Le Comité 21 en 4 défis !


L’ADN du Comité 21 est fondé sur l’approche multiacteurs et transversale, la coopération territoriale et le dialogue avec les parties prenantes. Il soutient que cette dynamique est une clé de réussite du déploiement et de l’intégration du développement durable.

Le Comité 21 doit faciliter la prise en compte du développement durable dans les stratégies, sa mise en œuvre dans les organisations, aider à comprendre les enjeux présents et à se projeter dans le futur. Il s’engage à se rapprocher des territoires et à favoriser l’articulation des démarches des différents acteurs. Il ouvre le réseau et ses travaux à la dimension internationale.




Responsabilité et engagement des organisations

Le Comité 21 contribue au débat public et accompagne depuis plus de 20 ans les organisations dans leur appropriation des enjeux du développement durable et le déploiement de politiques et de stratégies.

Nous aidons les acteurs à progresser dans ce domaine en proposant :  des ateliers, des publications, des débats, retours d’expériences et échanges de bonnes pratiques entre adhérents,  un accompagnement personnalisé en phase avec les besoins émergents des entreprises et des organisations ; des formations ; une veille des actions menées notamment par nos membres et partagées auprès de plus de 8000 contacts via notre newsletter « Infos 21 ».

La spécificité du Comité 21 repose sur sa dimension multi-acteurs qui permet à différentes structures de s’enrichir mutuellement en apportant des visions et pratiques nouvelles et complémentaires. Ceci permet d’innover dans les réponses des organisations aux enjeux du développement durable mais aussi de créer des synergies entre structures de nature différente autour d’une préoccupation commune.

En tant que plateforme multi-acteurs, le dialogue sociétal constitue le paradigme du Comité 21 depuis près de 25 ans. Animé par la conviction que la transformation ne pourra se faire sans le dialogue entre les parties prenantes et le développement de partenariats, le Comité 21 a contribué à donner un cadre méthodologique et à mettre en œuvre la concertation en France.

D’autre part, avec l’adoption de l’Agenda 2030 et des Objectifs de développement durable (ODD) en 2015, un nouveau cadre international reconnu permet d’interroger les stratégies et actions mises en œuvre par nos organisations, qu’elles soient publiques ou privées. L’Agenda 2030 les emmène dans une trajectoire commune du développement durable. C’est aussi une opportunité pour repenser le développement et accroître leur engagement sociétal. Le Comité 21 contribue à l’élaboration de la feuille de route nationale des ODD et, en 2017 et 2018 a publié deux rapports sur l’appropriation des ODD par les acteurs non étatiques en France. Il propose de décrypter cette nouvelle grille de lecture et apporte une vision claire des différentes manières dont les organisations peuvent s’en saisir pour rendre plus ambitieuses et plus intégrées leur stratégie de développement durable.

En 2019, l’action du Comité 21 s’articule autour de trois grands thèmes clés pour la responsabilité sociétale des organisations :

-        l’engagement sociétal des organisations

-        les ODD et la RSE

-        le dialogue avec les parties prenantes



Responsabilité sociétale



Le volet « sociétal » n’a cessé de prendre de l'ampleur ces dernières années. Aux trois piliers du développement durable, la dimension sociétale vient parfois s’ajouter comme quatrième enjeu ouvrant la RSE à de nouveaux sujets et de nouveaux domaines d’action.  

L’engagement sociétal est aujourd'hui principalement abordé par les grandes entreprises, à travers des missions variées telles que la philanthropie, le mécénat de compétences ou financier. Cet enjeu reste une question complexe, l'alliance entreprise/société n'allant pas toujours de soi, et une vision binaire pouvant parfois opposer l'intérêt général de la société et la recherche de profit des entreprises.

Dans ce contexte le Comité 21 a engagé depuis 2016 un cycle de rencontres et de débats  autour de l’engagement sociétal pour permettre à nos adhérents d’identifier les leviers d’actions à mettre en œuvre pour s’approprier ce concept en évolution perpétuelle. En 2018, le Comité 21 poursuit ses travaux sous le prisme des ODD avec la sortie d'une note "ODD, une opportunité pour accroître l'engagement sociétal".

L'engagement sociétal des entreprises est également au coeur du débat législatif, avec le projet de loi PACTE (plan d'action pour la croissance  et la transformation des entreprises), pour lequel le gouvernement a confié une mission sur "Entreprise et intérêt général » à Nicole Notat, présidente de Vigeo-Eiris et à Jean-Dominique Sénard, président du groupe Michelin. Dans ce contexte, le Comité 21 organise un débat pour comprendre les tenants et aboutissants de cette loi et son impact sur les entreprises, avec comme invitée Nicole Notat.

En plus de son expertise sur le sociétal, le Comité 21 continue de proposer à ses adhérents une expertise spécifique aux questions de RSE afin de contribuer à la réflexion collective sur l’intégration des principes de développement durable dans les stratégies et les activités des acteurs économiques.

L’accompagnement des membres du réseau se matérialise par :

  • Le suivi des entreprises adhérentes dans la conception, la mise en œuvre et la valorisation de leurs stratégies de développement durable
  • La mise en réseau avec des adhérents ressources des autres Collèges : collectivités, ONG et associations, établissements publics, organisations internationales
  • La production d'outils pratiques sur des thèmes clés du management ou sur des secteurs d'activité, avec publications interne ou externe

Fort de son expérience en matière de RSE, le Comité 21 propose des éclairages sur des thématiques qui façonnent l’actualité telles que le reporting, le devoir de vigilance, le dialogue parties prenantes à l'aune des évolutions législatives, les jeunes et l'entreprise, la biodiversité dans la RSE...

Le Comité 21 est également membre de la Plateforme RSE.

Consultez les avancées des groupes de travail : cliquez ici




Dialogue parties prenantes


Le dialogue avec les parties prenantes est l'un des piliers d'une démarche de Responsabilité Sociétale d'Entreprise (RSE). Il conditionne la légitimité et l'efficacité des stratégies menées, sous réserve qu'il dépasse le simple exercice de communication et d'information.

Le Comité 21 conçoit et anime à la demande d'entreprises adhérentes (Areva, GDF SUEZ, Eiffage, Suez Environnement, Coca-Cola, Mobivia, Sanofi…), des démarches de concertation "sur mesure" avec des panels de parties prenantes externes (ONG, collectivités locales, experts, etc.). Réunissant les directions stratégiques de l'entreprises (direction générale, ressources humaines, finance, marketing, achats, etc.) les sessions de concertation permettent de mieux faire comprendre l'action de la direction de développement durable de l'entreprise tant en interne, qu'à l'externe et ce, tout en permettant aux parties prenantes de challenger les politiques mises en place.

Le Comité 21 propose un cadre méthodologique composé de principes directeurs, d’un guide ainsi qu'une note, issu d’un travail de concertation et de co-construction avec ses adhérents et les praticiens du dialogue :

-          Les Principes directeurs pour un dialogue constructif avec les parties prenantes : Par leur portée universelle, les Principes directeurs ont vocation à promouvoir l’intégration des démarches de dialogue avec les parties prenantes dans les processus de gouvernance et de management de toutes organisations. Le dialogue avec les parties prenantes est présenté comme un levier créateur de liens, d’innovation et de valeur ajoutée dans une société qui doit faire davantage place à l’écoute et la co-construction. Ce texte d’engagement peut être ratifié par toute organisation souscrivant aux Principes directeurs.
Télécharger les Principes directeurs
Télécharger le communiqué avec la liste des signataires (juillet 2016)

-          Le Guide méthodologique pour un dialogue constructif avec les parties prenantes : Ce document, à destination des opérationnels, accompagne les Principes directeurs. Il propose 47 recommandations méthodologiques pour mettre en œuvre et respecter concrètement ces Principes. Il présente également une liste de questions à se poser au cours du déploiement de la démarche de dialogue afin que l'initiateur de la démarche comme les parties prenantes s'assurent de sa qualité.
Télécharger le Guide méthodologique 

-          La Note 21 sur le dialogue avec les parties prenantes : En appui au Guide méthodologique, la Note 21 approfondie les recommandations méthodologiques au travers d'exemples, de bonnes pratiques, d'études de cas et d'interviews d’acteurs et praticiens du dialogue avec les parties prenantes.
La Note 21 Dialogue parties prenantes

Le Comité 21 organise en 2018 un débat "Parties Prenantes : vers un dialogue renouvelé ?". Il s'agira ici de réfléchir aux impacts de la législation (devoir de vigilance, lanceur d'alerte, projet de loi PACTE, etc...) sur le dialogue des parties prenantes avec l'entreprise. Ce débat propose d'une part, d'interroger quelles parties prenantes devraient s'exprimer sur leurs attentes et le rôle de l'entreprise et d'autre part, la nécessite, ou pas de définir un cadre juridique sur leur rôle.



ODD et RSO

ODD et RSO
Les 17 Objectifs de Développement Durable constituent un appel aux Etats, aux collectivités, aux entreprises et à tous les citoyens du monde pour tracer les feuilles de route qui permettront d’aller vers l’éradication de la pauvreté, le rétablissement de la paix, l’éducation pour tous et la protection de la planète. Quelle que soit sa condition, le niveau de développement du pays où l’on réside, les moyens dont l’on dispose, les ODD offrent à tous un cadre de référence universel, une vue d’ensemble d’objectifs à atteindre et qui s’appliquent aussi bien aux acteurs publics que privés, aux individus qu’aux organisations, dans le cadre d’un agenda qui court jusqu’à 2030.

Dans ce contexte, le Comité 21 incite les organisations adhérentes du réseau à intégrer les ODD dans leur stratégie de développement durable. Pour y parvenir, des ateliers de réflexion sont proposés pour la co-construction d'outils en faveur de la prise en compte des ODD dans les différents métiers d’une organisation.

Après avoir abordé la fonction achats responsables et reporting extra-financier, les ateliers pour 2018 porteront sur :

- La fonction marketing, à l'interface entre les ODD et la création de valeurs
- Les ODD : un nouveau champ pour la comptabilité des entreprises
- Logistique et ODD : vers un référentiel commun

*Les ateliers sont réservés aux adhérents.



De l'Agenda 21 aux ODD

 


L’action locale n’a probablement jamais été aussi ambitieuse pour parvenir à intégrer le développement durable au plus près des réalités territoriales et citoyennes. Au cœur du Comité 21 depuis sa création, l'expertise Territoires Durables évolue au regard d’enjeux territoriaux qui se précisent, au fur et à mesure de la restructuration du paysage décentralisé français et des dynamiques mondiales qui se renforcent.

Né de la Déclaration de Rio en 1992, l'Agenda 21 a marqué la nécessaire reconnaissance des collectivités locales et de leurs actions territoriales pour construire les conditions d'un développement durable mondial. Elles se sont progressivement emparées de cette responsabilité en élaborant leur démarche Agenda 21, leur permettant d'acquérir l'expérience et la maturité favorables à un socle solide pour construire les modèles territoriaux de demain. 

C'est sur ce socle que doit désormais s'appuyer la réalisation en France des Objectifs de Développement Durable, adoptés par les Nations unies en 2015 et qui formalisent une échéance plus ambitieuse, mais surtout plus urgente, de transformation.

Ce nouvel Agenda 2030 donne à la fois un repère temporel dans la réalisation des défis de ce siècle qu'identifiait déjà l'Agenda 21, et appelle la mobilisation de toutes les organisations, toutes les communautés. 



Le Tour de France des ODD


Convaincu que c'est à l'échelle des territoires que les organisations, les citoyens, les pouvoirs publics locaux peuvent se fédérer autour d'une identité et d'objectifs communs en faveur de la réalisation de l'Agenda 2030, le Comité 21 a lancé en 2017 le Tour de France des Objectifs de Développement Durable. 

Pendant trois ans, le Comité 21 proposera aux acteurs régionaux et locaux de se rencontrer, de découvrir l'Agenda 2030 et d'échanger pour identifier comment intégrer les ODD dans les stratégies de développement durable, quels partenariats nouer pour renforcer l'efficacité et la pérennité des actions, et comment faire des territoires les leviers d'une transformation mondiale. 



Nouveaux modèles d'attractivité territoriale

Aux premières loges de ces transformations sociétales, qui se lancent d’abord dans les territoires, le Comité 21 constate avec intérêt que les nouveaux modèles économiques et démocratiques sont possibles grâce à un élément incontournable : le multi-acteurs !
Ces nouveaux modèles ne peuvent en effet exister s’ils ne s’appuient pas sur les forces vives de nos territoires. Et elles sont nombreuses, ces forces vives !

Le Comité 21 propose à ses adhérents des rendez-vous, des outils et de la méthodologie de travail pour leur permettre d’inscrire leur démarche dans l’architecture de ces nouveaux modèles. Comment mieux associer les citoyens à l’élaboration d’un PCAET et quelles techniques d’animation ? Comment faire se rencontrer collectivités et entreprises pour construire un développement territorial soutenable ? Comment prioriser les enjeux du territoire en dialoguant avec toutes les parties prenantes et comment en rendre compte ? 

Aujourd’hui, les initiatives qui fonctionnent, qui redonnent du sens, sont celles qui réussissent à réunir les acteurs, dans les conditions de l’intelligence collective, en leur proposant de s’emparer de leur responsabilité pour poursuivre un but commun : celui de territoires attractifs et ambitieusement durables, tant pour les entreprises que pour les habitants.



Prospective et durabilité

Á la création du Comité 21, en 1994, ses fondatrices Simone Veil, Huguette Bouchardeau, Bettina Laville, et son président Serge Antoine, ont inscrit dans ses statuts la conduite de travaux de réflexion sur l'apport de la société civile à l’environnement et au développement durable. Á partir d’études de cas et de recherches, il produit depuis démonstrations et propositions pour contribuer à la transition énergétique et écologique et mobiliser les acteurs pour la transformation socio-économique de notre société.

Les travaux de prospective de 2009 à 2016

Après la crise financière de 2007/2008 a été créé un « Comité de prospective » destiné à apporter une contribution du Comité 21 face à la crise économique et à ses conséquences sociales, et aux enjeux environnementaux de la planète. Ce Comité a élaboré jusqu'en 2012 un certain nombre de rapports et de notes dans cette optique.
Télécharger ces documents : « Temps de crise » (juin 2009) ; « Vers un nouveau modèle urbain ? » (résumé, mai 2011) ; « La ville, nouvel écosystème du XXIème siècle » (fin 2011) ; « Trois défis pour Rio + 20 » (juin 2012) ; « Après Rio +20, (re)dessiner le futur » (mai 2013) ; Cahier de prospective faisant la synthèse des travaux du Comité de prospective (mai 2014).

De 2013 jusqu'en 2015, les thématiques liées au rôle du Comité 21 pour la sortie de crises ont été poursuivies et se sont orientées plus directement sur l'apport des démarches de développement durable à l'attractivité et à la prospérité des territoires. En effet, la question du retour sur investissement, aussi bien en termes de bénéfices environnementaux, sociaux et économiques que d'avantages comparatifs, est cruciale pour pérenniser et orienter les démarches territoriales et de responsabilité sociétale. 

Télécharger le cahier de prospective « Nouveaux modèles, nouveaux marqueurs, nouveaux territoires » (juillet 2015)

Enfin, pendant la même période et jusqu'en 2017, toujours dans cette recherche de démonstration de valeur ajoutée, des travaux de recherche, menés en partenariat avec l’Université Versailles – Saint Quentin en Yvelines, ont visé à démontrer le surcroît effectif de valeurs dans les territoires où ces dynamiques sont à l’œuvre. Á partir de là, un indicateur de soutenabilité sera construit et diffusé. Ce travail permet de mettre en lumière de nouveaux modèles socio-économiques expérimentés qui dessinent les voies vers la sortie de crises.

 



Comité de prospective



La contribution à la mise en oeuvre des « Objectifs de développement durable » (« Agenda 2030 »), adoptés par les Nations Unies en septembre 2015, est désormais le fil conducteur de l'action du Comité 21 pour les années à venir. Cette perspective amène logiquement le Comité 21 à une nouvelle impulsion au niveau de ses réflexions prospectives et c'est pourquoi il a été décidé de créer un nouveau Comité de prospective.

Ce Comité, mis en place fin mars 2017, est composé d'une vingtaine de personnalités de haut niveau. Des administrateurs du Comité 21 en font également partie afin d'assurer une bonne connexion avec le Conseil d'administration et l'action quotidienne de l'équipe. Une « charte de fonctionnement » lui assigne en toute liberté trois missions : saisine du Conseil d'administration, auto-saisine, représentation extérieure de ses membres.

Il est prévu que ce Comité de prospective publie trois notes de décryptage par an, destinée aux adhérents et aux partenaires extérieurs pour comprendre les enjeux et stimuler un désir de changement. Destinées aux décideurs, ces publications courtes (4/8 pages) entendent favoriser la mise en mouvement collective vers la prise en compte des ODD dans leurs organisations.

Télécharger la liste des membres

 



Observatoire des crises


Après la parution du premier ouvrage sur la crise de juin 2009, deux notes ont été rédigées : « Sommes-nous sur la voie d’une sortie de crise ? » en novembre 2009 et « L’écologie saisie par la croissance ? » en mars 2010. Á partir de ces notes et des travaux du Comité de prospective sur les ODD, comme facteurs de prévention des crises, pourrait émerger ce qui constituerait un véritable « Observatoire des crises ».



Autres travaux sur les ODD et les nouveaux modèles


Á l'occasion de son XXIème anniversaire, le Comité 21 a présenté un bilan des engagements de ses adhérents en matière de dialogue parties prenantes, d'éducation à l'environnement, de responsabilité sociétale, de gouvernance territoriale, de relations internationales, de reporting et de prospective. Il a montré que, depuis sa création, le Comité 21 expérimente et aide à « co-construire de nouveaux modèles », à travers les pratiques de ses adhérents et des réseaux dans les territoires.
Télécharger ce rapport « Le Comité 21, acteur de nouveaux modèles »

Sa nouvelle « feuille de route » leur donne l'occasion de poursuivre leurs démonstrations dans le nouveau contexte offert par les ODD et de s'en prévaloir, en tant que « champions du nouveau monde ». Le programme du Comité 21 pour 2018 illustre cette dynamique, notamment à travers plusieurs actions nouvelles, dont la constante est de rechercher les voies d'un « nouveau modèle de développement ».

Il ne le fait évidemment pas seul et entretient des relations suivies avec d'autres structures travaillant sur la prospective, étatiques (Commissariat au développement durable, ADEME, France Stratégie, notamment) ou non-étatiques (IDDRI, Convergences, EPE, …). En 2015, il a ainsi confronté ses valeurs et ses perspectives à deux rapports nationaux prospectifs sortis en 2014 : celui de France Stratégie « Quelle France dans dix ans ? » et la « Stratégie nationale de transition écologique pour la croissance verte (SNTEDD) 2014-2020 ».
Télécharger le Cahier de prospective « Changer de modèle »  (janvier 2015)

En 2017, le Comité 21 a engagé un nouveau partenariat avec France Stratégie sur les questions majeures que les ODD posent aux futurs gouvernants français dans la perspective de la nouvelle mandature et leur apport aux travaux socio-économiques de l'exercice prospectif « 2017/2027 », engagés par France Stratégie.



Ateliers de l'innovation durable



La transformation socio-économique sous-tendue par l'Agenda 2030 passe à la fois par l'innovation sociétale et par l'innovation technologique. Celle-ci peut prendre plusieurs formes : produits et services, usages, modèles économiques, gouvernance et organisation. Elle peut être qualifiée de « durable » si elle apporte une contribution significative au bien-être individuel et collectif et si elle crée de la valeur pour l'entreprise et ses parties prenantes.

Dans cette optique, les « Ateliers de l'innovation durable » ont pour objectif de permettre à chercheurs et entreprises de se rencontrer pour faire un point sur les enjeux du développement durable, en termes de technologies, de marchés et de réglementations, et de nouer des partenariats sur des projets d’innovation durable. Ils prolongent les « Cahiers de l'innovation » construits sur la base de l'innovation pour des territoires durables (décembre 2014).

Télécharger le Cahier de l'innovation n°1
Télécharger le Cahier de l'innovation n°2
Télécharger le Cahier de l'innovation n°3



Revue Vraiment Durable



De 2012 à 2015, le Comité 21 a abrité une nouvelle revue scientifique interdisciplinaire consacrée à approfondir la notion de développement durable : « Vraiment durable », dont le premier numéro est paru à la veille de Rio + 20, à l’initiative de Bettina Laville et de Victoires Éditions. Cette revue poursuit aujourd'hui sa route en dehors du Comité 21.
Pour en savoir plus



Changements climatiques et énergétiques

Créé dans l'objectif de promouvoir, en France, les décisions prises lors du premier Sommet de la Terre, organisé à Rio (Brésil) en 1992, le Comité 21 est directement issu de l'Agenda international. Inscrit dans ses gênes, l'international a toujours fait l'objet d'une attention et d’une mobilisation particulières notamment lors d’Habitat II en 1996 et du 2ème Sommet de la Terre, dit Sommet mondial du Développement durable, à Johannesburg en 2002.

S’il agit au niveau international depuis sa création, le Comité 21 renforce son pilier international depuis 2014, notamment à travers son action européenne et mondiale afin de favoriser la réalisation des ODD en France, en Europe et dans le monde.



ODD et International

Nouvelle feuille de route à destination de l’ensemble des acteurs de la planète, les ODD incarnent un nouveau langage commun et donc la formidable opportunité de coopération pour faire progresser partout et pour tous le développement durable.

Le Comité 21, à travers l’ensemble de ses actions internationales, accompagne ses adhérents pour faire rayonner sur la scène internationale leurs bonnes pratiques en matière de développement durable, mais fait réciproquement connaitre à ses membres les stratégies et approches innovantes étrangères. Favoriser les échanges et impulser des coopérations permettant la montée en compétences des acteurs non étatiques (entreprises, collectivités territoriales, établissements d’enseignement, associations, ONG), véritables maîtres d’œuvre de la réalisation des ODD : tels sont les objectifs internationaux du Comité 21.

 

FORUM POLITIQUE DE HAUT NIVEAU




Le Forum Politique de Haut Niveau (FPHN) constitue le rendez-vous annuel mondial, organisé par l’ONU, au cours duquel l’ensemble des pays de la planète rendent compte à la fois de leur stratégie nationale pour mettre en œuvre l’Agenda 2030 mais aussi de l’état d’avancement de la réalisation des ODD. En 2018, le FPHN se déroulera du 9 au 18 juillet au siège des Nations Unies à New York.

Dans l’esprit de l’ODD 17, l’atteinte des objectifs n’est possible que grâce à la coopération active des différents acteurs. Aux Etats la responsabilité de définir des stratégies nationales de mise en œuvre ; aux acteurs non étatiques (entreprises, collectivités territoriales, associations, ONG, citoyens, institutions publiques, …) de les mettre en œuvre au jour le jour dans leur cœur de métier respectif.

Premier réseau multi-acteurs dédié au développement durable en France, le Comité 21 entend valoriser lors du FPHN les stratégies de ses membres qui concourent à la réalisation des ODD. Pour ce faire, le rapport « Appropriation des ODD par les acteurs non-étatiques » est un outil clé coordonné à l’initiative du Comité 21, afin de rendre compte des avancées réalisées, en France, sur  les 17 ODD. Fruit d’un travail collectif d’une très large partie de la société civile française, il dresse des constats et formule des recommandations pour une meilleure diffusion et utilisation de l’Agenda 2030 comme outil pour faire progresser l’engagement sociétale et les stratégies de développement durable des organisations et des territoires. La première édition, parue en juin 2017, présente les contributions et réflexions de près de 50 acteurs. En 2018, un second rapport est en cours d’élaboration. Si vous souhaitez apporter votre contribution, veuillez contacter Sarah Schönfeld, schonfeld@comite21.org.

 

ODD et EUROPE

Toujours mené par l’esprit de partenariat, le Comité 21 s’associe à d’autres organisations européennes (European Partners for the Environment, AsviS en Italie, Institute for European Environmental Policy,…) en un groupe de travail informel, Europe Ambition 2030, dont la mission est de convaincre les institutions européennes, mettre au cœur de leur stratégie l’agenda 2030, en particulier la nouvelle programmation européenne 2020-2027, et faire des ODD un levier de l’excellence et de l’attractivité européenne.

A l’heure ou l’Europe fait face au Brexit et à certains gouvernements eurosceptiques, l’Europe et ses institutions doivent à tout prix se rapprocher de ses citoyens et réinsuffler un désir d’avenir commun. Au sein d’Europe Ambition 2030, nous pensons que c’est en œuvrant collectivement à la réalisation de l’Agenda 2030 que nous y parviendrons. C’est la raison pour laquelle, le Comité 21 aux côtés d’Europe ambition 2030 et en partenariat avec l’Alliance Italienne pour le Développement Durable, co-organise le 31 mai à Milan, une consultation citoyenne sur l’avenir de l’Europe au prisme de l’Agenda 2030 et de l’Accord de Paris sur le Climat.

Si vous souhaitez en savoir plus et/ ou y participer, n’hésitez pas à vous rapprocher de Sarah Schönfeld, schonfeld@comite21.org.

> Le Comité 21 propose aussi une formation "Comprendre les politiques et les programmes européens relatifs au développement durable : préparer son organisation et ses projets pour bénéficier des aides financières européennes".



Climat

MOBILISATION DE LA SOCIETE CIVILE LORS DES COP


Depuis 2014 et la COP20 de Lima (Pérou), le Comité 21 participe systématiquement aux COP climats. En 2015, le Comité 21 a initié le projet SolutionsCOP21, un dispositif permettant la mobilisation de l’ensemble des acteurs non-étatiques pour la COP21 : entreprises, collectivités territoriales, établissements d’enseignement supérieurs, associations, ONG… étaient invités à montrer et partager leurs solutions pour le climat au Grand palais pendant la COP21. Sur sept jours, plus de 40 000 personnes ont visité l’exposition.

Depuis, le Comité 21 organise tous les ans, dans les « zones vertes » des COP (zone dédiée à la société civile), des pavillons multi-acteurs  permettant à tous d’organiser une conférence, de partager son projet/solution/initiative pour le climat. Il publie plusieurs fois par an des notes de décryptage de l’avancée des négociations internationales sur le climat. Pour lire la dernière, cliquez ici.

Pour la COP24 qui se tiendra à Katowice (Pologne) du 3 au 14 décembre 2018, le Comité 21 est en train d’étudier la faisabilité de l’organisation d’un tel espace de partage, ou d’envisager avec le gouvernement français la meilleure option de valorisation de l’action climat des acteurs non-étatiques français sur le pavillon France.



PROGRAMME ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES


Le Comité 21 a désigné l’adaptation au réchauffement climatique comme un axe fort de sa feuille de route 2017-2020. Sa conviction est que l’adaptation est un enjeu fort que l’atténuation, et qu’un chantier immense doit être ouvert pour, à la fois, maintenir le réchauffement climatique à un niveau qui ne compromette pas toute adaptation, et porter l’adaptation à un niveau qui tienne compte de l’ampleur inévitable de ce réchauffement.

Le Programme Adaptation  se décline en quatre composantes :

-L’ouvrage « Adaptation Changement Climatique, une question de sociétés » en partenariat avec le CNRS, publié en 2017, disponible également en anglais

- La participation au colloque national de l’adaptation au changement climatique

- Suivi et décryptage des négociations internationales sur le climat en matière d’adaptation

- Groupe de travail pour accompagner les acteurs français dans la définition et la mise en œuvre de leur stratégie d’adaptation au changement climatique

Le programme « S'adapter aux changements climatiques » sera lancé officiellement le 20 septembre après midi à Paris.



Citoyenneté écologique

page construction