04/07/2017

Retour sur le débat du 16 juin « l’engagement sociétal au prisme des ODD »

Le Comité 21 a organisé le 16 juin dernier, une matinée de tables rondes consacrée à l’engagement sociétal au prisme des ODD. Ce débat fait suite aux travaux du Comité 21 amorcés en 2016 sur l’engagement sociétal. Les tables rondes ont permis d’esquisser l'apport des ODD au concept d'engagement sociétal des organisations et de valoriser des exemples concrets, montrant comment les deux dynamiques entreprises et société se conjuguent.

La première table ronde « les ODD pour renforcer l’engagement sociétal dans les stratégies de RSE » était animée par Christian Dubost, directeur développement durable de la SNCF et administrateur du Comité 21 et réunissait Vincent Baholet, délégué général de FACE, Myriam Bincaille, déléguée générale du Fonds Suez Initiatives et Florence Javoy, secrétaire générale de la Fondation RATP. Grâce au mécénat, il s’agit pour l’entreprise d’adresser des problématiques et de répondre à des enjeux en lien avec son activité et son expertise mais pour qu’un projet sociétal aboutisse, il faut aligner son engagement à celui du business et faire en sorte d’embarquer ses collaborateurs, l’un des éléments clef de succès d’un projet. Les membres du panel ont rappelé que la réussite des actions dépend  aussi des partenariats multi-acteurs mis en place. Il ne peut y avoir de réussite sans co-construction collective et en cela, les ODD peuvent être un bon levier.  Les ODD appellent explicitement toutes les entreprises à utiliser leur créativité et leur capacité d’innovation pour répondre aux défis du développement durable. Les ODD sont un nouveau cadre d’engagement et de mise en œuvre des stratégies RSE pour répondre aux défis sociétaux et une formidable caisse de résonnance pour communiquer sur ce que fait l’entreprise.

La seconde table ronde « le mécénat au-delà de la fiscalité » était animée par Claire Videau, chargée de mission RSO au Comité 21 avec Laetitia Bertholet, responsable des fondations ESS et Environnement à la Fondation de France, Anca Ilutiu, responsable du pôle juridique, affaires publiques et innovations au Centre Français des Fonds et des Fondations et Sylvaine Parriaux, directrice générale adjointe d’Admical. La question de l’intérêt général est aujourd’hui au cœur des débats. Face au nombre croissant de création de fondations d’entreprise et de fonds de dotation, le rapprochement entre mécénat et politiques RSE soulève des interrogations. De plus en plus de projets sont financés par le mécénat et portent sur l’innovation sociale. Nous voyons un nombre grandissant d’entreprises issues de l’économie sociale et solidaire dont le but est avant tout la solidarité et l’utilité sociale mais dont la lucrativité ne permet pas l’éligibilité au mécénat. C’est cette évolution des business models et leur rapport à l’intérêt général qui nous intéresse aujourd’hui et sur lequel les intervenantes se sont exprimées. Sur le cadre juridique actuel des entreprises en matière de mécénat, elles ont plaidé pour une évolution de la réglementation qui élargirait le champ des structures éligibles au mécénat (social business, entreprises de l’ESS…).Par exemple, il a été proposé que l’analyse de la lucrativité ne porte pas sur le type de structure mais sur le projet de l’entreprise. Cela permettrait de soutenir des projets d’entreprises classiques mais qui sont d’intérêt général.


La dernière table ronde « l’engagement sociétal pour de nouvelles formes de coopération » également animée par Claire Videau avec Ségolène Delahalle, cofondatrice de la Scop Ca me regarde, Julien Goupil, président de l’association Empreintes Citoyennes et Rémi le Beguec, directeur d’agence IDF chez Kaufman & Broad. Lors cet échange, les invités se sont exprimés sur la nécessité de développer des partenariats avec des acteurs à l’extérieur de l’écosystème de l’entreprise pour dynamiser l’innovation. La discussion a permis de montrer comment les ODD ont rendu concret le concept de développement durable, en thématisant les champs d’actions sur lesquels intervenir. Dans son témoignage, l’entreprise Kaufman s’est exprimée sur son partenariat avec Empreintes Citoyennes dont le but est de restaurer l’humanité en centre-ville à travers des projets d’urbanisme et de logement. Pour un promoteur qui répond à des marchés publics, chaque acteur est sollicité pour s’interroger sur sa responsabilité de projet et l’expertise citoyenne développée grâce à ce partenariat a apporté légitimité et solidité au projet de l’entreprise.

Retrouvez l’étude complète « l’engagement sociétal au prisme des ODD » à la rentrée. Pour voir ou revoir la vidéo, cliquer ici.

27/06/2017

Préparation du Forum Politique de Haut Niveau : contribution du Comité 21 avec son rapport « Quelle appropriation des ODD par les acteurs non étatiques français ? »

Conférence internationale annuelle, organisée par l’ONU, pour faire le point sur l’avancée de la réalisation de l’Agenda 2030, le Forum Politique de Haut Niveau se tiendra à New York du 10 au 19 juillet. En 2017, le Comité 21 contribue à cet état des lieux grâce à son tout récent rapport Quelle appropriation des ODD par les acteurs non-étatiques français ?

30/03/2017

30 mars : retour sur le débat « Devoir de vigilance, préjudice écologique…de nouvelles obligations pour la RSE »

Le Comité 21 a organisé le 30 mars 2017 un débat consacré aux dernières dispositions juridiques en matière de RSE : « Devoir de vigilance, préjudice écologique, actions de groupe, lanceurs d’alerte…de nouvelles obligations pour la RSE ». Animé par Bettina Laville, Présidente du Comité 21, le panel d’experts était composé d’Olivier Chabrol, coprésident du Forum Citoyen pour la RSE, Laurent Corbier, directeurs des affaires publiques à Eramet et représentant du MEDEF, François Garreau, responsable mission RSE auprès du Comex à Generali et Violaine du Pontavice, avocate-directeur associé à Ernst and Young.

20/02/2017

1er février : Retour sur le Débat sur les nouvelles intercommunalité et développement durable

Le Comité 21 a organisé le 1er février 2017 un débat consacré aux « Nouvelles intercommunalités et développement durable ». Animé par Bettina Laville, Présidente du Comité 21, il proposait d’aborder avec Estelle Grelier, Secrétaire d’Etat en charge des Collectivités locales, la place du développement durable dans les intercommunalités, qui font actuellement l’objet d’importantes restructurations...