du 29/06/2017
n°180
Spécial ODD 17 Partenariats pour la réalisation des objectifs
FOCUS
ODD 17 : régénérer et généraliser les partenariats multi-acteurs pour le développement durable
Début 2017, le Comité 21 adoptait une nouvelle feuille de route pour les années à venir, dont le fil rouge stratégique est la mise en oeuvre des Objectifs de développement durable. Ce n'est donc pas un hasard si ce 180ème numéro d'Infos 21 est consacré à ce qui constitue le coeur de l'« Agenda 2030 » en même temps que l'ADN du Comité 21 : l'ODD 17 sur les partenariats.

Tant à Paris qu'en Pays de la Loire, notre « Agenda 2017 » se construit avec le concours de nos adhérents et partenaires. Ainsi, le 26 juin dernier, à la suite de notre Assemblée générale, le Comité 21 a présenté la première édition d'un rapport collectif sur «l'appropriation des ODD par les acteurs non-étatiques français ».

Ce rapport vise à amorcer et mettre en valeur des partenariats et des coalitions permettant la massification progressive des bonnes pratiques et des comportements afin de favoriser l'acculturation des ODD dans la société française. Á travers les nombreuses recommandations susceptibles d'améliorer la connaissance et l'appropriation des ODD, proposées par les contributeurs de ce rapport, on peut espérer que leur mise en oeuvre coordonnée puisse déboucher sur des applications concrètes.

En jouant ainsi son rôle de plate forme multi acteurs et de médiation, le Comité 21 applique l'ODD 17 : il induit de fait des solutions prenant en compte l'ensemble des facteurs, endossées par toutes les parties prenantes concernées et permettant de mettre en place de nouvelles solidarités, de nouvelles responsabilités, de nouveaux engagements.

L'ODD 17 constitue en fait le principal levier de rupture et le véritable potentiel de transformation introduits par l'Agenda 2030 : mise en cohérence des acteurs et de leurs politiques et actions, notamment pour la gestion des biens communs ; référentiel commun sur le développement durable, quelque soit le pays, l'acteur en question, public ou privé, le secteur d'activité... dans une logique d'interdépendance, de mutualisation et d'optimisation des résultats pour les entreprises privées comme pour les collectivités publiques ; renforcement des synergies en organisant la convergence des actions et des moyens, de façon à améliorer la performance de chaque échelle d'intervention, privée et publique, locale et régionale, individuelle et collective.

Comme le dit très justement le Président de l'association Le Rameau, Charles-Benoît Heidsieck (cf. rubrique 3 questions à...), que je remercie ici d'avoir bien voulu répondre à nos questions, « le « devoir d'alliances » n'est pas seulement un besoin, c'est une réalité en construction ». C'est ce que nous prouvent les adhérents du Comité 21, dont les initiatives présentées dans ce numéro d'Infos 21 sont toutes empreintes de dialogue et de mise en oeuvre concertée : consultations publiques multi acteurs, ateliers participatifs de co-construction, valorisation de l'engagement associatif, mise au point collective d'indicateurs de progrès, prix pour des partenariats innovants, réseau de territoires innovants, solutions techniques mutualisées et massifiées...

L'ODD 17 est celui qui fonde le mieux l'avenir, car il rejette les actions en silos, du passé, redondantes et souvent inefficaces. Il n'y aura de changement de paradigme socio-économique, comme souhaité par l'Agenda 2030, que s'il est partagé, grâce aux apports de chacun, et volontaire, une fois ses enjeux planétaires et sociétaux clairement identifiés par tous.

Bettina Laville, présidente du Comité 21
bettina.laville@comite21.org
Actualités des adhérents
 
La Caisse des Dépôts, partenaire et soutien de la création de Caisses des dépôts africaines
L'Agenda 2063 adopté le 31 janvier 2015 par l'Union africaine prévoit de réduire de moitié la dépendance du continent à l'égard de l'aide extérieure et de doubler la contribution des marchés de capitaux africains au développement du continent. Parmi les nouveaux outils qui pourraient contribuer à cette indépendance figurent les Caisses des dépôts et consignations, dont cinq ont été créées sur le modèle et avec l'appui de leur homologue français, au Maroc, en Tunisie, au Gabon, en Mauritanie et au Sénégal. Depuis 2011, ce partenariat consiste en une transmission de connaissances et des échanges d'expériences qui se prolongent tous les deux ans à l'occasion d'un Forum mondial des Caisses de dépôts auquel participe la CDC française. Ce partenariat concourt directement à la réalisation de l'ODD 17 «partenariat pour la réalisation des objectifs », puisque les Caisses des dépôts africaines seront parmi les premières bénéficiaires du fonds de 600 millions d'euros de capital en cours de création par la CDC française et l'Agence française de développement. Ce fonds investira en priorité dans les énergies renouvelables et les infrastructures d'accès aux services essentiels, dans l'objectif de relever le défi du financement de la transition énergétique et de l'émergence d'une Afrique de bientôt trois milliards d'habitants. Nicolas Blanc - nicolas.blanc@caissedesdepots.fr
Veolia : Pop-up, les incubateurs d’entrepreneuriat social pour co-construire la croissance
Veolia a lancé en 2015 une démarche innovante, Pop-Up, s'appuyant sur de nouvelles formes de collaborations entre l'ensemble des acteurs d'un écosystème, afin de favoriser l'émergence de solutions innovantes pour l'accès aux services. Ce dispositif d'incubateurs d'entrepreneuriat social associe collectivités, entrepreneurs, citoyens..., qui aident de jeunes pousses à créer et développer des business models à fort impact social ou environnemental. En France, ce partenariat a été mis en oeuvre sur 4 territoires à Lyon, Toulouse, Bordeaux et sur le périmètre du Syndicat des Eaux d'Ile de France. Une quarantaine de start-ups sociales ont été accompagnées en moins de deux ans et un tiers d'entre elles travaillent aujourd'hui avec Veolia. A travers ces partenariats, le Groupe favorise de nouvelles logiques de co-construction, associant les différents acteurs d'un territoire pour faire émerger des solutions et contribuer au développement local. Pour en savoir plus - Armelle Perrin Guinot - armelle.perrin-guinot@veolia.com
Des Etats généraux de l’engagement associatif et du bénévolat dans le Finistère
L'utilité sociétale des associations ainsi que la diversité de leurs missions en font des acteurs incontournables pour la mise en place de partenariats en faveur des ODD. Les collectivités peuvent les soutenir, favoriser la mise en réseau et les encourager à développer des partenariats multi-acteurs sur les territoires. Conscient des enjeux du secteur associatif et convaincu de l'importance de soutenir l'initiative citoyenne, le Conseil départemental du Finistère organise les Etats généraux de l'engagement associatif et du bénévolat, le 1er juillet à Quimper. Il souhaite offrir un temps de réflexions, d'interactions et de rencontres en vue de nourrir le futur livre blanc de l'engagement associatif et citoyen. Différentes tables rondes et ateliers aborderont les sujets de la coopération, des relations entre associations et collectivité, les financements public-privé... autant de sujets qui nécessitent une évolution des postures de part et d'autre pour construire des partenariats pérennes. Bruno Le Men - Bruno.LEMEN@finistere.fr
Ayen publie son bilan de l’Agenda 21 pour l’année 2016 et ses outils d’évaluation
Depuis le début du premier plan d’action Agenda 21 en 2006, la commune d’Ayen a souhaité avoir une politique d’évaluation assez poussé au regard de sa taille et de ses ressources humaines afin de mettre au point des indicateurs de progrès en matière de développement durable, comme préconisé dans les cibles de l’ODD 17 « partenariats pour la réalisation des objectifs ».
Dans la ville de Bouguenais, « Du solaire sur nos toits »
L'Agenda 21 de la ville de Bouguenais en Loire-Atlantique est un outil concret pour favoriser la mise en place de nouveaux partenariats entre la collectivité avec des acteurs privés et des citoyens. Le projet en cours d'installations solaires photovoltaïques en est un bon exemple. Il repose sur une alliance entre un groupe moteur de citoyens et un autre groupe interne à la collectivité mêlant élus et agents. Les interactions entre les deux groupes sont multiples. Tout d'abord, une montée en compétence commune a été permise sur le plan technique et juridique grâce à l'adhésion de la Ville au Réseau Energie Citoyenne en Pays de la Loire. Bouguenais a ainsi d'abord été accompagnatrice et facilitatrice. Le groupe de citoyens s'est ensuite étoffé par cooptation et se structurera prochainement en association autonome pour porter le projet et le faire vivre (recruter de nouveaux soutiens, préparer la collecte de fond participative...). La Ville se positionne désormais comme partenaire pour mettre à disposition des toits de la collectivité en étudiant toute les modalités techniques et juridiques. Emilie Bodereau - emiliebodereau@ville-bouguenais.fr
A Mérignac, un nouvel Agenda 21 partenarial !
Le troisième plan d'actions de l'Agenda 21 mérignacais a été adopté en février dernier et emmène la ville toujours plus loin sur le chemin du développement durable, quatorze ans après avoir été la première collectivité de Gironde à se lancer dans la démarche. Cette nouvelle étape « propose un projet de développement durable au sein duquel chaque acteur du territoire peut agir et valoriser ses compétences et savoir-faire » (David Charbit, adjoint délégué au développement durable, à la démocratie locale et à la ville numérique). Car la méthodologie de construction de ce nouvel Agenda 21 a été résolument partenariale : une cartographie des parties prenantes du développement durable mérignacais a été réalisée, et sera enrichie au fil du temps. Cette connaissance des acteurs clés a permis de constituer des groupes de travail multi-acteurs, mobilisés pendant plus de 250 heures pour favoriser l'émergence d'idées sur les sept grands enjeux du territoire (alimentation, précarité énergétique, lien avec les entreprises, économie collaborative, démocratie contributive, Mérignac soleil 2030 et exemplarité interne). La mairie a ensuite mobilisé les habitants, les partenaires locaux, les élus et les agents à travers des ateliers prospectifs, un jury citoyen, un marché du développement durable. L'ensemble des actions proposées dans le nouvel Agenda 21 précise désormais le ou les garants de leur mise en oeuvre, et construit le développement durable de son territoire en facilitant la participation des acteurs locaux et des habitants et en s'appuyant sur une responsabilité partagée pour la transformation durable de Mérignac. Pour en savoir plus - Matthieu Rimbault - agenda21@merignac.com
ABC, l’ADEME et le CDP innovent et proposent un outil d’évaluation carbone aux entreprises
L'initiative ACT (Assessing Low Carbon Transition) se propose d'évaluer à quel degré les entreprises sont prêtes pour une économie bas carbone, et dans quelle mesure les stratégies énergie-climat qu'elles ont mises en place sont en adéquation avec leurs objectifs et les moyens qu'elles y affectent. Cette démarche concourt à la réalisation de l'ODD 17 et notamment à son objectif de mise au point d'indicateurs de progrès en matière de développement durable. Cette méthodologie a été expérimentée par l'ADEME et le CDP (ex- Carbon Disclosure Project) avec un panel de grandes entreprises issues des secteurs de la production d'électricité, des transports et de la grande consommation. L'association Bilan Carbone (ABC) a rejoint l'initiative par la signature de la déclaration ACT lors de la COP 22. Une expérimentation, au niveau national pilotée par l'ADEME et pour laquelle l'ABC, assure la formation des entreprises et des consultants, est actuellement réalisée auprès d'une trentaine de PME/ETI, afin d'adapter la méthode au contexte français et à terme de développer un programme « climat » volontaire et ambitieux, qui dynamisera la transition vers une énergie décarbonée. L'ABC et l'ADEME se réunissent régulièrement en ce sens lors de journées de travail dans le but de faire progresser le projet. Pour en savoir plus - Mélanie Candas - melanie.candas@associationbilancarbone.fr
Les Prix Convergences : mettre en valeur les partenariats innovants pour le bien commun
Chaque année depuis 2011, les Prix Convergences récompensent les projets de partenaires publics, privés et solidaires engagés pour un avenir équitable et durable et un monde « Zéro exclusion, Zéro carbone, Zéro pauvreté ». Organisés en partenariat avec la Mairie de Paris et Devex, les Prix Convergences sont ouverts aux projets qui sont portés par une entité solidaire en partenariat avec une entité publique et/ou une entité privée. Ces projets doivent démontrer un fort impact social et/ou environnemental et avoir un caractère innovant et réplicables. L'édition 2017, centrée autour des ODD 6 (accès à l'eau et à l'assainissement), 7 (énergie propre et d'un coût abordable) et 12 (consommation et production durables) a été placée sous le signe du digital. Grâce à une plateforme collaborative, les internautes ont pu voter pour leurs projets préférés et déterminer avec les membres du jury les 8 projets nominés. Parmi eux, ce sont 3 lauréats qui ont été élus par le Jury pour le caractère innovant, réplicable et inspirant de leur modèle de partenariat. Le CentSept, tiers-lieu d'innovation et d'accélération de projet basé à Lyon a remporté le Prix France. Le Prix International a quant à lui été remis au projet Green Village qui accompagne l'intégration sociale et professionnelle de 80 jeunes tous les ans au sein d'un éco-village aux Philippines. Un dernier projet a été primé : Lemon Aide, qui consiste en une entreprise d'insertion co-créée par la startup Lemon Tri, la fondation FACE et Danone qui a reçu le Prix spécial « Jeune Pousse ». Retrouvez ces initiatives et bien d'autres lors du 10e Forum Mondial Convergences les 4 & 5 septembre 2017. Pour en savoir plus - Carine Valette - carine.valette@convergences.org
Empreinte citoyenne : la RSE appliquée aux projets immobilier et adaptée aux enjeux locaux
Etablir les conditions d’un aménagement urbain responsable et humain, ouvert au dialogue n’est pas la préoccupation principales des acteurs de l’immobilier. Ainsi des sujets tels que la prise en compte de l’expertise d’usage des publics, l’appréhension de l’histoire du site, l’animation de la vie de quartier, la responsabilisation des résidents, la pédagogie environnementale….sont souvent vécus comme des contraintes pour l’aménageur mais restent des préoccupations élémentaires du territoire. Pour faire de cette approche une démarche vertueuse porteuse d’opportunités, l’association Empreintes Citoyennes a initié la « démarche Hurbaine, intégrer l’humain dans l’urbain » qui invite désormais l’aménageur à être proactif sur ces questions. Dès lors la démarche Hurbaine recouvre la stratégie sociétale du projet : des ateliers urbains sont systématisés les espaces de vente deviennent des espaces projet ou des musées éphémères, des comités de riverains sont constitués pour suivre le bon déroulement des travaux, les associations locales sont sollicitées pour participer au projet (ex : gestion de jardin partagé), des chartes de vivre ensemble sont élaborées, des appartements pédagogiques sont réalisées… Pour en savoir plus - julien.goupil@empreintes-citoyennes.fr
Global compact : ODD 17, renforcer la coopération et promouvoir la conduite responsable des entreprises
Le Global Compact France et le Point Contact National  français de l’OCDE ont conclu un partenariat pour deux ans. Ce partenariat sera centré sur la présentation des activités du Club Droits Humains du Global Compact France et du PCN français de l'OCDE dans leurs réunions respectives mais également sur le fait que le Club Droits Humains pourra solliciter l'expertise du PCN sur la conduite responsable des entreprises promue par l'OCDE dans le cadre de ses réunions. Les deux instances s'informeront des événements de promotion des Principes directeurs de l'OCDE et du Global Compact France qu'elles organisent ou auxquelles elles participent. Ce partenariat est une première du genre et pourrait être appelé à essaimer entre les réseaux locaux du Global Compact et d’autres PCN de l'OCDE dans d'autres pays adhérents aux Principes directeurs à l’intention des entreprises multinationales. C’est aussi un partenariat en parfaite cohérence avec la cible 17.16 des ODD soit « Renforcer le Partenariat mondial pour le développement durable, associé à des partenariats multipartites permettant de mobiliser et de partager des savoirs, des connaissances spécialisées, des technologies et des ressources financières » mais également la cible 17.14 «  Renforcer la cohérence des politiques de développement durable » mais également avec les ODD liés aux droits humains (1, 2, 3, 4, 5 ,8 ,10, 16). Anthony Ratier - anthony.ratier@globalcompact-france.org
L’Ifrée anime des consultations publiques multi-acteurs sur la gestion de l’eau dans les territoires
Dans le cadre de la consultation publique sur le projet de SDAGE Loire-Bretagne 2016-2021, organisée par le Comité de Bassin, 27 personnes volontaires (usagers-consommateurs, producteurs et gestionnaires de l'eau, publics et privés) participent à un dispositif de consultation, animé par l'Ifrée (Institut de formation et de recherche en éducation à l'environnement). En réponse à la question, « Comment s'organiser ensemble pour gérer l'eau sur les territoires, aujourd'hui et demain ? », le collectif co-rédige une contribution collective et aboutit à 32 propositions partagées et validées par tous les participants. En réponse à une préoccupation et un constat communs : « comment rendre plus effective l'implication des citoyens-usagers de l'eau dans la définition, le suivi et l'évaluation des politiques de l'eau ? », ils proposent de mettre en place une instance participative de citoyens-usagers de l'eau. Cette action s'appuie sur une solide expérience dans le domaine de l'animation du débat public ayant amenée l'Ifrée à produire un kit d'accompagnement pour la mise en application du débat public. Elle participe à la réalisation de l'ODD17 qui prône la mise en place de projets multipartites et participatifs. Pour en savoir plus - Francis Thubé - francis.thube@ifree.asso.fr
OREE s’engage pour la Croissance Verte « Filière de Réemploi et Recyclage Industrielle des Vêtements Professionnels (ECV FRIVEP)
Les ECV, lancés conjointement par Emmanuel Macron et Ségolène Royal, sont des engagements réciproques entre porteurs de projets et l'Etat pour promouvoir la croissance verte et lever les barrières au déploiement de l'économie circulaire. L'ECV FRIVEP, qui est l'un des 4 premiers ECV nationaux, regroupe des donneurs d'ordre (La SNCF, La Poste, La Ville de Paris, Ministères des Armées et de l'Intérieur), des industriels (les Filatures du Parc, Innortex/Moncorgé, bilum, TDV Industries et Synergies TLC) ainsi que d'autres partenaires techniques tels que la Fédération des Entreprises de Propreté et le Centre Européen des Textiles Innovants (CETI). L'idée du projet FRIVEP a émergé au sein du Club Métiers d'ORÉE « Valorisation des Mousses et Textiles ». L'intérêt de la FRIVEP est de mettre en oeuvre des solutions techniques efficientes, mutualisées et massifiées pour que les donneurs d'ordre puissent traiter leurs tenues images, uniformes ou vêtements de travail en s'assurant de la traçabilité, de la sécurisation du processus, et de l'assurance des débouchés pour les matières premières secondaires. Une étude préalable est en cours de finalisation afin de valider la faisabilité technico-financière de la mise en oeuvre d'une telle filière, créatrice d'emplois et de valeur ajoutée sur le territoire français. La phase suivante se propose de mettre en place un pilote pré-industriel que les donneurs d'ordre pourraient alimenter pour éprouver les solutions techniques retenues en amont. Pour en savoir plus - Camille Saint-Jean - saint-jean@oree.org
L’ODD 17 « partenariats pour la réalisation des objectifs » : l’exemple du Partenariat Français pour l’Eau
L’ODD17 de l’Agenda 2030 en est la cheville ouvrière, la garantie de son succès et de sa pérennité. Totalement dans l’esprit de cet ODD, différentes plateformes françaises et internationales ont intégré dans leur cœur de fonctionnement un dispositif multi-acteurs leur permettant de croiser les regards des différentes parties prenantes, publiques et privées, nécessairement impliquées dans la mise en route des grands accords internationaux tels que l’Accord de Paris pour le Climat, celui de Sendai pour les catastrophes et désastres, celui de Quito pour les villes durables et bien sûr celui de l’Agenda 2030.
Un dialogue parties prenantes pour élaborer la politique DD&RS de Télécom Ecole de Management
Télécom Ecole de Management (TEM), dans son engagement d’école responsable, a récemment organisé un dialogue parties prenantes afin de définir de façon concertée sa politique de développement durable & responsabilité sociétale (DD&RS). Cette initiative s’est traduite à la fois par l’animation d’ateliers de co-construction participatifs et la consultation d’acteurs autour des objectifs clés de TEM : être une école à impacts positifs sur ses activités, son écosystème et son campus.
Kedge Business School et l’initiative Sulitest : impliquer concrètement les étudiants dans la réalisation des ODD
Depuis plus de 15 ans, Kedge BS a construit sa pédagogie autour du concept d’apprentissage par l’action, notamment à travers le dispositif Pro-Act. L’approche n’est pas d’apprendre en classe puis de s’engager dans un projet, mais plutôt de créer un projet personnel dans lequel l’étudiant est impliqué et investi, et d’utiliser les enseignements vus en cours pour le construire et le mener à bien.
Le Comité 21 en action
AU NATIONAL
Quelle appropriation des ODD par les acteurs non-étatiques français? 1er rapport collectif sur les ODD du Comité 21
Alors que les ODD ont été adoptés il y a déjà 2 ans, qu'en est-il à l'heure actuelle ? Quel est leur niveau d'appropriation par les acteurs français ? Le Comité 21, premier réseau d'acteurs du développement durable en France, initie en 2017 un rapport destiné à analyser le niveau d'appropriation de l'Agenda 2030 et de ses 17 ODD par les acteurs non-étatiques français. Fruit d'un travail collectif, ce rapport identifie de nombreuses initiatives concrètes, mais souvent trop isolées, et vise à amorcer des partenariats et des coalitions permettant la diffusion des bonnes pratiques et des comportements afin de favoriser l'acculturation des ODD dans la société française. Cette première édition présente les contributions d'un échantillon de 49 acteurs non-étatiques volontaires, représentants d'entreprises, de collectivités territoriales, du monde de l'enseignement, d'ONG et de la recherche, dont la plupart sont membres du Comité 21. Ce rapport a été présenté 26 juin à l'association des Maires de France dans le cadre d'un débat ouvert aux adhérents et au public. Retrouvez la vidéo live du débat du 26 juin sur twitter en 2 parties : 1ère partie (56 mn) et 2ème partie (36 mn) - Lire le rapport
Le Comité 21 a tenu son Assemblée générale le 26 juin
Près de 70 membres du Comité 21 ont participé à l'Assemblée générale du Comité 21, le 26 juin, à l'Association des Maires de France, également adhérent. En dehors des formalités habituelles d'une Assemblée générale (validation de la feuille de route, comptes et budget), le renouvellement partiel du Conseil d'administration a permis l'arrivée de nouveaux administrateurs, élus ou réélus : pour les entreprises, la Caisse des Dépôts ; pour les collectivités, la ville de Rueil Malmaison, réélue, et l'association Notre village, nouvel administrateur ; pour les associations et ONG, le WWF France réélu ; pour les établissements d'enseignement supérieur et de recherche, la fondation Uved, réélue et deux nouvelles arrivée : la Conférence des Présidents d'Université-CPU et l'Ecole des métiers de l'environnement. Par ailleurs, le Comité 21 a partagé avec ses adhérents la nouvelle version de son site internet. Entièrement revisitée et optimisée, cette nouvelle interface résolument moderne et ergonomique offre un accès facilité à l'information. L'internaute bénéficie aujourd'hui d'un accès aux actualités du secteur du développement durable mais principalement aux ressources du Comité 21, classées par catégories et thématiques grâce à l'outil GED (Gestion Electronique des Documents) dans la rubrique « Ressources ». L'espace adhérent a également été entièrement repensé de manière à améliorer la communication avec les équipes du Comité, la recherche d'informations à partager et l'accès à la documentation du Comité 21 réservée aux adhérents. Adhérent, n'hésitez pas à vous manifester pour récupérer vos codes ou pour toute information. Christine Delhaye - delhaye@comite21.org
Save the date : la première étape du Tour de France des ODD se tiendra à Angoulême, en novembre prochain !
Le Comité 21 organise les 7 et 8 novembre prochains la première étape du Tour de France des Objectifs de développement durable. Elle se tiendra en Nouvelle-Aquitaine, à Angoulême, à la Cité internationale de la BD. Ce rendez-vous régional, soutenu par le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, le Commissariat général à l'égalité des territoires, le Commissariat général au développement gérable, la DREAL Nouvelle-Aquitaine, la SNCF, et Véolia, sera organisé avec le concours des adhérents du Comité 21, de la mairie d'Angoulême et des acteurs régionaux et nationaux du développement durable et de la solidarité internationale. L'ambition de ce grand événement : promouvoir les ODD dans les territoires et les stratégies, auprès des acteurs locaux, montrer les initiatives durables déjà à l'oeuvre et promouvoir leur contribution à la réalisation de l'Agenda 2030. Laurie Ayouaz - ayouaz@comite21.org
Analyse et valorisation des rapports annuels de développement durable
Les adhérents sont invités à nous transmettre leur nouveau rapport annuel de développement durable et de RSE afin de les valoriser et de proposer à l'automne prochain une analyse des tendances de reporting. Ils permettront également de préparer l'atelier ODD et reporting qui se tiendra à la fin du mois de septembre. Retrouvez les Infos 21 et les notes d'analyse dédiées dans votre espace adhérent ! Laurie Ayouaz - ayouaz@comite21.org - Claire Videau - videau@comite21.org
Le Comité 21, partenaire du MOOC sur les ODD produit et coordonné par l’UVED
Adoptés en 2015, les ODD sont une composante de l'Agenda 2030 des Nations Unies et constituent un nouveau langage commun, destiné à renforcer les coopérations des acteurs des territoires, pour une société plus inclusive et plus durable. Toutefois, la société civile et le grand public sont encore peu familiers de ces ODD, ce qui en freine l'appropriation. C'est pourquoi l'UVED (Université Virtuelle Environnement et Développement Durable) produit et coordonne un MOOC (Massive Open Online Course) sur les ODD auquel participe bien sûr le Comité 21 et d'autres partenaires. Gratuit et ouvert à tous à partir de début 2018, ce MOOC mettra l'accent sur l'approche systémique apportée par les ODD, de par leur transversalité et leur interconnexion, en mettant en lumière leur appropriation par les acteurs de la société civile. Son objectif principal est de sensibiliser les citoyens aux ODD, d'accompagner les acteurs (dont l'implication est indispensable au succès de la mise en oeuvre des ODD), de favoriser l'échange international et l'apprentissage collaboratif et de donner les clés de compréhension des enjeux scientifiques et praticiens des ODD. Jean-Paul MOATTI, Président de l'IRD et membre du groupe des experts indépendants chargés de rédiger le rapport de l'ONU sur le développement durable en 2019, sera le référent scientifique de ce MOOC. Pour en savoir plus - Delphine Pommeray - delphine.pommeray@fondation-uved.fr - Christine Delhaye - delhaye@comite21.org
Intervention du Comité 21 au groupe de travail RSE et Territoires de la Plateforme RSE
Le 20 juin se tenait la première réunion élargie du groupe de travail de la Plateforme RSE consacré à la RSE dans les territoires. Le Comité 21 est intervenu pour présenter l'étude publiée en octobre 2016 relative aux initiatives territoriales des acteurs publics en faveur de la RSE. L'occasion de revenir sur les éléments forts analysés pendant 8 mois d'entretiens et de collecte d'informations, et de partager les recommandations formulées pour favoriser le déploiement de la RSE dans les territoires. Depuis sa création, le Comité 21 est convaincu de la nécessité de rechercher à toutes les échelles, les synergies multi-acteurs favorables au déploiement des pratiques et méthodes durables. Dans les territoires, la RSE et les thématiques qu'elle recouvre sont autant de portes d'entrée pour accompagner les entreprises locales vers des pratiques responsables et engagées pour leur territoire. Laurie Ayouaz - ayouaz@comite21.org
A l’INTERNATIONAL
Forum Politique de Haut Niveau : contribution du Comité 21 avec son rapport « Quelle appropriation des ODD par les acteurs non étatiques français ? »
Conférence internationale annuelle, organisée par l'ONU, pour faire le point sur l'avancée de la réalisation de l'Agenda 2030, le Forum Politique de Haut Niveau se tiendra à New York du 10 au 19 juillet. En 2017, le Comité 21 contribue à cet état des lieux grâce à son tout récent rapport Quelle appropriation des ODD par les acteurs non-étatiques français ? Sorti le 26 juin, ce rapport a fait l'objet d'une présentation lors d'un débat public au cours duquel certains co-auteurs, dont l'IDDRI, EDF, le GERES, l'ADF et la fondation Tara Expéditions, ont pu prendre la parole pour formuler des recommandations afin d'aller plus loin dans l'appropriation de cette nouvelle feuille de route universelle. L'Etat français a également réagi : Cyrille Pierre, Directeur du développement durable au ministère de l'Europe et des affaires étrangères a souligné que l'universalité de l'Agenda 2030 impose à chaque pays d'être cohérent entre son action extérieure et ses politiques internes. Selon lui, la contribution des acteurs non-étatiques se décline en cinq rôles-clé pour contribuer au succès des ODD à l'international : expertise et objectivation scientifique ; participation aux coalitions transnationales qui démontent les oppositions factices entre interne et externe ; passage à l'échelle au niveau local apportant une preuve par l'exemple ; demande de redevabilité à l'Etat sur la politique d'aide publique au développement ; mobilisation active des consommateurs en parallèle aux normes et à tous les niveaux, du local au transnational. Pour Laurence Monnoyer Smith, Commissaire générale au Développement durable, « bien que 2015 (COP21) et 2016-2017 (présidentielles et législatives) n'aient pas été des années propices à la mobilisation sur les ODD, nous n'avons pas à rougir de la politique de sensibilisation déjà entreprise. Il faut certes aller encore plus loin mais ne pas agir dans l'urgence ». Le 25 septembre, jour anniversaire de l'adoption des ODD, devra être l'occasion d'un grand moment de célébration de l'Agenda 2030 qui constitue rien de moins qu'un nouveau contrat social, de justice et de transition sociétales. Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org
11-13 septembre : rejoignez le pavillon multi-acteurs du Comité 21 – Club France à Climate Chance (Agadir) !
Second sommet des acteurs non étatiques engagés contre le changement climatique, Climate Chance 2017 vise à enregistrer les progrès de leur action et offre des dialogues participatifs de haut niveau pour définir les étapes suivantes. La deuxième rencontre des coalitions du Marrakech Partnership aura lieu immédiatement avant, ce qui permet aux adhérents intéressés de couvrir les deux rencontres en un seul déplacement. Le Comité 21 et le Club France travaillent avec la Fondation Schneider Electric à la construction d'un espace commun en trois parties complémentaires : espace conférence pour les prises de parole des membres sur leurs projets climat ; espace lounge/networking pour leurs rendez-vous ; espace ludique/artistique pour les animations liées au climat destinées au grand public. Nous avons besoin de connaître vos souhaits de prise de parole sur le pavillon et le niveau de vos contributions financières avant le 7 juillet pour construire la demande adressée à l'aménageur et d'encaisser les contributions avant le 20 juillet pour boucler le budget. Programme et inscription pour Climate Chance. Contacts contributions : Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org - Sophie Jouineau - jouineau@comite21.org
6-17 novembre -COP 23 : le Comité 21 et le Club France Développement durable, force de proposition pour un pavillon France multi-acteurs unique aux côtés de l’Etat
A la suite des échanges lors de la plénière du Club France Développement durable du 16 juin, le Comité 21 et le Club France ont adressé au ministère de l’Europe et des affaires étrangères une réflexion conjointe en faveur d’un pavillon France commun, propice à la mise en visibilité du fort engagement des acteurs français - Etat et société civile rassemblés - dans la Plateforme NAZCA et le Marrakech Partnership. Cet espace favoriserait aussi les prises de contacts, les échanges de bonnes pratiques et l’initiation de coopérations entre acteurs non-étatiques français, européens et américains [et de tous horizons] pour mettre en ½uvre l’Accord de Paris dans les organisations et les territoires. Modalités d’accréditation à la COP 23 (zone Bonn et zone Bula) et de dépôt de side-event : Sarah Schönfeld - Sarah Schönfeld.
L'actu du Club France du développement durable
 
Retour sur la réunion plénière du Club France Développement durable (AFD, 16 juin)
Des échanges particulièrement riches pour cette première plénière 2017, grâce aux intervenantes, Hakima El Haité, Championne marocaine de Haut niveau pour le climat, et Brigitte Collet, Ambassadrice française chargée des négociations sur le changement climatique. Elles ont fait le point sur les négociations internationales sur le climat en mai dernier à Bonn et sur les effets de l'annonce du retrait des Etats-Unis de l'Accord de Paris. Avec beaucoup de conviction, la première a appelé les acteurs non étatiques à redoubler d'efforts face à la perte d'un des premiers partenaires technologiques et du premier partenaire financier pour la mise en oeuvre de l'Accord de Paris. La négociatrice française, pour sa part, a plaidé pour l'innovation financière afin de combler le manque de contribution au Fonds Vert et indiqué que le travail interministériel sur l'INDC française qu'elle coordonne doit aboutir début juillet à une ambition rehaussée. La réunion plénière du Club France a également permis d'arbitrer des meilleures options de mobilisation et de participation collectives au sommet Climate Chance (Agadir, 11-13 septembre) et à la COP23 (Bonn, 6-17 novembre). Sarah Schönfeld - schonfeld@comite21.org - Sophie Jouineau - jouineau@comite21.org
Eco-dates
 
3-5/07 à Montpellier : Premières Assises Sciences-Sociétés « Partageons nos savoirs et nos pratiques » - Alliss et MSHSud- en savoir plus
5-7/07
à Ajaccio : Assises nationales de la biodiversité – Idéal connaissancesen savoir plus
06/07
à Paris : Rencontre Intrapreneuriat #2 « Soyez le changement que vous voulez voir dans vos entreprises » - Groupe SOS, UP Campuspour en savoir plus
6/07
à Paris : Climate Breakfast – Regards croisés d’entreprises à travers le monde, comment tenir la trajectoire 2°C ? – EcoActen savoir plus
06/07
à Paris : Assemblée générale – Débat « Relever le défi des micropolluants dans l'eau : Enjeux d'environnement et de santé » - Cercle Français de l’eau – en savoir plus
7/07
à Paris : colloque « L’innovation énergétique au c½ur des territoires » - Valeurs vertesen savoir plus
10-19/07
à New York : Forum Politique de Haut Niveau 2017 – en savoir plus
11/07
à Paris : Petit déjeuner « Quels enjeux et opportunités pour les entreprises et les acteurs de l’environnement ? » - AFITEen savoir plus
11-12/07
à Alès – Cévennes : rencontres internationales des véhicules écologiques « RIVE » - en savoir plus
12/07
à Montpellier : conférence-débat « Quand l'alimentation se fait politique » – Chaire Unesco Alimentation – en savoir plus
13/07 à Bruxelles : Table ronde « Sustainable Finance and SRI: Strengthening the EU’s agenda. » – Eurosif – en savoir plus
19/07
à Paris : conférence de presse « Investisseurs en quête d’impact, la nouvelle donne » - Novethic – inscription
28-29/08
à Bordeaux : 15e université d'été d'ACIDD, Lost in transition? « Rencontrer et partager » – ACIDDen savoir plus
4-5/09
à Paris : 10ème édition du Forum Mondial Convergencesen savoir plus
9-15/09 à Vancouver (Canada) : 9ème Congrès WEEC « Culture et environnement » - en savoir plus
11-13/09 
à Agadir : Climate Chance, second sommet des acteurs non étatiques engagés contre le changement climatiqueen savoir plus
20/09
à Paris : 17ème conférence des villes « « territoires solidaires : des projets aux actes » - France Urbaineen savoir plus
25/09 : 2ème anniversaire de l’adoption de l’Agenda 2030 et des 17 Objectifs du développement durable – en savoir plus
27-28/09
à Nantes : Assises nationales des déchets 2017 – ADEME - en savoir plus
3 questions à ...
Charles-Benoît Heidsieck, Président-Fondateur du Rameau
Pouvez-vous nous rappeler la mission du Rameau et son périmètre d'action, autour des alliances innovantes au service du bien commun, en lien avec l'ODD17 « Partenariats pour la réalisation des objectifs » ?

Face aux fragilités grandissantes sur leur territoire, 69% des Français, 81% des dirigeants d'entreprise, 86% des responsables associatifs, et 87% des maires plébiscitent des alliances innovantes pour réduire les fragilités et inventer de nouveaux moteurs de croissance et d'emplois*. Ce « devoir d'alliances » n'est pas seulement un besoin, c'est une réalité en construction. 76% des maires considèrent que leur territoire est entré dans une dynamique de co-construction... mais 46% d'entre eux ne savent pas comment faire concrètement. Depuis 2006, Le Rameau observe ce mouvement. Il mène des expérimentations innovantes pour comprendre les leviers et les freins au développement d'alliances innovantes au service du bien commun. Capitalisés, modélisés et rendus accessibles en « open source », ces travaux sont mis à disposition des organisations et des territoires, en partenariats avec les institutions et les réseaux concernés. Mentionnons en particulier trois enjeux : le changement d'échelle de l'innovation sociétale, la co-construction territoriale, et l'émergence de modèles socio-économiques hybrides.

Quels sont les enjeux principaux de partenariats que vous identifiez ? Pouvez-vous nous donner quelques exemples de projets innovants multi-acteurs développés dans des territoires ?


Après une décennie de recherche empirique, les résultats démontrent que les impacts des partenariats stratégiques sont concrets. Performance des organisations impliquées, accélération de l'innovation sociétale & territoriale, et accroissement de la confiance en sont les fruits. Concernant la performance, l'exemple marquant est l'AFM Téléthon : sans l'engagement des Français, mais aussi des scientifiques, des acteurs publics et des entreprises, la France ne serait pas leader mondial des biothérapies génétiques et cellulaires. Grâce à un modèle partenarial innovant, le 1er laboratoire pharmaceutique d'intérêt général au monde est en cours de construction sur Evry. Concernant l'innovation, l'action radicalement novatrice du fonds d'innovation AG2R LA MONDIALE est exemplaire en matière de soutien au changement d'échelle de l'innovation sociétale. Au-delà du financement, il s'agit d'accompagner très concrètement les projets à très forte utilité sociétale, et de co-construire avec eux. La Caisse des Dépôts s'inspire de cette initiative pour proposer un nouveau dispositif collectif. Concernant la confiance, c'est sur les territoires que les impacts de la co-construction sont les plus visibles. La dynamique « Agir ensemble à Charenton & à Saint Maurice (94) » en est une illustration. Sur deux communes de 45.000 habitants, c'est plus de 150 dirigeants d'organisations - associations & entreprises - qui se mobilisent pour bâtir ensemble des actions concrètes au service des enjeux de leur territoire.

Quelle dynamique à mettre en place pour développer de nouveaux modèles de partenariats ? Quelles recommandations préconisez-vous afin de déployer des solutions innovantes pour la réussite de l'Agenda 2030 ?

L'ODD 17 est déjà une réalité en France, sachons l'observer et la promouvoir. Elle est très incarnée dans les territoires. Pour favoriser et amplifier ce mouvement, trois conditions sont essentielles :
- Valoriser les partenariats existants et les écosystèmes qui les facilitent. La France est en cours de rattrapage de son retard dû à un cloisonnement particulièrement fort entre les mondes. Appuyons-nous sur les pratiques des pionniers pour accélérer.
- Reconnaitre un « droit d'expérimentation partenariale » pour limiter les risques que prennent les partenaires. Aujourd'hui, les freins techniques - juridiques, sociaux, fiscaux et d'accès au droit commun - sont très lourds pour les partenariats stratégiques. Il convient d'offrir un cadre adapté au développement des alliances innovantes.
- Accompagner les organisations et les territoires avec des démarches adaptées à leurs objectifs et à leur maturité. Il n'existe pas de « solution miracle », mais au contraire une diversité de formes de co-construction. Elle permet à chacun de découvrir progressivement la valeur ajoutée partagée d'une telle dynamique. Donnons-nous collectivement les moyens d'accompagner ce mouvement. Soulignons en particulier le rôle structurant du Comité 21.
(Ré)enchantons le monde ! Des solutions existent pour relever nos défis collectifs, et la co-construction est une méthode efficace. Sachons donc redonner espoir dans notre capacité collective à répondre aux enjeux de ce début de XXIème siècle.

* Etudes PHARE de l'Observatoire des partenariats auprès des citoyens, des maires, des associations et des entreprises (COMISIS - OpinionWay, 2015-2016)
www.lerameau.fr/
Pour aller plus loin
L’ECOSOC adopte un cadre mondial d’indicateurs pour mesurer la mise en oeuvre des ODD
Le Conseil économique et social de l'ONU (ECOSOC) a adopté le 7 juin dernier le premier cadre mondial d'indicateurs relatifs aux objectifs et aux cibles du Programme 2030, pour en assurer l'examen et le suivi au niveau international. La Présidente de la Commission de statistique des Nations Unies, Wasmalia Barata Bivar, a indiqué qu'une quantité « sans précédent » de données statistiques sera nécessaire pour mesurer la mise en oeuvre des 17 Objectifs de développement durable, précisant que l'établissement dudit cadre représente le plus grand défi qu'ait eu à relever la Commission. Mis au point par le Groupe d'experts des Nations Unies chargé des indicateurs relatifs aux Objectifs de développement durable, et approuvé par la Commission de statistique en mars 2017, le cadre mondial sera ajusté chaque année et fera l'objet d'un examen complet en 2020 et en 2025. Mme Bivar a également indiqué que des indicateurs parallèles ou complémentaires seront définis par les régions et les pays, en fonction des priorités, des réalités, des capacités et de la situation de chaque État, mais aussi en fonction du niveau d'action (régional, national, sous-national). Pour en savoir plus - 66 pages - A lire
Le Secrétaire Général des Nations Unies présente le rapport annuel sur la réalisation des ODD
Ce rapport annuel, publié le 3 juin dernier et mandaté par l'Assemblée générale des Nations Unies dans le cadre de l'Agenda 2030, est réalisé tous les ans par le Secrétaire général des NU et se base sur un cadre global d'indicateurs. Ce cadre global, développé par le groupe de travail sur les indicateurs des ODD composé d'experts et d'agences de développement durable, est issu des systèmes statistiques nationaux et complété par les données des agences nationales. Il fournit une vision globale des progrès effectués dans la réalisation des 17 ODD. Ses conclusions sont préoccupantes, puisqu'il révèle qu'une personne sur huit vit encore dans l'extrême pauvreté, qu'environ 800 millions d'individus souffrent de la faim et qu'on estime à 5.9 millions le nombre d'enfants qui meurent avant d'atteindre l'âge de 5 ans. Ce rapport montre donc à quel point il est urgent que toutes les nations et tous les acteurs se saisissent et mettent en pratique les ODD. Une publication additionnelle intitulée « Sustainable Development Goals Report 2016 », sera présentée le 19 juillet prochain dans le cadre du HLPF, et fournira de nouvelles analyses d'indicateurs, à destination d'un public plus large, utilisant des diagrammes et infographies afin de mettre en lumière l'ampleur des défis à relever. 19 pages - A lire
10-19 juillet à New York : vers le Forum politique de haut niveau sur les ODD
Le Forum Politique de Haut Niveau sur le développement durable (High Level Political Forum), organisé par le Conseil Economique et social des Nations Unies, se tiendra du 10 au 19 Juillet à New York, avec pour thème « éradiquer la pauvreté et promouvoir la prospérité dans un monde en perpétuel changement ». L'ensemble des ODD seront passés en revue, avec une attention spécifique aux ODD 1, 2, 3, 5, 9, 14 et 17 qui seront abordés de manières plus approfondis, puisqu'ils participent directement à l'éradication de la pauvreté et à la promotion de la prospérité. Avec l'adoption du paragraphe 84 de l'Agenda 2030, les Etats signataires ont fait du Forum Politique de Haut Niveau une occasion de présenter des comptes rendus volontaires de l'Agenda 2030, incluant aussi bien des pays développés, les pays en développement ou encore les parties prenantes. En 2017, 44 pays se sont portés volontaires pour présenter leur rapport national dans de la cadre du FPHN, l'objectif étant de nourrir une plateforme facilitant le partage d'expériences et la réflexion commune sur la manière la plus efficace d'accélérer la mise en place de l'Agenda 2030. Cette démarche va dans le sens de l'instauration de partenariats, impliquant la participation d'Etats, de représentants politique et de parties prenantes, témoignant de la volonté de donner du poids politique aux engagements pris en septembre 2015. Le Comité 21 contribuera au Forum avec son rapport collectif « Quelle appropriation des ODD par les acteurs non-étatiques français » (cf. rubrique Le Comité 21 en action). Pour en savoir plus
L’ONU créé une nouvelle application pour rendre les ODD plus accessibles au grand public
En partenariat avec le Groupe spécial mobile (GSMA) et la campagne à but non lucratif Project Everyone, l'ONU a créé une « Action app » afin de faciliter l'appropriation des ODD par les citoyens, mais aussi de les rendre plus compréhensibles. Cette application, qui comprend des vidéos explicatives, des données clés, et des suggestions sur la façon dont les gens peuvent prendre des mesures pour aider à atteindre les Objectifs de développement durable, a pour objectif de rendre les ODD plus proches des gens et plus compréhensibles tout en jetant un coup de projecteur sur la façon dont l'innovation contribue à leur réalisation. Outil dynamique et collaboratif, l'application inclue les dernières informations sur le développement durable, ainsi que des études de cas qui illustrent l'impact de l'industrie mobile dans la réalisation des objectifs. Pour en savoir plus
Le Conseil International pour la Science propose un guide sur les interactions entre ODD
Pour tous les pays du monde, une question majeure se pose : comment atteindre les 17 Objectifs de développement durable et ses 169 cibles d'ici 2030 ? Le Conseil International pour la Science propose des clefs de réponse en instituant un cadre pour l'analyse des interactions entre les ODD et une première application aux ODD 2, 3, 7 et 14 en vue d'une présentation lors du Forum Politique de Haut Niveau de Juillet 2017. Il a été réalisé par une équipe internationale et pluridisciplinaire de chercheurs venant de huit instituts différents dont, en France, l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD). Ce rapport constitue un outil du dialogue multi-acteurs basé sur l'analyse des interactions - positives ou négatives - existant entre différents champs de l'action publique. L'échelle de notation va de +3 - pour des objectifs ou cibles fortement dépendants / liés et se renforçant entre elles - à -3 lorsque les ODD ou cibles sont antagoniques / contradictoires et entrent en conflit. Un score de 0 indique une interaction neutre. Ce cadre représente ainsi un outil d'appui aux décideurs et aux acteurs du développement, et une aide à la définition d'une stratégie de mise en oeuvre des ODD permettant de valoriser les synergies et d'anticiper les arbitrages. A lire (anglais) - 239 pages - Pour en savoir plus
La société civile européenne se saisit des ODD
Les 22 et 23 mai 2017 s'est tenue à Bruxelles une conférence du Comité Économique et Social Européen (CESE) intitulée « L'agenda 2030 pour le développement durable : une nouvelle frontière des droits et des progrès de l'UE ». La conférence a rassemblé plus de 200 participants issus d'organisations de la société civile de toute l'Europe, non seulement pour débattre des défis actuels, mais aussi et surtout pour montrer ce qu'il est possible de faire et les initiatives qui ont déjà été lancées dans de nombreux États membres. Mener des actions de sensibilisation et soumettre des propositions, telles sont les clés de la réussite de nombreuses initiatives en Europe. L'opportunité que représentent les ODD et l'intérêt pour l'UE de mettre sa stratégie 2050 en cohérence avec eux a été débattue. Les participants ont formulé des recommandations pour que cette stratégie permette de renforcer l'adhésion des citoyens et d'assurer la transition vers de nouveaux modèles de développement plus inclusifs. Lire les recommandations (anglais) - Pour en savoir plus
Chiffre du mois des adhérents
Les 17 ODD et leurs 169 cibles ont pour dessein de traiter les principaux défis du développement durable, de manière transversale en mettant en évidence les liens de cause à effet entre chacun de ces objectifs. A ce titre, l'ODD 17 « partenariats pour la réalisation des objectifs » tient une place toute particulière, puisqu'il propose de créer des synergies entre l'ensemble des acteurs privés et publics de la société, et insiste sur la nécessité des partenariats multi-acteurs pour mettre en oeuvre les ODD. Cette vision est très largement partagée par nos adhérents puisque 100% d'entre eux* considèrent que les partenariats multi-acteurs sont essentiels à la réalisation des ODD, soutenue par le Comité 21 qui porte l'action multi-acteur dans son ADN et en a fait son coeur de métier - *20 adhérents ont répondu à ce sondage
Les Débats du Comité 21
5 juillet : débat « Vers une déclaration universelle des droits de l’Humanité »
Le 5 Juillet prochain de 9h à 10h30, à bpifrance, le Comité 21 organise un débat sur les droits et les devoirs pour l'humanité, avec les interventions de Corinne Lepage, ancienne Ministre et coordinatrice du Groupe de travail sur le projet de Déclaration universelle des droits de l'Humanité et Hélène Valade, directrice du développement durable de SUEZ et présidente de la plateforme RSE. Le projet de « Déclaration universelle des droits de l'Humanité », remis au Président de la République par Corinne Lepage en 2015, au moment de l'adoption des ODD, permet de poser la question récurrente des engagements que peut ou doit prendre la communauté internationale vis à vis des générations futures. Par ailleurs, la plateforme RSE, présidée par Hélène Valade, a produit en 2016 un avis sur le Plan d'action d'application des Principes directeurs des Nations Unies pour les droits de l'homme et les entreprises. Cet avis s'applique à montrer les moyens de mise en oeuvre dans les entreprises des principes directeurs des Nations Unies pour les droits de l'homme, adoptés par consensus par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies en juin 2011. Ces travaux, dans une actualité marquée par la récente législation relative au devoir de vigilance, interrogent la responsabilité des différents acteurs, Etats et acteurs non-étatiques. Comment se situent les entreprises par rapport à leurs obligations et à leurs engagements volontaires en matière de responsabilité sociale et sociétale, de valeurs et d'éthique ? Autant de sujets qui seront abordés lors de ce débat. Pour en savoir plus - Inscription
Retour sur le débat sur l'engagement sociétal au prisme des ODD du 16 juin
Le Comité 21 a organisé, le 16 juin dernier, une matinée de tables rondes consacrée à l'engagement sociétal au prisme des ODD. Ce débat fait suite aux travaux du Comité 21 amorcés en 2016 sur l'engagement sociétal. Les échanges ont permis d'esquisser l'apport des ODD au concept d'engagement sociétal des organisations et de valoriser des exemples concrets, montrant comment les deux dynamiques entreprises et société se conjuguent. La première table ronde « les ODD pour renforcer l'engagement sociétal dans les stratégies de RSE » était animée par Christian Dubost, directeur développement durable de la SNCF et administrateur du Comité 21, et réunissait Vincent Baholet, délégué général de FACE, Myriam Bincaille, déléguée générale du Fonds Suez Initiatives et Florence Javoy, secrétaire générale de la Fondation RAPT. Plusieurs messages clefs ressortent : pour qu'un projet sociétal aboutisse, il faut aligner son engagement à celui du business, travailler sur l'engagement de ses collaborateurs. Et enfin, il a été rappelé que la réussite des actions dépend des partenariats multi acteurs mis en place. Il ne peut y avoir de réussite sans co-construction collective et en cela les ODD peuvent être un bon levier. La seconde table ronde « le mécénat au-delà de la fiscalité » était animée par Claire Videau, chargée de mission RSO au Comité 21 avec Laetitia Bertholet, responsable des fondations ESS et Environnement à la Fondation de France, Anca Ilutiu, responsable du pôle juridique, affaires publiques et innovations au Centre Français des Fonds et des Fondations et Sylvaine Parriaux, directrice générale adjointe d'Admical. La question de l'intérêt général est aujourd'hui au coeur des débats et le rapprochement entre mécénat et RSE pose question. Les intervenantes se sont exprimées sur le cadre juridique actuel des entreprises en matière de mécénat et ont plaidé pour une évolution de la réglementation qui élargirait le champ des structures éligibles au mécénat (social business, entreprises de l'ESS...). La dernière table ronde « l'engagement sociétal pour de nouvelles formes de coopération » a permis d'écouter les contributions de Ségolène Delahalle, cofondatrice de la Scop Ca me regarde, Julien Goupil, président de l'association Empreintes Citoyennes et Rémi le Beguec, directeur d'agence IDF chez Kaufman & Broad. Durant cet échange, les invités ont souligné la nécessité de développer des partenariats avec des acteurs à l'extérieur de l'écosystème de l'entreprise pour dynamiser l'innovation et comment les ODD ont rendu concret le concept de développement durable, en thématisant les champs d'actions sur lesquels intervenir. Pour voir ou revoir la vidéo, cliquer ici - Claire Videau - videau@comite21.org
Prochains débats
7 septembre : Bilan du Forum politique de haut niveau, rendez-vous annuel de l'ONU sur les Objectifs de développement durable (bpifrance, Paris 9ème)
21 septembre
: Responsabilité sociale climatique : quels enjeux pour les acteurs non étatiques ? (bpifrance, Paris 9ème)
11 octobre : 1er Forum sur la Citoyenneté écologique (AMF, Paris 7ème)
Octobre : A l'occasion de la publication de l'ouvrage avec le CNRS, l'adaptation aux changements climatiques : un nécessaire mise en débat
7 décembre
: Retour sur investissement de la RSE, mythe ou réalité ? en partenariat avec bpifrance
Rendez-vous du Comité 21
3 juillet : atelier ODD & métiers « Quelles évolutions pour la fonction achat »
Si les organisations françaises ont pris du retard sur les ODD, elles sont aujourd'hui convaincues de la nécessite d'intégrer ce « nouveau cap » dans leur stratégie. Pour y parvenir, le Comité 21 propose d'examiner, avec ce cycle d'Ateliers « ODD & métiers », les conditions de prise en compte des ODD dans les différents métiers d'une organisation (management, achats, marketing, reporting, supply-chain, comptabilité, R&D...). Les achats sont une fonction clef pour l'entreprise. La nouvelle norme ISO 20400:2017 achats responsables propose des lignes directrices pour intégrer la responsabilité sociétale dans leur processus achats, comme décrit dans la norme ISO 2600. Elle est destinée aux parties prenantes impliquées dans ou impactées par les décisions et processus achats Les achats responsables peuvent donc constituer une contribution non négligeable à l'atteinte des ODD, tant sur le plan environnemental, que sur le plan social et économique et ainsi atteindre plusieurs ODD. Les ateliers visent à identifier des pistes d'actions concrètes et des outils de mise en oeuvre, en s'appuyant sur des experts et l'échange de bonnes pratiques entre adhérents pour faciliter l'appropriation des ODD. Réservé aux adhérents - Claire Videau- videau@comite21.org
4 juillet : atelier Grand Ouest « Constructions: vivre et accepter la densité »
Après des décennies de mitage du territoire par la maison individuelle, les élus locaux doivent définir de nouvelles règles d'urbanisme pour stopper le grignotage des espaces naturels. L'objectif est clair : renforcer la « compacité » du bâti, tout en garantissant une grande qualité de vie aux résidents. Pour être acceptée par le plus grand nombre, cette densification passe par une conception architecturale adaptée, proposant une grande variété de logements mais aussi par l'aménagement d'espaces extérieurs dédiés à la nature et à la convivialité. Comment faire pour éviter l'étalement urbain ? Quelles méthodes pour construire des bâtiments qui répondent aux besoins quantitatifs et qualitatifs des habitants ? Comment parvenir à une densification urbaine tout en préservant les espaces verts et naturels ? Le Comité 21 Grand Ouest se propose d'explorer ces questions lors d'un temps d'échange collectif précédé d'une visite. Au programme, une visite de la ZAC des Vignes de Servon-sur-Vilaine avec M. le Maire, Joseph JAN (une opération entre renouvellement urbain et extension ambitieuse sur les formes urbaines), une présentation de retours d'expériences innovants : BIMBY (« Build in My Back Yard »), Micr'Home, mais aussi des échanges avec les participants. Réservé aux adhérents. Inscription - Alexandre Pleurdeau - pleurdau@comite21.org
14 septembre : atelier Grand Ouest « Quels outils pour mesurer l’économie circulaire? »
Face à l'essor de l'économie circulaire, se pose la question de sa mesure et des outils pour y parvenir. Sans aller jusqu'à l'existence d'un outil unique, permettant d'englober toutes les notions de l'économie circulaire (7 piliers et 3 domaines d'actions d'après l'ADEME) pour toutes les structures, il existe de nombreuses références techniques pour s'approprier l'économie circulaire, faire le bilan de ses points forts et lacunes, et progresser. Comment mesurer l'économie circulaire ? Quels sont les outils existants ? Quels sont ceux à créer ou à améliorer ? Quelle articulation avec les outils de mesure des stratégies de développement durable ? Le Comité 21 Grand Ouest a travaillé depuis 2016 avec un groupe d'étudiants de l'Ecole Centrale de Nantes pour créer un outil d'auto-diagnostic sur le degré d'intégration de l'économie circulaire dans les pratiques des structures. Cet atelier sera l'occasion de restituer tout ou une partie de ces travaux. Seront aussi évoqués et présentés d'autres outils (COMETHE ou ELIPSE pour l'Ecologie Industrielle et Territoriale, EC'AD du pôle éco-conception etc.). Réservé aux adhérents. Inscription - Mathilde Bres - bres@comite21.org
26 septembre : atelier Grand Ouest « Recyclage et valorisation des déchets alimentaires »
Le Comité 21 Grand Ouest propose à ses adhérents une rencontre qui illustrera la richesse des gisements potentiels pour produire du biogaz à la place des combustibles fossiles dans une approche territoriale et multi-acteurs. Elle s'inscrit dans le cycle thématique « alimentation durable » conçu pour repenser les modes de production et de consommation. La rencontre « recyclage et valorisation des déchets alimentaires » terminera le cycle en évoquant la transformation de déchets alimentaires ultimes - qui n'aura pas pu être évité précédemment - et d'apports complémentaires de biomasse en biogaz. Planifiée le 26 septembre 2017, elle proposera tout d'abord une visite d'un méthaniseur d'une exploitation agricole traitant des différents flux issus du territoire (résidus de l'industrie agro-alimentaire, déchets alimentaires de restaurations collectives...). Des échanges avec des intervenants spécialisés et les participants permettront d'interroger collectivement les conditions de réussite et de reproductibilité de l'exploitation visitée. Réservé aux adhérents. Inscription - Alexandre Pleurdeau - pleurdeau@comite21.org
28 septembre : atelier ODD&métiers « la fonction reporting au regard des ODD »
Si les organisations françaises ont pris du retard sur les ODD, elles sont aujourd'hui convaincues de la nécessite d'intégrer ce « nouveau cap » dans leur stratégie. Pour y parvenir, le Comité 21 propose d'examiner, avec ce cycle d'Ateliers «ODD & métiers», les conditions de prise en compte des ODD dans les différents métiers d'une organisation (management, achats, marketing, reporting, supply­chain, comptabilité, R&D...). Les ODD sont un langage commun international qui permettent aux entreprises de revisiter leurs engagements en matière de RSE et en ce sens de dynamiser les liens existants entre les entreprises et les parties prenantes. C'est pourquoi le Comité 21 souhaite élaborer une méthodologie pour valoriser la prise en compte des ODD dans l'exercice de reporting des entreprises et des collectivités. Réservé aux adhérents. Claire Videau - videau@comite21.org
Agenda du Comité 21
3 juillet à Paris : atelier ODD & métiers « Quelles évolutions pour la fonction achat »
4 juillet à
Vignes de Servon-sur-Vilaine : atelier Comité 21 Grand Ouest « Constructions : vivre et accepter la densité »
5 juillet :
réunion du Comité de prospective
5 juillet
: débat « Vers une déclaration universelle des droits de l'Humanité » 7 juillet à Paris : séminaire de l'équipe du Comité 21
10-19 juillet
à New York : participation au Forum politique de haut niveau sur les ODD organisé par les Nations Unies
5 septembre
à Paris : organisation d'une session sur « Comment faire de la production durable un levier pour une consommation responsable » au Forum Convergences
7 septembre
à bpifrance : débat sur le « Bilan du Forum politique de Haut niveau, rendez-vous annuel de l'ONU sur les ODD »
11-13 septembre
à Agadir : participation du Comité 21 et du Club France à Climate Chance
14 septembre
à Nantes : atelier Comité 21 Grand Ouest « Quels outils pour mesurer l'économie circulaire? »
21 septembre
à bpifrance : débat sur la « Responsabilité sociale climatique : quels enjeux pour les acteurs non étatiques ? »
26 septembre
: atelier Comité 21 Grand Ouest « Recyclage et valorisation des déchets alimentaires »
28 septembre
à Paris : atelier ODD&métiers « la fonction reporting au regard des ODD »
Le Comité 21 partenaire
Le Comité 21 partenaire de l’Université d’été d’ACIDD « Lost in Transition »
Le « think and do thank » ACIDD organise au Marché des douves de Bordeaux du 28 au 29 Août sa 15ème université d’été sur le thème « Lost in Transition », abordant le sujet de la transition sur les plans énergétiques, numériques et écologiques. Car la convergence de ces transitions nécessite la “trans-formation” individuelle de tous, avec la mise en valeur des connaissances et le développement de talents nouveaux. L’objectif de cette 15e Université d’été, dont le Comité 21 est partenaire depuis sa création, est d’apporter à ses participants un éclairage et une vision, une analyse opérationnelle, mais aussi des outils de compréhension et d’action. Il s’agit pour chacun de partager des valeurs mais aussi des bonnes pratiques. Cette Université d’été est aussi un temps de formation pour chacun et de mise en réseau d’actions. Chaque participant vient partager et écouter des expériences positives de transitions dans les territoires, le milieu économique, la recherche ou la citoyenneté, dans le cadre de mini-conférences et de tables rondes. Pour en savoir plus
4-5 septembre : 10ème édition du Forum mondial Convergences
Pour sa 10e édition, le Forum Mondial Convergences aura pour thème « Ensemble, innovons pour un monde 3Zero ! » et se tiendra les 4 et 5 septembre au Palais Brongniart, à Paris. Il offre aux experts et décideurs internationaux un espace d’apprentissage, de rencontre et de travail pour élaborer ensemble les réponses aux défis sociaux et environnementaux qui touchent les pays dits développés et les pays dits en voie de développement. Le Forum Mondial Convergences constitue le point d’orgue des activités de l’association Convergences, parallèlement à ses rendez-vous réguliers tels que les cafés 100% Lab Laboo, les rencontres Youth We Can!, ou encore la publication de ses Baromètres de la microfinance et de l’entrepreneuriat social. Il proposera une quarantaine de sessions et un salon professionnel rebaptisé cette année Village 3Zéro/ODD. Le Comité 21 organisera une session, le 5 septembre, de 9h30 à 11h, sur « Comment faire de la production durable un levier pour une consommation responsable?» avec AgroParisTech, l’IUFN, Monoprix, Elior, Fondation Good Planet et une collectivité. Inscriptions – Camille Jalinot - camille.jalinot@convergences.org – Claire Videau – videau@comite21.org
A lire
« Oser l’intérêt général », le livre qui valorise l’accompagnement des associations à forte utilité sociale
Si les associations sont un lieu d'innovation et de développement des projets à forte utilité sociale, elles ont souvent besoin d'aide pour accomplir leurs missions et adapter leurs stratégies à la conjecture. C'est dans cette perspective que l'ouvrage « Oser l'intérêt général », dirigé par Le RAMEAU (laboratoire de recherche appliquée sur la co-construction du bien commun) et l'ADASI, donne la parole à 12 dirigeants qui racontent l'émergence, le développement et les grandes transformations de leur projet. Cet ouvrage met l'accent sur le rôle essentiel des structures de conseil et d'accompagnement dans l'adaptation stratégique des associations aux évolutions actuelles et à venir, mais aussi sur l'importance des partenariats que ces structures ont pu monter pour mener à bien leurs projets. Éditions du Net, collection La Fonda : 16 euros en version papier et 9,99 euros en version numérique - 152 pages - Juin 2017. Pour en savoir plus