du 04/04/2019
n°195
Spécial Citoyenneté écologique
FOCUS
Une écologie citoyenne pour relancer l’Europe ? par Bettina Laville

Ce numéro 195 d'Infos 21 est publié à moins de deux mois de l'élection du Parlement européen, relativement occultée depuis plusieurs semaines par les enjeux nationaux issus du mouvement des « Gilets jaunes ». Pourtant, cette élection est d'autant plus importante que l'Union Européenne fait aujourd'hui face à sa plus grande crise politique depuis sa création : de l'intérieur, elle est menacée par la montée des nationalismes qui vont jusqu'à prôner la dislocation de l'Union, et, à l'extérieur, plusieurs puissances mondiales remettent en cause le principal fondement politique de l'Union, à savoir la coopération multilatérale entre États.

Et si l'écologie sociale, la lutte contre le changement climatique, la défense de la biodiversité, l'engagement des citoyens pour le bien-être et la dignité devenaient des éléments centraux pour sortir de la crise européenne ? Pourquoi ne pas imaginer une Europe qui s'appuierait sur l'« Agenda 2030 » à la fois pour rayonner à l'international et attirer de nouveaux talents, mais également pour fonder les bases d'une nouvelle promesse politique à ses ressortissants ?

Telles sont quelques-unes des questions qui seront posées par le Comité 21 le 12 avril prochain lors de la deuxième édition de son « Forum sur la citoyenneté écologique », cette année centrée sur l'Europe et organisée en partenariat avec l'OCDE, le Comité économique et social européen, le Ministère de la Transition écologique et solidaire, de l'ADEME, European Partners for the Environment, Décider Ensemble, Empreintes Citoyennes, le média AEF info, et ENGIE Cofely.

A partir d'un état des lieux des différentes expressions de la citoyenneté écologique en Europe (débats citoyens organisés ou spontanés autour de projets nationaux ou locaux dans les territoires, tant en France que dans d'autres pays ; actions plus radicales comme les recours en justice, les grèves des jeunes et les marches citoyennes) et de leur impact sur les organisations et institutions publiques et privées, nous nous interrogerons à la fois sur le rôle des citoyens européens dans la transition écologique et énergétique, et, en même temps, sur celui de l'Union européenne pour mettre en oeuvre cette transition, en particulier à partir de l'Agenda 2030.

En janvier 2018, le Comité 21 organisait son premier Forum annuel consacré à la citoyenneté écologique. Ses Actes, maintenant disponibles, révèlent que cette journée, à travers les interventions des chercheurs et des experts, a ouvert de nouveaux horizons : comment redonner du sens à l'engagement ? Comment pallier les lacunes pour que les citoyens se sentent membres actifs d'une « communauté écologique » ? Quels rôles pour les collectivités territoriales, deux ans après la réforme ? Quelle démocratie face aux enjeux environnementaux?

Et comment ne pas être frappé par la similitude de ces interrogations, anticipatrices, plusieurs mois avant, des débats actuels, tant dans la rue que lors des multiples réunions du Grand Débat national ! C'est d'ailleurs pourquoi le Comité 21, en partenariat avec l'association OREE, a tenu à initier une réunion spécifique, qui s'est déroulée à Paris le 6 mars dernier, en présence de Brune Poirson, Secrétaire d'État auprès du Ministre d'État, Ministre de la transition écologique et solidaire. Issues de cette réunion, des propositions communes, à la fois sur la citoyenneté écologique et sur l'économie circulaire, ont été versées sur le site officiel dédié au Grand Débat national. Ces mêmes enjeux d'engagement des citoyens transparaissent dans les exemples et les initiatives présentés dans cet Infos 21 par nos adhérents.

Enfin, puisqu'on parle ici d'engagement, signalons que le Comité 21 vient de publier sa note sur l'engagement sociétal des entreprises : De la RSE vers une stratégie de transformation à la hauteur des enjeux sociétaux du XXIème siècle, en appui de son débat du 20 mars Les entreprises disposent-elles des instruments suffisants pour répondre aux injonctions sociétales ?

Le 26 mai prochain constituera une étape cruciale pour l'avenir de l'Union européenne et notre avenir à tous. Ne manquons pas ce rendez-vous ! La secousse du Brexit nous montre à quel point il n'y a aucun avenir, aucun consensus, aucune discussion intelligente et sensée au dehors de l'Union.

Bettina Laville,
Présidente du Comité 21
bettina.laville@comite21.org

Actualités des adhérents
 
Nomadéis : concertation et dialogue citoyen en Outre-mer

Depuis le mois de novembre 2018, les territoires français sont confrontés à une mobilisation citoyenne de grande ampleur, dont le mouvement des « Gilets jaunes » est l'expression la plus visible. Ce dernier a souvent été utilisé pour illustrer la fracture entre social et écologie. Pourtant, ces deux notions sont intrinsèquement liées : la transition doit être écologique et solidaire. A La Réunion, les mobilisations ont été particulièrement violentes au début du mouvement. Face aux revendications exprimées par les citoyens, le Président du Conseil régional de La Réunion a saisi le Conseil économique social environnemental régional (CESER) de La Réunion en tant qu'organisation représentante de la société civile et assemblée consultative. Il s'agissait de l'aider à mieux comprendre la situation de l'île et de ses habitants, identifier les pistes d'actions à envisager, et éclairer les décisions et politiques publiques. Dans ce contexte, Nomadéis a accompagné le CESER La Réunion durant 2 mois (février - mars) afin d'engager une démarche de concertation pour co-élaborer et proposer des solutions concrètes et opérationnelles aux défis locaux, à l'origine des fractures civiques, sociales, et territoriales qui marquent la société réunionnaise. Dans ce cadre Nomadéis a notamment : proposé un appui méthodologique aux commissions du CESER afin de faire émerger les propositions; réalisé une consultation en ligne dans le cadre du Grand Débat National, effectué l'analyse des résultats et la rédaction de la contribution du CESER de La Réunion aux CESER de France ; soutenu et participé à la rédaction de la contribution finale et de sa synthèse communicante, articulant en bonne intelligence les attentes de la Région, les revendications citoyennes, ainsi que les expertises et la vision prospective portées par le CESER. Pour en savoir plus. Cédric Baecher - cedric.baecher@nomadeis.com

Rouge Vif Territoires anime la dynamique collective « Plan Climat 2030 » de l’Eurométropole de Strasbourg

De novembre 2017 à juin 2018, l'Eurométropole de Strasbourg a lancé un vaste débat public animé par Rouge Vif Territoires pour construire son Plan Climat 2030 avec l'ensemble des acteurs du territoire : habitants, entreprises, communes, associations. L'objectif des échanges était d'impliquer le plus grand nombre d'habitants et d'acteurs de la Métropole en mobilisant au-delà des citoyens et acteurs déjà sensibilisés à la question du changement climatique. Une dynamique s'est ainsi créée autour de nombreuses possibilités de contribuer à ce projet collectif : rencontres, ateliers, évènements, ciné-débats... Les citoyens étaient particulièrement ciblés avec des dispositifs complémentaires permettant de toucher un public diversifié à travers : une plateforme numérique de participation, la mise en place d'un groupe de citoyens engagés « les Solutionneurs » et des temps pour aller à la rencontre des habitants. Au total plus de 1500 participants ont été écoutés et 400 contributions concrètes recueillies. Légende photo : Engagement des citoyens lors de la conférence de lancement du débat public Plan Climat 2030 en présence d'Isabelle Autissier. Pour en savoir plus. Caroline Bataillon - caroline.bataillon@grouperougevif.fr

Veolia : sensibiliser les jeunes aux enjeux de l’économie circulaire

Depuis plusieurs années, la Fondation Veolia organise les conférences 2C à la REcyclerie (Paris). Destiné aux étudiants et au grand public, ce cycle annuel de quatre conférences a pour objectif de partager les grands principes et enjeux de l'économie circulaire. Il est urgent d'inventer et de déployer une nouvelle économie, plus sobre en matières premières et moins émettrice de carbone, de repenser nos manières de produire et de consommer. Les solutions existent, l'enjeu est de mettre en place les conditions de leur déploiement, ce qui passe notamment par de la pédagogie sur le sujet. Ce programme s'adresse plus particulièrement aux étudiants et aux jeunes actifs, parce qu'ils sont les acteurs économiques de demain. Il est donc important de les sensibiliser. Les conférences font intervenir différents experts selon le thème. Dominique Bourg - philosophe, vice-président de la Fondation pour la Nature et l'Homme - en est le parrain. En 2019, le programme s'articule autour des “4R”, - Repenser, Réduire, Réparer, Recycler - quatre actions successives pour aller vers un monde plus sain, plus juste et plus durable. Conjuguées avec l'économie circulaire, elles sont un levier pour réduire les déchets, mieux gérer les ressources et espérer des citoyens plus engagés pour une empreinte environnementale réduite. Pour en savoir plus. Amélie Rouvin - amelie.rouvin@veolia.com

Un prix « Action pour la planète » pour valoriser les initiatives des Essonniens !

Dans la lignée de l'Accord de Paris sur le climat et la transition énergétique, le Département de l'Essonne a créé le prix « Action pour la planète ! ». Il a pour objectif de valoriser les initiatives citoyennes essonniennes en faveur de la transition énergie-climat et en matière d'amélioration de l'environnement et du cadre de vie, de consommation responsable, de vivre ensemble, afin de donner à d'autres l'envie d'agir. Le Département de l'Essonne affirme sa volonté de contribuer à la transition énergie-climat en Essonne avec son schéma cadre pour la transition énergie-climat, adopté le 27 mars 2017. Il souhaite aller plus loin et amplifier les actions dont il a la responsabilité, tout en continuant d'inciter les acteurs essonniens à développer dans leurs domaines de compétences respectifs, les initiatives convergeant vers ce même cap. Cette dynamique se traduit en encourageant les Essonniens à travers un prix pour valoriser et récompenser les actions éco-citoyennes. Cette année, parmi les nombreuses actions proposées par les Essonniens, abordant des thématiques aussi variées que les déchets, l'économie circulaire, la nature, la solidarité, le handicap, la lutte contre le gaspillage ou les pollutions, l'éducation à l'environnement et au développement durable, 12 initiatives ont été sélectionnées par un jury. Pour les départager et les récompenser, ces 12 actions vont désormais être proposées à un vote citoyen sur www.actionplanete.essonne.fr du 11 mars au 14 avril 2019. Louise Lezy-Bruno - LLezy-bruno@cd-essonne.fr

Département de la Gironde : «Solutions Solidaires », nouvelle plateforme d’initiatives citoyennes

En partenariat avec Terra Nova, la Fondation Jean-Jaurès, Up, Harmonie mutuelle, l'Avise, Usbek & Rica et Alternatives économiques, le département de la Gironde lance « Solutions Solidaires ». Cette nouvelle une plateforme favorise l'émergence d'initiatives citoyennes au service des solidarités nouvelles sur son territoire. Face aux urgences climatiques et environnementales, mais aussi, face aux mutations numériques, économiques et à la mutation des revendications citoyennes, la Gironde estime que les solidarités encouragent et favorisent l'émergence de nouvelles initiatives citoyennes. Le Département souhaite ainsi augmenter l'animation territoriale des solidarités nouvelles, permettant d'organiser les idées et les initiatives émergentes « afin d'inventer ensemble les protections de demain ». Pour compléter le dispositif, une rencontre annuelle est aussi organisée afin de penser et mutualiser les retours d'expériences. La Gironde dispose ainsi d'un outil pour croiser, comparer et projeter les idées et les expérimentations des citoyens du territoire en imaginant des parcours de vie plus équilibrés et plus équitables. Pour en savoir plus. Julie Chabaud - j.chabaud@gironde.fr

Electriciens sans frontières : Île de la Dominique, de l’urgence à la reconstruction

Le 19 septembre 2017, l'ouragan Maria ravageait l'île de la Dominique causant des dégâts sur les habitations et mettant hors service la quasi-totalité du réseau électrique. Suite à cet ouragan, le Premier Ministre de la Dominique a émis le souhait que l'île devienne le 1er état insulaire résilient au dérèglement climatique. C'est dans ce contexte qu'une initiative citoyenne a émergée. Deux bénévoles d'Electriciens sans frontières ont pensé et porté un projet pour accompagner la transition énergétique de l'île. L'énergie photovoltaïque se prêtant au contexte, les bénévoles ont conçu et mené, avec 2 ministères, un projet répondant à 3 objectifs : sécurisation de la production d'électricité en cas de défaillance du réseau électrique centralisé, participation à la réduction de l'empreinte carbone* de l'île et réduction de la facture électrique. Cette initiative citoyenne pour la décarbonation des mix énergétiques de l'île est effective, puisque depuis fin 2018, 25 lampadaires sécurisent 3 artères principales de Roseau, 6 centres de santé sont équipés de centrales solaires autonomes, et un champ solaire de 40 kWc injecte directement dans le réseau électrique. Ce projet, qui se poursuit en 2019, contribue durablement aux ambitions de transition énergétique de l'île via la mise en oeuvre d'installations électriques renouvelables. Solène Vergerolles - solene.vergerolle@electriciens-sans-frontieres.org
* Environ 300 tonnes de CO2 non produits grâce aux 6 premiers kits autonomes ainsi que 700 tonnes pour le champ solaire avec une durée de vie moyenne de 15 ans pour ce type d`installation. © Electriciens sans frontières

L’association Empreintes Citoyennes lance un label « Village et Ville citoyennes »

Suite à une enquête montrant que les communes sont les collectivités les plus à même de porter les enjeux de la citoyenneté (enquête Citoyenneté et territoires 2015 par Empreintes Citoyennes), l'association Empreintes Citoyennes a lancé, en septembre 2017, une consultation qui aboutira à la construction d‘un label « Village & Ville citoyenne ». Le 7 décembre 2018, lors des 1ères Assises Villages et Villes Citoyennes, l'association a présenté les résultats des 14 mois de la consultation nationale « C'est quoi une ville citoyenne ?». Menée en partenariat avec le Comité 21 et la ville d'Hazebrouck et soutenue par un groupe de travail pluridisciplinaire, cette consultation, distinguée par le Prix de la Démocratie 2018, a pour vocation d'établir le portrait d'une ville qui favoriserait l'émancipation citoyenne, entretiendrait une relation de confiance avec ses citoyens, replacerait le citoyen au coeur de la vie et des décisions de la ville... Cette consultation a permis d'établir 7 piliers accompagnés de leurs enjeux et objectifs. Le label « Village & Ville citoyenne » qui en est issu a pour vocation de devenir un outil pour les territoires en 2020 et doit donc être pratique. Pour cela, en 2019, il est expérimenté sur un territoire pilote, la ville d'Hazebrouck, et mis en débat dans sept communes françaises (en cours d'identification). Pour en savoir plus. Julien Goupil - julien.goupil@empreintes-citoyennes.fr

Fondation de France : une démarche participative au coeur de la transition écologique

A l'issue d'une réflexion stratégique, la Fondation de France a décidé de mettre en place une démarche participative interne sur le développement durable. Six groupes de travail impliquant des collaborateurs volontaires se sont formés pour aborder des thèmes tels que la gestion des déchets, les achats et consommations responsables ainsi que la contribution de la Fondation de France aux Objectifs de Développement Durable (ODD) fixés par les Nations Unies. Ces groupes ont pour objectif de définir des priorités et des plans d'action pour le pilotage de la contribution de la Fondation de France aux ODD et la mise en oeuvre de mesures réduisant les externalités négatives induites par son fonctionnement. Elle assure ainsi la mise en cohérence de ses pratiques avec ses missions sociales. En parallèle, la Fondation de France intensifie son soutien aux initiatives innovantes, participatives et locales qui placent le citoyen au coeur de la transition écologique à travers un appel à projet dédié à ce thème. Lutte contre le changement climatique, préservation des ressources naturelles et de la biodiversité, développement de modes de vie durables etc. sont autant de défis qui font de la transition écologique un levier de transformation des sociétés et des territoires. Pour en savoir plus - Thierry Gissinger -thierry.gissinger@fdf.org

Le Forum International de la Météo et du Climat : entre partage et action climat

Créé en 2004, le Forum International de la Météo et du Climat (FIM) rassemble les experts du climat pour favoriser le partage d'expériences avec les citoyens et le passage à l'action climatique. La 16ème édition du FIM se déroulera du 25 au 28 mai 2019 sur le Parvis et dans les Salons de l'Hôtel de Ville de Paris. Elle est co-organisée par Météo et climat, IW2C et EcoAct. Cet événement comporte : un événement grand public (25 au 28 mai 2019), avec des animations, des ateliers pédagogiques et des débats participatifs. Ces journées sont une démarche collective portée par de nombreux acteurs tant institutionnels que privés, et ce, afin de favoriser les rencontres et les échanges entre le grand public, les chercheurs et les acteurs investis dans les questions climatiques ; un événement professionnel avec un media workshop à destination des présentateurs météo (27 & 28 mai ) et un colloque International le 28 mai 2019 sur la thématique «Climat : les nécessaires changements de comportements et de modes de vie, du citoyen au collectif». Inscriptions. Amandine Durupt - amandine@forumeteoclimat.com

Ifrée : « ETRES », un projet européen et des ressources pour accompagner la citoyenneté écologique !

L'Ifrée participe depuis 2 ans au projet européen Erasmus+ « ETRES » : Educational and Training Resources for Environment and Sustainability. Ce projet vise à étudier et soutenir le développement d'une fonction émergente dans les métiers de l'éducation à l'environnement : l'accompagnement de projets collectifs de citoyens en faveur de la transition écologique. Et cela en prenant en compte la réalité des différents partenaires: espagnols, grecs, italiens et français. Une première phase de travail en 2017 avait consisté à réaliser un état des lieux de l'émergence de cette fonction dans chaque pays, et bâtir un référentiel d'activité. Plusieurs ressources de formation ont été produites et sont maintenant disponibles pour l'auto-formation ou la formation (licence CC-By-SA), organisées selon 5 modules : EEDD et transition écologique ; Démarche participative et démocratie active ; Concevoir et piloter un dispositif d'accompagnement ; Dimension éducative de l'accompagnement ; Postures et pratiques de l'accompagnement. Présentation du projet, des partenaires et accès à l'ensemble des ressources. Annie Bauer - annie.bauer@ifree.asso.fr

Le 22 avril, célébrons le Jour de la Terre !

Mouvement écologiste, le Jour de la Terre, c'est la célébration par l'action chaque 22 avril, pour mettre citoyens, établissements et organisations en action. L'idée est de poser un geste concret, lors de cette journée afin de diminuer notre impact sur l'environnement, geste qui pourrait être adopté toute l'année. Ainsi, le Jour de la Terre propose de mettre en lumière les leaders de la transition écologique pour un monde durable au travers des activités organisées sur la France. Cette année encore, une belle programmation se dessine à travers l'hexagone. Vous souhaitez participer à ce mouvement international ! Consultez la liste d'idées d'activités (ateliers, projections, opérations terrain, conférences, etc.) pour célébrer le Jour de la Terre puis communiquez vos initiatives. Pour en savoir plus. Anne-Claire Jacquet - acjacquet@jourdelaterre.org

Pik Pik Environnement : devenir éco-citoyens avec « Welcome Chez Moi »

Face à l'urgence climatique, les publics sont débordés d'informations négatives et d'injonctions et n'arrivent pas à voir quelles actions concrètes ils peuvent mettre en oeuvre individuellement pour préserver l'environnement. PikPik Environnement, association d'éducation à l'environnement, s'investit auprès de tous les publics franciliens et plus particulièrement dans les quartiers, afin d'impulser des changements de comportements, de consommation et donner à chacun le pouvoir d'agir en éco-citoyen. Les animations du programme « Welcome Chez Moi » visent à diffuser des gestes concrets et positifs, puis à donner aux publics sensibilisés tous les outils pour s'en emparer et devenir des éco-citoyens. Lors des rencontres, différents thèmes sont abordés (les transports, le logement, la santé et les déchets) et les bénéfices de ces actions (santé, économies, etc.) sont mis en avant. Ce programme participatif s'appuie donc sur les logiques des défis participatifs (Défi Zéro Déchets, Défi Famille à Energie Positive), mais s'en distingue par son caractère ludique et sa capacité à être facilement « essaimable » par les participants. Pour en savoir plus. Camille de Ligondés - animation4@pikpik.org

Ici et Là-Bas, le nouvel outil pédagogique du programme Eco-Ecole de Teragir

L'Agenda 2030 représente une opportunité majeure d'éducation à la citoyenneté reliant ici et là-bas, local et global, présent et futur. C'est pourquoi avec l'AFD, l'association Teragir, qui développe le programme Eco-Ecole, a créé Ici et Là-Bas. Cet outil pédagogique permet de découvrir les Objectifs de développement durable (ODD) à travers des projets concrets, et invite les élèves à passer à l'action à leur tour ! L'outil est adressé prioritairement aux élèves du secondaire et propose deux outils. Tout d'abord, une carte interactive pour découvrir des projets dans le monde qui contribuent à l'Agenda 2030. Chaque fiche projet présente des clés de compréhension pour expliquer les enjeux auxquels les populations font face ailleurs dans le monde. Un guide pédagogique permet de mener un projet sur les ODD avec des élèves en 5 étapes successives, de l'enquête jusqu'aux actions concrètes dans son établissement scolaire et son territoire. Pour en savoir plus. Estelle Barrere - estelle.barrere@teragir.org

La vie de l'association
 
Save the date : Assemblée générale du Comité 21 du 20 juin 2019

Le Comité 21 organise son Assemblée générale le 20 juin à Paris (lieu à préciser). Outre les figures imposées de la validation du rapport d'activité et des comptes 2018, ainsi que du programme d'activité et du budget 2019, cette Assemblée sera l'occasion de renouveler entièrement le Conseil d'administration suite aux nouveaux statuts validés en Assemblée générale extraordinaire le 30 novembre 2018. Un appel à candidature est lancé auprès des adhérents du Comité 21. Les candidats présenteront leurs motivations lors de l'Assemblée générale. Si vous souhaitez rejoindre notre Conseil d'administration, n'hésitez pas à contacter avant le 20 juin Anne Page - page@comite21.org

Le Comité 21 en action
AU NATIONAL
Nouvelle publication du Comité 21 « De la RSE à l’engagement sociétal, vers une stratégie de transformation des entreprises »

A l'heure où la société semble vouloir s'emparer des enjeux climatiques et environnementaux, et demander des comptes aux Etats et aux organisations, tant publiques que privées, le Comité 21 publie une note sur l'engagement sociétal des entreprises. Travaux initiés depuis deux ans, cette note dessine à la fois les contours de politiques d'engagement sociétal plus efficaces mais identifie aussi les bonnes pratiques des adhérents du Comité 21 en la matière en proposant des pistes de mise en cohérence entre d'une part leur vision du « sociétal » et d'autre part leurs stratégies de Responsabilité Sociétale de l'Entreprise (RSE). Le Comité 21 propose dans cette note des pistes de travail : proposer une définition de l'engagement sociétal afin de permettre aux entreprises de définir avec conviction et dans le temps long, le sens de leur engagement sociétal ; lier les enjeux sociétaux et les objectifs des entreprises pour faire en sorte que les attentes sociétales soient prises en compte dans les stratégies des entreprises ; appréhender les limites actuelles de la RSE et proposer des pistes pour qu'elle puisse s'approfondir, se transformer et s'ancrer dans le business model des entreprises ; identifier les bonnes pratiques des stratégies d'engagement sociétal à travers une analyse qualitative de leurs rapports RSE ou rapports intégrés ; nourrir l'engagement sociétal des entreprises dans la perspective des articles 61 et 62 de la loi PACTE. Au-delà de la publication de cette note, le Comité 21 a organisé un débat le 20 mars sur ces questions. Note réservée à la presse sur demande et aux adhérents dans l'espace adhérents « Exclusivité adhérents. Contactez-nous pour obtenir vos codes. Lire la Note. Pour en savoir plus : lire l'article « Les ODD, une opportunité de sortie par le haut pour la RSE, selon le Comité 21 » avec l'aimable autorisation de reproduction d'AEF info. Sarah Dayan - dayan@comite21.org

Le Comité 21 et ORÉE contribuent au Grand Débat national !

Le 6 mars 2019, le Comité 21 et ORÉE ont mobilisé leurs réseaux et associé leurs expertises sur les enjeux de la transition écologique et de la justice sociale afin d'organiser un événement commun s'inscrivant dans le cadre du Grand Débat national. Le Comité 21 et ORÉE ont répondu à cet appel en organisant, à Agoranov, un débat auquel participaient leurs réseaux multi-acteurs (entreprises, collectivités territoriales, associations, établissement d'enseignement supérieur, médias...). Les deux associations mènent des programmes favorisant la transition écologique et s'appuient sur l'expertise et l'engagement de leurs membres et de leurs réseaux pour proposer des solutions concrètes et positives. Ce débat s'est déroulé en présence de Brune Poirson, secrétaire d'État pour la Transition écologique et solidaire et animé par Bettina Laville, présidente du Comité 21, et Patricia Savin, présidente d'ORÉE. Avec la mobilisation de plus d'une centaine d'acteurs du développement durable, ce débat a fait émerger des propositions en faveur d'une transition durable et juste. Le Comité 21 et son réseau ont proposé des contributions sur la citoyenneté écologique comme moteur de la transition écologique. Lire les contributions

« La Grande transformation : moteurs et leviers » : le Comité de prospective s’est réuni le 6 mars

Le Comité de prospective du Comité 21, présidé par l'économiste Philippe Dessertine, directeur de l'Institut de haute finance, s'est réuni le 6 mars dernier. Dans la perspective du rapport sur « La Grande transformation : moteurs et leviers » dont il a entrepris l'élaboration, cette réunion a permis de tirer les enseignements d'une vingtaine d'entretiens de membres du Comité et de personnalités extérieures, menés depuis trois mois, à travers une note de synthèse qui a servi de base aux débats de cette réunion. Plusieurs questionnements ont ainsi été posés : Pourquoi et comment se transformer ? Quand commence la mise en mouvement ? Qu'est-ce qui l'amorce ? Les mutations technologiques ? Les vecteurs économiques ? Les comportements des acteurs et de la société civile ? La gouvernance à travers ses différentes échelles ? Le rôle des territoires et des plateformes ? La révision des indicateurs socio-économiques et la question de la démocratie ont également fait l'objet de débats. D'autres entretiens sont programmés et un premier pré-rapport devrait être présenté au Comité de prospective d'ici quelques semaines. Georges Ribière - ribiere@comite21.org

Projet d’étude CPU, CGE et Comité 21 « Mutations sociétales et compétences : quels impacts sur les employeurs, les métiers, les filières et les diplômes ?

Informer les acteurs de l'enseignement supérieur et ses parties prenantes sur les compétences attendues par le monde socio-économique en matière de transition écologique et sociétale, tel est l'objectif principal de l'étude que le Comité 21 va mener pour la Conférence des Présidents d'Université (CPU) et la Conférence des Grandes Ecoles (CGE) dans les prochains mois. Il s'agira de comprendre comment les mutations sociétales en cours telles que la quête de sens et de transparence chez les jeunes, la demande en « redevabilité », la promotion des comportements vertueux pour l'environnement et le climat transforment les entreprises. Ces changements qui prennent davantage en compte le développement durable impliquent une réorganisation au sein du monde du travail faisant apparaître de nouveaux besoins en matière de compétences à tous les niveaux des organisations. Les adhérents du Comité 21 sont invités, s'ils le souhaitent, à nous faire part de leurs expériences et de leurs attentes en termes de compétences dans le contexte de ces injonctions sociétales. Mohamed Bangoura - bangoura@comite21.org

Prochainement, parution du guide méthodologique d’appropriation de l’Agenda 2030 pour les collectivités territoriales

Le Comité 21 sortira en juin prochain un « Guide méthodologique d'appropriation de l'Agenda 2030 par les collectivités territoriales françaises ». Ce guide est le fruit d'un travail collectif avec les adhérents du Comité 21 et une quinzaine de partenaires*. Il a pour ambition d'être un outil pour s'approprier les 17 ODD ainsi que les 169 cibles, pour que l'Agenda 2030 devienne un outil de pilotage des politiques publiques. A travers des témoignages de collectivités, pionnière dans l'exercice d'intégration des ODD, il vise également à partager des retours d'expériences réussies de tous niveaux de collectivités. Maxime Nebule - nebule@comite21.org
Les partenaires : l'Association des Départements de France, l'Association des Maires de France, l'Association Nôtre Village, l'Association des Petites Villes de France, la Caisse des dépôts, le CEREMA, Cités Unies France, le Conseil Général du Développement Durable (Ministère de la Transition écologique et solidaire), la Délégation pour l'action extérieure des collectivités territoriales (Ministère de l'Europe et des Affaires Etrangères), le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Partenariat Français pour l'Eau, le Rameau, Régions de France et Villes de France, le Rameau.

L’élaboration de la feuille de route nationale des ODD se poursuit

Le « Comité de pilotage de haut niveau » du 8 janvier dernier, co-présidé par Brune Poirson, Secrétaire d'Etat auprès du Ministre d'Etat, Ministre de la Transition écologique et solidaire, et Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d'État auprès du Ministre de l'Europe et des Affaires étrangère, a permis de faire le point sur l'état d'avancement de l'élaboration de la « Feuille de route nationale » de mise en oeuvre des ODD, qui doit être finalisée cet été pour être présentée devant l'Assemblé générale des Nations Unies par le Président de la République du 17 au 24 septembre 2019. Bettina Laville, Présidente du Comité 21, et Sarah Schönfeld, Directrice, ont participé à ce COPIL, qui se retrouve depuis à travers de nombreuses réunions de concertation, organisées sous l'égide du CGDD du Ministère, avec l'ensemble des parties prenantes, ONG, entreprises, collectivités, Parlement, notamment. A la suite des différents groupes de travail de ces derniers mois pour l’élaboration de la Feuille de route, le Ministère de la Transition écologique et solidaire souhaite aujourd'hui élargir la réflexion à d'autres acteurs, membres de la communauté ODD et au-delà, en organisant un atelier de créativité pour la feuille de route Agenda 2030-ODD, le 15 avril (13h30-17h30) auquel le Comité 21 participera. L'association poursuit ainsi son implication pour la mise en oeuvre de l'Agenda 2030, que ce soit dans le cadre de sa priorité nationale depuis 2016, que de sa déclinaison dans les territoires, notamment par le biais de son antenne Grand Ouest. Vous êtes pilote ou membre d'un groupe de travail de la feuille de route, inscrivez-vous ; vous n'avez jamais participé aux travaux d'écriture de la feuille de route, inscrivez-vous. Site Agenda 2030

 

Rendez-vous du Comité 21
 
Atelier du 25 avril en Maine-et-Loire: « L’économie circulaire, un levier pour le développement économique des territoires » du Comité 21 Grand Ouest

Deux premières journées ont été organisées le 23 novembre et 6 décembre 2018 pour montrer en quoi l'économie circulaire pouvait être au service du développement économique des territoires (animation des acteurs économiques, attractivité des zones d'activités, création de nouvelles filières, démarche d'écologie industrielle...). Cette nouvelle journée est placée sous le signe de l'appel à projet Economie Circulaire 2019 de la Région, la DREAL et l'ADEME. Destinée prioritairement aux élus et aux chargés de développement économique des EPCI, elle a pour objectif de découvrir l'appel à projet portant sur la mise en place d'un plan d'actions économie circulaire et les démarches d'écologie industrielle dans les collectivités locales, sur la base d'un diagnostic du territoire ; de comprendre comment mettre en place ou alimenter un plan d'actions économie circulaire sur son territoire ; d'alimenter sa propre démarche selon sa situation actuelle et ses moyens ; et de continuer d'identifier les synergies entre économie circulaire et développement économique. Plus d'information. Alexandre Pleurdeau - pleurdeau@comite21.org

Atelier du 22 mai à Paris : «Associer les parties prenantes pour définir la raison d’être de mon entreprise ? »

L'année 2019 sera, avec l'adoption de la loi PACTE et son article 61, l'année de la «raison d'être » et de l'« entreprise à mission ». A travers cet atelier interactif, le Comité21 se propose de vous accompagner dans votre réflexion sur ce choix que certaines entreprises ont déjà fait. Des Etats-Unis à l'Italie, en passant par le Canada ou le Royaume-Uni, les entreprises à mission fleurissent et traduisent une dynamique puissante. Qui sont les pionniers ? Comment les parties-prenantes sont-elles associées à sa réalisation ? En quoi la raison d'être ou la mission servent-elles à la fois l'entreprise et les parties prenantes ? Quels sont les écueils à éviter ? Pierre Victoria, directeur développement durable de Veolia, sera notre grand témoin. Les Ateliers du Comité 21 sont réservés à nos adhérents. Pour toute information et inscription : Sarah Dayan - dayan@comite21.org

Atelier du 5 juin à Paris : «L’Agenda 2030, leviers de performance de mon entreprise : comment utiliser les ODD pour définir ma stratégie ? »

En raison de l'accélération des risques (économiques, sociaux et environnementaux) et de la remise en cause progressive des modes de vie et de production, les entreprises se retrouvent confrontées à la nécessité de se transformer. Elles doivent ainsi décliner dans leur stratégie la prise de conscience du lien entre leurs activités et les mutations sociétales fortes. Pourquoi les ODD peuvent-ils permettre aux entreprises d'être performantes à la fois sur le plan business et sur le plan sociétal ? Comment utiliser les ODD pour redéfinir sa stratégie RSE, voire même sa stratégie globale ? Quelles entreprises se sont lancées et pourquoi ont-elles fait ce choix ? Noémie Bauer, Head of Sustainable Business chez Pernod Ricard, sera notre grand témoin. Les Ateliers du Comité 21 sont réservés à nos adhérents. Pour toute information et inscription : Sarah Dayan - dayan@comite21.org

Formation du 12 juin : « Le B.A-BA du dialogue avec les parties prenantes »

Le dialogue avec les parties prenantes est devenu un axe essentiel dans le déploiement d'une politique de développement durable. C'est un exercice qui suscite souvent beaucoup d'attentes et d'interrogations. C'est pourquoi il doit être dûment préparé en amont pour que les équipes dirigeantes et opérationnelles qui s'y engagent, ainsi que leurs parties prenantes, soient à même de remplir les objectifs à l'origine de la démarche. Cette formation vous propose de vous approprier les enjeux, la méthodologie et les outils d'un dialogue réussi avec les parties prenantes. Pourquoi organiser un dialogue avec les parties prenantes ? Quand et comment lancer la démarche ? Quels écueils éviter ? Quels outils utiliser ? Toutes ces questions seront abordées pendant la formation afin que votre organisation puisse tirer les bénéfices du dialogue avec ses parties prenantes. Pour toute information et inscription : Sarah Dayan - dayan@comite21.org

Formation du 3 juillet : « Diplomatie de l’environnement et du climat : les fondamentaux »

Avant la conférence de Rio de 1992, la diplomatie environnementale n'existait pas, sauf à travers des accords bilatéraux ou multilatéraux spécifiques visant surtout la maîtrise de pollutions. A partir des trois conventions signées à Rio (climat, biodiversité, désertification), trois branches diplomatiques nouvelles sont nées, d'une part de l'ONU, d'autre part des multiples conférences et accords intermédiaires organisés dans les différentes régions du monde, destinées à nourrir les avancées onusiennes. Les délégations de chaque pays se sont étoffées au point de disposer d'ambassadeurs spécifiques qui représentent leur pays dans toutes les négociations. Mais bien au-delà de la représentation des Etats, la diplomatie environnementale impacte les décisions des grands acteurs de la société civile. Ce mouvement environnemental a fait naître une gouvernance mondiale qui, dans ce monde de plus en plus fragmenté, reste vivace parce que les enjeux liés à la planète dépassent les tentatives actuelles de repli. Que vous soyez managers ou décideurs d'entreprises, élus ou responsables administratifs de collectivités, directeurs ou chargés de mission d'ONG, cette formation vous donnera l'indispensable bagage pour comprendre les enjeux de ce siècle et les envisager pour votre organisation au-delà des discours généraux. Pour toute information et inscription : Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org

Programme Adaptation : retour sur l’Atelier #5 sur les indicateurs de l’adaptation

Le 21 mars dernier, une vingtaine d'adhérents du Comité 21, issus d'entreprises, de collectivités ou d'associations, ont participé au 5e atelier du programme Adaptation aux changements climatiques, consacré cette fois aux indicateurs de l'adaptation. En préambule à cet atelier, Sarah Voirin, de l'Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC), est venue leur présenter le PNACC2. Puis l'atelier a débuté avec une présentation par Aude Bodiguel (ADEME) des divers outils et formations proposés par l'ADEME sur l'adaptation et ses mesures. Enfin, c'est Guillaume Simonet, expert Adaptation - qui co-construit ces ateliers avec le Comité 21 - qui a repris la main et présenté les pistes d'indicateurs émergents pour « mesurer l'adaptation ». Comme toujours ce sont les nombreux échanges entre participants et intervenants qui font vivre et font la richesse de l'atelier. Le prochain rendez-vous est fixé la journée du 17 mai à l'occasion d'une visite de terrain organisée à Angers sur le thème « Adaptation en milieu urbain ». Virginie Hugues - hugues@comite21.org. Pour en savoir plus sur le Programme

Coopérer pour réussir les transitions ! » : retour sur la première édition de l’université du Comite 21 Grand Ouest, les 21 et 22 mars

Le Comité 21 Grand Ouest organisait les 21 et 22 mars derniers la première édition de son Université, rassemblant tous les adhérents du réseau. Celle-ci se déroulait à Saint Hilaire-de-Riez, commune vendéenne adhérente et engagée dans le développement durable, au sein de l'atypique espace jeunesse du 45 Tours. Près d'une centaine de participants adhérents ont pu écouter les riches témoignages d'intervenants variés : Thierry Burlot (Région Bretagne), Julie Chabaud (Département de la Gironde), Guillaume Coutey (Mairie de Malaunay), Paul Fattal (Université de Nantes), Emery Jacquillat (Camif), Bettina Laville (Comité 21) et Camille Lemouzy (Bodin Bio), Pierre Victoria (Véolia). L'université s'est ainsi déroulée dans une ambiance chaleureuse et décontractée à travers différents temps d'ateliers (forum ouvert, challenges collectifs), et s'est terminée sur la visite inspirante de l'entreprise Thomsea. Plus d'informations (compte-rendu, photos) à venir. Antoine Charlot - charlot@comite21.org

Eco-dates
 

5/04 à Saint-Léon-sur-Vézère (24) : conférence « Et si nous produisions et consommions ensemble notre propre énergie ? » - Association Notre Village - en savoir plus
8-13/04
à Paris : 5ème édition de l'Université de la Paix « Face à l'urgence climatique : agir vite - La Cité internationale - en savoir plus
9/04
à Paris : conférence « Recours en justice pour le climat et l'environnement : que peut-on en attendre ? » - IDDRI - en savoir plus
9/04
à Paris: conférence «Transition Écologique et Numérique» - SERCE - en savoir plus
9-10/04
à Paris : Produrable, le salon du développement durable et de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) et des marques (RSM) et le forum NewWork - en savoir plus
10/04
à Paris : formation « Quel cap environnemental, social et sociétal donner à la finance à impact positif ? » - Novethic - en savoir plus
11/04
à Lyon : soirée Devenir acteur du changement «Quelle éducation pour demain ?» - Ashoka - en savoir plus
12/04
à Toulon : conférence RSE DD « Faire des économies en entreprise grâce au développement durable » - en savoir plus
15-16/04
à Paris : les 25 ans de 4D « Remède à l'effondrement : Apprenons à aimer ce siècle, ensemble » - en savoir plus
15-16/04
à Cannes : conférence « Santé et changements climatiques : soigner une humanité à +2°C » - Croix Rouge - en savoir plus
17/04
à Toulouse : Forum des ressources numériques pour l'éducation au développement durable :quels usages, quelles recherches ? - Festival FREDD - en savoir plus
17/04
à Paris La Défense : Conférence sur la préparation du sommet Afrique France 2020 consacré à la ville durable - Vivapolis et PFVT - en savoir plus
2-4/05
à Bonn (Allemagne) : festival des idées pour le développement durable - en savoir plus
11-26/05
: 19ème Quinzaine du commerce équitable - Plateforme du commerce équitable - en savoir plus
13/05
à Paris : conférence Quinzaine du commerce équitable « Inégalités et changement climatique : Quelle Europe pour faire face à ces enjeux planétaires ? » - Plateforme du commerce équitable - en savoir plus
15/05 à Archamps (74) : conférence « Et si nous bougions autrement et passions à l'éco-mobilité ? » - Association Notre Village - en savoir plus
20-21/05 à Paris: Forum de l'OCDE «Un monde émouvant» - en savoir plus
22-26/05
: Fête de la nature - en savoir plus
27-29/05
à Bordeaux : 3ème conférence internationale de la Chaire UNESCO « L'éducation au développement durable : levier de transition pour nos sociétés » - en savoir plus
28/05
à Paris : conférence « Changer les comportements et les modes de vie, un défi collectif" » à l'occasion du 16ème Forum de la Météo et du Climat - en savoir plus

3 questions à ...
François de Rugy, Ministre de la Transition écologique et solidaire

Le 16 janvier 2019 et dans le cadre du Grand Débat, vous avez appelé de vos voeux à une « Ecologie du citoyen », qu'attendez-vous de ce débat en matière d'Ecologie citoyenne ?

D'abord, l'écologie a bien été présente, discutée, défendue aussi, dans le cadre de ce grand débat, contrairement à ce que beaucoup prédisaient. Par ailleurs, le déroulement serein et digne du Grand débat doit énormément à l'implication des Maires dont je veux saluer la mobilisation. De la réception des cahiers de doléances - et de propositions ! - à celle des débats, ils ont permis le retour du dialogue. L'écologie doit capitaliser sur cette proximité remise à l'honneur. Ces derniers mois ont rappelé la nécessité d'être plus à l'écoute des spécificités de chacun, le besoin d'agir au plus près des territoires pour adapter notre action. La méthode ne peut pas être la même pour les villes et les campagnes, les centres-villes et les zones rurales, les quartiers et les périphéries urbaines. L'écologie citoyenne, ce sera celle qui saura relever le défi du sur-mesure et répondre aux besoins et aux aspirations particulières de chaque citoyen.

Que faudrait-il faire aujourd'hui pour renforcer l'engagement citoyen en matière d'écologie dans la société ? Pouvez-vous partager quelques propositions qui sont ressorties des débats auxquels vous avez participés ?

Cette confiance et cette proximité, c'est ce qui permettra de mobiliser davantage les citoyens. Car en rendant nos politiques plus lisibles, non seulement nous les rendons plus acceptables, mais nous rendons aussi l'écologie plus mobilisatrice. La confiance, ce n'est cependant pas seulement donner à voir, mais aussi donner à agir. Et c'est en développant une action par le contrat plutôt que par la contrainte, en faisant des collectivités non plus seulement des relais mais bien des partenaires de la transition, que nous réunirons les conditions financières propices à l'engagement citoyen. Il faut donner aux collectivités plus de responsabilités : non seulement des compétences, mais aussi des leviers d'actions. Cela suppose des ressources, mais il ne s'agit certainement pas d'en rester là. Car on n'acquiert pas la pleine autonomie avec de l'argent de poche, mais en mettant soi-même à profit et en valeur ses propres atouts, conformément à ses choix et à ses capacités. Nous devons donc faire évoluer la philosophie des finances locales, avec moins de transferts et plus de « circuit-court » en matière de fiscalité. A mon sens, c'est seulement dans ces conditions qu'une taxe carbone revue de fond en comble pourra être adaptée et acceptée par les citoyens, en rendant plus visibles les projets locaux et les initiatives citoyennes écologiques qu'elle finance.

Quel rôle peut avoir le citoyen dans la réalisation de la feuille de route nationale des ODD et de l'Agenda 2030?

De nombreux citoyens ont déjà joué leur rôle dans la réalisation de cette feuille de route, dont les travaux d'élaboration ont mobilisé non seulement les collectivités territoriales, les parlementaires et les associations, mais aussi des chercheurs, des entreprises avec une place réservée aux jeunes. De plus, j'ai souhaité que la première version de notre feuille de route puisse être alimentée par les conclusions du grand débat national. Mais il ne s'agit pas seulement d'écouter. Je souhaite que les propositions qui émergent permettent d'offrir à chacun l'opportunité d'agir à son échelle, y compris dans la perspective d'engagements internationaux. Tout le monde connaît cette devise venue des Etats-Unis, dont on dit trop peu qu'elle est d'un Français, l'agronome René Dubos : « penser global et agir local ». Il la prononçait pour la 1ère fois lors du Sommet de la Terre à Stockholm, en 1972. Depuis, je l'ai fait mienne.

@Crédit photo Manuel Bouquet

www.ecologique-solidaire.gouv.fr

3 questions à ...
Julien Goupil, directeur d’Empreintes citoyennes

Pouvez-vous nous présenter les missions et objectifs de l'association Empreintes citoyennes qui encourage la citoyenneté « active » ? Et qu'entendez-vous par Citoyenneté « active » ?

La citoyenneté n'est pas une identité parmi d'autres mais un statut qui permet à l'individu de dépasser ses appartenances genrées, sociales, ethniques, culturelles, religieuses... Par son rôle fédérateur, elle joue un rôle de liaison. Pour autant la citoyenneté est en crise... une crise de confiance car les citoyens considèrent qu'il y a peu ou pas de prise en compte de leur avis par les responsables politiques. Une crise de sens car la citoyenneté est galvaudée et répondre à une question telle que, « qu'est-ce qu'être citoyen », devient un exercice difficile. Une crise de pratique car les tendances sociétales telles que l'abstention, la baisse du bénévolat régulier, la hausse des incivilités, la baisse de l'engagement local politique, le repli sur soi, le communautarisme... persistent. Bref, un grand nombre de citoyens traverse une période de défiance profonde à l'égard du système, des institutions, des représentants... et remet en cause leur capacité, leur volonté d'agir, bref leur citoyenneté. C'est pour réenchanter la citoyenneté et participer à sa pratique active que nous nous mobilisons.

Nous entendons citoyen actif, un modèle de citoyen considéré et responsable, conscient de ses droits et de ses devoirs, qui fait preuve d'une morale sociale, d'un sens politique et d'une curiosité culturelle. Il témoigne d'une attitude positive dans la vie quotidienne et dépasse ses intérêts individuels pour favoriser l'intérêt général.

Que faudrait-il faire aujourd'hui pour renforcer l'engagement du citoyen comme acteur de son territoire, et plus particulièrement en matière d'écologie ?

La réponse est un peu dans la question. Il est difficile pour le citoyen de percevoir les effets de sa mobilisation, de sa participation à l'échelle nationale. Cette perception se fait plus claire à l'échelle de son territoire... Et son territoire naturel n'est-il pas celui de la Cité entendue comme le village, la ville ? Notre conviction est forte : c'est à l'échelle des communes de France que la citoyenneté peut se réhabiliter et se consolider. Aussi pour renforcer l'engagement du citoyen comme acteur de son territoire, faut-il construire une gouvernance communale plus ouverte, plus collaborative, plus compréhensible, plus transparente... une gouvernance qui considère, qui tient compte, qui rend compte, qui encourage... bref une gouvernance plus moderne.

A l'aube des élections 2020, dans le respect des principes de notre démocratie et des valeurs de notre république, nous avons l'opportunité de porter un nouveau modèle qui fera des 35 000 territoires communaux des espaces d'intelligence sociale et collective et qui rappellera le sens de l'intérêt général.

Notre démocratie est représentative mais cette représentation ne doit pas mettre en défaut notre devoir individuel d'agir et de penser pour la communauté. C'est dans cette perspective que nous construisons en partenariat avec le Comité 21, le label Villages et Villes Citoyennes.

En matière d'écologie, je suis très heureux de constater que l'on est passé de la notion d'éco-citoyenneté à la notion de citoyenneté écologique. Cette évolution sémantique apporte une réponse à la fameuse interrogation qui de l'oeuf ou de la poule... Plus sérieusement, elle témoigne que la sensibilité écologique est une des conséquences de la conscience et de la pratique citoyenne. Le citoyen en se réappropriant son statut et en devenant « actif » sera par essence écologique, laïque, politique, sociale, solidaire, philanthropique... Pour autant notons tout de même qu'en s'inscrivant dans la constitution, la charte de l'environnement institutionnalise la question écologique. Alors peut-être étendrons-nous bientôt la devise républicaine et découvrirons sur le fronton des mairies : liberté, égalité, fraternité, écologie...

Avez-vous des exemples à nous donner de territoires qui encouragent une citoyenneté écologique « active » ?

Je citerais la commune de Malaunay, ville de 6 017 habitants labellisée Cit'ergie et Territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEP-CV), qui se structure depuis plus de dix ans en territoire post-carbone. Petit poucet de la transition énergétique, la Ville mène ainsi un processus de transitions multiples (énergétique, écologique, économique, culturelle et citoyenne). Après avoir rénové son patrimoine, installé des panneaux solaires sur les toits, acheté des véhicules électriques et gaz, planté des espaces comestibles ou produit du miel... la Ville engage une nouvelle étape : impliquer les habitants, experts du quotidien, pour aller plus loin.

Le projet intitulé « La Transition Prend Ses Quartiers », inédit en France, mené en partenariat avec l'ADEME et la région Normandie, va faire la preuve que les habitants et acteurs de la ville peuvent mettre en oeuvre le changement des comportements. Au coeur du projet, des équipes (familles, voisins, amis...) sont coachées pour relever ensemble 6 défis, en trois phases pendant 3 mois : Explorer, Expérimenter et Transmettre. A l'issue de ces 3 mois les équipes du défi « La Transition Prend Ses Quartiers » ont partagé tout ce qu'ils ont appris et ont invité les habitants à se lancer dans la transition : jardinage, potager, zéro déchet, cuisine saine et écologique, économies d'eau et d'énergie, biodiversité en ville, mobilité, troc...

www.empreintes-citoyennes.fr/

Pour en savoir plus
Les préconisations du CESE pour «réconcilier la France »

Au regard des tensions que connaît la France depuis le mois de novembre 2018, le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) a publié, mardi 12 mars 2019 un avis intitulé « Fractures et transitions : réconcilier la France ». Cet avis a pour objectif de dégager des pistes et des propositions de réponses à la crise des Gilets Jaunes. Elaboré selon une méthodologie innovante, il inclut la contribution d'un groupe citoyen de 28 personnes et de chacune des 12 formations de travail du CESE, ainsi qu'une plateforme de consultation citoyenne où plus de 31 000 citoyens ont eu l'occasion de s'exprimer. Dans son état des lieux, le document met en avant les différentes fractures qui traversent le paysage social en France. En parallèle, le CESE s'interroge sur les changements de fond engagés par les transitions en cours : écologique, démographique, économique, numérique. L'avis propose donc l'élaboration d'un pacte productif, social et écologique à travers 20 préconisations, qui s'attardent aussi bien sur le contenu des décisions à prendre que sur la manière d'y associer les citoyens. Parmi elles, on retrouve des thématiques centrales telles que les inégalités sociales, le pouvoir d'achat, la mobilité-transports, l'accès aux services publics, l'alimentation, le logement, l'énergie... A lire - Voir la séance

Rapport sur la citoyenneté de l’Union 2017 : garantir et promouvoir les droits liés à la citoyenneté européenne

Dans son rapport de 2017 sur la citoyenneté de l'Union, la Commission européenne dresse un bilan des progrès accomplis depuis le précédent rapport de 2013. Depuis son institution à l'entrée en vigueur du traité de Maastricht de 1992, la citoyenneté européenne a progressé : la majorité des citoyens des pays membres se sentent également citoyens européens. Cependant, un certain nombre de droits assortis à cette citoyenneté restent encore méconnus. Dans ce rapport, la Commission présente plusieurs projets visant à promouvoir et garantir la citoyenneté européenne. Le rapport est réparti en quatre volets : promouvoir les droits liés à la citoyenneté de l'Union et les valeurs communes de l'UE, promouvoir et renforcer la participation des citoyens à la vie démocratique de l'Union, simplifier la vie quotidienne des citoyens de l'Union, renforcer la sécurité et promouvoir l'égalité. 68 pages - A lire

La citoyenneté comme projet de société dans l’étude 2018 du Conseil d’Etat

La «crise de la citoyenneté» est un terme récurrent depuis quelques temps maintenant. C'est pourquoi le Conseil d'Etat a décidé en 2018 de faire de la citoyenneté le sujet de son étude annuelle, intitulée « La citoyenneté - être (un) citoyen aujourd'hui ». L'étude propose une analyse des phénomènes qui affectent la citoyenneté, comme la crise de confiance et de représentativité, plutôt que d'affirmer qu'il existe une « crise de la citoyenneté » dans son ensemble. Au contraire, elle souligne un regain d'intérêt envers la citoyenneté à travers une volonté marquée des citoyens de participer à la vie collective. L'engagement au service de l'intérêt général ou encore le succès des plateformes participatives en sont des illustrations probantes. Ce renouveau de la citoyenneté est pour le Conseil d'Etat un moyen de renforcer l'unité nationale et restaurer la confiance des citoyens afin de faire de cette citoyenneté « notre projet de société ». 211 pages - A lire. 7 pages - Lire la synthèse

Contribution de la Plateforme RSE au Grand Débat national : « La RSE, démarche de dialogue et levier de transformation »

La Plateforme RSE, observatoire des enjeux émergents et lieu de dialogue et de concertations multi-acteurs, a souhaité apporter sa contribution au Grand Débat national qui s'est achevé le 18 mars dernier. La RSE peut, elle aussi, proposer de nouveaux modèles et nouvelles pratiques qui contribuent à la transition écologique et à la transformation sociale. Actrice des territoires, l'entreprise a un rôle à jouer dans les grands enjeux auxquels notre société est confrontée, enjeux liés notamment aux mutations profondes du travail, mais aussi aux mutations environnementales, culturelles et économiques. Dans ce contexte, la RSE représente une démarche de dialogue, mais est aussi un facteur de cohésion sociale et vecteur de la transition écologique. Dans cette contribution, la Plateforme RSE partage donc des éléments de réflexion nés de ses travaux menés depuis 2013. 22 pages - A lire

Forum et Débats du Comité 21
12 avril : 2ème édition du Forum annuel sur la citoyenneté écologique

En février 2018, le Comité 21 organisait son premier Forum annuel, consacré à la citoyenneté écologique. En 2019, année d'élections européennes, la deuxième édition, le 12 avril, sera consacrée à l'étude de la citoyenneté écologique en Europe. Nous nous interrogerons sur les nouvelles expressions de cette citoyenneté et la façon dont elles peuvent impacter le rythme de la transition écologique mais également la construction de l'Union européenne. Plusieurs intervenants issus de différents pays de l'Union seront invités à dresser un état des lieux de cette citoyenneté et à réfléchir sur l'impact de celle-ci sur les organisations et institutions publiques et privées. Autour de cette thématique originale, les débats devront aborder à la fois le rôle des citoyens européens dans la transition écologique et énergétique et celui de l'Union européenne pour mettre en oeuvre cette transition, en particulier à partir de l'Agenda 2030. L'événement étant déjà complet, les inscriptions sont désormais closes. Pour en savoir plus

28 mars : succès du débat sur la PPE et les orientations énergétiques françaises

Le 28 mars, dans le cadre de notre expertise « Changements climatiques et énergétiques », s'est ouvert le premier débat du Comité 21 entièrement consacré aux thématiques énergétiques. Il s'agissait de répondre à la question « PPE, loi énergie : les orientations énergétiques françaises sont-elles à la hauteur de l'Accord de Paris sur le climat ? ». Autour de la table-ronde animée par Bettina Laville, des professionnels et spécialistes du secteur : Patrice Bruel, directeur Régulation d'EDF, Justine Peullemeule, responsable animation d'Energie Partagée, Yannick Régnier, responsable Energies & Territoires au CLER et Alexandre Roesch, délégué du Syndicat des Energies Renouvelables. Tous ont pu débattre d'une PPE très conversée, document assez technocratique jugé assez faible sur sa capacité à promouvoir les énergies renouvelables. Le sujet de la décentralisation de l'énergie a été beaucoup abordé avec un constat : des collectivités et des citoyens demandeurs actifs sur les territoires, mais peu de moyens leur étant alloués pour faciliter leurs démarches et leur permettre d'être acteurs d'une transition énergétique ne pouvant être menée par le seul Etat central. Un compte-rendu sera bientôt disponible pour nos adhérents. Revoir le débat

20 mars : retour sur le débat « De la RSE vers une stratégie de transformation à la hauteur des enjeux du 21ème siècle »

A l'heure où la société semble vouloir s'emparer des enjeux climatiques et environnementaux, et demander des comptes aux Etats et aux organisations, tant publiques que privées, le Comité 21 a publié une note sur l'engagement sociétal des entreprises « De la RSE vers une stratégie de transformation à la hauteur des enjeux du 21ème siècle » (cf. rubrique « Le Comité 21 en action »). Au-delà de la publication de cette note, le Comité 21 est revenu sur ces questions à l'occasion d'un débat le 20 mars à Bpifrance, animé par Bettina Laville, présidente du Comité 21, et auquel étaient conviés, Roland Lescure, député, président de la Commission des Affaires Economiques de l'Assemblée Nationale, co-rapporteur de la loi PACTE, Sophie Chambon-Diallo, directrice du développement durable du Groupe SNCF, et Pierre Victoria, directeur du développement durable de Veolia. Les échanges ont permis notamment de revenir sur des instruments de réponse aux injonctions sociétales que sont le dialogue avec les parties prenantes ; la raison d'être et l'évolution de la gouvernance qui élargissent l'horizon de temps stratégique et permettent ainsi de réconcilier le présent et l'avenir ; les Objectifs du Développement Durable. Revoir le débat

Agenda du Comité 21

5/04 à Paris : réunion COPIL de l'étude CGE-CPU en partenariat avec le Comité 21 sur « Mutations sociétales et compétences : quels impacts sur les employeurs, les métiers, les filières et les diplômes ? »
9/04 à Paris - 15h à 16h : intervention à Produrable à la table ronde« La RSO s'empare des acteurs publics »
9/04
à Versailles : intervention à l'atelier sur le thème « Inscrire la politique dans son contexte : l'agenda commun des Objectifs pour le développement durable » organisé par le Conseil départemental des Yvelines
10/04
à Paris : animation du Comité 21 au salon Produrable de l'atelier participatif sur « Intelligence Artificielle et Blockchain au secours de l'environnement ! de 14h30 à 15h30 (Salle Espace Agora)
12/04
à l'OCDE : Forum annuel du Comité 21 sur la citoyenneté écologique européenne à Paris
15/04
à Paris : contribution à la journée « Atelier de créativité pour la feuille de route ODD » organisée par le Ministère de la Transition écologique et solidaire
18/04
à St Quentin La Motte (Picardie) : conférence-débat du Comité 21 « Les Objectifs du Développement Durable : un enjeu pour nos territoires et ses acteurs économiques » - CCI Littoral Hauts de France et Rotary Club de Eu
20/04
à Toulouse : intervention de la présidente du Comité 21 sur les ODD dans le cadre du Festival FreDD
25/04
en Maine-et-Loire : atelier « L'économie circulaire, un levier pour le développement économique des territoires » à destination des EPCI organisé par le Comité 21 Grand Ouest
22/05 à Paris : atelier « Associer les parties prenantes pour définir la raison d'être de mon entreprise ? »
23-24/05
: séminaire d'équipe du Comité 21
5/06
à Paris : atelier « L'Agenda 2030, leviers de performance de mon entreprise : comment utiliser les ODD pour définir ma stratégie ?
12/06
à Paris : formation « Le B.A-BA du dialogue avec les parties prenantes »
20/06
à Paris : Assemblée générale du Comité 21
3/07
à Paris : formation « Diplomatie de l'environnement et du climat : les fondamentaux »

Le Comité 21 partenaire
Le Comité 21 participe à l’édition 2019 du salon Produrable !

La 19e édition du salon Produrable se tiendra les 9 et 10 avril prochains. Cet événement professionnel rassemble de nombreux acteurs de l'économie durable et permet de mettre en valeur les solutions dans ce domaine, avec pour thèmes phares cette année : la production et la consommation responsables, la finance à impact positif et la « ville à vivre ». Le Numérique éthique et responsable comptant parmi les deux enjeux clés de cette édition, aux côtés de la Biodiversité, le Comité 21, partenaire de Produrable, animera le 10 avril de 14h30 à 15h30 (Salle Espace Agora) un atelier participatif sur « Intelligence Artificielle et Blockchain au secours de l'environnement ! ». L'IA et la blockchain peuvent-elles apporter des solutions aux enjeux environnementaux ? Quelles innovations ont déjà fait leur preuve ? Quels secteurs pourraient le plus profiter de ces nouvelles technologies ? Trois start-ups de l'IA et de la blockchain, Carbon Bee, The Energy Origin et nam.R répondront à ces questions. Le Comité 21 interviendra également le 9 avril à 15h25 à la table ronde « La RSO s'empare des acteurs publics». En tant que partenaire du salon, nous avons le plaisir de faire bénéficier de places gratuites à nos adhérents. Pour en savoir plus

Participez au Festival international du Film d'Environnement FReDD #9 « Biodiversité mon Amour » du 10 au 20 avril

L'association FReDD (Film, Recherche et Développement Durable), centrée sur les problématiques du développement durable, a pour objectifs de valoriser et de diffuser des films mettant en avant une réflexion sur ces questions. Dans le cadre de son festival annuel, elle présente ainsi des productions du monde entier afin de sensibiliser le public et de promouvoir l'engagent citoyen. Cette année, le 9ème festival international du film d'environnement se déroulera du 10 au 20 avril 2019 à Toulouse et en région Occitanie sur le thème « Biodiversité, mon amour ». Cet événement sera l'occasion de présenter les meilleures productions cinématographiques tant locales qu'internationales autour des problématiques liées à la biodiversité avec l'investissement et l'implication d'acteurs locaux et régionaux. Le Comité 21 est partenaire du Festival et Bettina Laville, présidente du Comité 21 et marraine du Festival, interviendra le 20 avril à 16h30 sur le Comité 21, la protection de la Biodiversité et la mise en oeuvre des Objectifs du développement durable. En tant que Marraine du Festival, elle participera à la cérémonie de remise des prix à 19h30. Programme complet

Le Comité 21, partenaire du Sommet Virtuel du Climat

Initié par l'APCC (Association des Professionnels en Conseil Climat, Energie et Environnement), et co-porté avec l'ADEME, l'ABC, CEREMA et CINOV, le Sommet Virtuel du Climat, 1er événement 100% en ligne dédié au climat, se déroulera du 18 au 28 novembre 2019. A destination des entreprises, collectivités et acteurs de la finance, cet événement sera composé d'une trentaine de webconférences et d'une journée de salon virtuel. Les webconférences s'articuleront autour d'interventions d'experts et de témoignages, afin de fournir des clés de réponses et des leviers d'actions concrets aux organisations pour leur permettre de mieux passer à l'action face aux problématiques du changement climatique. Le salon virtuel quant à lui sera l'occasion pour les participants, intervenants et sponsors, d'interagir librement. Dans ce contexte, ses membres ont droit à une réduction de 15% sur les 3 packs Sponsor Officiel, Sponsor & Salon. Un appel à candidature pour organiser des webconférence sera lancé en avril ; n'hésitez pas à candidater. Pour en savoir plus - support de présentation pour les sponsors et partenaires

Appel à projet
La CCNUCC lance l’édition 2019 des Prix mondiaux d’action pour le climat

Les Prix mondiaux d'action pour le climat (UN Global Climate Action Award), organisés par le secrétariat des Nations Unies sur les changements climatiques, ont pour but de présenter les actions et ambitions des gouvernements nationaux pour la mise en oeuvre de l'Accord de Paris et des ODD. Certaines initiatives sont des exemples novateurs, évolutifs et reproductibles et peuvent inciter l'ensemble des acteurs à agir. Les projets sélectionnés seront représentés à la COP 25 au Chili en faisant l'objet d'une reconnaissance publique du secrétariat de la CCNUCC et pourront discuter avec de potentiels bailleurs de fonds. Les projets seront également promus avec la création d'une vidéo et d'une page dédiée sur le site de la CCNUCC. Les organisations, villes, entreprises, écoles, gouvernements qui entreprennent des actions novatrices et inspirantes sont invités à s'inscrire et déposer leur projet avant le 30 avril sur le portail « Momentum for Change ». Pour en savoir plus.

Réalisateurs, soumettez vos courts-métrages au Festival du Film des ODD en Action

Le Festival du Film des ODD en Action, coordonné par la Division ODD du Département des Affaires Economiques et Sociales des Nations Unies, est un concours de courts-métrages qui vise à mettre en lumière la façon dont les individus et les organisations, à travers le monde, s'approprient et mettent en action les 17 ODD. Le Festival, lancé en 2018, a lieu tous les ans au mois de juillet au siège des Nations Unies à New York. Le concours donne la possibilité aux professionnels et amateurs de soumettre tout type de films dont la durée n'excède pas 20 minutes, et qui met en valeur des solutions aptes à répondre aux menaces qui pèsent sur le monde afin de faire des ODD une réalité. Les participations à l'édition 2019 sont ouvertes jusqu'au 26 avril pour les catégories suivantes : Protéger la planète, Réduire les inégalités, Construire la paix, Assurer la qualité de l'éducation et de l'emploi, Jeunes réalisateurs (24 ans ou moins), Les ODD en réalité virtuelle/360°. Les courts-métrages lauréats de chaque catégorie seront diffusés pendant le festival et les réalisateurs invités à participer aux activités pendant l'événement. Pour en savoir plus.

Appel à contributions pour le 12e Forum Mondial Convergences : « Egalité – Transitions – Solutions »

Chaque année depuis 2008, le Forum Mondial Convergences rassemble jusqu'à 5000 acteurs français et internationaux engagés pour l'atteinte des Objectifs de développement durable et la construction d'un monde « Zéro exclusion, Zéro carbone, Zéro pauvreté ». Il accueille ainsi des représentants des secteurs public, privé, solidaire, académique et des médias, et constitue un espace de rencontre et d'échange unique. Le 12e Forum Mondial Convergences, qui aura lieu les 5 et 6 septembre 2019 au Palais Brongniart à Paris, aura pour thématique « Egalité - Transitions - Solutions ». Il s'articulera autour des défis de la lutte contre les inégalités et de l'inclusion, dans le contexte des grandes transitions contemporaines (écologique, sociétale, économique, technologique, etc.). Les organisations de différentes natures sont invitées à participer à la construction de ce forum en co-organisant une session, afin qu'elles puissent partager et valoriser leurs expériences, leurs expertises et leurs outils auprès d'une audience de professionnels de tous les secteurs. Vous pouvez dès à présent contribuer à cette édition avec Convergences et ses partenaires, en remplissant le formulaire de co-organisation d'une session et en signant la lettre d'engagement avant le 26 avril. Paul Constantin - paul.constantin@convergence.org. Pour en savoir plus

A lire
Le nouveau numéro d’UP le mag : « Quel avenir pour nos campagnes ? »

UP le mag est un magazine trimestriel du Groupe SOS, abordant les questions de consommation responsable et de développement durable en France. Le 23e numéro, intitulé « Quel avenir pour nos campagnes ? », met en avant la problématique des territoires, à partir des fractures sociales, économiques et géographiques soulevées lors des récents débats en France. Il aborde à la question des campagnes, montrant que malgré les préjugés et les difficultés auxquels elles doivent faire face, elles sont aussi un terrain d'opportunités et d'initiatives fertiles. On trouve notamment dans ce dossier spécial un article intitulé « 5 initiatives sociales et solidaires qui ont redonné vie à des villages ». Le Comité 21 est partenaire d'UP le mag. Pour en savoir plus - S'abonner

« Survivre au péril plastique » de Matthieu Combe

Avec 8,3 milliards de tonnes produites depuis 1950, le plastique et sa pollution sont des sujets particulièrement brûlants ces derniers temps. Dans son essai « Survivre au péril du plastique », Matthieu Combe, ingénieur chimiste et fondateur de la revue environnementale Natura-sciences.com, dresse un exposé du plastique et de ses impacts en matière de santé et d'environnement à l'échelle mondiale. Il propose ensuite des solutions déjà mises en place par une multitude d'acteurs : nouvelles méthodes de production et de distribution, bioplastiques, substitution par des matériaux renouvelables... Pour en savoir plus. Ed. Rue de l'échiquier - 256 pages - 20€

« Famille en transition écologique » de Jérémie Pichon

Quel est le véritable impact de notre mode de vie sur l'environnement ? Comment le mesurer ? Et surtout : quels changements opérer dans notre vie de tous les jours si l'on veut préserver la planète ? Ce livre, à la fois manifeste pour la sobriété et guide pratique, vous invite à entrer les deux pieds dans la transition écologique. Avec l'aide d'ingénieurs spécialisés en bilan carbone et analyse de cycle de vie, Jérémie Pichon passe au peigne fin, toujours avec humour, le coût écologique de notre vie quotidienne : transport, logement, alimentation, électronique, épargne... Sur la base de cette analyse fouillée, il nous invite à redéfinir nos priorités et propose un plan d'actions pour amorcer en famille une vraie transition écologique. Ce guide est aussi la démonstration que chacun peut être acteur de la transition écologique, par le retour à un système plus humain et à un mode de vie plus simple. Pour en savoir plus. Ed. Thierry Souccar - 232 pages - 15€