2016 jusqu’à mars 2017, en proposant deux cahiers d’acteurs. Le Comité 21, piloté par le chargé de mission territoires durables et ses partenaires (EDF, FFB Loire Atlantique, La Nantaise d’Habitations, Pouget Consultants), ont remis un cahier d’acteurs sur la transition énergétique et comportementale dans le logement dans le cadre du Grand Débat pour la Transition Energétique de Nantes Métropole. Découvrez les recommandations issues d’une réflexion collective associant des organismes d’éducation / formation, un cabinet de conseil, des professionnels du bâti, des entreprises et des acteurs publics (collectivité, service de l’Etat). En parallèle, la chargée de mission RSO a participé à la contribution au Grand Débat de la plateforme RSE de la métropole nantaise, dont le Comité 21 Grand Ouest est membre actif. De ces réunions pluri-acteurs (associations, syndicats, monde économique, institutions…) est né une vision de ce que pourrait être le territoire de Nantes Métropole d’ici 2022, date à laquelle la transition énergétique aura bien évidemment été réussie par tous ! Des propositions sont assorties à cet exercice de prospective. Cahier d’acteurs « Transition Energétique : Réussir la transition énergétique, vision et propositions » de la plateforme RSE de la métropole nantaiseCahier d’acteurs « Transition Energétique : Leviers pour la transition énergétique et comportementale » dans les logements du Comité 21 en partenariat avec EDF, de la FFB Loire-Atlantique, la Nantaise d'Habitations et Pouget Consultants  - Découvrez l’ensemble des cahier d’acteurs. Alexandre Pleurdeau – pleurdeau@comite21.org – Mathilde Bres – bres@comite21.org
Pays de la Loire : consultation régionale sur l’adaptation aux changements climatiques
Le Comité 21 Grand Ouest organise en octobre 2017 une journée régionale sur l’Adaptation aux changements climatiques. Les faits sont là, le réchauffement climatique s’accélère et la région des Pays de la Loire ne sera pas épargnée. Ses activités économiques orientées vers le tourisme, la pêche, l’agriculture… mais aussi ses paysages, son fleuve, son patrimoine écologique ou encore sa façade maritime la rendent particulièrement sensible. Quels seront les impacts du changement climatique à l’échelle des Pays de la Loire ? Comment se traduirait le réchauffement global de plusieurs degrés sur son économie, ses paysages, ses ressources ? Quelles sont les perspectives d’adaptation du milieu, des Hommes et des entreprises ? Quelles sont les opportunités d’évolution des activités ? Voici quelques-unes des questions qui seront posées lors de cette journée régionale. Différents ateliers seront proposés : sensibilisation et éducation au risque climatique, aménagement des territoires et changements climatiques, résilience des réseaux et changements climatiques, évolution des pratiques agricoles face aux changements climatiques, santé et vulnérabilité climatique, les entreprises face aux risques climatiques, changements climatiques et ressources en eau ou encore adaptation aux changements climatiques : rôle et conséquences sur la biodiversité. Antoine Charlot charlot@comite21.org
A l’INTERNATIONAL
Contribuez au rapport « Appropriation des ODD par les acteurs français » !
Dans la perspective du Forum Politique de Haut Niveau (rendez-vous annuel de l'ONU sur l'Agenda 2030) qui se tiendra en juillet 2017, le Comité 21, dans le cadre de sa feuille de route 2017, se propose de publier en juin prochain un rapport sur l'appropriation des Objectifs de développement durable par les acteurs français de la société civile. Ce rapport sera une contribution valorisée à New York. Nous avons souhaité qu'il soit un ouvrage collectif de l'ensemble des acteurs non étatiques français. C'est la raison pour laquelle vous pouvez en tant qu'adhérent, devenir co-auteur de ce rapport. Vous pourriez ainsi exprimer votre point de vue sur les ODD en général et leur mise en oeuvre, privilégier un ODD en particulier sur lequel vous travaillez et donner votre sentiment quant à leur niveau d'appropriation au sein de la société française. Si vous souhaitez devenir co auteur du rapport, prenez contact avant le 3 mai avec Georges Ribière (ribiere@comite21.org), Sarah Schönfeld (schonfeld@comite21.org) et Anais Deprez (deprez@comite21.org) pour recevoir la note de cadrage qui vous guidera dans la rédaction de la contribution attendue.
Participez au voyage d’études en Italie du Nord sur l’adaptation au changement climatique (7-9 juin)
A l'occasion de la semaine européenne du développement durable, du festival italien des ODD et de la réunion du G7 de l'environnement à Bologne, le Comité 21 vous propose de prendre part au Voyage d'études 2017 sur l'adaptation au changement climatique à Turin, Milan et Bologne du 7 au 9 juin prochain. Ce voyage d'études vous permettra de : rencontrer les responsables politiques et techniques de ces deux villes qui se sont dotées d'un plan d'adaptation au changement climatique dans le cadre de programmes européens ; obtenir un retour d'expériences de plan d'adaptation d'une zone industrielle et de rencontrer des entreprises leaders dans ce domaine ; dialoguer avec les universités pionnières en matière de recherche sur la thématique de l'adaptation : prendre part à la réunion du G7 à Bologne le 9 juin, réunion des Ministres de l'Environnement dont la France fait partie. Pour nous indiquer votre intérêt, merci de remplir le formulaire avant le 3er mai. Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org
14-19 juillet à New York : appel à manifestation d’intérêt pour composer la délégation d’acteurs non étatiques pour le Forum politique de Haut niveau
Le Forum politique de haut niveau (HLPF) est une conférence internationale qui aura lieu cette année du 10 au 19 juillet au siège des Nations Unies à New York. Il s'agit d'un rendez-vous annuel mondial au cours duquel l'ensemble des pays de la planète rendent compte à la fois de leur stratégie nationale pour mettre en oeuvre l'Agenda 2030 et également de l'état d'avancement de la réalisation des ODD. Aux Etats la responsabilité de définir des stratégies nationales de mise en oeuvre ; aux acteurs non étatiques (entreprises, collectivités territoriales, associations, ONG, citoyens, institutions publiques, ...) de les mettre en oeuvre au jour le jour dans leur coeur de métier respectif. C'est la raison pour laquelle, le Comité 21 souhaite constituer une délégation d'acteurs non étatiques (composée de l'ensemble des collèges d'adhérents : dirigeants d'entreprises, élus et directeurs de collectivités territoriales, responsables d'associations, d'ONG et d'établissements d'enseignement) pour participer au HLPF à New York afin de valoriser les bonnes pratiques français mais aussi de challenger nos stratégies de mise en oeuvre face aux innovations étrangères. Nous étudions d'ores et déjà la possibilité d'associer notre délégation à la délégation officielle du gouvernement français et à celle du Comité économique et social européen. Programme définitif à venir et période pressentie pour ce déplacement : du 15 au 19 juillet, le Business Summit étant fixé au 18 juillet. Merci de compléter ce formulaire si vous êtes intéressé. Pour être associé à une candidature de side-event commun, merci de contacter Sarah Schönfeld, avant le 10 mai : schonfeld@comite21.org
Coalition « Gouvernance multi-acteurs pour la mise en oeuvre de l’Accord de Paris », participez aux groupes de travail !
Dans le cadre du Sommet Climate Chance 2016, le Comité 21, l’OCDE, le Comité économique et social européen et le Comité des régions ont lancé une coalition transversale visant à fournir aux coalitions thématiques (océans, énergies, bâtiments, transports…) un appui méthodologique pour aller plus loin dans la mise en oeuvre des objectifs de l’Accord de Paris sur le climat. Cette coalition qui se penche sur les conditions du succès et les barrières de la gouvernance multi-acteurs dans les projets climat, présentera à Agadir, lors du Sommet de Climate Chance (11-13 septembre 2017), une boite à outils, utile et ouverte à tous types d’acteurs. L’OCDE, le CESE, le CdR et le Comité 21 lancent aujourd’hui 4 groupes de travail pour construire ces outils. Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org
Adhérents du Club France Développement durable : appel à contribution pour la newsletter !
Afin de nourrir le prochain bulletin d'informations du Club France Développement durable, nous vous proposons de communiquer des articles (entre 10 et 15 lignes) au sujet de vos initiatives et projets locaux, nationaux et internationaux en lien avec le climat ou plus globalement avec le développement durable. Afin de nourrir le calendrier partagé des événements (se déroulant en France ou à l'étranger), merci de nous faire parvenir les informations relatives à ces événements, à votre initiative ou ceux dont vous auriez connaissance (Date / Organisateur(s) / Titre de l'événement / Lieu). Sophie Jouineau - jouineau@comite21.org Enfin, pour continuer de développer collectivement nos projets au sein du Club France Développement durable et soutenir l'animation de ce réseau par le Comité 21, nous vous demandons de bien vouloir contribuer financièrement. Nous vous invitons à prendre connaissance du barème 2017 de l'adhésion pour connaitre le montant de votre contribution financière, qui reste inchangé. A renvoyer à Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org
Le Comité 21 partenaire
 
Campus Responsables lance la quatrième édition des Trophées des campus responsables
Les Trophées ont pour objectif de promouvoir et valoriser les campus ayant les engagements les plus exemplaires sur les différents volets du développement durable, auprès du grand public et de la communauté de l'enseignement supérieur. Les Trophées des campus responsables sont accessibles à tous les campus francophones : universités et grandes écoles, établissements et instituts spécialisés, aussi bien français, que belges, suisses et luxembourgeois. Et, depuis 2015, l'événement est également ouvert aux campus québécois ! Les campus peuvent concourir dans l'une des catégories suivantes : responsabilité sociale et sociétale ; implication des étudiants ; engagement durable ; innovation technique pour le développement durable ; prix Handicap & compétences ; synergies territoriales ; qualité de vie étudiante. Un jury composé d'experts externes et de personnalités de l'univers du développement durable et de l'éducation sélectionnera les campus lauréats en septembre 2017. Candidatez - Pauline Pingusson - pauline@grainesdechangement.com
En savoir plus
3ème édition du rapport « Repenser l’énergie 2017: l’accélération d’une transition énergétique globale »
Les énergies renouvelables représentent une part de plus en plus importante du mix énergétique mondial : à l'heure actuelle, plus de 170 pays se sont donnés pour objectif l'augmentation significative de la part d'énergie propre dans leur production énergétique, et près de 150 d'entre eux ont mis en place des politiques afin de catalyser les investissements dans ce secteur. C'est sur ce sujet que se penche l'Agence internationale pour les énergies renouvelables, en publiant la troisième édition du rapport « Repenser l'énergie ». Ce dernier examine les tendances et les avancées existantes en matière de transition énergétique propre et analyse les effets de ce phénomène sur la croissance, la création d'emplois et l'amélioration du bien-être des populations. Le rapport souligne que les énergies renouvelables sont essentielles à la poursuite de l'ODD 7 qui prône l'accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un cout abordable, et que les politiques de régulation sont cruciales pour sa réalisation et dans la mise en place d'un marché des énergies renouvelables attractif. Ce rapport insiste enfin sur la nécessité d'un engagement fort de la part des gouvernements, afin de réduire les risques et les couts financiers liés aux enjeux de la transition énergétique. 130 pages - A lire
Publication du bilan sur la mise en place de la loi de transition énergétique (LTECV)
Dans le cadre des Assemblées de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international du 17 au 23 avril à Washington (USA), Ségolène Royal, ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer et chargée des relations internationales sur le climat, est intervenue en faveur de la mise en oeuvre de la COP21 et des Objectifs de développement durable. Elle a présenté le 20 avril dernier la stratégie de finance verte de la France ainsi que ses réalisations dans le cadre de la loi de transition énergétique du 17 avril 2015, via une synthèse sur le bilan de l'application de cette dernière. La LTECV fixe l'objectif d'atteindre 40 % de renouvelables dans la production d'électricité d'ici 2030 et de réduire la consommation finale d'énergie de 50% en 2050 par rapport à 2012, et cette synthèse révèle un bilan positif. En effet, de nombreux progrès ont été fait en termes d'énergies propres : par rapport à 2013, les emplois éoliens ont crû de 33,3%, soit 3 620 emplois supplémentaires (les projets de chaleur renouvelable et de récupération ont augmenté de près de 30 %) et le seuil de 100 000 véhicules électriques a été franchi début 2017. Ce rapport fournit également des recommandations pour la mise en oeuvre des accords de Paris dans le cadre d'une nouvelle approche économique, et pointe les efforts à faire afin de remplir les objectifs annoncés. En effet, si 98 % des décrets sur un total de 162 mesures à prendre ont été soumis au Conseil d'État ou mis en signature et 95 % déjà publiés, 5 textes sont à l'heure actuelle en retard de publication. Pour en savoir plus
FNCCR : un guide pratique sur les PCAET
La Fédération des Collectivités Concédantes et Régies publie un guide pratique consacré aux PCAET à destination des collectivités, et en particulier des intercommunalités. Cet outil méthodologique rappelle les contours juridiques des nouveaux plans, leur articulation avec les autres documents de planification, qu'ils soient communautaires ou régionaux, et sur les étapes à réaliser, du diagnostic à l'évaluation. Le guide revient notamment sur les enjeux complexes que revêt la qualité de l'air désormais au coeur des PCAET, et sur l'importance du volet « adaptation » pour construire des territoires résilients. La dernière partie du guide est consacrée aux données, à leur mise à disposition progressive et à leur utilisation Enfin et surtout, la FNCCR rappelle l'importance de construire les PCAET de manière « multi-partenariale » pour la réussite et leur bonne réalisation dans les territoires. 24 pages. A lire
16-19 mai : forum régional africain sur le développement durable (ARFSD)
Le Forum régional africain sur le développement durable de 2017 (ARFSD), en préparation du Forum politique de haut niveau sur le développement durable de 2017 (HLPF) en juillet 2017, se tiendra à Addis-Abeba du 16 au 19 mai sous le thème « Assurer une croissance inclusive et durable et une prospérité pour tous ». L'ARFSD suit les progrès réalisés dans la mise en oeuvre des 17 Objectifs de développement durable (ODD) qui sont au coeur de l'Agenda 2030 pour le développement durable. En Afrique, les ODD sont mis en oeuvre simultanément et de manière intégrée avec le premier plan décennal de mise en oeuvre de l'Agenda 2063, le cadre stratégique de cinquante de l'Afrique pour la transformation socio-économique qui vise à accélérer la mise en oeuvre des initiatives continentales passées et existantes pour la croissance et le développement durable. L'ARFSD se déroule au cours de la deuxième année de mise en oeuvre de l'Agenda 2030 et la troisième année de la mise en oeuvre de l'Agenda 2063. Pour en savoir plus
5 juillet : colloque international « Europe’s Climate Change Response »
Le changement climatique constitue une des menaces les plus importantes à laquelle l'humanité est aujourd'hui confrontée, et la nécessité pour les différents acteurs de la société de se saisir de ces enjeux est primordiale. L'Union Européenne a un important rôle d'impulsion politique à jouer dans la transition énergétique. C'est dans cette perspective que se tiendra le 5 Juillet 2017, à Bruxelles, le Europe's Climate Change Response, colloque international consacré aux politique européennes en matière de lutte contre le changement climatique, et notamment aux cibles de l'Agenda 2030. Cet évènement sera l'occasion pour les acteurs clefs du domaine des politiques environnementales et climatiques d'échanger sur les différentes stratégies pour une transition vers les énergies propres responsable et inclusive, mais aussi d'échanger des connaissances et bonnes pratiques. Les inscriptions pour cet évènement se font ici. Pour en savoir plus
11-13 septembre : participez au sommet Climate Chance
Suite au succès de sa première édition, Climate Chance organise son deuxième Sommet mondial du 11 au 13 Septembre 2017, à Agadir, Maroc. Cette conférence invite les acteurs non étatiques du climat, c'est-à-dire les collectivités locales, entreprises, associations, syndicats et ONG, mais aussi les organismes scientifiques, bailleurs et citoyens engagés dans l'action pour le climat, à évaluer les avancées et dynamiques en cours et échanger sur les moyens permettant une généralisation de l'action pour le climat. La réussite de ce sommet reposant essentiellement sur l'implication des différents acteurs du climat, le Comité 21 et le Club France Développement durable appellent leurs adhérents, et plus largement la société civile, à participer à cet évènement en soumettant jusqu'au 15 mai des propositions autour des 14 thématiques proposées sur la page de l'évènement. Les contributions attendues peuvent prendre la forme de présentations individuelles (inférieures à 90 minutes) ou multi-acteurs (90 minutes et 5 intervenants maximum) sur un retour d'expériences, une communication scientifique, une action de politique publique ou encore une controverse en rapport avec l'une des 14 thématiques. Déposer une contribution - Pour en savoir plus
Chiffre du mois des adhérents
L'accès de tous à une énergie propre et abordable (ODD7) et la lutte contre le changement climatique (ODD13) sont intimement liés, et si 61.5% des interrogés considère que l'accès à ces énergies a globalement progressé, ces derniers sont un peu plus mitigés quant à l'efficacité des mesures contre les changements climatique, puisque « seulement » 53.8% d'entre eux considère que la situation va en s'améliorant. Le taux mondial d'amélioration de l'efficacité énergétique (7.3) et l'accroissement significatif de la part de l'énergie renouvelable dans le bouquet énergétique mondial (7.2) sont considérés par les interrogés comme les cibles les plus importantes de l'ODD7, avec respectivement 53.8% et 30.8% des voix exprimées. Quant à l'ODD13, 38.5% des interrogés considèrent que la priorité est d'incorporer des mesures relatives aux changements climatiques dans les politiques, les stratégies et la planification nationales (7.2). Les cibles abordant la résilience et les capacités d'adaptation des pays du monde face aux aléas climatiques et aux catastrophes naturelles liées au climat (13.1) et la mise en oeuvre des engagements internationaux des parties à la Convention care des Nations Unies (13.a) arrivent en seconde position avec 30.8% des avis exprimés.
Les Débats du Comité 21
Save the date 16 juin : débat sur l'engagement sociétal au prisme des ODD
L'engagement sociétal est diversement abordé par les grandes entreprises, à travers des missions variées telles que la philanthropie, le mécénat financier ou de compétences, des actions de solidarité, ou encore la création d'activités de social business. L'engagement sociétal reste une question complexe, l'alliance entreprise/société n'allant pas toujours de soi, avec dans certaines consciences, une vision binaire opposant l'intérêt général de la société et la recherche de profit des entreprises. Le Comité 21 organise une demi-journée de débat, à partir de 8h30 à Bpifrance, sous forme de tables rondes pour analyser l'apport des ODD au concept d'engagement sociétal des organisations, et inversement. Il valorisera des exemples concrets, montrant comment les deux dynamiques entreprises et société se conjuguent, et donnera la parole à des experts. Le Comité 21 poursuit ainsi ses travaux amorcés en 2016, dans l'optique d'une publication d'un rapport souhaitant dépasser ces contradictions. Programme détaillé à venir - Claire Videau - videau@comite21.org
30 mars : retour sur le débat « Devoir de vigilance, préjudice écologique… de nouvelles obligations pour la RSE »
Le Comité 21 a organisé le 30 mars 2017 un débat consacré aux dernières dispositions juridiques en matière de RSE : « Devoir de vigilance, préjudice écologique, actions de groupe, lanceurs d'alerte...de nouvelles obligations pour la RSE ». Animé par Bettina Laville, Présidente du Comité 21, le panel d'experts était composé d'Olivier Chabrol, coprésident du Forum Citoyen pour la RSE, Laurent Corbier, directeurs des affaires publiques à Eramet et représentant du MEDEF, François Garreau, responsable mission RSE auprès du Comex à Generali et Violaine du Pontavice, avocate-directeur associé à Ernst and Young. Lire la suite - Pour voir ou revoir la vidéo du débat, cliquer ici - Compte-rendu à venir réservé aux adhérents - Claire Videau - videau@comite21.org
Rendez-vous du Comité 21
Le cycle thématique du Comité 21 Grand Ouest « Transition Energétique et climat » continue !
Le Comité 21 propose chaque année une série d'ateliers sur la transition énergétique. L'objectif est simple : s'inspirer de bonnes pratiques qui se font déjà dans le Grand Ouest pour les dupliquer et en susciter de nouvelles. Au travers de nombreux retours d'expériences analysés par le Comité 21, ces ateliers visent à accélérer la transition énergétique de la région, par une mise en dynamique de tous les acteurs du territoire, publics et privés. En 2016, les thématiques qui ont été abordées lors des ateliers sont : l'épargne C02 (webconférence du 2 février), les économies d'énergie au sein des zones d'activités (matinale au sein de la ZA de Brais Pedras à Saint-Nazaire, le 24 mai) et la qualité de l'air (matinale au sein de l'entreprise Ventilairsec, le 20 septembre). En 2017, une webconférence a été organisée le 4 février dernier sur la sensibilisation des usagers en lien avec l'efficacité énergétique. Le cycle se poursuivra avec une matinale sur l'expérimentation d'un procédé de co-combustion à la centrale thermique de Cordemais, le 22 juin, et un colloque régional sur l'adaptation au changement climatique. Un cahier d'acteurs issu de ce cycle thématique sera publié début 2018. En attendant, l'ensemble des comptes-rendus et enregistrements des webconférences est disponible sur demande. Mathilde Bres - bres@comite21.org
16 mai : matinale Grand Ouest « L’Agenda 21, et demain ? Vers une responsabilité partagée »
Le Comité 21 Grand Ouest organise une Matinale Couëron (44) sur les démarches territoriales de développement durable. Si l'Agenda 21 a permis et permet toujours à un grand nombre de collectivités d'amorcer une mise en mouvement des acteurs d'un territoire (citoyens, associations, entreprises...), leur implication concrète dans la durée reste une préoccupation majeure. Le développement durable nécessite pourtant de fédérer et d'impliquer très largement un maximum de forces vives d'un territoire. La responsabilité partagée apparaît comme une réponse à cet enjeu. Faut-il revisiter (voire abandonner) les Agenda 21 ? Quelles sont les nouvelles approches qui placent la responsabilité partagée au coeur de leur méthodologie ? Quels en sont les bénéfices pour les territoires et ses acteurs ? La matinale explorera les différents chemins possibles via la présentation de retours d'expériences sous format table ronde ou « speed-meeting de projets » pour multiplier le partage d'expérience (SPIRAL, forum contributif, appel à projet citoyen, stratégie de bien-être, ...). Inscription - Alexandre Pleurdeau - pleurdeau@comite21.org
29 et 30 mai 2017 : formation sur la RSE pour les petites et moyennes entreprises, par où commencer ?
Le Comité 21 Grand Ouest organise, les 29 et 30 mai à Nantes, une formation sur la RSE pour les petites et moyennes entreprises. La Responsabilité sociétale (RSE) n'est pas réservée aux grandes entreprises. Les TPE/PME ont tout à gagner à inscrire leur action dans cette dynamique porteuse, synonyme de compétitivité, d'innovation et de performance économique. Plusieurs études récentes montrent en effet que la RSE offre aux entreprises une opportunité de création de valeur. Les entreprises sont nombreuses à mener déjà des actions relevant de la RSE, cependant, un certain nombre de connaissances et de jalons sont structurants pour réussir sa démarche RSE, pour éviter les pièges et maintenir la dynamique dans la durée. Comment aborder cette démarche ? Quelles actions programmer ? Quels écueils éviter ? Quels outils utiliser ? Que vous soyez dirigeant ou salarié en charge de la RSE, cette formation se base sur une méthodologie simple et claire en huit étapes clés. Elle propose des outils concrets et accessibles, des témoignages régionaux, une pédagogie participative ainsi qu'un support de formation. Inscription - Mathilde Bres - bres@comite21.org
22 juin 2017 : Expérimentation d’un procédé de co-combustion à la centrale thermique de Cordemais
Les enjeux du dérèglement climatique nous imposent une transition énergétique, illustrée par des efforts de consommation énergétique, mais également une refonte de notre façon de produire notre énergie. Le temps d'un atelier, le Comité 21 propose une visite à la centrale thermique de Cordemais suivie d'un échange collectif. Construite en 1970, aux bords de l'estuaire de la Loire, la Centrale thermique de Cordemais compte 4 unités de production pour une puissance totale de 2600 MV et fonctionne au charbon et au fioul. Dans une démarche de Responsabilité Social (certifiée SA 8000), la centrale explore aussi de nouvelles pistes pour contribuer à la Transition Energétique, avec un projet de co-combustion biomasse. 2016 est une année de transition et marque un tournant pour la Centrale de Cordemais, puisque la décision a été prise d'un arrêt définitif des 2 unités de production au fioul en avril 2018. La centrale de Cordemais envisage donc une adaptation de son outil industriel avec un projet de co-combustion biomasse, pour lequel un essai encourageant a déjà été réalisé en février dernier sur le site. Pour améliorer le rendement, il faut transformer les déchets de façon à leur donner plus de volume : il s'agit de la densification. C'est le rôle du "pilote", arrivé en mars sur le site qui sera utilisé afin de faire les premiers tests sur un échantillon de biomasse. La prochaine étape déterminante de ce projet aura lieu avant l'été 2017, pour des tests à plus grande échelle (sur 500 tonnes de biomasse) avec un prototype démonstrateur. Lien d'inscription - Mathilde Bres - bres@comite21.org
26 septembre : Atelier « Recyclage et valorisation des déchets alimentaires »
Le Comité 21 Grand Ouest propose à ses adhérents une rencontre qui illustrera la richesse des gisements potentiels pour produire du biogaz à la place des combustibles fossiles dans une approche territoriale et multi-acteurs. Elle s'inscrit dans le cycle thématique « alimentation durable » conçu pour repenser les modes de production et de consommation. La rencontre « recyclage et valorisation des déchets alimentaires » terminera le cycle en évoquant la transformation de déchets alimentaires ultimes - qui n'aura pas pu être évité précédemment - et d'apports complémentaires de biomasse en biogaz. Planifiée le 26 septembre 2017, elle proposera tout d'abord une visite d'un méthaniseur d'une exploitation agricole traitant des différents flux issus du territoire (résidus de l'industrie agro-alimentaire, déchets alimentaires de restaurations collectives...). Des échanges avec des intervenants spécialisés et les participants permettront d'interroger collectivement les conditions de réussite et de reproductibilité de l'exploitation visitée. Alexandre Pleurdeau - pleurdeau@comite21.org
4 avril 2017 : à voir la webconférence « Efficacité énergétique : comment sensibiliser les usagers ? »
Le Comité 21 Grand Ouest a organisé une webconférence dans ses locaux à Nantes le 4 avril dernier. A cette occasion, ont été présentées les bonnes pratiques en matière d'usage pour l'efficacité énergétique : Unis-Cité embauche des jeunes en service civique pour sensibiliser les populations en situation de précarité énergétique aux éco-gestes, La Poste mobilise ses facteurs pour donner de l'information aux citoyens sur les possibilités d'accompagnement en matière énergétique. Le réseau consulaire des Pays de la Loire décline le PEPS, « Parcours des Entreprises à énergies Positives » sur tous les territoires pour réduire les consommations et accroître l'autonomie énergétique ... Les acteurs prennent également aujourd'hui le parti pris de travailler sur l'usage, comme le démontre le schéma directeur de l'université de Nantes, qui ne se contente pas d'étudier les aspects techniques des économies d'énergie, mais se penche aussi sur les modes d'utilisation des locaux par les élèves, les enseignants et le personnel. Découvrez le support, et revivez la web conférence en vidéo ! - Mathilde Bres - bres@comite21.org
Agenda du Comité 21
11 mai à Paris la Défense : participation à la formation « piloter le modèle durable de l'entreprise» Master Class 21
15 mai
pm à Paris : groupe de travail RSE et Environnement de la Plateforme RSE avec une audition de Véolia sur les ODD
16 mai
Couëron (44) : matinale Comité 21 Grand Ouest « L'Agenda 21, et demain ? Vers une responsabilité partagée »
18 mai
à Perpignan : formation du réseau Agenda 21 du Département des Pyrénées-Orientales
29-30 mai
à Nantes : formation Comité 21 Grand Ouest sur la RSE pour les petites et moyennes entreprises, par où commencer ?
31 mai à Paris : Assemblée générale du Global Compact
Appel à projet
30 mai-5 juin : participez à la semaine européenne du développement durable !
Comme chaque année la semaine européenne du développement durable aura lieu du 30 mai au 5 juin. Son objectif est d'encourager et de rendre visibles des mobilisations concrètes individuelles ou collectives qui promeuvent le développement durable. L'édition 2017 est plus spécifiquement consacrée à la promotion et à l'appropriation des 17 objectifs de développement durable des Nations Unies (ODD). Pour répondre à cet objectif un appel à projets a été lancé, les inscriptions sont ouvertes aux citoyens et organisations publiques ou privées souhaitant monter un projet promouvant le développement durable (conférence, projection de film, exposition, évènements et ateliers en tous genres...). Les projets doivent avoir lieu du 30 mai au 5 juin et comprendre au moins une des trois dimensions du développement durable (environnementale, sociale, économique). L'objectif est de faciliter l'organisation d'activités et de les recenser sur une plateforme commune pour leur donner de la visibilité. Ainsi, les porteurs de projets, qu'ils soient un musée, une association, des citoyens, un établissement scolaire ou encore un organisme gouvernemental, sont invités à télécharger leur idée sur le site de la Semaine européenne du développement durable (SEDD) où sont mis à leur disposition des outils de communication tels que des flyers, posters et logos. Inscription
200 projets pour un monde meilleur : plus que 3 jours pour déposer votre projet
L'objectif de « 200 projet pour un monde meilleur » est de récompenser des porteurs d'initiatives positives de tout bord, via : un Prix du Public (10.000€ d'aide financière - par vote en ligne) et 200 Prix en nature (valeur 1.500€ - essentiellement site web + outil d'aide à la levée de fonds). L'inscription est gratuite et ouverte à tout projet susceptible de faire du bien à la planète ou à ceux qui y vivent, ceci qu'il soit de France, Belgique ou ailleurs, et quelle que soit sa nature ou celle du porteur du projet : ONG, école, association, particulier, coopératives, services clubs ou même PME. En ouvrant aussi largement cet appel à projet, il s'agit de rappeler que construire un monde meilleur est désormais un tel défi que c'est finalement l'affaire de TOUS. Les projets doivent être déposés avant le 30 avril à minuit. Pour en savoir plus
A lire
Territoires, villes et campagnes face à l'étalement urbain et au changement climatique
A l'heure où plus de la moitié de la population mondiale vit dans un milieu urbain, l'étalement urbain et le changement climatique représentent des défis majeurs auxquels sont confrontées les villes et campagnes. Rassemblant des données historiques et géographiques sur l'occupation du sol, la qualité des sols et des eaux ainsi que l'économie et les règles de droit sur un territoire donné, l'ouvrage « Territoires, villes et campagnes face à l'étalement urbain et au changement climatique » propose une démarche intégrative pour protéger les ressources en sols et en eau et la production agricole, qui sont les bases mêmes du développement économique. Il fournit également les scénarios afin d'évaluer les perspectives de modification de l'occupation du sol, comme outil d'aide à la décision. Ce livre s'adresse aux gestionnaires, financeurs et décideurs publics et privés dans les territoires, aux élus, aux agents des collectivités, aux chercheurs et ingénieurs en environnement, et plus largement à tout citoyen intéressé par le développement durable et la préservation des ressources locales. 152 pages - Pour en savoir plus
Sustainable Diets: How ecological nutrition can transform consumption and the food system
L'alimentation est un enjeu mondial majeur puisqu'elle constitue la principale cause de mortalité prématurée dans le monde (18 millions de décès par an), mais aussi une source majeure de dégradation de l'environnement, aussi bien par l'émission totales des gaz à effet de serre qu'elle provoque que par le gaspillage alimentaire croissant. Pourtant, c'est un sujet duquel se saisissent peu les politiciens, et peu d'initiatives sont prises en politique pour changer le système actuel. C'est la position défendue par le professeur Tim Lang et Dr. Pamela Mason, dans leur ouvrage « Sustainable Diets », premier livre à exposer la portée des défis alimentaires à l'échelle mondiale. Selon eux, des mesures doivent être prises maintenant, car les nations plus pauvres suivent des habitudes alimentaires néfastes imposées par les pays occidentaux. En effet, les auteurs proposent une nouvelle stratégie ODD en matière de politique publique pour répondre à cette problématique. Les auteurs militent pour donner plus d'importance à l'intégration de l'environnement, de la santé, de la culture de consommation et de l'économie agroalimentaire, et interpellent les politiques en leur demandant d'établir de manière pérenne le lien essentiel entre santé humaine et santé environnementale. 354 pages - Pour en savoir plus
Comment calculer son utilité sociale ?
L'Economie Sociale et Solidaire (ESS) constitue un secteur majeur de l'économie française puisque plus de 1,5 millions d'associations employaient 2,3 millions de français dans ce secteur en 2015. Ainsi, dans une période de changement rapide marquée par une extension du « fait associatif » et une multiplication des structures de l'Economie Sociale et Solidaire, la question de « l'utilité sociale » de ces dernières semble plus que nécessaire afin de mesurer précisément leur impact et leur apport à la société. C'est sur cette question que se penche l'ouvrage « Comment calculer son utilité sociale » de Claude-Annick Tissot, en proposant une méthode pour tout acteur engagé dans l'ESS qui se pose la question : « à quoi sert-on ?». « Calculer son utilité sociale » propose aux acteurs de l'ESS des clefs afin de se projeter dans l'avenir, d'explorer leur propre devenir et de participer à une démarche exploratoire plus globale, susceptible d'inventer des solutions nouvelles pour l'avenir de notre société. Pour en savoir plus
Eco-dates
2/05 à Paris : 9ème débat citoyen pour la planète « Environnement et santé, une question de survie? » - Ministère de l'Environnement - en savoir plus
3/05
à Paris : rencontre UP Campus sur l'innovation dans le domaine du sport « L'innovation sociale entre en jeu ! » - Groupe SOS - en savoir plus
4/05
à Paris : conférence « Décryptage des obligations de reporting » - ORÉE - en savoir plus
10/05
à Paris : matinale de l'innovation « Décarboner la Mobilité » - Engie - en avoir plus
11/05
à Montpellier : colloque « Captages d'eau potable : accompagner les transitions dans les territoires agricoles » - INRA - en savoir plus
13-14/05 à Paris : Rencontres Nationales Etudiantes pour le Développement Durable - REFEDD - en savoir plus
16/05 à Paris : séminaire « 5000 jours pour réussir 17 objectifs ! » - 4D - en savoir plus
16/05 à Paris La Défense : colloque « A la recherche de l'information environnementale : la vision des consommateurs - CGDD et INC - a.madelaine@inc60.fr
16-19/05
à Addis-Abeba : forum régional africain sur le développement durable de 2017 (ARFSD) «Assurer une croissance inclusive et durable et une prospérité pour tous » - en savoir plus
17/05
à Paris : journées d'études annuelles « Objectif 2050 : du Facteur 4 à la neutralité carbone - Abattements - puits et « émissions négatives » - crédits internationaux ? - CITEPA - en savoir plus
17-18/05 à Montpellier : HydroGaïa - Salon international de l'Eau - en savoir plus
18/05 à Paris : colloque « l'innovation au service de la pédagogie : défis et perspectives de l'enseignement supérieur » - CGE - en savoir plus
29-30/05
à Lyon : 4e rencontres nationales du marketing territorial - Cap Com - en savoir plus
29/05-4/06
: 3ème édition baptisée « No Impact Week » pendant la semaine du développement durable - agence Mieux - en savoir plus