Bonnes pratiques

07/12/2012 - Besançon, ville à vélo !

La Ville, publie sa troisième édition du plan vélo qui contient non seulement les itinéraires cyclables et les parkings à vélo de la ville de Besançon mais aussi des infos pratiques (équipements du vélo et du cycliste, aménagements et signalisation, conseils de sécurité, l'enfant et le vélo, l'intermodalité, la lutte contre le vol ...), les adresses utiles et les associations. Ce précieux guide est disponible gratuitement dans tous les points publics et à l'Office de tourisme. Par ailleurs la Ville a décidé d’implanter deux abris à vélos sécurisés d'une vingtaine de places chacun, vidéo-surveillés, fermés et gratuits, dans les parkings mairie et marché Beaux-Arts. Pour accéder au service, les usagers doivent préalablement s'abonner gratuitement auprès de l'agent d'accueil de l'un des deux parkings. La prochaine évolution en faveur des cyclistes sera la mise en place du « Tourne à droite cycliste » dont les premiers équipements aux carrefours apparaitront en 2013. Plus d’informations et Télécharger le document 

03/12/2012 - La région Nord-Pas-de-Calais s’engage pour la mobilité électrique.

Depuis le 20 novembre, la région Nord-Pas-de-Calais propose aux territoires qui souhaitent développer l'éléctromobilité et des réseaux de bornes de recharge, de financer jusqu'à 80% du coût de leur projet. Les intéressés ont jusqu'au 11 janvier 2013 pour se manifester via un appel disponible en ligne. Avec cette aide, la Région soutient à la fois la construction des projets et le coût nécessaire pour les réaliser. Ce dispositif pose ainsi une nouvelle pierre du grand projet sur le véhicule électrique visant à développer l'usage de moyens de transports "décarbonés" dans le Nord-Pas de Calais. Plus d’informations.

29/11/2012 - Besançon, 1ère collectivité française à obtenir le prestigieux label environnemental « European Energy Award Gold® »

5 ans après l’obtention par Besançon du label Citergie « European Energy Award® », la ville s’est vue décerner ce lundi 26 novembre 2012 le label « European Energy Award® Gold», remis pour la première fois à une collectivité française. Seules 40 collectivités européennes détiennent ce label d'excellence, toutes autrichiennes, allemandes ou suisses. Le prix récompense pour 4 ans la qualité de la politique énergétique et climatique de la collectivité. Ce processus d'amélioration permettra d'atteindre des objectifs ambitieux en termes de réduction de la consommation énergétique, de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de développement des énergies renouvelables aux horizons 2020 et 2050. C’est finalement une division par 4 des émissions de gaz à effet de serre de la Ville qui est visée pour le milieu du siècle. Ce label a été expérimenté en France à partir de 2006 et porté par l’ADEME, qui en détient les droits pour la France. La commission nationale du label, composée d'experts délivre le label Citergie. Quant au niveau Gold, celui-ci est décerné par le Forum European Energy Award. Loin d'être un label auto-proclamé, six domaines, dans lesquels la collectivité a la possibilité d'agir, sont strictement analysés et évalués par des experts : tels que la mobilité ; l'approvisionnement en énergie, le secteur de l'eau et des déchets etc.  Pour Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon, « ce label  "European Energy Award Gold®" confirme et encourage Besançon sur la voie de l’excellence énergétique et environnementale ». Plus d’informations.

27/11/2012 - La BEI et la Région Aquitaine engagent 800 M€ pour le développement durable et l’efficacité énergétique

L’engagement concret de 800 M€ en faveur de l’enseignement, du développement durable et des énergies renouvelables a été annoncé, ce jeudi 22 novembre 2012, par la Région Aquitaine et la Banque européenne d’investissement (BEI) à l’issue d’une cérémonie de signatures qui a eu lieu au Conseil régional d’Aquitaine, présidée par Alain Rousset, Président du Conseil régional d’Aquitaine et Philippe de Fontaine Vive, Vice-Président de la BEI.  Il s’agit d’un engagement d’envergure – un des plus importants pour la BEI en faveur d’une région française - dont le cœur de cible est les lycées et organismes de formation, les Petites et Moyennes Entreprises (PME), ainsi que les Très Petites Entreprises (TPE). Dans le contexte actuel de contraction de l'offre de prêts sur le marché, l’atout majeur de ces financements est de permettre à la Région Aquitaine de bénéficier de prêts à longue maturité, assorti de conditions financières favorables grâce à la notation "AAA" de la BEI. Ce partenariat confirme par ailleurs la confiance portée à la bonne santé financière de la Région, et notamment sa capacité à financer de manière équilibrée ses investissements par l'épargne et l'emprunt. Plus d’informations.

12/09/2012 - Semaine de la mobilité à Mulhouse
Du 16 au 22 Septembre Mulhouse fête la semaine européenne de la mobilité sous le signe du « Bougez autrement ». C’est l’occasion pour la ville de mettre en avant ses solutions innovantes en termes de mobilité au travers d’animations telles que des ballades en ville ou des conférences. Les transports en communs, les nouvelles technologies (application pour Smartphones) mais aussi le vélo (avec VéloCité ou Médiacycles) ou l’auto-partage (avec Auto’trement) sont mis à l’honneur. L’opération « Une semaine sans ma voiture » organisée par m2A incite les participants à expérimenter de nouveaux comportements en prenant en charge leurs frais de transport.

12/09/2012 - Besançon met en place une redevance incitative pour les déchets : « au poids et à la levée »

Afin d'encourager les bonnes pratiques de tri et de réduction des déchets le Grand Besançon fait évoluer la redevance d'enlèvement des ordures ménagères vers une redevance incitative "au poids et à la levée", à partir du 1° septembre 2012. Tous les usagers, des 59 communes de l’agglomération sont concernés. Désormais, le montant de leur facture dépendra du respect de quelques consignes. Un système informatique embarqué sur les camions-bennes reconnait les puces électroniques installées sur les bacs et permet d’établir la facturation. Chaque redevance sera donc ajustée en fonction des efforts de tri et de réduction des déchets. Une nouvelle grille tarifaire va être mise en place. Elle est  basée sur une part fixe, calculée en fonction du volume et du niveau de service, et sur une part variable établie en fonction du poids de déchets dans le bac réservé aux ordures non recyclables et du nombre de fois où il a été vidé. Les premières factures établies selon ces nouveaux critères seront émises en janvier. Cependant les habitants peuvent déjà se familiariser avec le système, suivre leur production de déchets en ligne et simuler leur facture à venir. Un programme spécifique d’accompagnement au changement de ses habitudes est aussi mis en place à destination de l’habitat collectif. Plus d’informations

04/04/2012 - Un manifeste pour une nouvelle politique de la ville

Lors d’une conférence de presse, Michel Destot, député-maire de Grenoble et Président de l’Association des maires de grandes villes de France, Renaud Gauquelin, maire de Rillieux-la-Pape et Président de l’Association Ville et Banlieue et Pierre Cohen, député-maire de Toulouse et Président de la Communauté urbaine du Grand Toulouse, représentant l’Association des communautés urbaines de France ont présenté leur Manifeste pour une nouvelle politique de la ville. Ces propositions seront adressées aux candidats à l’élection présidentielle. Les élus urbains ont insisté pour que les politiques de droit commun concentrent leurs efforts vers les territoires les plus fragiles des villes et agglomérations, dans les domaines de l’éducation, de l’emploi, de la santé, de la sécurité, du sport et de la culture. Déplorant la baisse des crédits, les incertitudes sur la pérennité des programmes de rénovation urbaine et l’absence de stabilité et rationalité dans les orientations et la gouvernance de la politique de la ville, ils ont défendu les principes d’une meilleure péréquation nationale et locale et d’une évaluation renforcée des projets, pour un meilleur ciblage vers les sites les plus prioritaires. Ils ont demandé la création d’un ministère d’Etat en charge de la Ville afin de donner de l’impulsion et de la cohésion à l’action en faveur des quartiers sensibles. Pour en savoir plus

27/02/2012 - Eco-Quartiers et environnement sonore : De la lutte contre le bruit à la conception d’une ambiance sonore

Mardi 3 avril, un colloque sur les éco-quartiers et l’environnement sonore aura lieu dans le cadre des journées thématiques du Centre d’information et de documentation sur le bruit. Le bruit dans l’environnement urbain provoque des effets sur la santé (troubles du sommeil, hypertension, stress, etc.) et contribue aussi à la dégradation de l’ambiance urbaine et de la convivialité des espaces. Pourtant, les sons en ville ne sont pas toujours vecteurs de mal-être et peuvent être présents sous des formes positives. Ils sont porteurs d’informations et signent l’identité d’une ville au même titre que le paysage. L’ambition de cette journée est d’éclairer les différents acteurs concernés par la création d’un éco-quartier sur l’importance de la dimension sonore afin que celle-ci soit prise en compte dans leur projet d’aménagement. Exemples et outils pratiques seront présentés lors de quatre tables rondes: le citoyen moteur de l’éco-quartier, la prise en compte du bruit de la conception à la réalisation des éco-quartiers, la maitrise le bruit dans les projets urbains, et les perspectives d’évolution et les programmes de R&D au service de l’acoustique des éco-quartiers.   Informations complémentaires : 8h30 -17h30 à la Maison des Travaux Publics - Auditorium Auguste Brulé (3, rue de Berri 75008 Paris) – Métro ligne 1, station Georges V. Renseignements: Sylvie Bouin, bouin@cidb.org

03/02/2012 - Rendez-vous pour la 2e édition Cyc’lab à Bordeaux

« Le futur du vélo, le vélo du futur », c’est la phrase qui représente l’esprit de l’évènement organisé ce vendredi 10 février par la Ville de Bordeaux (33). Deuxième ville du vélo en France et désireuse de s’inscrire dans une démarche de ville durable, Bordeaux a initié Cyc’lab avec l’objectif d’associer plusieurs types d’acteurs du territoire afin de promouvoir l’utilisation des transports doux, et notamment, de la bicyclette. Les propositions du Plan national vélo y seront exposées, qui souhaitent encourager la pratique du vélo afin que ce moyen de transport entre dans le quotidien de tous les français. Le Plan prévoit notamment le renforcement des infrastructures existantes et de la sécurité des cyclistes. Le designer Philippe Starck présentera par ailleurs à cette occasion les dessins du futur vélo de la ville, vélo dessiné en concertation avec les habitants puisque ceux-ci étaient invités à émettre leurs envies sur le site participatif mis en place par la ville. Cette journée, qui réunira un mélange d’animations et de sujets variés autour du vélo, de l’étude de la pratique cycliste dans les villes européennes aux habits spécialement adaptés à son utilisation, cible ainsi un large public à sensibiliser.   

05/12/2011 - Le nouveau dispositif « Energie Habitat » de la Région Limousin

Dans le cadre de la volonté de maîtrise de l’énergie et de son soutien aux énergies renouvelables, la politique environnementale du Conseil régional du Limousin s’enrichit d’un nouveau dispositif unique, qui vient remplacer depuis le second semestre 2011 les mesures préexistantes de lutte contre le changement climatique, comme l’ancien chèque Energie renouvelable. Il s’agit du dispositif « Climat Habitat », qui se veut un outil « plus efficace et plus juste » pour aider et encourager la rénovation des habitats particuliers, afin d’améliorer leurs performances énergétiques. Outre le gain énergétique visé de 40%, cette mesure se veut également une mesure sociale puisque l’aide dont peuvent bénéficier les habitants se calcule en fonction de leurs ressources. Ainsi, il permet à des foyers modestes d’accéder à des logements moins gourmands en énergie. Le dispositif Climat Habitat concerne une aide qui couvre le diagnostic thermique, puis les travaux semblant nécessaires pour réaliser des économies d’énergie, que ce soit pour des travaux d’isolation ou l’installation de systèmes de chauffage fonctionnant avec des énergies renouvelables. Il est par ailleurs destiné aux propriétaires actuels ou futurs, ainsi qu’aux propriétaires bailleurs, sous conditions de ressources et de conformité avec certaines exigences. Cette mesure montre le dynamisme souhaité par la Région Limousin dans l’adaptation au changement climatique de son territoire, mais également son encouragement envers les filières économiques durables, telles que celle des énergies renouvelables (éolien, biomasse, photovoltaïque, etc).   Pour en savoir plus 

29/11/2011 - Labellisation Energies d’Avenir 2011 : 18 collectivités lauréates

Afin de mobiliser les collectivités dans une démarche de réduction de leur consommation d’énergie, Energies d’Avenir a créé le Label Energies d’Avenir. Ce label est attribué à une collectivité pour la récompenser de son efficacité et de son volontarisme en matière de politique énergétique locale. Mais « plus qu’une simple reconnaissance, la labellisation permet aux collectivités de communiquer et sensibiliser les citoyens et collectivités voisines ». Ce type d’initiative prend corps avec l’Agenda 21 local qui vise également à établir un programme d’actions, via des méthodes de sensibilisation, de concertation et de participation active de tous les acteurs locaux, pour une dynamique territoriale durable.  Cette année, dix-huit collectivités ont été retenues pour obtenir ce label : Saint-Laurent le Minier, Belcaire, Ayen, Tramayes, Beynat, Merville, Roscoff, Niederbronn-les-Bains, Huningue, Ugine, Quesnoy-sur-Deûle, Venelles, Bandol, Saverne, Le Havre, la Communauté de communes « Campagne et Baie de l’Orne », la Communauté de communes du Beaujolais et la Communauté de communes du Delta Sèvre Argent. Ces communes et communautés de communes ont fait preuve d’un travail cohérent et pédagogique en matière de sensibilisation du public aux problématiques du réchauffement climatique et des enjeux locaux d’un tel changement, ainsi que d’une détermination dans la mise en œuvre d’actions concrètes sur leur territoire. Ce label étant valable une seule année, les collectivités sélectionnées doivent renouveler leur dossier tous les ans. Cela participe de l’impératif d’amélioration continue des politiques publiques relatives au développement durable.   Pour en savoir plus 

26/09/2011 - Le Conseil général du Finistère s’engage contre la précarité énergétique

Un des objectifs de l’Agenda 21 du Finistère est d’accompagner les ménages aux ressources modestes vers une économie d’eau et d’énergie. Pour cela, plusieurs solutions ont été imaginées par le Conseil général. Celui-ci s’intéresse tout d’abord aux logements : le Département a financé la rénovation de 350 logements sociaux pour économiser 30% d’énergie. En ce qui concerne les logements neufs, le Finistère devance depuis 2008 la législation en matière de réglementation thermique et à partir de 2013, la norme deviendra le BBC (bâtiment basse consommation). Ensuite, le Conseil général a conclu un accord avec les Agences locales de l’énergie afin que les ménages puissent demander le déplacement d’un technicien qui analyse leur mode de consommation et les conseille pour vivre plus confortablement tout en réduisant leurs dépenses en eau et en énergie. Depuis 3 ans, plus de 100 logements ont été visités. Enfin, dans le cadre du contrat d’engagement contre la précarité énergétique (dispositif rassemblant les acteurs du logement dans le département et l’Etat), les propriétaires aux revenus modestes peuvent recevoir des subventions pour réaliser les travaux d’économies d’énergie par un organisme agréé.
Pour en savoir plus

31/08/2011 - Tournée Déclic à Lille Métropole

La tournée Déclic ou Démarche d’échange sur le climat avec les citoyens a eu lieu à Lille métropole via 4 réunions publiques organisées en mai 2011. Les thèmes abordés lors de ces rendez-vous étaient : l’habitat ; les déplacements et les modes de consommation, à travers des conférences, des vidéos, des test, des animations... La Communauté urbaine de Lille a en effet lancé le 19 novembre 2010 l’élaboration d’un Plan Climat Energies Territorial qui devrait être finalisé en juin 2012. La tournée Déclic a invité les habitants de la métropole à agir concrètement en faveur du climat. Des acteurs locaux spécialistes du changement climatique étaient ainsi présents pour répondre à des questions telles que : comment isoler ma maison ? où trouver des fruits et légumes locaux ?… La tournée Déclic s’est clôturée en juin 2011 avec un Forum de deux jours, lieu de contribution des habitants au Plan Climat Energies Territorial de Lille.
Pour en savoir plus

09/05/2011 - Une journée pour les deux roues à Sceaux

La ville de Sceaux organise samedi 14 mai 2011, une journée dédiée à la sensibilisation à l’utilisation du vélo en ville, au jardin de la Ménagerie. Il s’agit de découvrir les pratiques cyclistes en ville, tout en prenant conscience des enjeux de santé et des avantages de ce mode de transport durable et écologique. Au programme, une conférence sur le thème « Le vélo et la santé » se tiendra en présence de trois docteurs, spécialistes des questions de santé et d’environnement, pour souligner les effets néfastes de la sédentarité et les vertus d’une pratique quotidienne du vélo. Tout au long de la journée, des activités seront organisées, avec entre autres des balades pédagogiques à vélo, des essais de vélos à assistance électrique, ou encore une activité de sensibilisation à la dangerosité des angles morts avec un voyage en bus RATP. Par ailleurs, les participants pourront acheter ou vendre des vélos d’occasion, avec la mise en place d’une bourse aux vélos, et pourront bénéficier d’un atelier de marquarge Bycicode pour lutter contre le vol de vélos. Pour clôturer cette journée placée sous le signe de l’environnement, les participants seront invités à venir pédaler pour alimenter le micro du groupe de musique pour un concert « écologique »

06/05/2011 - Naissance d’un nouveau quartier durable à Beauvais

Neuvième quartier de la ville de Beauvais, placé sous le signe du développement durable, l’éco-quartier de Saint Quentin a été lancé à la mi-avril 2011. Né de la volonté d’intégrer les exigences du Grenelle de l’environnement, et de construire la ville en adéquation avec le Plan Vert mis en place par l’équipe municipale dans le cadre de son Agenda 21. Pour cela, l’aménagement du site a été pensé dans le respect des atouts naturels du site, qui bénéficie d’un plan d’eau, d’une situation géographique privilégiée et de ressources naturelles importantes. Dans ce cadre, le programme immobilier se veut respectueux d’une certaine mixité sociale, en accueillant 50 logements sociaux, parmi les 400 logements prévus. Le quartier accueillera par ailleurs de nombreuses activités, de bureau, un espace commercial, des équipements publics ainsi qu’un bureau de poste, favorisant ainsi la mixité fonctionnelle. Il s’agit finalement d’accroître le dynamisme économique du territoire, tout en offrant un cadre de vie agréable et ouvert à tous. 

31/03/2011 - L’Aquitaine diminue la consommation d’énergie de ses bâtiments

La région Aquitaine s’engage à réduire la consommation d’énergie dans 153 lycées. L’Aquitaine émet 32 millions de tonnes d’équivalent CO2 chaque année. L’objectif est de réduire de 10% ses émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2013, et ainsi de réaliser les objectifs fixés par le Plan Climat aquitain adopté en 2006. Plusieurs types d’actions vont être déployés pour répondre à cet objectif. La région s’engage ainsi à améliorer la performance énergétique du patrimoine, à travers diverses actions sur le bâti : amélioration de l’isolation des bâtiments, modification des équipements de chauffage, mise en place de sous-compteurs. Par ailleurs, des actions de sensibilisation des usagers à des comportements plus responsables seront menées. Neuf cents opérations ont ainsi été retenues après un diagnostic énergétique des lycées d’Aquitaine. A terme, l’objectif est que ces lycées deviennent des pionniers de l’énergie renouvelable, en substituant les énergies traditionnelles par d’autres sources d’énergies telles que le solaire, le bois, ou encore l’aérothermie, une technique qui utilise l’air extérieur pour chauffer le bâtiment. 

11/03/2011 - L'Agenda 21 de Rezé, une démarche énergique !

Depuis 2002, la ville de Rezé s’est engagée activement dans la promotion d’une dynamique de développement durable sur son territoire à travers la mise en place d’un Agenda 21. Se basant sur un diagnostic  de la consommation d’énergie des quelques 200 bâtiments qu’elle possède, la ville a ainsi élaboré une stratégie de maîtrise de l’énergie qui a pris en compte non seulement l’isolation des bâtiments mais aussi l’optimisation des systèmes de chaufferies. Afin de suivre efficacement les actions en matière de maîtrise d’énergie, la ville a choisi de garder ces compétences en interne en recrutant un ingénieur et un technicien pour diriger une « cellule énergie ». Cette gestion en interne permet une adaptation efficace en fonction des besoins de chaque bâtiment selon les fonctions qu’il accueille (crèche, salle de réunion, salle vide, etc.), ainsi qu’un suivi régulier des consommations. La ville de Rezé a ainsi su se montrer exemplaire en matière d’économie d’énergie, enregistrant des baisses de consommation de l’ordre de 20 à 40%. Pour en savoir plus

26/01/2011 - Intégration des écomatériaux dans les constructions/réhabilitations de logements sociaux

Les Amis de la terre, association de protection de l’Homme et de l’environnement, publient un nouveau guide intitulé Intégrer les écomatériaux dans les constructions/réhabilitations de logements sociaux. Réalisé avec le soutien de la Caisse des dépôts et en partenariat avec la Fédération nationale des sociétés coopératives d’HLM, l’Office public de l’habitat montreuillois, le groupe ICF et la Société nationale immobilière, l’ouvrage s’adresse aux organismes d’habitat social. Bois, paille, chanvre, lin, etc., les écomatériaux, évoqués dans les articles 4 et 71 de la loi Grenelle 2, font en effet de plus en plus parler d’eux. Mais il est encore complexe de se les approprier et de les utiliser sans information adéquate ou ressources financières suffisantes. Pour les organismes d’habitat social engagés sur des chantiers publics respectueux de l’environnement et des habitants, ils constituent un outil stratégique et incontournable. Ce guide propose donc des pistes d’actions concrètes pour l’utilisation d’écomatériaux dans les chantiers de réhabilitation et de construction gérés par ces organismes : appels d’offre, financements, certification des matériaux, etc. De nombreux exemples viennent en illustrer les propos.

14/09/2009 - Création par la région Aquitaine d'un « fonds carbone » pour compenser la construction d’une autoroute
 
En plein débat sur la taxe Carbone et à trois mois du sommet mondial sur le climat qui se tiendra à Copenhague, l'heure est plus que jamais à la responsabilité politique et citoyenne. C’est pourquoi Alain Rousset a décidé de créer un « fonds carbone » pour financer en région Aquitaine des projets permettant de « séquestrer » le carbone ou de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le processus régional de compensation consistera à mesurer les émissions de gaz à effet de serre générées par la construction de l'A65 Bordeaux - Pau puis à financer la reforestation du massif landais, qui permettra, dans un autre lieu, de réduire ou de séquestrer un même volume de gaz à effet de serre à travers les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique ou le reboisement. La construction de l’A65 devrait rejeter dans l'atmosphère environ 1 million de tonnes de CO² (évaluation réalisée par les associations environnementales). Afin de pouvoir disposer d'une analyse extrêmement précise, un bilan carbone sera réalisé par un cabinet spécialisé indépendant, d’ici la fin de l’année 2009. Le prix de la tonne de CO² se situant actuellement aux alentours de 14 euros, la compensation globale de l'A65  s'élèverait donc à environ 14 millions d'euros. Le Conseil régional, quant à lui, abondera ce fonds à hauteur de 5 millions d'euros sur la période 2010-2014 (soit 1,25 millions  euros/an). Ce projet n'aura évidemment pas d'incidence fiscale pour le contribuable et ne débouchera pas sur une taxation supplémentaire. Le Conseil régional d'Aquitaine invitera l'ensemble des acteurs parties prenantes ou futur bénéficiaires de la construction de l'A65 à rejoindre la Région dans cette démarche (Etat et collectivités). La Caisse des dépôts et Consignations sera invitée à mutualiser l'ensemble des fonds émanant des différents partenaires. Un comité de pilotage sera ensuite installé pour valider la pertinence des projets souhaitant bénéficier d’un financement. Ce dernier sera installé durant le premier semestre 2010. Contact presse - Marie d’Ouince Consultant - 01 56 64 00 44
 
03/09/2009 - Une plaquette du Conseil général de l'Isère pour concilier routes et environnement
 
Le Conseil général de l'Isère vient d'éditer une plaquette de 44 pages intitulée "Concilier routes et environnement". Les impacts écologiques de la création, l'usage et l'entretien de la voirie sont divers : émissions de CO2 dues au trafic routier, bruits, pollutions par désherbage chimique, consommation de granulats, déchets jetés des véhicules, animaux écrasés… C'est pourquoi le Conseil Général souhaite, dans son Agenda 21, promouvoir une haute qualité environnementale pour son réseau routier et mobilise ses agents des directions des routes et de l'environnement au service d'un moindre impact écologique. Arrêt de l’usage des pesticides en bord de voiries depuis 2005, fauche adaptée pour la flore protégée sur les talus, pose de nichoirs à oiseaux et chauves souris sous les ponts, déconstruction et recyclage des voiries abandonnées, utilisation d’enrobés tièdes, abandon des éparreuses déchiquetant les haies de bordures, prise en compte des corridors biologiques avec réalisations de passages à petite faune dont le plus grand d’Europe et de passerelles à écureuils…, sont quelques unes de ses actions. La plaquette publiée aujourd'hui est illustrée et remplies d’exemples concrets, destinée au grand public, aux techniciens comme aux usagers.
 
02/09/2009 - Huitième semaine européenne de la mobilité : Clermont-Ferrand ville du futur
 
Comment vivrons-nous dans le futur ? Dans quelle ville ? Avec quels déplacements ? Pendant 10 jours, la Ville de Clermont-Ferrand propose à tous de découvrir les grandes lignes de la ville du futur, entre urbanisme et déplacements. Des conférences, des expositions, des démonstrations alimentent les deux temps forts. Du 9 au 16 septembre 2009 se tiendra la 10ème Université Européenne d’été de la mobilité organisée par le Syndicat Mixte des Transports en Commun de l’agglomération clermontoise (SMTC), l’École d’ingénieurs Polytech Clermont-Ferrand et l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand sur les relations qu’entretiennent la Ville et la mobilité. Du 17 au 20 septembre 2009, la Ville de Clermont organise un ensemble de manifestations à l’occasion de la Semaine Européenne de la Mobilité durable : une exposition associant les Laboratoires et Centres de Recherche, les Universités, les Écoles d’ingénieurs et les Lycées Professionnels, les organisateurs et gestionnaires de transport public, les industriels; des démonstrations (prototypes et véhicules de recherche) permettant au public d’appréhender les domaines de recherche et les nouvelles voies de mobilité; des conférences sur les enjeux et perspectives de la mobilité du futur. Pour en savoir plus
 
01/09/2009 - Un lycée « zéro énergie » pour les Aquitains
 
La rentrée 2012 s'ouvrira le premier lycée « zéro énergie » en région Aquitaine. Le conseil régional investit 60 millions d'euros dans ce bâtiment dont la phase d'étude est à son aboutissement. Ses travaux débuteront au printemps prochain. Le lycée de Bègles sera construit avec l'objectif ambitieux du « zéro énergie ». Ses spécificités : une conception bioclimatique dans le choix des orientations du bâtiment, de son niveau d'isolation, d'une compacité des bâtiments tels que gymnase, restauration, logements... ; des équipements techniques performants : ventilation double flux, chaudière à bois... et enfin, des sources d'énergies renouvelables (capteurs solaires pour l'eau chaude des bâtiments, hottes à induction dans la cuisine, chauffage par plancher solaire direct) intégrées à l'architecture des projets, pour compléter ces dispositifs. Ce projet va permettre de diviser par 20 les émissions de gaz à effet de serre. Le projet s'harmonise avec l'environnement naturel du site. Il reprend la trame d'implantation générale des bâtiments avoisinants du projet global, préfigurant un nouvel éco-quartier pilote en matière de développement durable au sud de Bègles. Un pôle multimodal de transports tramway-bus permettra de desservir le lycée. Le futur établissement, 154ème lycée d'Aquitaine, aura une capacité totale de 1.427 élèves, avec 4 pôles de formation : enseignement général, métiers de la mode et industries connexes, bio-industrie, industrie chimique et traitement des eaux, sanitaire, social et médico-social.
 
20/07/2009 - Le Conseil régional d'Aquitaine s'engage dans la lutte contre la précarité énergétique aux côtés de l'ANAH
 
Le Conseil régional d'Aquitaine a voté une subvention de 135 000 euros au Programme d'intérêt général expérimental de lutte contre la précarité énergétique conduit par l'Agence nationale de l'habitat (ANAH) dans le Lot-et-Garonne pour trois ans. Le programme porte sur la rénovation de logements anciens consommateurs d'énergie et dont les occupants sont des populations à faibles ressources. L'objectif consiste à rénover chaque année 30 logements très consommateurs d'énergie en agissant spécifiquement sur l'isolation. Par logement, l'Anah apporte une aide correspondant à environ 6 000 euros de travaux, le reste du financement des travaux (4 000 euros) est apporté par le conseil général de Lot-et-Garonne, la Mutuelle sociale agricole, la Caisse d'allocations familiales et le Conseil régional. Cette expérimentation de l'ANAH rejoint en effet les objectifs du Plan Climat aquitain. Alors que l’Aquitaine émet 32 millions de tonnes d’équivalent CO2 chaque année, l’objectif de ce Plan Climat est de réduire de 10% ses émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2013. Pour la période 2007-2013, le Plan Climat aquitain mobilise 100 millions d’euros (26 de l’Ademe, 26 du Conseil régional d’Aquitaine et 48 de l’Union européenne). Pour en savoir plus sur le Plan Climat aquitain
 
29/05/2009 - 2000 logements chauffés au bois à Beauvais à partir de 2010
 
La Ville de Beauvais va construire un réseau de chaleur fonctionnant au bois pour le quartier Saint-Jean. Plus de 2000 logements, une quinzaine d'équipements publics de Beauvais et de son agglomération, du Conseil régional de Picardie et du Conseil général de l'Oise seront ainsi chauffés à partir d'énergies renouvelables, permettant ainsi d'économiser 8000 tonnes de CO² par an. Cet équipement fonctionnera à 93% avec du bois (et 7% de gaz) et produira environ 30 000 mégawatts/heure utiles par an à partir de 15 000 tonnes de bois acheminés par an depuis l'Oise. Malgré l'utilisation de fioul pour le transport du bois, le bilan écologique reste largement positif : 8000 tonnes de CO² économisées annuellement. Un réseau de 6 km sera construit sous les chaussées du quartier. Il sera mis en service fin 2010. Ce projet s'inscrit dans l'Agenda 21 de Beauvais et dans le projet de rénovation urbaine du quartier Saint-Jean et fait l'objet d'un partenariat entre la Ville, l'Etat, l'ADEME, le Conseil régional et la CRAM SAS, société concessionnaire du réseau. L'investissement est de 11,3 millions d'euros et il est financé par la CRAM, l'Union européenne, l'ADEME et la Région. Il permettra une diminution globale des charges de chauffage pour les riverains concernés et une plus faible augmentation des coûts. Plus grand réseau de chaleur de la Picardie, il devrait impulser la filière régionale de bois-énergie. 

18/05/2009 - 44 communes se sont déjà engagées dans Phyt’Eaux Cités
 
Lancé en janvier 2007 à l'initiative du Syndicat des Eaux d'Ile-de-France (SEDIF), Phyt'Eaux Cités est un programme de prévention et de sensibilisation qui vise à réduire l'emploi de produits phytosanitaires de 73 communes dans les bassins de la Seine, l'Orge aval. Les 60% des communes engagées dans Phyt'Eaux Cités ont notablement amélioré leurs pratiques suite à leur audit et leur formation. C'est ce que démontre le suivi de neuf communes, réalisé fin 2008, comparé au résultat des audits effectués en 2007 sur ces mêmes communes. La quantité moyenne annuelle de substances actives appliquées par les communes diminue de moitié, de 59 kilos en 2007 à seulement 27,5 kilos en 2008. Deux communes ont totalement arrêté l'usage des phytosanitaires en 2008 et d'autres communes se sont fixé cet objectif pour 2009. Dans le cadre du programme, les communes volontaires bénéficient gratuitement d'un audit de leurs pratiques phytosanitaires, d'une formation et de la mise en place d'un plan de gestion de leurs espaces. En 2009, 20 nouvelles communes seront accompagnées par la réalisation d'audits, formations et plan de gestion de leurs espaces. Les communes reçoivent aussi des conseils pour l'intégration de clauses environnementales dans les contrats de prestataires chargés de l'épandage de produits phytosanitaires. L'action est évaluée par des analyses bimensuelles de la qualité de l'eau sur quatre stations, portant sur 212 molécules.
 
30/04/2009 - Nimes Métropole et le Grand Alès : deux communautés d'agglomération égalent un territoire durable
 
Les deux communautés d'agglomération de Nîmes Métropole et du Grand Alès mutualisent moyens et compétences pour développer des projets communs susceptibles de dynamiser le territoire. Le rapprochement a débuté en décembre 2006 par la signature d'un accord de coopération. Le nouveau territoire réunifié compte près de 306 000 habitants, 15 000 entreprises 42 communes réparties sur  96500 hectares. L’Association pour l’émergence d’un projet commun de développement des agglomérations d’Alès et de Nîmes, créée en 2007, a identifé cinq axes de travail : l’aménagement durable du territoire, le développement économique, l’environnement et le cadre de vie, le positionnement et le rayonnement de ce territoire unifié, la mutualisation des différents services et la question de la gouvernance. Un projet de développement urbain a été défini en janvier dernier et porte sur les zones en mutation de l’Est nîmois et du centre d’Alès. Il comprend la mise en œuvre  d'actions liées au développement durable : la construction d'un réseau de pistes cyclables sur Alès et Nîmes, la réduction de la fracture numérique et le déploiement de la cyberbase emploi de l’agglomération nîmoise, la mise en place d’aides à la structuration des filières mécaniques, industrielles et logistique, la construction d'une "salle des musiques actuelles", l’accompagnement du projet d’institut méditerranéen des métiers de la longévité, des actions visant à améliorer les conditions de vie des populations des quartiers sensibles seront également entreprises. Le coût global de 15 millions d’euros sera réparti par tiers entre le Feder, l’Etat, les autres collectivités locales et les deux communautés d'agglomération. 
25/03/2009 - La santé au coeur du deuxième Agenda 21 lillois lancé en avril
 
Neuf ans après l'adoption de son Agenda 21, la Ville de Lille va se doter d'un deuxième programme d'actions en faveur du développement durable. Mobilisant un nombre croissant d'acteurs (35 partenaires de l'Agenda 21 lillois en 2009), le  premier programme d'actions a permis la réalisation de 500 projets : marchés publics, éco-quartiers, habitat durable, introduction du volet culture en 2005, plans climat et énergie en 2008... Le deuxième programme d'actions Agenda 21 souhaite prolonger et élargir cette dynamique en associant de plus en plus de partenaires, en agissant pour ceux qui sont les plus éloignés du développement durable et qui pourtant en ont le plus besoin (par exemple les personnes qui habitent des logements mal isolés ou insalubres) et en intégrant un volet santé. La Ville de Lille travaillera en partenariat étroit avec la MRES (Maison régionale de l'environnement et des solidraités, ancienne Maison de la Nature et de l'environnement). L'élaboration de ce deuxième Agenda 21 commencera avec un forum citoyen les 6 et 7 avril prochains pendant la semaine du développement durable. La santé sera au coeur d'une journée entière de tables rondes et de conférences. Le deuxième programme d'action de l'Agenda 21 lillois sera adopté à l'automne prochain.

20/03/2009 - Des plantes et bactéries pour dépolluer une friche industrielle à Besançon
 
La Ville de Besançon souhaite réhabiliter le site des Prés-de-Vaux : une ancienne zone industrielle, polluée et inondable, située dans une courbe du Doubs, face à la citadelle de Vauban. La zone accueillera une promenade, une centaine de logements sociaux, un axe de circulation douce le long du Doubs, la SMAC (Salle des musiques actuelles), un site culturel, un Port fluvial etc... Les travaux s'échelonneront sur 8 ans, de début 2010 à fin 2018, avec la livraison des premiers équipements en 2013. En utilisant des plantes et des bactéries pour dépolluer les sols (métaux lourds et hydrocarbures), l’air, l’eau (nappes et ruissellements) et les écosystèmes (plantes invasives) d’une ancienne zone industrielle, la ville de Besançon a fait le choix du 100% durable et de l’éco-responsable. Cette méthode de dépollution d’un site alliée dans un même projet à sa réhabilitation est une première en France.
 
19/03/2009 - Un guide pour les manifestations responsables en Gironde
 
Conformément à l'action sur les événements responsables inscrite dans son Agenda 21 et à la demande des collectivités engagées dans le Conseil départemental des Agenda 21 locaux, le Conseil général de Gironde et l'ADEME ont soutenu l'élaboration d'un guide pratique pour des manifestations responsables en Gironde. Créé par l'association Meduli Nature, ce guide est un outil pratique pour aider les organisateurs de manifestations et les partenaires (syndicats de collecte des déchets, producteurs locaux, acteurs de la solidarité et de l’environnement, fédérations départementales, agences d’événementiels) à réduire leurs impacts sur l’environnement, à participer à la solidarité locale et à la sensibilisation générale en faveur du développement durable par plusieurs axes d'action : maîtriser la consommation de ressources naturelles, contrôler les impacts sur les espaces naturels et la biodiversité, limiter les émissions de gaz à effet de serre, réduire la production de déchets, mobiliser les ressources culturelles et sociales du territoire. Le guide présente une méthode et un panel de solutions existantes afin de faciliter le passage à l’acte, d’informer et de participer à un vaste réseau d’échange d’expériences. Sans rechercher l’exhaustivité, il est évolutif et intégrera de nouvelles pistes d’actions et surtout de plus en plus d’expériences engagées sur le territoire girondin. Ce guide sera lancé officiellement pendant la Semaine du développement durable lors du premier salon des manifestations responsables, le lundi 6 avril de 14h à 18h à l'Immeuble Gironde.

19/03/2009 - Vers une généralisation des composteurs collectifs à Nantes Métropole

Depuis 2007, Nantes Métropole finance l'association Compostri, chargée de développer le compostage collectif de proximité dans l'agglomération nantaise. L’association dispose déjà de 3 pavillons de compostage au pied des immeubles et plus de 20 demandes sont en attente. Présents sur place les samedis matins, les membres de Compostri veillent à la bonne qualité des apports en déchets et apportent leur aide et leurs conseils. Au bout d'un an environ, les déchets transformés en engrais vert sont redistribués aux habitants pour être utilisés dans leurs jardins partagés ou sur leurs balcons. Forte de ce succès, Nantes Métropole souhaite généraliser cette initiative. A l’occasion de la semaine du Développement Durable, Jean-Marc Ayrault, maire de Nantes, se rendra le 2 avril à la rencontre des habitants d’un quartier équipé d’un COMPOSTRI. Par ailleurs, 6 161 habitants de deux communes de Nantes métropole, Orvault et Bourguenais, ont déjà été équipés de composteurs individuels depuis 2005. Cela a permis une diminution de 7% des apports de déchets verts sur la déchetterie d'Orvault. Le compost permet de valoriser les 125 kg par an et par foyer de déchets fermentescibles (marc de café, épluchures de fruits et de légumes, feuilles de thé, pain rassis...) tout en limitant le transport des déchets, ce qui apporte des gains financiers et une moindre pollution.

13/03/2009 - Mobil’Azur, le transport des personnes à mobilité réduite

La Communauté urbaine Nice Côte d'Azur (plus de 500 000 habitants) a confié à Keolis l'exploitation du service Mobil'Azur destiné aux personnes à mobilité réduite (PMR). Ce service, répondant aux besoins de déplacements en porte à porte des PMR domiciliées dans l'une des 24 communes de l'agglomération et des visiteurs handicapés venant de France et de l'étranger, a été inauguré le 2 mars dernier par le président de la communauté d'agglomération Nice Côte d'Azur, député des Alpes Maritimes et maire de Nice, Christian Estrosi. Le contrat a été signé pour une durée de 5 ans. Le déplacement est au tarif attractif unique de 1€ par trajet. Le client doit au préalable se manifester auprès d'une commission d'inscription. La course est ensuite déclenchée par un simple appel téléphonique à la centrale de réservation ouverte 7j/7, ou par internet. Pour en savoir plus

17/02/2009 - Un contrat particulier de l'Ile-de-France et du CG93 en faveur des transports durables et de la biodiversité

Le 12 février 2009, la Région Ile-de-France et le Conseil général de la Seine-Saint-Denis ont adopté leur contrat particulier qui prévoit un financement commun de 227,5M€ pour 40 projets organisés autour de trois grands axes : l’écologie urbaine, les déplacements et l’éducation. Une grande partie des projets et des financements porte sur le développement des déplacements dans le respect des engagements de l’Ile-de-France pour une éco-Région responsable et solidaire : prolongement de la ligne 13 à Stains et son interconnexion avec la Tangentielle Nord, extension du T4 à Noisy-le-Sec, schéma directeur des rocades ferrées entre la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne, développement des opérations de tramway prévues au CPER. Les projets d'écologie urbaine concernent l'extension de la trame verte et la promotion de la biodiversité en milieu urbain à travers 6 projets d'aménagement de parcs, financés par 26,7M€. Enfin, pour répondre aux exigences du développement de la ville durable et aux préconisations du projet de SDRIF adopté par le Conseil régional, près de 50M€ vont être consacrés aux circulations douces et à l’amélioration du cadre de vie à travers neuf opérations : chemin urbain entre la Courneuve et Sevran financé à hauteur de 14,5M€ et qui a pour ambition de relier les grands espaces verts du département, aménagement des berges de l'Ourcq et de la Seine, création de franchissements des cours d'eau ou des voies de transports.
 
13/02/2009 - Humanicité, le chantier indolore de l'Agenda 21 lillois

La Ville de Lille et l'Université catholique ont signé, hier, une charte chantier qualité pour les travaux du projet urbain Humanicité, une zone de 110 hectares qui mêlera habitat, services, commerces, activité économique, établissements de formation, de recherche, sanitaires, résidences universitaires, sur un noyau de 15 hectares. Cette charte qualité est un protocole qui engage les donneurs d'ordres, les organismes professionnels et les entrepreneurs du BTP dans la  "haute qualité humaine" et qui s'inscrit dans l'Agenda 21 lillois. L'objectif de cette charte est de faire "un chantier indolore pour les riverains, pour l'eau, pour l'air" grâce à la réduction maximale des nuisances et la sécurisation du chantier : protection des arbres, récupération de l'eau, déviations pour piétons, recyclage des déchets, lutte contre le bruit, accessibilité. La charte prévoit également un suivi et des contrôles. La première pierre du chantier a été posée le 23 janvier. Malgré la mauvaise conjoncture économique, les porteurs du projet comptent sur l'effet d'entraînement sur le privé du monde médico-social et des bailleurs sociaux et sur les conséquences positives du principe de mixité qui a présidé à sa construction.

11/02/2009 - 372 villes européennes s'engagent à dépasser les objectifs européens en matière d'énergie

372 villes européennes ont déjà signé le « pacte des maires », lancé le 10 février 2009 au Parlement européen. Cette initiative, ouverte aux villes des 27 États membres de l'Union européenne, les engage à dépasser l'objectif européen de réduction des émissions de GES fixé à 20 % entre 1990 et 2020. À l'heure actuelle, les agglomérations urbaines signataires de la charte en France sont, entre autres, la Ville de Paris, le Grand Lyon, les communautés d'agglomération de Nantes, Besançon, Grenoble, Mulhouse, Arc de Seine et Dole et bon nombre de leurs communes

Comment mettre en place une démarche RSE dans son organisation, un guide à destination des TPE/PME
Découvrez l'ouvrage Quelles solutions face au changement climatique ? CNRS Editions/Comité 21
Revue climat: Les Pays de la Loire relèvent le défi